Share This Post

Accueil – à ne pas manquer / Les livres

Les écrits de G.R.R. Martin dans l’univers du Trône de Fer

Les écrits de G.R.R. Martin dans l’univers du Trône de Fer

Régulièrement, on interroge La Garde de Nuit sur les autres œuvres de G.R.R. Martin se situant dans l’univers du Trône de Fer : est-ce qu’elles valent le coup ? Quelle édition choisir ? Dans quel ordre les lire ? Ont-elles un lien direct avec la saga ?

Dans cet article, nous vous proposons donc un tour d’horizon des différentes publications de Martin en lien avec la saga, afin de répondre à toutes les questions que peut se poser le nouveau lecteur sur ces œuvres annexes. Cet article n’apprendra pas grand chose au fan invétéré ayant lu et relu dix fois la saga et les nouvelles, mais une mise au clair ne fait jamais de mal !

*Article mis à jour le 29 mai 2019*

Un petit rappel : Rapide tour d’horizon de la saga du Trône de Fer

Il arrive que certains se sentent perdus au milieu des multiples versions disponibles des livres de la saga (version intégrale, découpée, grand format, format poche…). Nous vous proposons donc un bref tour d’horizon des tomes parus. Et évidement, nous vous conseillons de lire les livres dans l’ordre voulu par l’auteur et qui sera présenté ici. Certains s’amusent à relire les livres en se concentrant sur un personnage point de vue ou un autre, en mixant les tomes… Mais ce genre de lecture est à proscrire en cas de première lecture !

15 tomes ou 5 intégrales : le découpage français

À l’heure actuelle, la saga principale compte cinq tomes (deux sont encore attendus pour finir l’histoire).

En 1998, jugeant le premier tome trop volumineux (d’autant que la traduction de l’anglais au français rajoute un nombre conséquent de pages), L’éditeur Pygmalion a décidé de le découper en deux parties : Le Trône de fer et Le Donjon rouge, publiés en grand format. Cette habitude de découper chaque volume en plusieurs tomes a persisté pour les tomes suivants. Ce découpage fut également repris par les éditions J’ai Lu pour la version poche des romans. Il existe donc, en version française découpée, quinze tomes qui correspondent aux cinq tomes originaux. Le texte est le même (il n’y a pas de coupures). Peu de changements ont eu lieu entre la version grand format de Pygmalion et la version poche de J’ai Lu si l’on excepte le changement de titre du tome 6 Les Brigands qui devient Intrigues à Port-Réal.

Couvertures des livres en version découpée – format poche (J’ai Lu, édition 2017)

En 2008, Pygmalion a décidé de rééditer la saga selon son découpage original (cinq tomes), en version grand format. Mais le faible succès commercial de ces intégrales a conduit à leur arrêt prématuré.
Les éditions J’ai Lu ont également choisi de rééditer la saga sous son découpage original, en format poche cette fois, avec un succès bien plus notable. Ces livres ne reprennent cependant pas les titres originaux des ouvrages de GRRM, et se trouvent sous le nom de « Intégrale ». Deux types de couvertures existent : des couvertures dessinées par Marc Simonetti, et des couvertures reprenant les visuels de la série.
A noter que les éditions France Loisir ont également publié de leur côté la saga selon le découpage original, en cinq intégrales. Cette édition reprend les couvertures de Marc Simonetti.

Pour résumer, la saga est donc divisée en quinze tomes français ou cinq tomes en format « intégrales ». Voici un rapide tableau pour s’y retrouver :

Tableau de correspondance des découpages en version française des tomes de la saga
Version originale Version française découpée Version française intégrale
A Game of Thrones Le trône de fer Intégrale 1
Le donjon Rouge
A Clash of Kings La bataille des rois Intégrale 2
L’ombre maléfique
L’invincible forteresse
A Storm of Swords Les brigands / Intrigues à Port-Réal Intégrale 3
L’épée de feu
Les noces pourpres
La loi du régicide
A Feast for Crows Le Chaos Intégrale 4
Les sables de Dorne
Un festin pour les corbeaux
A Dance with Dragons Le bûcher d’un roi Intégrale 5
Les dragons de Meereen
Une danse avec les dragons

Les éditions Collector

Peu de choses à se mettre sous la dent en France concernant les éditions Deluxe. A l’heure actuelle, il n’existe que l’Intégrale 1 qui a été rééditée en avril 2019 par les éditions J’ai Lu, en format poche, couverture noire cartonnée, cartes en couleur, avec signet à l’intérieur. J’ai Lu a prévu de rééditer l’ensemble des cinq intégrales selon le même format.

Edition Collector de l’intégrale 1 (J’ai Lu)

Ce sont vers nos amis anglophones qu’il faut se tourner pour trouver de réelles éditions Deluxe. Les éditions américaines Bantam Spectra ont publié en 2016 une édition Collector illustrée du premier tome de la saga, A Game of Thrones, pour fêter les 20 ans de sa parution. La même édition pour A Clash of Kings (deuxième tome), illustrée par un seul artiste cette fois-ci, est prévue pour novembre 2019.

Enfin, Les éditions anglaises The Folio Society ont prévu de rééditer toute la saga en version Deluxe. Le premier tome est prévu pour juillet 2019. Mais attention au porte-monnaie.

L’édition Deluxe de A Game of Thrones (VO) par The Folio Society (juillet 2019)

Les Aventures de Dunk et l’Œuf

De quoi ça parle ?

Couverture de la version Poche des chroniques du chevalier errant. (Crédit : éditions J'aiLu)

Couverture de la version Poche des chroniques du chevalier errant.
(Crédit : éditions J’ai Lu)

Les Aventures de Dunk et l’Œuf regroupent trois nouvelles parues à l’heure actuelle :

  • Le Chevalier Errant (The Hedge Knight, publié initialement en 1998 dans l’anthologie Légendes de Robert Silverberg)
  • L’Épée Lige (The Sworn Sword, publié initialement en 2003 dans l’anthologie Légendes de la fantasy de Robert Silverberg)
  • L’Œuf de Dragon (The Mystery Knight, publié initialement en 2010 dans l’anthologie Warriors codirigée par George R. R. Martin et Gardner R. Dozois)

Ces nouvelles se situent une centaine d’années avant la saga principale. Elles suivent le personnage de ser Duncan le Grand, plus connu sous le surnom de Dunk, un chevalier errant. La première aventure débute par sa rencontre avec un jeune garçon, surnommé l’Œuf (VO : Egg), qui devient son écuyer. Rapidement, l’Œuf se révèle être Aegon Targaryen, un membre de la famille royale. Malgré la basse extraction de son mentor, l’Œuf demeure aux côtés de Dunk et l’on suivra ensuite leurs aventures faites de tournois, de complots et autres duels sur les routes de Westeros jusqu’à ce qu’ils atteignent plus tard, respectivement, les rangs de lord Commandant de la Garde Royale et Roi des Sept Couronnes… Le chemin est tracé, puisque l’on sait déjà qu’ils décéderont tragiquement lors les événements mystérieux de Lestival (tragédie qui verra la naissance de Rhaegar Targaryen).

Au moins deux autres nouvelles sont prévues. Leurs titres provisoires sont The She-Wolves of Winterfell et The Village Hero. Plus récemment encore, Martin citait le nom d’autres nouvelles potentielles : The Sellsword, The Champion, The Kingsgard, The Lord Commander. Il ne s’agit toutefois que de titres provisoires.

Martin a prévu de raconter toute l’histoire de la vie de Dunk et de l’Œuf depuis leur rencontre jusqu’aux tragiques événements de Lestival, en autant de nouvelles que nécessaire. Il a toutefois affirmé qu’aucune de ces nouvelles ne paraîtra avant la publication du tome 6 de la saga principale, The Winds of Winter.

Un style léger et des récits chevaleresques

Avec ses personnages attachants et son style enlevé et immersif, le récit des Aventures de Dunk et l’Œuf permet une lecture courte très agréable. L’auteur nous fait notamment découvrir le monde des tournois, avec ses affrontements grandioses (les scènes de joute sont particulièrement spectaculaires dans la première nouvelle) ou démontre son talent pour faire ressentir les sensations des personnages (la deuxième nouvelle se déroule dans une chaleur étouffante). On y retrouve cette particularité qu’ont les récits de Martin de nous montrer que les princes peuvent être des grands hommes ou de sombres personnages… On assiste dans ces nouvelles à un pur récit de chevalerie dans l’univers familier de Westeros, où les personnages sont impliqués dans des événements qui les dépassent.

Les Aventures de Dunk et l’Œuf sont totalement indépendantes de la saga principale. On peut donc les lire avant d’attaquer les tomes monumentaux du Trône de Fer, mais la Garde de Nuit vous recommande tout de même de les lire après avoir lu et savouré la saga. En effet, si l’on comprend très bien l’histoire qui est indépendante des péripéties du Trône de Fer, beaucoup de clins d’œil sont semés dans les nouvelles pour le lecteur attentif, et ceux-ci s’apprécient bien mieux lorsque l’on a lu la saga.

Par ailleurs (cela peut paraître évident mais sait-on jamais), les trois nouvelles se lisent dans l’ordre. Évitez de commencer par L’Œuf de Dragon, vous vous y perdrez !

Enfin, conseil d’ami si vous comptez lire TWOW en VO (ne pouvant pas attendre la sortie en VF, j’imagine que beaucoup d’entre vous se jetteront sur l’ouvrage en VO) : Les Aventures de Dunk et l’Œuf sont un excellent moyen de s’essayer à la lecture en anglais des œuvres de Martin. Courtes et avec un style efficace proche de celui des romans, ces nouvelles vous permettront de vous rendre compte de la difficulté de la lecture en anglais et vous permettront de vous faire la main.

Quels liens avec la saga originelle ?

Attention, le paragraphe qui suit révèlent certains points de l’intrigue. Si vous ne voulez pas être spoilé, abstenez-vous.
L’un des grands plaisirs qu’a le lecteur à la lecture des nouvelles est de retrouver un univers familier et de découvrir des personnages et événements qui auront un écho dans la saga qu’il connaît. Il s’amusera par exemple en croisant le petit Walder Frey, un enfant insupportable, ou le jeune prince Aemon Targaryen, frère d’Aegon, destiné à devenir mestre. Il s’amusera également à chercher dans la saga le ou les descendants de Dunk (G.R.R. Martin ayant affirmé qu’un ou plusieurs personnages de la saga descendent de notre cher Duncan).

Mais de façon moins anecdotique, les nouvelles se déroulent lors des rébellions Feunoyr, nous offrant une fenêtre sur ces événements dont parlent parfois les personnages de la saga. Ces rébellions ont eu un énorme impact sur la vie de Westeros, et les nouvelles font notamment résonner d’une toute autre manière certaines situations d’ADWD où l’on croise la Compagnie Dorée, compagnie de mercenaires formée par des descendants des soutiens Feunoyr battus lors de la rébellion, qui va s’allier avec un certain Griff le Jeune…

Ces nouvelles nous permettent également de faire la connaissance du fameux Brynden Rivers, surnommé Freuxsanglant, que Bran rencontrera bien plus tard en la personne de la Corneille à Trois Yeux… Nous vous invitons pour en savoir plus à lire le super article de l’Estivale à ce sujet !

Enfin, ces nouvelles nous permettent d’assister au déclin d’une famille. On sait déjà qu’Aegon V (notre petit Œuf donc) fut surnommé l’Invraisemblable en raison de sa position très lointaine dans l’arbre de succession targaryen (à sa naissance, il est le quatrième fils du quatrième fils du roi ; il est donc totalement impensable qu’il finisse un jour sur le trône, de nombreux héritiers passant avant lui). Les Aventures de Dunk et l’Œuf nous permettent de voir comment cette famille nombreuse et florissante fut progressivement décimée.

Même au sein de ces nouvelles, de nombreuses théories peuvent voir le jour. Pour ceux que ça intéresse, n’hésitez pas à consulter la vidéo de notre frère juré Werther sur le sujet.

Quelle édition choisir ?

Récemment (2017), les éditions J’ai Lu ont publié en français un recueil intitulé Chroniques du chevalier errant, regroupant les trois nouvelles, au format poche. La traduction des œuvres a pour l’occasion été revue et unifiée par Patrick Marcel. Nous vous conseillons donc, si vous souhaitez lire les nouvelles, de vous procurer cet ouvrage.

Pour ceux qui lisent en VO, sachez qu’il existe une édition illustrée de ces trois nouvelles, intitulée A Knight of the Seven Kingdoms. La couverture est cartonnée, les illustrations sont faites par Gary Gianni.

Si vous aimez les comics, vous pouvez également retrouver les aventures de Dunk et l’Œuf sous cette forme, avec un scénario de Ben Avery et des dessins de Mike S. Miller. Les trois nouvelles ont été adaptées en VO.
En France, le comics adapté de la première nouvelle (Le chevalier Errant) a été publié par les éditions Milady en 2008, mais n’étant plus réédité depuis un bout de temps, il est presque impossible à trouver. L’adaptation graphique de la troisième nouvelle (L’Œuf de Dragon) a été publiée il y a peu de temps (avril 2019) par les éditions Dargaud, sous le titre de Le chevalier Errant. Attention donc à la confusion des titres : ce comics-là adapte bien la troisième nouvelle, et non la première. Finalement, seule la deuxième nouvelle (l’épée lige) n’a jamais été traduite en français.

Fire and Blood / Feu et Sang

De quoi ça parle ?

Fire And Blood est le nom de l’ouvrage censé couvrir toute l’histoire des Targaryen depuis la Conquête de Westeros jusqu’à la rébellion de Robert Baratheon. Fire and Blood (la devise de la maison Targaryen) sera découpé en deux volumes, du fait de la quantité astronomique de textes déjà rédigés (ils devaient à la base faire partie de l’encyclopédie The World of Ice and Fire (Les origines de la saga en français) mais, en raison de leur taille, ils ont été écartés de l’ouvrage).

Couvertures américaine, française et anglaise de Fire and Blood / Feu et Sang

Couvertures américaine, française et anglaise de Fire and Blood / Feu et Sang

Le premier tome, qui est sorti le 20 novembre 2018 en version originale, couvre la période allant d’Aegon Ier jusqu’à la régence d’Aegon III, c’est-à-dire juste après la guerre civile connue sous le nom de la « Danse des Dragons ». En France, l’ouvrage est découpé en deux parties (cf point « Quelle édition choisir ? »).

Le second tome ira du règne d’Aegon III à la chute d’Aerys le Fol (et donc de la dynastie Targaryen). Cette partie de l’histoire n’est pas vraiment écrite, il faudra sans doute attendre quelques années supplémentaires avant de la voir paraître.

Certains textes, dans une version abrégée, ont auparavant été publiés sous forme de nouvelles dans des anthologies :

  • La Princesse et la Reine, publié initialement en 2013 dans l’anthologie Dangerous Women codirigée par George R. R. Martin et Gardner R. Dozois
  • Le Prince vaurien, publié initialement en 2014 dans l’anthologie Rogues codirigée par George R. R. Martin et Gardner R. Dozois
  • The Sons of the Dragon, paru le 10 octobre 2017 dans l’anthologie The Book of Swords publiée par Gardner R. Dozois (non disponible en français)

Les deux premières nouvelles se situent durant la Danse des Dragons. Ce conflit terrible opposa deux prétendants au trône et déchira le royaume. Il dressa Targaryen contre Targaryen, chevalier de la Garde Royale contre chevalier de la Garde Royale, dragon contre dragon, frère contre frère… Ce fut la guerre la plus sanglante qu’aient connue les Sept Couronnes. Mais surtout avec cette guerre civile, les dragons furent presque tous exterminés.
La Princesse et la Reine retrace les débuts de la guerre, des ambassades diplomatiques jusqu’aux premiers mouvements militaires. Le Prince vaurien se passe quelques années avant et retrace le parcours d’un des principaux acteurs de la guerre, le prince Daemon Targaryen.

The Sons of the Dragon couvre, quant à elle, le règne des deux fils d’Aegon le Conquérant, Aenys et Maegor. Un article a par ailleurs été publié pour vous résumer tout ce qu’il faut savoir avant de lire la nouvelle.

Un style qui peut surprendre

Soyons honnêtes : ces nouvelles s’adressent surtout aux grands fans de la saga et le style peut déstabiliser. Nous ne conseillerions pas aux lecteurs de rentrer dans l’univers de la saga en commençant par ces écrits.

Le principe de l’ouvrage est qu’il s’agit d’un ensemble de chroniques écrites par un archimestre au sujet de l’histoire des Targaryen. G.R.R. Martin qualifie cela de « fake history » : l’ouvrage est supposé écrit par un historien fictif, archimestre Gyldayn, dans le style d’une chronique destinée aux savants. C’est donc un exercice de style, et l’on ne retrouvera pas le style enlevé et la plume efficace de Martin. Le nombre de personnages est considérable, le style est lourd … Il y a une réelle complexité même pour un connaisseur de l’univers. On ne peut donc que trop vous conseiller d’avoir lu la saga avant d’attaquer cette nouvelle. Ce n’est pas une obligation puisque plus de 200 ans séparent les nouvelles de la saga et que les histoires sont indépendantes, mais il y a un certain charme à rencontrer les ancêtres des personnages que l’on connaît, et sans ça, le style peut s’avérer très rébarbatif.

Quelle édition choisir ?

Anthologie the Book of Swords (crédit : Bantam et Gardner Dozois)

Anthologie the Book of Swords (crédit : Bantam et Gardner Dozois)

Le premier tome de Fire and Blood, en VO, fait 736 pages, et est composé de 75 illustrations en noir et blanc de Doug Wheatley. Il est paru le 20 novembre aux USA (éditions Bantam), en Angleterre (éditions HarperCollins). Il se trouve assez facilement en France, si vous voulez vous lancer dans la lecture en anglais (elle reste accessible, pas de panique ;).

En version francophone, les éditions Pygmalion ont publié la première moitié de ce tome, sous le titre de Feu et Sang, partie 1. Cette version ne comporte pas d’illustrations. Elle fait 430 pages et couvre la période allant de la conquête à la mort de la reine Alysanne Targaryen, en 100 apr. C. La seconde moitié est parue le 29 mai 2019. Plus tard, en novembre 2019, une version intégrale, regroupant les deux moitiés et les illustrations d’origine, devrait voir le jour chez Pygmalion.

Pour en savoir plus sur les différentes éditions de Fire and Blood / Feu et Sang, nous vous renvoyons à cet article.

Deux des trois nouvelles sont par ailleurs parues à ce jour en français : La Princesse et la Reine, ou les Noirs et les Verts (The Princess and the Queen) et Le Prince vaurien (The Rogue Prince). La première nouvelle fait partie du premier tome de l’anthologie Dangerous Women, parue en deux volumes aux éditions J’ai lu le 1er juin 2016 et le 18 janvier 2017. La deuxième est disponible aux éditions Pygmalion, sous le titre de Vauriens (31 octobre 2018).

À noter : dans l’ouvrage Game of Thrones – Le Trône de Fer, les origines de la saga évoqué ci-dessous, le passage concernant la Conquête est une reproduction, quelque peu abrégée, de la chronique dédiée à la Conquête dans Fire and Blood.

Game of Thrones – Le Trône de Fer, les origines de la saga (The World of Ice and Fire)

Les origines de la saga (TWOIAF en anglais), aux éditions Huginn & Muninn

Les origines de la saga (TWOIAF en anglais), aux éditions Huginn & Muninn

Game of Thrones – Le Trône de Fer, les origines de la saga, publié en français en 2014 chez Huginn & Muninn, est une encyclopédie décrivant l’histoire de Westeros avant la saga originelle. Cet ouvrage est écrit par Elio M. García et Linda Antonsson, les webmasters de westeros.org, en collaboration avec George R. R. Martin.

Superbe objet illustré, l’encyclopédie balaie l’histoire et la géographie de l’univers foisonnant créé par Martin, allant même au-delà des Sept Couronnes.

Mais plutôt qu’une succession d’articles neutres et de type clairement encyclopédique justement, Martin et ses complices ont en effet préféré se cacher derrière un mestre, renseignant son lecteur en quête de réponses (en l’occurrence le roi Tommen Baratheon, l’ouvrage étant censé lui être destiné). Du fait de ce choix d’auteur, le doute semble toujours présent quant à la véracité de certaines informations, que l’on parle d’événements très anciens ou beaucoup plus récents. En effet, le mestre auteur fictif, mestre Yandel, est un mestre moyen en quête de reconnaissance : il rédige l’encyclopédie pour se faire connaître et apprécier des sphères dirigeantes de son époque, le roi Baratheon et la famille Lannister. On note par suite un parti-pris assez marqué en faveur de ces derniers dans la rédaction, certains articles laudateurs étant assez douteux au regard des informations que l’on a par ailleurs dans la saga (typiquement la description qu’il fait du sac de Port-Réal lors de la rébellion Baratheon est clairement orientée). Ainsi, le doute est permis sur la véracité de beaucoup d’articles. Sans compter que notre cher mestre Yandel est absolument convaincu que toutes ces histoires de magie ne sont que des sornettes… Il faut donc remettre les informations de l’encyclopédie en perspective, ce qui est un pur régal pour le fan amateur de théories farfelues !

Leave a Reply