Pyat Pree

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher

Pyat Pree est un membre éminent des Conjurateurs de Qarth. Il a le teint pâle et les lèvres bleues comme les autres membres de l'organisation. Il parle le dothraki avec un accent guttural[1].

Dans ACOK

Pyat Pree fait partie des émissaires envoyés de Qarth à Daenerys Targaryen quand elle réside à Vaes Tolorro, avec le prince-marchand Xaro Xhoan Daxos et la mystérieuse Quaithe de l'Ombre[1]. De retour à Qarth, il exhorte respectueusement Daenerys à se rendre à l'hôtel des Nonmourants pour partager les connaissances de ses occupants, mais doit provisoirement renoncer[2]. Quand Daenerys se résout à répondre à son invitation, il l'accueille sur le seuil et lui fait ses recommandations pour déjouer les pièges qui l'attendent, tout en refusant que quiconque l'accompagne. Il lui fait boire une flûte d'ombre-du-soir, puis la laisse entrer seule avec Drogon. Lorsqu'elle se précipite hors de l'hôtel en feu, Daenerys le trouve sautillant d'un pied sur l'autre en marmonnant des mots incompréhensibles. Sans cesser de danser, il tente alors de la poignarder, mais il est maîtrisé par Jhogo et Rakharo et s'effondre sous les coups de celui-ci.[3]. Après la destruction des Nonmourants, blessé, il rassemble les Conjurateurs restants et envoie un membre de la guilde des Navrés pour assassiner Daenerys[4]. Puis, avec trois autres Conjurateurs, il fait voile vers Pentos, qu'il croit être la destination de Daenerys[5].

Dans AFFC

Il est possible que Pyat Pree et ses compagnons soient les quatre Conjurateurs capturés par Euron Greyjoy (dont un a été tué et donné à manger à ses compagnons par Euron) avant qu'il ne fasse voile pour les îles de Fer, et par lesquels il a appris l'existence de Daenerys et de ses dragons[6].

Dans la série télévisée

Icone serieTV.png Pyat Pree est interprété par l'acteur Ian Hanmore dans la série télévisée adaptée du Trône de fer.

À la différence des romans, Pyat Pree est présenté dans la série comme étant un membre des Treize[7].

Notes et références