ACOK 50 – Tyrion XI

  • Ce sujet contient 9 réponses, 7 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Sandor Debout, le il y a 1 mois et 1 semaine.
10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Auteur
    Messages
  • #160456
    darkdoudou
    • Pas Trouillard
    • Posts : 573

    ACOK 50 – Tyrion XI
     Au fil des pages – liste des sujets

    ACOK 49, Daenerys IV ACOK 51, Theon IV

    Une journée bien remplie pour Tyrion : d’abord il s’agit d’envoyer la dernière troupe des Clans de la lune dans les bois pour harceler l’armée de Stannis. De retour, inspectant les pieds des remparts, il ordonne de démolir les barraques et doit faire face à la colère des capitaines marchands furieux de la saisie de leurs navires.

    Tyrion est déjà en retard pour assister à la longue cérémonie d’entrée dans la Garde de Balon Swann et Osmund Potaunoir. Il en profite cependant pour demander aussi au nouveau Grand Septon de répandre des rumeurs concernant l’impiété de Stannis. Deux nouvelles lettres l’attendent, une de Doran Martell qui annonce la chute d’Accalmie, et une autre de Balon Greyjoy, Roi des Iles de Fer et du Nord, qui sollicite une alliance.

    Ensuite deux réceptions se succèdent, d’abord Hallyne le Pyromant qui annonce une production de feu grégeois plus importante que prévu, puis ser lord Jacelyn Prédeaux qui a réussi son embuscade sur le prince Tommen. Enfin Varys l’Araignée arrive avec une liste de traîtres, les Epois, que Tyrion s’empresse de condamner à mort.

    La solitude derrière les murailles

    Nous voyons Tyrion qui se déleste : d’abord de ses principales troupes fidèles, les clans des montagnes qu’il envoie hors des murs de Port-Réal. Ensuite il prend des mesures qui ne vont pas le faire apprécier par Shae – reléguée au rang de chambrière – par les capitaines marchands ou par le petit peuple dont il va faire abattre les commerces devant les murs de Port-Réal.

    Toutes ces décisions sont prises au nom de la défense de la capitale et correspondent à la mission de Main confiées par Tywin (sauf pour Shae bien sûr), mais Tyrion se retrouve bien seul en se séparant des clans. Il ne lui reste plus que les mercenaires dont la loyauté est faible, et le Guet qui manque d’expérience et ne vaut pas les chevaliers.
    Il y a un parallèle entre un dirigeant et les hommes qui l’entourent avec les villes et leurs murailles, spécialement quand Tyrion rappelle les trois forteresses qui viennent de tomber brutalement.

    Que n’était-il aussi facile de doubler la hauteur des murs et de tripler leur épaisseur, déplorait-il à part lui. Mais la ville y gagnerait-elle une quelconque sécurité ? Toute leur masse et toutes leurs tours n’avaient préservé ni Accalmie ni Harrenhal. Et Winterfell non plus.

    Le point commun entre les trois forteresses qui viennent d’être mentionnées ? ce n’est pas un assaut frontal et brutal qui en a déterminé la chute, mais des trahisons, la magie et une poignée d’individus déterminés. Ce que Tyrion a le plus de mal à faire, c’est se blinder le coeur, son coeur encore tendre pour les ennemis Nordiens :

    Winterfell ne t’est rien, se morigéna-t-il. Sois content de sa chute, et surveille tes propres murs.

    Ce passage est pour moi révélateur des problèmes d’identité de Tyrion : mal à l’aise dans sa peau de Lannister, le lecteur a remarqué la tendresse constante qu’il a pour les Stark. Autre point dans le dossier des problèmes d’identité, quand il essaie d’expliquer à un Shagga rigolard à faire la guérilla tout en employant le vocabulaire des clans :

    Si vous mourez de façon stupide, vos corps me serviront à nourrir les chèvres, menaça-t-il

    De même, la tendresse de Tyrion est visible dans ses relations avec Shae : la présence de la Main à la cérémonie d’adoubement de deux nouveaux gardes royaux n’a pas l’air très utile, Tyrion ne fait rien et il est contraint de rester debout longtemps, au fond de la salle car il est arrivé en retard. J’ai l’impression qu’il est venu uniquement dans l’espoir d’apercevoir Shae quelques secondes. Tyrion se comporte comme un amoureux transi et se soucie énormément des sentiments de Shae. Il y a toujours un malentendu dans leur relation, lui fournissant la sécurité qu’elle ne réclame pas, elle souhaitant recevoir plutôt des cadeaux et sortir de sa condition initiale (avant d’être prostituée).

    Comme une forteresse, Tyrion est formidable au dehors et semble imprenable grâce à son intelligence, mais au dedans il reste toujours en recherche d’affection ce qui le rend vulnérable comme le dira Cersei à Sansa :

    Robert voulait être aimé. Tyrion, mon frère, est atteint du même mal. […] L’amour est un poison. Un poison certes délicieux, mais qui n’en est pas moins mortel. ACOK Sansa IV

    La magie

    je trouve très intéressante la manière dont les informations sur la magie sont données. Tyrion n’est pas un superstitieux ou un croyant même s’il cite naturellement des adages venant de la religion comme ici « Les dieux donnent d’une main tout en prenant de l’autre ». Mais, devant son insistance à comprendre pourquoi la production de feu grégeois est plus importante que prévu, les explications pointent sur l’irrationnel :

    Oh, pardon, juste un souvenir qui vient de me revenir de l’époque où je n’étais encore qu’un acolyte du vieux sage Pollitor. Un peu surpris que tant et tant de nos incantations parussent avoir, quoi, moins d’efficace que ne nous invitaient à le croire les grimoires, je lui en demandai raison. “C’est, me répondit-il, que la magie s’est progressivement retirée du monde à partir de la mort du dernier dragon.”

    Tyrion ne prend pas du tout au sérieux les explications données par Hallyne le Pyromant, il nous a montré déjà comment il traduit « formule magique » en « ingénieux trucage ». Pourtant le lecteur sait bien que des dragons sont revenus et qu’ils grandissent. A Qarth où ils sont, les pouvoirs des conjurateurs ont également augmenté même si nous en aurons la confirmation seulement dans Daenerys V. Ces pouvoirs, tout comme ceux des pyromants étaient autrefois important mais ils avaient décru fortement.

    Cependant une explication rationnelle est aussi possible : les alchimistes deviennent de plus en plus efficaces à force de répéter les mêmes incantations. A chacun de choisir sa version !

    Autre aperçu sur la profondeur de l’univers et l’efficacité de la magie, Tyrion nous fera profiter de son savoir en réagissant à l’annonce par Hallyne qu’un ivrogne a bu du feu grégeois caché sous Fossedragon :

    — Un prince s’y était déjà essayé jadis, dit sèchement Tyrion. Et comme je n’ai point vu de dragon survoler la ville, le truc n’a pas marché cette fois non plus. »

    La phrase de Tyrion est une référence au prince Aerion Targaryen qui nous a déjà présenté pendant une conversation entre Jon et Jeor :

    – Aerion le Monstre ? » Jon connaissait ce nom. « Le Prince qui se prenait pour un dragon » était l’un des contes les plus macabres de Vieille Nan. Bran en raffolait.
    Tout juste, sauf qu’il se nommait lui-même “le Flamboyant”. Si bien qu’un soir il descendit toute une bouteille de feu grégeois, non sans avertir ses amis que cela le métamorphoserait en dragon mais, grâce aux dieux, cela ne le métamorphosa qu’en cadavre. ACOK Jon I

    les guerres de Tyrion

    Plusieurs conflits sont abordés. Je ne reviendrai pas sur la guerre générale contre les forces de Stannis et du Nord ou les possibilités d’alliance avec les fer-nés, mais je comple plutôt parler de la guerre avec Cersei. Il y a aussi une guerre plus souterraine avec Littlefinger et Varys qui agissent dans l’ombre.

    Pour Tyrion il y a quelques bonnes nouvelles ici : Jacelyn Prédeaux revient à Port-Réal. Une personne apparemment sûre pour Tyrion car il l’a nommé lui-même à la tête du Guet… sur les conseils de Varys. Il y a trois choses qui m’ont étonné : d’abord les consignes orales transimes par Bronn ne prévoyaient pas que Ser Jacelyn rentre à Port-Réal, il me semble que c’était le contraire :

    Une fois dans les murs, Prédeaux expulsera la garnison et veillera sur la sécurité de Tommen. Demande-lui si lord Prédeaux charme son oreille. ACOK Tyrion X

    De même, les dispositions spéciales de Ser Jacelyn concernant Tommen n’étaient pas dans les instructions de base.

    Vous avez pris à son endroit toutes les dispositions nécessaires, au cas où nous serions vaincus ?
    — Mes hommes savent ce qu’ils ont à faire.
    — C’est-à-dire ?
    — Vous m’avez interdit d’en parler à personne, messire.

    Surtout, l’embuscade réussie sur Tommen, Lord Gyles et ser Boros Blount a mis en fureur Cersei. A juste titre elle peut donc être considérée comme une trahison, soit de Jacelyn, soit de Tyrion soit des deux. Cersei en tant que Reine Régente devrait pouvoir mettre Jacelyn voire Tyrion en prison pour ce méfait. Or elle n’en fait rien, elle se contente de démettre Boros Blount de son manteau blanc. Une gentillesse qu’elle fait à Tyrion, ou alors elle attend le moment opportun pour se venger ?

    Le remplaçant de Boros, Osmund Potaunoir, désole Tyrion qui a acheté sa loyauté et qui se moque de Cersei qui l’a fait nommer, en effet Osmund vend tous ses secrets à Bronn. Mais la loyauté d’Osmund est-elle bien acquise à Tyrion ? Le lecteur de toute la saga a des raisons de suspecter une allégeance masquée des Potaunoir vis-à-vis de Littlefinger.

    Tyrion aussi a pu appuyer ouvertement quelqu’un pour une nomination :

    le nouveau Grand Septon (qui était l’homme de son choix, et assez malin pour savoir à qui il devait le miel de ses tartines)

    Quand Varys arrive tout contrit pour amener une liste de comploteurs, on se dit que l’Araignée fait bien son travail de maître des chuchoteurs. Tyrion se méfie quand même un peu :

    Il parcourut la liste. « Je connais certains de ces noms. Artisans, négociants, boutiquiers. Pourquoi donc comploteraient-ils à notre détriment ?

    Ensuite Tyrion se laisse convaincre (trop?) facilement par l’explication de Varys que les comploteurs ont misé sur la victoire de Stannis. Cependant, pour nous lecteurs qui ne sommes pas un bout d’une longue journée comme Tyrion, il est possible de se poser des questions. Est-ce que ce sont vraiment des comploteurs de Stannis, ou alors Tyrion ne se laisse-t-il pas berner par Varys qui s’attaque à des hommes de Littlefinger ? Pour aller plus loin le sujet créé par Eridan est le bon endroit 

    Conclusion

    Alors que la menace des armées de Stannis s’approche et que l’union sacrée devrait être la règle, Tyrion passe beaucoup d’énergie dans sa guerre contre Cersei. Difficile de lui donner tort vu ce qui est arrivé à la Main précédente, mais d’un autre côté ce n’était pas vraiment ce que lui avait demandé Tywin : discipliner le Roi et mettre au pas le Conseil Restreint. En particulier les actions de Littlefinger et Varys semblent toujours passer sous les radars.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 1 semaine par darkdoudou. Raison: orthographe, coquilles, style
    #160475
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8120

    Un chapitre où ça avance un peu… Pas grand chose à analyser/noter

    Le fait est que, en effet, Tyrion s’isole. Il tente de parler tactique à ses clans des montagnes, hum

    Timett had taken his Burned Men into the kingswood two days before. Yesterday the Black Ears and Moon Brothers followed, today the Stone Crows.

    “Whatever you do, don’t try and fight a battle,” Tyrion said. “Strike at their camps and baggage train. Ambush their scouts and hang the bodies from trees ahead of their line of march, loop around and cut down stragglers. I want night attacks, so many and so sudden that they’ll be afraid to sleep—”

    Et Tyrion sait bien à quoi s’en tenir avec Bronn et ses hommes

    He was going to feel naked without his clansmen.

    He still had Bronn’s hirelings, near eight hundred of them now, but sellswords were notoriously fickle. Tyrion had done what he could to buy their continued loyalty, promising Bronn and a dozen of his best men lands and knighthoods when the battle was won. They’d drunk his wine, laughed at his jests, and called each other ser until they were all staggering . . . all but Bronn himself, who’d only smiled that insolent dark smile of his and afterward said, “They’ll kill for that knighthood, but don’t ever think they’ll die for it.”

    Tyrion had no such delusion.

    Comme rien ne va, on nous « apprend » que le guet de la cité n’est pas composé de foudres de guerre (^^). Et Tyrion fait une phrase similaire à celle de Ned au sujet des défenses

    La foule envoie un poisson sur Tyrion (toujours aimable) puis ce dernier donne l’ordre de raser les lieux mais proprement si possible (sûr que ça va être bien pris). Par une transition bien amenée par l’auteur, on nous apporte les nouvelles de la chute de Winterfell et la prise d’Harrenhal.

    Intéressante pensée à propos des fer-nés à Winterfell et le « pouvoir » des Anciens Dieux

    The castle might well be theirs, but never that godswood. Not in a year, or ten, or fifty.

    Tyrion ensuite réquisitionne des navires ce qui ne fait pas les affaires de certains marchands

    Ensuite, c’est la cérémonie pour les deux gardes royaux : Balon Swann et Osmund Potaunoir. Balon (non, pas le fer né, l’autre) OK mais Osmund…

    “Ser Osmund is as loyal as he is brave,” she’d told Joffrey when she put forward his name. It was true, unfortunately. The good Ser Osmund had been selling her secrets to Bronn since the day she’d hired him, but Tyrion could scarcely tell her that.

    On nous apprend ensuite que Tommen est bien en sécurité, suite à l’embuscade prévue. Boros Blount s’est rendu et ça a énervé Cersei. On peut se demander à quoi joue Tyrion dans sa guéguerre contre Cersei alors qu’il y a sans doute plus urgent (et plus dangereux).

    Shae a un nouvel emploi, le septuaire a un nouveau grand septon (plus docile on dirait)

    Quand on arrive aux pyromants, on nous apprend à mots couverts que l’alchimie est plus efficace. Et on peut subodorer que ce serait lié (?) aux dragons. Au passage, Tommen est toujours choupi et Joffrey, toujours un crevard cruel envers les animaux

    A la fin, moi aussi j’ai eu de gros doutes sur les conspirateurs qui sont « bien trouvés »  par Varys. Heureusement qu’il est là dites donc, quelle perle, quel pilier du pouvoir 😀

     

     

     

    des conspirateurs dénoncés par Varys. Vraiment ?

     

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #160508
    PierreKirool
    • Frère Juré
    • Posts : 72

    Bien vu l’idée que les conspirateurs des Epois désignés par Varys sont possiblement une ruse pour lui de se débarrasser aussi de pions de Littlefinger, je ne l’avais pas vu venir.
    Tyrion agit beaucoup mais se trompe encore d’ennemi…

    #160509
    Yfos
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 949

    Merci pour cette analyse.

    Dans ce chapitre, on voit en effet Tyrion agir comme Main, prendre des décisions difficiles, peu populaires, mais indispensables. Cela change de ses guéguerres avec Cersei.

    Nous voyons Tyrion qui se déleste : d’abord de ses principales troupes fidèles, les clans des montagnes qu’il envoie hors des murs de Port-Réal.  Toutes ces décisions sont prises au nom de la défense de la capitale … mais Tyrion se retrouve bien seul en se séparant des clans. Il ne lui reste plus que les mercenaires dont la loyauté est faible, et le Guet qui manque d’expérience et ne vaut pas les chevaliers.

    Il se retrouve en effet un peu dans la situation de Ned Stark lorsqu’il a envoyé un certain nombre de ses meilleurs hommes aux côtés de Beric Dondarrion et à qui il restait le guet dont la loyauté est douteuse. Sauf que Tyrion, lui, en est conscient.

    Cependant une explication rationnelle est aussi possible : les alchimistes deviennent de plus en plus efficaces à force de répéter les mêmes incantations.

    Pas faux; il y a longtemps qu’on ne leur avait pas commandé une telle quantité de feux grégeois, ils n’avaient donc guère l’occasion de se perfectionner auparavant.

    Cersei en tant que Reine Régente devrait pouvoir mettre Jacelyn voire Tyrion en prison pour ce méfait.

    Pour Tyrion qui tient lieu de Main, cela semblerait quand même compliqué. Par contre, pour Jacelyn Prédeaux, elle pouvait sans problème: Tyrion a bien fait jeter Pycelle au cachot. Par contre, a-t-elle les hommes pour le faire?

    Est-ce que ce sont vraiment des comploteurs de Stannis, ou alors Tyrion ne se laisse-t-il pas berner par Varys qui s’attaque à des hommes de Littlefinger ?

    A la fin, moi aussi j’ai eu de gros doutes sur les conspirateurs qui sont « bien trouvés »  par Varys. Heureusement qu’il est là dites donc, quelle perle, quel pilier du pouvoir

    Comment ça, Varys mentirait?

    Stannis aurait dix fois plus d’hommes que Joffrey (ACOK Sansa), il est donc possible que certains habitants de Port Real souhaitent rejoindre son camp. L’erreur étant humaine, Varys a pu simplement se tromper et rajouter dans sa liste des personnes qui n’avaient rien à voir avec cette conspiration.

    « Les meilleurs mensonges s’assaisonnent d’une pincée de vérité » Tyrion, ADWD 15

    #160514
    Liloo75
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2256

    Merci Darkdoudou pour cette belle présentation du chapitre de Tyrion.

    J’avais noté, comme toi, que Tyrion se dépouille de beaucoup d’hommes. Ses plus fidèles alliés, les hommes des clans notamment.

    J’ai été surprise également du retour de lord Jacelyn. Ne devait-il pas veiller sur Tommen ? Puisque lord Gyles en semble incapable. Ou trop proche de Cersei…

    En revanche j’avais oublié le choc que reçoit Tyrion en apprenant la chute de Winterfell. Il est très attaché aux Stark. Et à l’entendre, seul un Stark peut etre seigneur de Winterfell. Theon l’apprendra à ses dépens.

    J’ai relevé la réflexion de Tyrion selon laquelle même au bout de 50 ans, il se sentirait toujours un intrus dans le bois sacré de Winterfell. Tyrion a l’intelligence de le reconnaître. Ou bien est-ce sentimental,  émotionnel ?

    Dans tous les cas, les Greyjoy ne garderont pas longtemps la forteresse. Et je parirai que les Bolton non plus.

    Au sujet des Epois, à la première lecture j’étais persuadée de fiabilité des informations de Varys. Maintenant, j’ai un doute…

    Je partage l’analyse d’Yfos sur les Port-Réalais qui sentant le vent tourner en faveur de Stannis, et pourraient souhaiter conspirer contre Joffrey. Avec le ralliement des troupes de feu Renly, Stannis devient un adversaire inquiétant et un prétendant de plus en plus crédible au trône de fer.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #160589
    Sandor Debout
    • Frère Juré
    • Posts : 76

    Merci pour ces réflexions. J’avoue que je ne m’étais jamais posé de question sur les épois, ni sur la possibilité d’un coup bas de Varys.

    Concernant Tyrion, on a déjà souligné son relatif aveuglement et son incapacité à composer avec Cersei (faut dire qu’elle ne l’aide pas). Mais ce qui m’interpelle en relecture c’est son manque de vision stratégique à long terme. Il prépare au mieux l’assaut de Stannis, mais que prévoit-il pour l’après victoire? Pas grand chose. C’est comme s’il était persuadé que la cause Lannister était perdue.

    Enfin je n’ai toujours pas compris l’intérêt de l’enlèvement de Tommen. Si ce n’est, d’un point de vue scénaristique, de rajouter un peu de haine entre Cersei et lui.

    #160595
    Aline du Val
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 15

    Merci pour l’analyse de ce chapitre. Et à tous, pour toutes les autres analyses que j’ai découvertes à l’époque du « grand confinement » et je suis devenue totalement accro à cela :)))

    Quant à l’enlèvement de Tommen: il me paraît au contraire stratégique pour se garantir le contrôle du dernier prince « Baratheon »-Lannister, au cas où Port Réal tombait, au cas où Joffrey était mort, c’est le dernier héritier légitime du roi Robert ; essentiel pour les raisons de légitimation : qui contrôle le prince, contrôle le pouvoir. C’est essentiel pour Tyrion, à mes yeux.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par Aline du Val.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par R.Graymarch. Raison: Baratheon sans accent
    #160600
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8120

    Tommen n’est pas le « dernier » héritier de Robert, c’est le suivant. Il y a encore Myrcella derrière (pas à Port Réal mais tout de même dans l’équation)

    Le plan de mettre Tommen à l’abri n’est pas idiot en soi, c’est juste que, si je me souviens bien, c’est le plan de Cersei et Tyrion veut le faire capoter pour… faire la même chose. Est-ce vraiment judicieux d’utiliser des ressources pour ça et de mettre une nouvelle fois sa soeur à dos sans bonne raison (à part se croire intrinsèquement supérieur) ?

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #160606
    Aline du Val
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 15

    Tommen n’est pas le « dernier » héritier de Robert, c’est le suivant. Il y a encore Myrcella derrière (pas à Port Réal mais tout de même dans l’équation) Le plan de mettre Tommen à l’abri n’est pas idiot en soi, c’est juste que, si je me souviens bien, c’est le plan de Cersei et Tyrion veut le faire capoter pour… faire la même chose. Est-ce vraiment judicieux d’utiliser des ressources pour ça et de mettre une nouvelle fois sa soeur à dos sans bonne raison (à part se croire intrinsèquement supérieur) ?

    Certes, mais dans le système de Westeros (à l’exception de Dorne) l’héritier mâle passe avant ses soeurs. Par ailleurs Myrcella est déjà éloignée, et justement il m’a toujours semblé sous contrôle de Tyrion (?). En tout cas, j’ai toujours pensé – à tort? – que cet épisode était justement le classique du jeu du « contrôle de la légitimité du pouvoir ». Contrôler Tommen / Myrcella c’est aussi un fort levier pour contrôler Cersei qui aime profondément ses enfants. Tyrion pense aussi peut-être au danger que peut représenter Joffrey pour son petit frère (?), vu le peu d’influence qu’exerce Cersei sur son roi de fils, et la difficulté de le modérer en général (?).  Sans oublier peut-être le fait que Tommen et Myrcella sont tout de même des neveu et nièce de Tyrion, et il a une sincère affection pour eux (et eux pour lui).  Il a certainement aussi le souci de les éloigner pour sauver d’éventuelles répressions (exécution) au cas où la guerre serait perdue (?).

    Mais c’est une interprétation toute personnelle que je présente ici, je l’admets.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 1 semaine par R.Graymarch. Raison: Joeffrrey -> Joffrey
    #160617
    Sandor Debout
    • Frère Juré
    • Posts : 76

    On est d’accord sur l’utilité de mettre Tommen à l’abri, mais le soustraire aux gardes octroyés par Cersei me paraît un peu puéril.

    Si Stannis ne prend pas Port Réal, Cersei devrait probablement survivre et surtout, tôt ou tard Tywin reviendra. Difficile pour notre lutin préféré de garder longtemps Tommen sous son contrôle. Tyrion semble avoir complètement oublié son père dans l’équation…

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.