ACOK 49 – Daenerys IV

Forums Le Trône de Fer – la saga littéraire Au fil des pages ACOK 49 – Daenerys IV

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Auteur
    Messages
  • #160335
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4380

    ACOK 49 – Daenerys IV
    Au fil des pages – liste des sujets

    ACOK 48, Arya IX ACOK 50, Tyrion XI

    Attention ! Vous venez de pénétrer dans une zone dangereuse. Les illusions de l’espace et du temps sont abolies. La raison et les mensonges ne font plus qu’un. Au terme du chemin, attendent le sagesse, la trahison et la mort. Prenez garde et avancez sans peur.

    On attaque un des chapitres les plus riches d’ACOK en « signes » ^^ … un des plus longs, aussi, fatalement. Je crois qu’aucune analyse de ce chapitre ne pourrait se prétendre parfaitement exhaustive et incontestable. C’est là que la relecture et le forum prennent tout leur sens.

    Voici donc quelques réflexions parcellaires et contestables … Plus que jamais, j’ai hâte de lire les vôtres. ^^

    Deux continents, un monde

    Les chapitres de Daenerys ont une place particulière au sein de la saga ; ils se passent sur un autre continent, dans des sociétés apparemment barbares. Ils tranchent avec le reste de l’œuvre, se passant dans l’univers plus familier de Westeros. Or, même au sein des chapitres de Daenerys, celui-ci est à part, tant la magie (habituellement rare dans asoiaf) est présente. Ce décalage dans le décalage, on le ressent dès la première phrase :

    En cette cité des splendeurs, elle s’était attendue que l’hôtel des Nonmourants serait plus splendide qu’aucun palais. Son palanquin la déposa devant une antiquité de ruine grisâtre.

    Les Nonmourants s’annoncent décevants et décrépis dès le départ. ^^

    Pris isolément, ce chapitre est incompréhensible. Un rêve éveillé, une plongée au cœur d’un mysticisme hermétique, peuplé de visions irréelles et de créatures impossibles. Pourtant, en le reliant au reste de l’œuvre, on peut commencer à trouver des trames de sens imparfaites. Et comme souvent, quand il s’agit de Daenerys, de magie et d’onirisme, c’est du côté de Bran que je vais essentiellement aller chercher … mais pas uniquement.

    1. Les Nonmourants : Vervoyants ou Autres ?

    Longuement teasés depuis le début de cette intégrale, les Nonmourants vont enfin faire leur apparition … et ce sera finalement le seul chapitre où nous les verrons. D’eux, on ne connaît pour l’instant que leur nom et des rumeurs étranges et des avis contradictoires les concernant : Pyat Pree le mystique nous a vanté leur science et leur sagesse ; Xaro Xhoan Daxos le rationnel nous a parlé de leur déliquescence et de leurs mensonges. Le chapitre semble confirmer tour à tour ces deux points de vue.

    Les Nonmourants apparaissent comme une caste de magiciens, apparemment exclusive de la ville de Qarth. (Il n’y a à ma connaissance aucune autre caste ou mage leur ressemblant en Orient, sauf à considérer les hommes de pierre de Chroyane comme des mages). Les Conjurateurs (comme Pyat Pree) semblent être leurs novices, leurs apprentis. Difficile de comprendre leur vraie nature … GRRM s’amuse peut-être à assembler des créatures mystiques et monstrueuses, en les parant de caractéristiques qu’il trouve cools … Ou peut-être qu’on peut aller un peu plus loin.

    Quelques explications ou parallèles pourraient exister si on regarde du côté de Westeros.

    Les Nonmourants se présentent comme des cadavres. Leurs lèvres et leurs ongles sont d’un bleu violacé, tirant sur le noir. Leurs yeux sont blancs et aveugles. Ils ne respirent pas, ce qui achève de convaincre qu’ils sont des morts-vivants. On découvre également qu’ils sont froids. On est tenté de les rapprocher des Autres et de leurs spectres, souvent définis comme des « shadows » (ténèbre ou ombre) eux-aussi. Ils présentent des caractéristiques proches, mais pas identiques (mains noires, yeux bleus, incapacité à parler). Aussi, est-il intéressant de les rapprocher d’autres créatures, avec lesquels ils semblent plus liés encore : les vervoyants.

    On se rappellera de la description horrifique de Freuxsanglant, quand Bran le découvre dans ADWD. Il est largement passé dans l’arbre, mais il ne meurt toujours pas. Son esprit « s’attarde » :

    La plus grande part de lui est passée dans l’arbre, expliqua la chanteuse que Meera appelait Feuille. Il a vécu au-delà de son temps mortel, et cependant il s’attarde.
    […]
    Les [vervoyants] ne sont pas robustes, et leurs années vives sur terre sont peu nombreuses, car chaque chanson doit posséder son équilibre. Mais une fois à l’intérieur du bois, ils s’attardent très longtemps.

    A Dance with Dragons, Chapitre 35, Bran.

    Les Nonmourants ressemblent à des vervoyants, dont les corps dépérissent, mais dont la conscience s’attarde. Cela correspond d’ailleurs à ce qu’en dit Pyat Pree : « Nos petites vies ne leur sont ni plus ni moins qu’un battement d’ailes de mite. » On remarquera également que les Non-mourants ne parlent pas : la typographie (paroles écrites en italique) correspond à des pensées qu’entendrait Daenerys, et qui répondent à ses paroles comme à ses propres pensées. C’est aussi ainsi que communique la corneille à trois yeux dans le rêve de Bran ou Bran lui-même dans le rêve de Jon que nous verrons bientôt :

    Seulement, il se réveillerait juste avant de heurter le sol. On se réveille toujours juste avant de heurter le sol.

    Et si tu ne te réveilles pas ? demandait la voix.

    A Game of Thrones, Chapitre 18, Bran.

    * * *

    Le barral avait le visage de son frère. Son frère avait-il toujours eu trois yeux ?
    Pas toujours, cria le silence. Pas avant la corneille.

    A Clash of Kings, Chapitre 54, Jon.

    Autre point qui rapproche vervoyants et Nonmourants : les jeux de couleurs. Dans l’hôtel des Nonmourants comme dans les grottes des enfants de la forêt, Martin dépeint des lieux sombres, où les rares lumières ne révèlent que quelques nuances ou quelques rares couleurs. Les Nonmourants (sur)vivent dans une pièce enveloppée dans les ténèbres. Il en va de même pour le dernier des vervoyants :

    Toute la couleur a disparu, prit soudain conscience Bran. Le monde mariait terre noire et bois blanc.

    […]

    puis toutes les couleurs s’effacèrent pour ne laisser que le noir et le blanc.

    A Dance with Dragons, Chapitre 14, Bran.

    * * *

    « Ne crains jamais les ténèbres, Bran. » Les paroles du lord s’accompagnaient d’un faible froissement de bois et de feuilles, d’une légère torsion de la tête. « Les arbres les plus solides s’enracinent dans les lieux obscurs de la terre. Les ténèbres seront ton manteau, ton bouclier, ton lait maternel. Les ténèbres te rendront fort. »

    A Dance with Dragons, Chapitre 35, Bran.

    Il y a encore d’autres points commun, que j’aborderai dans le point suivant. Mais il y a aussi un élément primordial qui distingue vervoyants et Nonmourants : les vervoyants rentrent dans les arbres, dans la terre et c’est ce qui leur permet de reculer le moment de leur mort. En revanche, les Nonmourants ne se raccrochent pas à une nature immuable, qui « existait avant eux et existera après eux ». A l’inverse, ils semblent que leur survie dépend d’un artefact magique :

    Au-dessus flottait un cœur humain, boursouflé, bleui par la pourriture et pourtant vivant. Il battait avec un boucan semblable à de lourds sanglots, et chacune de ses pulsations projetait un jet de lumière indigo.

    Ici, je ne peux m’empêcher de penser à un des titres de R’hllor : Cœur du Feu. Or, le dieu rouge possède lui-aussi des serviteurs qui ne sont que des cadavres ranimés par la magie de l’ultime baiser. Les ressuscités sont censés se relever grâce au feu vital de R’hllor.

    Il y a aussi cette vision, lors du premier rêve de corneille de Bran, qui m’interpelle :

    Plus au nord encore, au nord du nord, Bran atteignit le rideau de lumière au-delà duquel s’interrompt le monde et, le traversant, pénétra si profondément au cœur de l’hiver que la terreur lui arracha un cri, tandis que des larmes incendiaient ses joues.

    A Game of Thrones, Chapitre 18, Bran.

    Sur ce point, de nouveau, les Nonmourants ressemblent peut-être plus aux Autres qu’aux vervoyants.

    D’après moi, il est impossible d’identifier les Nonmourants comme des vervoyants ou comme des Autres ou comme des adeptes corrompus de R’hllor. Ils utilisent sans doute des magies proches ou semblables, mais pas identiques.

    2. Magie et pouvoir : Le prix des vérités et de la sagesse

    L’initiation ésotérique est un chemin long et difficile, chez Martin. Toute magie a un prix : la souffrance et la monstruosité. Les Nonmourants ont obtenu des vies longues et l’accès à des visions prophétiques qui dépassent celles du commun des mortels, mais c’est au prix de leur déliquescence et de leur dépendance à la survie de leur cœur commun et corrompu. Daenerys entame dans ce chapitre une initiation à la magie … mais elle est (heureusement?) interrompue.

    L’initiation commence par l’ingestion d’une substance psychotrope, censée permettre l’éveil. Dans un monde où la magie existe, il faudra bien l’admettre … Toutefois, en lisant le voyage impossible de Daenerys dans l’hôtel des Nonmourants, on pourrait aussi se demander si la substance n’est pas simplement hallucinogène. Quoi qu’il en soit, l’apprentissage est difficile :

    Elle porta la flûte à ses lèvres. La première goutte avait sur les papilles un goût d’encre et de viande avariée, mais l’absorption en dissipa la fétidité, et Daenerys eut le sentiment que le liquide, en elle, venait à la vie, s’animait. Cela faisait comme des vrilles qui se développaient dans sa poitrine et qui, tels des doigts de feu, lui enserraient le cœur, elle avait sur la langue des saveurs qui évoquaient le miel, la crème et l’anis, le lait maternel et la semence de Drogo, le sang chaud, la viande rouge et l’or en fusion. A la fois toutes les saveurs qu’elle avait connues et aucune d’elles… – et la flûte se retrouva vide.

    Ce goût épouvantable de l’ombre-du-soir, il nous est confirmé par Victarion, qui goûte à peine une gorgée :

    Le Choucas emplit deux coupes d’un vin noir bizarre et qui coulait gluant comme du miel. « Bois avec moi, frère. Goûte-moi ça. » Il lui tendit l’une des coupes.
    Le capitaine prit celle qu’Euron ne lui avait pas offerte et en flaira le contenu d’un air soupçonneux. Vu de près, le liquide était plutôt bleu que noir. Il était épais et huileux, et il exhalait une odeur semblable à celle de la chair putréfiée. Victarion tâta d’une menue gorgée qu’il recracha immédiatement. « Dégueulasse. Tu cherches à m’empoisonner ?
    – Je cherche à t’ouvrir les yeux. » Euron avala une bonne lampée de sa propre coupe et sourit. « Ombre-du-soir, le vin des conjurateurs.

    A Feast for Crows, Chapitre 30, Le Ravisseur.

    L’autre personnage qui vit une expérience similaire, c’est Bran lorsqu’il débute sa formation de vervoyant :

    À l’intérieur se trouvait une pâte blanche, épaisse et lourde, où couraient des veines rouge sombre. « Tu dois manger ceci », expliqua Feuille. […]
    – Une pâte de germes de barral. »
    Quelque chose dans l’aspect de la substance donna la nausée à Bran. Les veines rouges n’étaient que de la sève de barral, supposait-il, mais à la lueur de la torche elles avaient une remarquable ressemblance avec le sang.
    […]
    Ça avait un goût amer, quoique point autant que la pâte de glands. La première cuillerée fut la plus difficile à avaler. Il faillit la rendre aussitôt. La seconde eut meilleur goût. La troisième était presque sucrée. Il enfourna le reste avec avidité. Pourquoi l’avait-il trouvée amère ? La pâte avait un goût de miel, de neige fraîchement tombée, de poivre et de cannelle et du dernier baiser que lui ait jamais donné sa mère.

    A Dance with Dragons, Chapitre 35, Bran.

    Bran et Daenerys vivent une expérience mystique : ils commencent par être rebutés, avant de prendre goût à ce qu’ils ingèrent (une métaphore de la connaissance ? ^^). Il faut aussi noter que les deux substances, pâtes de germes de barral et ombre du soir ont une origine proche : elles sont toutes deux faites à base d’arbres magiques. Le barral est d’une blancheur d’os, avec des feuilles rouges sang (ce qui renforce son humanisation), l’arbre à ombre-du-soir est tout l’inverse :

    d’un boqueteau d’arbres à l’écorce noire, et du feuillage bleu d’encre duquel se tirait le philtre sorcier que Qarth nommait ombre-du-soir.

    Une nouvelle fois, on retrouve ce parallèle imparfait avec les vervoyants. Or justement, on sait que les barrals dévorent les vervoyants progressivement et ont fait l’objet de nombreux sacrifices au fil des siècles. On se souviendra aussi du dicton qarthien du chapitre de Daenerys II :

    « Maison de mage est bâtie de mensonges et d’os »

    A Clash of Kings, Chapitre 28, Daenerys.

    Ajoutez à ça que la première gorgée à un goût de viande avariée … Et qu’on prétend que « beaucoup pénètrent au palais des Poussières et peu en sortent. » La magie nécessite souvent qu’on sacrifie des vies pour l’obtenir. On peut donc se demander avec quoi les conjurateurs nourrissent leurs arbres.

    Comme souvent, lorsque le protagoniste d’une histoire pénètre dans « l’autre monde », il doit suivre une règle préétablie : Psyché ne doit pas voir le visage d’Eros, Orphée ne doit pas se retourner avant d’avoir quitté les enfers, Pandore ne doit pas ouvrir la jarre / la boite … On peut aussi penser à certaines règles mises en place dans les contes : la femme de Barbe-bleue qui a interdiction de pénétrer son cabinet. A chaque fois, ces interdits étranges se révèlent terribles, une fois qu’ils ont été transgressés. Ici, Daenerys suivra scrupuleusement les consignes de Pyat Pree :

    « Toujours vers le haut. Toujours la porte à main droite. »

    L’autre prix à payer pour être initiée, c’est l’agression dont est victime Daenerys. Prise dans le piège de sa vision, elle perd la conscience de ce qui l’entoure, et c’est seulement grâce à Drogon (tueur de mensonge) qu’elle regagne ses esprits. Trop horrifié par la scène, on peut passer à côté de certains détails : déjà, qu’essaient-ils de faire ? Ils la caressent, la lèchent, la morde … On pourrait penser qu’ils veulent la manger, en faire une des leurs, ou tout autre chose. Ce qui est intéressant, c’est que pour une fois, c’est Daenerys qu’ils semblent convoiter, pas le dragon. D’ailleurs Pyat Pree dit expressément au début du chapitre que Daenerys doit entrer seule … Aurait-il oublier de compter le dragon ? ^^

    L’autre point intéressant dans l’écriture, c’est la description des cœurs (celui des Nonmourants et celui de Daenerys) qui rythment littéralement toute la scène :

    Seul, dans le silence, s’entendait le lent battement poignant du cœur en décomposition.
    […] Les battements du cœur flottant scandaient le passage des ténèbres à l’obscurité.

    [pendant les prophéties] Elle sentait son propre cœur battre à l’unisson de celui qui flottait sous ses yeux, bleu de putréfaction…

    [au moment où elle se rend compte de ce que font les Nonmourants] Et elle, vidée de toute énergie, demeurait inerte, ne pouvait bouger. Même son cœur avait cessé de battre.

    Alors, l’indigo vira vers l’orange, et les murmures se changèrent en cris suraigus. Son cœur faisait des bonds désordonnés, bouches et mains l’avaient lâchée, la chaleur regagnait sa chair, une clarté soudaine l’éblouit. Perché au-dessus d’elle, ailes déployées, Drogon déchiquetait l’effroyable coeur de ténèbres, en lacérait l’infecte corruption, et, chaque fois qu’il y dardait ses crocs, un jet de feu jaillissait de sa gueule ouverte, torride, aveuglant

    simple effet d’écriture ou véritables indications ? Le but final des Nonmourants pourrait-il être de remplacer leur cœur décomposé par un autre, plus jeune, plus fort, plus lié à la magie ?

    Reste ce point litigieux : comment se fait-il que les Nonmourants fassent à Daenerys des prédictions sur son futur, si leur but était de dévorer son feu vital ? N’y a-t-il pas comme une contradiction ? Peut-être n’avaient-ils pas prévu de tuer Deanerys, juste de se nourrir de son « feu vital » et de la laisser repartir ensuite … Quoi qu’il en soit, malgré leur sagesse, leur savoir, leur expérience, il semble que les Nonmourants n’ont pas anticipé leur propre mort … Mélisandre pourrait s’en amuser ! ^^

    3. Visions et prophéties : Des mondes imbriqués dans la réalité ?

    Nombre de voyants rabâchent à longueur de chapitres que « les rêves verts ne mentent pas » ou que les « visions dans le feu ne mentent pas ». Pyat Pree et les Nonmourants ont promis à Daenerys savoirs et sagesse, toutefois, à travers ce chapitre, on se rend compte que certaines visions peuvent être trompeuses. Pyat Pree met d’ailleurs Daenerys en garde :

    D’autres portes sont susceptibles de s’ouvrir à vous. Elles offriront à vos yeux maint et maint spectacle troublant. Visions de délices et visions d’horreur, merveilles et terreurs. Soupirs et sons de jours enfuis et de jours à venir et de jours qui jamais ne furent. Il se peut qu’habitants ou serviteurs vous adressent la parole en route. Libre à vous d’en tenir compte ou de les ignorer, mais n’entrez dans aucune pièce avant d’avoir atteint la salle d’audiences.

    Même après avoir échappé aux visions plus ou moins mensongères de l’hôtel des Nonmourants, Daenerys se retrouve confrontée à des paroles ou des visions douteuses. On y retrouve ce que Pyat Pree évoquait : passés, futurs impossibles, futurs probables. Partant de là, on peut se demander si les futurs annoncés sont vraiment inévitables. Meera posait déjà la question dans Bran V, d’autres la poseront également : à quoi servent les prophéties si leur réalisation est inéluctable ?

    Quoi qu’il en soit, chaque vision, chaque prophétie trouvera tout de même une explication en son temps. Pas forcément celle qu’on attendait de prime abord, toutefois.

    Trois natures ont les prophéties

    Bon … Il est temps de passé à la master piece de ce chapitre. L’analyse des visions et prophéties qui occupent presque tout le chapitre.

    1. Visions de l’hôtel des Nonmourants

    La première vision est simple. Daenerys passent dans plusieurs pièces contiguës. En prenant toujours la porte de droite, elle devrait ressortir de l’hôtel dès la troisième salle. Mais ce n’est pas le cas.

    « Me voici face à face avec la sorcellerie. »

    Des détails sinistres émaillent la visite de Daenerys (tapis décati, bruits de rats grouillant), ainsi que les fameuses visions.

    Dans une pièce se tordait à même le sol une beauté nue sur qui s’agitaient quatre petits hommes. Ils avaient, à l’instar du serviteur nain, des pattes roses minuscules et des museaux de rat pointus. L’un d’eux soubresautait entre les cuisses de la femme, un autre s’acharnait sur ses seins, lui ravageant les tétons dans ses mandibules écarlates, les déchiquetant et les mastiquant.

    Cette première vision est souvent interprétée comme une vision de Westeros (la femme) saccagé par la guerre de ses rois (Robb, Joffrey, Balon et Stannis). Renly étant déjà mort à ce moment, il n’apparaîtrait pas. A voir si ça marche niveau chronologie …

    Elle tomba plus loin sur un banquet de cadavres. Abominablement massacrés, les convives gisaient pêle-mêle, recroquevillés parmi des sièges renversés, des tables à tréteaux démolies, dans des mares de sang mal coagulé. Certains n’avaient plus de membres ni même de tête. Des mains tranchées tenaient toujours qui coupe sanglante, qui cuillère de bois, pilon rôti, morceau de pain. De son trône les dominait un mort à face de loup. La tête couronnée de fer, il tenait en guise de sceptre un gigot d’agneau, et, lourd d’un appel muet, son regard suivait Daenerys.

    Certains y voit un signe des Noces Pourpres. D’autres pensent qu’il pourrait s’agir de Bran, devenu vervoyant (mort à face de loup) au prix d’innombrables morts.

    Elle prit la fuite pour s’y dérober, mais ne dépassa pas la porte suivante. Je connais cette pièce, se dit-elle. Les énormes poutres lui en étaient familières, ainsi que leurs sculptures en masques animaliers. Et, par la fenêtre, s’apercevait un citronnier ! A cette vue, la nostalgie lui poignit le cœur. La maison à la porte rouge, la maison de Braavos… Cette pensée lui avait à peine traversé l’esprit qu’entra, pesamment appuyé sur sa canne, le vieux ser Willem. « Vous voici donc, petite princesse, dit-il, gentiment bourru. Venez venez, ma dame, pressa-t-il, vous êtes ici chez vous, ici, vous ne risquez rien. » Sa grosse main tordue se tendait vers elle, aussi parcheminée qu’affectueuse, et Daenerys n’éprouvait qu’un désir, un désir plus impérieux qu’aucun désir jamais, la saisir et l’étreindre et la baiser. Elle faillit avancer un pied, songea brusquement : Il est mort, il est mort, le cher vieil ours, il est mort depuis une éternité, se rejeta en arrière et se mit à courir.

    Une vision du passé, conforme aux souvenirs rassurants de Daenerys. La présence d’un citronnier est confirmée ^^

    Enfin s’esquissèrent à gauche des vantaux de bronze massif et beaucoup plus grands que les précédents qui, à son approche, s’ouvrirent soudain, la forçant à s’arrêter et à regarder. Par-delà se devinait, ténébreuse, une salle de pierre, la plus vaste qu’elle eût jamais vue. Du haut de ses murs la dévisageaient des crânes de dragons défunts. Parmi les barbelures agressives d’un trône en surplomb se voyait un vieillard paré de robes somptueuses, un vieillard aux yeux sombres et à la longue chevelure argentée. « Laisse-le régner sur de la viande cuite et des os calcinés, disait-il à un homme debout à ses pieds. Laisse-le être le roi des cendres. » Labourant de ses griffes soieries et peau, Drogon cria sa terreur, mais le vieillard du trône ne l’entendit point, et Daenerys poursuivit sa route.

    Une vision du passé : c’est évidemment Aerys, ordonnant de faire brûler Port-Réal … Encore qu’à ce stade de l’œuvre, on ne savait pas encore qu’il en avait donné l’ordre. 😉

    Viserys, songea-t-elle d’abord à l’étape suivante, mais un second coup d’oeil la détrompa. S’il avait bien les cheveux de son frère, l’homme était de plus haute taille, et ses prunelles étaient non pas lilas mais d’un indigo prononcé. « Aegon, disait-il à une femme qui, couchée dans un grand lit de bois, donnait le sein à un nouveau-né. Se peut-il meilleur nom pour un roi ?
    — Composeras-tu une chanson pour lui ? demanda la femme.
    — Il en a déjà une, répliqua l’homme. Comme il est le prince qui fut promis, sienne est la chanson de la glace et du feu. » Il leva les yeux, ce disant, et, à la manière dont son regard croisa celui de Daenerys, elle eut l’impression qu’il la voyait, là, debout en deçà du seuil. « Il doit y en avoir cependant une autre, ajouta-t-il sans qu’elle parvînt à savoir s’il s’adressait à sa compagne ou à elle-même. Le dragon a trois têtes. » Il gagna la banquette de la fenêtre, prit une harpe et laissa ses doigts courir avec légèreté sur les cordes d’argent. Une douce tristesse envahit la chambre et, tandis que lui-même et l’épouse et le nourrisson s’évanouissaient comme brume à l’aube, seuls s’attardèrent des accords épars qui talonnaient la fuite de Daenerys.

    Rhaegar (déjà amouraché de Lyanna), Elia et Aegon.

    Cependant qu’elle tâchait de se résoudre, une autre torche disparut, les frôlements sourds se firent plus audibles. Drogon dardait son long col ondulant, sa gueule s’ouvrit sur un cri barbouillé de vapeur. Il les entend aussi.
    […]
    La pause la trouva dans une pièce de pierre, une de plus, froide et humide…, mais où la porte en face avait, pour changer, la forme d’une bouche ouverte ; à l’extérieur se tenait, dans l’herbe, sous les arbres, Pyat Pree.

    Pas grand chose à dire sur cette mystérieuse chose qui s’approche et sur ce faux Pyat Pree … si ce n’est le parallèle avec Bran, une fois de plus : ces motifs horrifiques sont repris par Martin dans les contes de Fort-Nox. La première fait penser à la chose qui venait la nuit, la porte en forme de bouche fait fatalement penser à la porte Noire.

    Dans une immense salle se tenait la fleur splendide des magiciens. Des robes somptueuses d’hermine, de velours rubis et de brocart d’or en paraient certains. D’autres privilégiaient le travail exquis d’armures cloutées de gemmes, des chapeaux coniques constellés d’étoiles en coiffaient plusieurs. Drapées dans des voiles d’une inconcevable beauté les côtoyaient des femmes. Par les vitraux des baies se déversaient des flots multicolores de soleil, et l’atmosphère palpitait d’une musique telle que Daenerys n’avait jamais rêvé pareil enchantement.

    Dans ce passage, Martin joue avec nos attentes : on nous a promis des magiciens, ils nous livrent la troupe la plus classique, la plus stéréotypée de magiciens de tous les temps … pour mieux accentuer ensuite la différence avec les Nonmourants, qui ne se trouvent pas derrière une fantastique porte de barral et d’ébène … mais derrière une vieille porte ordinaire en bois gris et raboteux.

    2. Prophétie des Nonmourants

    Parvenus devant les Nonmourants, Daenerys a droit à des réponses énigmatiques. Déjà, quand elle demande la signification de ces étranges visions :

    … la forme des ombres… lendemains pas encore échus… boire à la coupe de la glace… boire à la coupe de la glace

    Petite erreur de la traduction : les Nonmourants parlent une fois de la « coupe de la glace » et une fois de la « coupe du feu » en vo. La « forme des ombres » semble renvoyer au fait qu’elle a bu de l’ombre-du-soir. Les Nonmourants confirment que les ombres sont censées révélé le futur. Parler à la fois de la coupe de glace et de la coupe du feu semble tisser un lien avec la chanson dont parlait Rhaegar, La chanson de la glace et du feu, attribuée au prince qui fut promis. D’ailleurs, ce lien est renforcé lorsque les Nonmourants reprennent l’affirmation de Rhaegar « trois têtes a le dragon ». Le lien entre Daenerys et le prince qui fut promis est établi (vous saviez qu’on avait un article de blog et un sujet de forum là-dessus ? ^^)

    … mère des dragons… enfant de trois…
    … trois têtes a le dragon…,
    … mère des dragons… enfant du typhon…
    trois feux te faut allumer… l’un pour la vie, l’un pour la mort, l’un pour l’amour…
    trois montures te faut chevaucher… l’une pour le lit, l’une pour l’horreur, l’une pour l’amour…
    trois trahisons te faut vivre… l’une pour le sang, l’une pour l’or, l’une pour l’amour…

    Ici, la prophétie est simple en apparence et pourtant, complexe à comprendre … Daenerys elle-même, en la prenant trop littéralement sans doute, finira par s’enfermer dedans : en se la rappelant dans les tomes ultérieurs, elle tentera d’attribuer les trahisons aux uns et aux autres … Alors qu’elle en vit bien plus de trois tout au long de la saga. De même qu’avec ses dragons, elle allume bien plus de trois feux.

    Sans être fausse, cette prédiction est trop ouverte, et par là même, autoréalisatrice à l’envie. Ajoutons à ça que bien souvent, dans leurs interprétations, les fans s’enferment dans ce qui est déjà publié, et identifient ces prédictions à des événements déjà survenus dans les 5 premières intégrales en omettant que Martin pense en écrire encore deux autres par la suite. Le parcours de Daenerys est loin d’être fini et s’il y a une suite, on aura sûrement l’occasion de voir bien d’autres événements coller avec cette prophétie.

    Je n’inventerai aucune interprétation révolutionnaire sur ce sujet, et ne pourrait pas non-plus vous présenter d’interprétation qui me satisfasse pleinement. Je partagerai juste avec vous les réflexions embryonnaires de nos frères et sœurs, issues d’une vieille archive privée de la page « Rêves et prophéties » du wiki :

    Interprétation : cette prophétie fait intervenir de façon très claire la symbolique du chiffre trois, très présente pour les Targaryen (Aegon et ses deux sœurs, les trois dragons d’Aegon, les trois dragons de Daenerys, le blason de la maison Targaryen, etc.) ; il convient d’analyser cette prophétie terme à terme.

    • « Trois têtes a le dragon » : il existe un consensus concernant cette phrase voulant que les trois têtes désignent les personnes qui monteront les trois dragons de Daenerys une fois ceux-ci devenus adultes. Nous n’avons cependant aucun indice concernant l’identité des trois têtes. Au début, les gens pensaient à Daenerys, Jon Snow[N 3] et Aegon Targaryen[N 4], mais depuis que Martin a annoncé que les trois têtes n’étaient pas forcément de sang Targaryen, les spéculations sont beaucoup plus variées.
    • « Trois feux te faut allumer » : Daenerys devra allumer trois feux qui marqueront des passages importants de sa vie. Il est clair que le premier de ces feux a déjà été allumé, il s’agit du bûcher funéraire de Khal Drogo duquel sont nés les dragons. Il est cependant difficile de savoir s’il s’agit du feu allumé pour la vie (il a donné vie aux dragons), pour la mort (pour celle de Drogo et de Mirri Maz Duur) ou pour l’amour (de Drogo).
    • « Trois montures te faut chevaucher » : il est probable que le terme « chevaucher » est ici une ima-ge de la relation sexuelle, et que Daenerys couchera donc avec trois hommes. Le premier fut Dro-go, mais encore une fois, il est difficile de savoir s’il fut pour le lit (peu probable), pour l’horreur (car le résultat de cette union fut bel et bien un enfant horrible et mort-né) ou pour l’amour. Daario Naharis est actuellement en bonne voie pour devenir le second, probablement « pour le lit ».
    • « Trois trahisons te faut vivre » : Daenerys sera trahie par trois fois par des gens de son entourage. La première trahison est probablement celle de Mirri Maz Duur (« …pour le sang… »)[18] ; la deuxième peut-être celle de ser Jorah Mormont[N 5], à moins qu’elle ne soit celle de Brun Ben Prünh ; la troisième (« …pour l’amour… ») reste encore mystérieuse.

    Je trouve aussi intéressante la perspective apportée par @emmalaure sur son blog. Je ne suis pas d’accord avec toutes ses hypothèses, mais il y a de très bonnes choses, comme le renversement de la perspective des trois trahisons ; les trahisons annoncées ne sont pas celles qu’elle va subir, mais celles qu’elle va commettre.

    Si vous voulez discutez plus longuement de cette prophétie, je recommande la création d’un sujet spécifique.

    3. Visions des Nonmourants

    Pour le coup, il existe déjà une discussion sur ce passage spécifique :
    Les visions de Daenerys chez les Nonmourants de Qarth
    Je vais donc faire « court » . ^^

    Après les paroles prophétiques, les Nonmourants procurent des visions à Daenerys. A nouveau, ces visions vont par trois.

    Viserys hurla sous l’or en fusion qui roulait le long de ses joues et lui emplissait la bouche. Une ville embrasée derrière lui, se dressa sous une bannière à l’étalon piaffant un seigneur d’imposante stature et dont la toison d’argent doré rehaussait le teint cuivré. Des rubis ruisselèrent comme autant de gouttes de sang de la poitrine d’un prince qui s’effondra sur les genoux, mourant, dans l’eau vive et rendit son dernier soupir en soufflant le nom d’une femme… mère des dragons, fille de la mort

    Daenerys reconnaît Viserys, nous devinons Rhaego et Rhaegar. La vision mélange deux passés et l’évocation d’un futur non-survenu (remplacé par les dragons de Daenerys)

    Trois Targaryen sont morts, avant que Daenerys puisse devenir la mère des dragons …

    Aussi ardente que le crépuscule apparut, brandie par un roi aux prunelles bleues mais dépourvu d’ombre, une épée rouge. Un dragon de tissu fiché sur des mâts ondoya sur d’innombrables ovations. D’une tour fumante s’envola un colossal monstre de pierre qui exhalait des flammes d’ombre… mère des dragons, mortelle aux mensonges

    Attention ! Ici, « mortelle aux mensonges » ne signifie pas que Daenerys va mourir face aux mensonges. Le terme d’origine est slayer of lies, soit « Tueuse de mensonges ».

    On reconnaît Stannis, et depuis l’intégrale 5, on peut identifier le second comme FAegon – Griff le Jeune. Le troisième est le seul qui reste très douteux et très débattu : Euron Greyjoy, Jon Connington, Shôren, Bran, Jon, Cersei …

    Une seule chose semble être à peu près sûre : les deux premières visions renvoient à des prétendants, des rois (à la légitimité targaryenne douteuse) que Daenerys rencontrera sans doute et devra certainement affronter (et tuer) lors de son retour à Westeros. Le troisième est certainement un autre prétendant, du même acabit.

    Son argenté trottait à présent dans les prés vers une source ombreuse où se reflétait un océan d’astres. Campé à la proue d’un navire parut un cadavre aux yeux étincelants qui juraient dans sa face morte et dont les lèvres grises esquissaient un sourire navré. Une fleur bleue s’épanouit dans les lézardes d’un mur de glace, et l’atmosphère en fut embaumée… mère des dragons, fiancée du feu

    Fiancée du feu : il est question ici des trois hommes que Daenerys va épouser et/ou aimer … On remarquera l’absence notable d’Hizdhar et de Daario. Soit qu’ils n’aient pas été prévus par Martin à l’origine, soit qu’ils ne comptent pas vraiment : ils ne sont qu’une parenthèse dans son destin, là où les trois autres vont avoir une influence déterminante.

    La première vision renvoie à Drogo, « son soleil et ses étoiles » qui lui a offert l’argenté.
    La deuxième vision renvoie à un Greyjoy ( « Gris-joie » ) d’où les lèvres grises et le sourire navré. A l’origine, on pouvait penser à Euron … mais c’est plus probablement Victarion : il est mort et ses yeux étincellent depuis qu’il a rencontré Moqorro.
    La troisième vision renvoie à Jon Snow. Le représenter comme une rose bleue évoque l’idylle de ses parents (la couronne de fleurs d’Harrenhal, l’amour de Lyanna pour les roses d’hiver), le mur de glace est évidemment le Mur.

    Au-delà de l’amour et du mariage, ces trois hommes auront sûrement une grande influence dans le parcours de Daenerys : Drogo lui a permis d’obtenir ses dragons ; Victarion va sûrement lui donner l’impulsion nécessaire (et les bateaux) pour rentrer à Westeros ; Jon … On attend de voir. ^^ si je devais parier, je dirais qu’ils vont sûrement affronter les Autres ensembles.

    Des ombres s’enlacèrent sous une tente en un ballet d’effarants désossés. Une fillette s’élança nu-pieds vers la porte rouge d’une grosse maison. Un dragon lui fusant du front, Mirri Maz Duur hurla dans les flammes. Traîné par un cheval d’argent cahota comme un pantin nu le cadavre ensanglanté d’un homme. Un lion blanc de taille surhumaine effleura l’herbe de sa course. Au bas de la Mère des Montagnes émergèrent à la queue leu leu d’un immense lac des nudités antédiluviennes qui vinrent en grelottant prosterner devant elle leurs têtes chenues. Comme elle passait au galop de son argenté plus prompt que le vent, dix mille esclaves brandirent leurs mains sanglantes. « Mère ! clamèrent-ils, Mère, Mère ! » en se portant vers elle comme un seul être, agrippant son manteau, le bas de sa robe ou lui touchant le pied, la jambe, la poitrine. Ils la voulaient, ils avaient besoin d’elle, de la vie, du feu, et, suffocante, elle ouvrait les bras pour se donner à eux…

    Bon … Là, Martin nous montre en condensé toute l’histoire de Daenerys. J’ai comme le sentiment que l’histoire est dans l’ordre chronologique. (Un peu comme les dernières visions de Bran dans son dernier chapitre d’ADWD, qui remontent le fil du temps et se succèdent de plus en plus vite). Du coup, ça me met le doute sur la première vision.

    • Des ombres dans une tente : on pense à Mirri Maz Duur et ses ombres, mais il pourrait s’agir de tout autre chose. Daenerys est « fille de trois » et « Typhon-née » / « née de l’Orage » (stormborn), après tout … son père pourrait-il être un autre que Aerys ? Bon, je n’irai pas jusqu’à vous théoriser Daenerys Baratheon, quand même ^^ Mais n’est-il pas intéressant de se rappeler que ce cher Bonifer Hastif est originaire des terres de l’Orage ? … Les indices dont on dispose à l’heure actuelle ne vont pas vraiment dans ce sens. Affaire à suivre !
    • La fillette à la porte rouge : l’enfance de Daenerys elle-même.
    • Les dragons sortis de la tête de Mirri : le bûcher de Drogo-Mirri, l’incantation de celle-ci et la renaissance des dragons.
    • Le cadavre sur un cheval d’argent : on pense à Cleon le Boucher d’Astapor mais aussi à la caquesangue (la jument pâle) qui menacera Meereen à la même époque.
    • « Le lion blanc courant dans des herbes plus grandes qu’un homme » : Là, comme ça … Je pense à Tyrion. Mais c’est peut-être trop simple. Il faudrait aussi voir du côté des lions blancs de la mer Dothrak, les hrakkar.
    • Les formes venant de la Mère des Montagnes pour s’agenouiller devant Daenerys : Daenerys (Drogon, surtout) va unir tous les khalassar et les emmener avec elle à la conquête de l’ouest, selon les prophéties de l’étalon qui montera le monde.
    • Les esclave l’appelant Mère : on peut penser aux esclave qu’elle a déjà libérer et qui la suivent. A priori, on assiste ici à leur libération … mais il pourrait aussi s’agir du moment où elle va devoir les abandonner dans la baie des serfs ?

    Bon, je me trompe sans doute en imaginant des visions chronologiques … Admettre qu’elles ne sont pas dans l’ordre chronologique permet sans doute de trouver des explications plus simples.

    Clins d’œil

    Le temps écoulé : Jhogo parle du soleil montant au début du chapitre. Daenerys prétend avoir marché des heures quand elle croise le faux Pyat Pree. Pourtant, lorsqu’elle ressort, l’herbe est encore humide de rosée.

    Le rôle de Drogon : Je l’ai déjà laissé entendre plus haut : Drogon a un rôle de « tueur de mensonges ». Perché sur l’épaule de Daenerys, on pourrait dire qu’il est son ange gardien pendant tout le chapitre. Il est mal à l’aise devant le bâtiment. Il s’agite lorsqu’une chose la menace dans le long couloir. Il la griffe lorsqu’une vision l’effraie. Il devine que les magiciens resplendissants sont des faux et incite Daenerys à se méfier. Il la sauve des Nonmourants en déchirant leur cœur commun. L’instinct des dragons n’est pas infaillible (comme on le verra avec Brun Ben Prünh), mais dans ce chapitre, on se rend compte que Drogon agit auprès de Daenerys comme les loups-géants auprès des Stark. A la fois étendard de leur maison, preuve de leur identité/légitimité, signe divin et protecteur.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 semaine par R.Graymarch.
    #160338
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8048

    Effectivement, c’est un gros morceau. Mais je l’ai trouvé assez court (et donc dense) et centré uniquement ou presque sur la visite à l’hôtel. Avant de commencer, je trouve quand même pas mal de points communs avec le 3e tome de Thorgal (sorti en 1981) Les Trois Vieillards du pays d’Aran, que j’ai relu pour l’occasion. Tout ne « colle » pas mais y a des trucs similaires. A voir si cela ne serait pas un schéma narratif connu (je doute que GRRM ait lu Thorgal)

    Vous savez que je n’aime pas trop les rêves et prophéties car ou c’est abscons et on n’y comprend rien, ou c’est vague et on peut mettre ce qu’on y veut (parfois les deux). Là, j’avoue m’interroger aussi sur les motivations des Nonmourants, de Pyat Pree…

    Au début, on est à l’extérieur et ça ne donne pas vraiment envie comme l’a souligné Eridan.

    In this city of splendors, Dany had expected the House of the Undying Ones to be the most splendid of all, but she emerged from her palanquin to behold a grey and ancient ruin.

    Et là pour une fois, tout le monde ou presque est d’accord. Drogon ne le sent pas, y a de l’ombre-du-soir qui pousse et surtout chose rare, tout le monde s’unit pour dire à Daenerys que ce n’est pas une bonne idée : Xaro, Jorah, les sang-coureurs…

    Le seul qui la pousse à entrer (pourquoi ? C’est le sbire des nonmourants ? Sinon, je cherche une raison) c’est Pyat Pree qui « poppe » un peu comme Jaqen

    “Queen Daenerys must enter alone, or not at all.” The warlock Pyat Pree stepped out from under the trees. Has he been there all along? Dany wondered. “Should she turn away now, the doors of wisdom shall be closed to her forevermore.”

    Ensuite, je me demande s’il est sincère, s’il lui indique le « vrai » chemin. (et dans ce cas pourquoi avoir fait si compliqué ? Un test ? Car les nonmourants ont l’estomac raffiné et ne « mangent » que les plus malins ?)

    “When you enter, you will find yourself in a room with four doors: the one you have come through and three others. Take the door to your right. Each time, the door to your right. If you should come upon a stairwell, climb. Never go down, and never take any door but the first door to your right.”

    On a d’autres instructions

    Within, you will see many things that disturb you. Visions of loveliness and visions of horror, wonders and terrors. Sights and sounds of days gone by and days to come and days that never were. Dwellers and servitors may speak to you as you go. Answer or ignore them as you choose, but enter no room until you reach the audience chamber / When you come to the chamber of the Undying, be patient. Our little lives are no more than a flicker of a moth’s wing to them. Listen well, and write each word upon your heart

    Oui, moi aussi j’ai noté la porte en forme de bouche
    the door—a tall oval mouth, set in a wall fashioned in the likeness of a human face
    Une créature très lynchienne (mais dont la présence n’étonne personne) apporte de la drogue l’ombre-du-soir mais il y a une bonne raison (si tant est qu’on y croit)
    One flute will serve only to unstop your ears and dissolve the caul from off your eyes, so that you may hear and see the truths that will be laid before you
    Je mets en VO ce que ressent Daenerys quand elle boit. A partir de là, bien malin qui saura ce qui est réel ou juste une illusion (mentale ou magique)
    The first sip tasted like ink and spoiled meat, foul, but when she swallowed it seemed to come to life within her. She could feel tendrils spreading through her chest, like fingers of fire coiling around her heart, and on her tongue was a taste like honey and anise and cream, like mother’s milk and Drogo’s seed, like red meat and hot blood and molten gold. It was all the tastes she had ever known, and none of them . . . and then the glass was empty.
    J’ai pas trouvé très clair la « beautiful woman » torturée par des rats. Sauf que cela fait un peu écho à ce que subira Daenerys plus tard dans ce chapitre. Pour l’homme à tête de loup, je pensais plutôt à Robb mort j’avoue. Et hop un petit citronnier pour les fans du lemongate.
    Ensuite, Daenerys est perdue et nous aussi car l’endroit n’a pas les bonnes dimensions. On se croirait dans du Lovecraft, un lieu où les règles euclidiennes ne s’appliquent pas. Je me souviens aussi d’un jeu tiré des 1001 nuits où il y avait un palais aux cent (mille ?) pièces. Notez que c’est Drogon qui la pousse
    The long hall went on and on and on, with endless doors to her left and only torches to her right. She ran past more doors than she could count, closed doors and open ones, doors of wood and doors of iron, carved doors and plain ones, doors with pulls and doors with locks and doors with knockers. Drogon lashed against her back, urging her on, and Dany ran until she could run no more.
    On arrive à des portes en bronze puis derrière un mélange d’Aerys II et Rhaegar et sa famille, ses derniers s’évaporant alors qu’il ne reste que de la musique. Drogon continue à labourer le dos ou les épaules de Daenerys
    Drogon shrieked, his claws digging through silk and skin, but the king on his throne never heard, and Dany moved on
    Ensuite, longue longue marche. Enfin, le temps est relatif par rapport à celui des nonmourants (il parait)
    It seemed as though she walked for another hour before the long hall finally ended in a steep stone stair, descending into darkness.
    Daenerys a bien suivi les indications (sincères ?) de Pyat Pree mais là elle ne peut plus. Heureusement (?), elle réagit à la Quaithe. La première porte à droite, c’est la dernière à gauche (moui)
    It came to her suddenly. . . . is the last door on the left!
    Bingo, ça marche, enfin on dirait

    She flung herself through. Beyond was another small room with four doors. To the right she went, and to the right, and to the right, and to the right, and to the right, and to the right, and to the right, until she was dizzy and out of breath once more.

    When she stopped, she found herself in yet another dank stone chamber . . . but this time the door opposite was round, shaped like an open mouth, and Pyat Pree stood outside in the grass beneath the trees.

    Ce faux (?) Pyat Pree tente de la piéger (?) et finit en vers.
    His face crumbled inward, changing to something pale and wormlike.
    On avait déjà eu des portes mangées par les vers. Et Dans la maison du ver, ça me dit quelque chose aussi

    Daenerys s’enfuit et trouve une autre porte (blanc et noir, ça rappelle Braavos. Surtout que c’est du bois de barral). Drogon l’aide

    To her right, a set of wide wooden doors had been thrown open. They were fashioned of ebony and weirwood, the black and white grains swirling and twisting in strange interwoven patterns.

    /

    But then Drogon leapt from her shoulder. He flew to the top of the ebony-and-weirwood door, perched there, and began to bite at the carved wood.

    Dans la salle il y a des gens super beaux. Tiens, on évoque le langage draconique… c’est rare, non ?

    “A willful beast,” laughed a handsome young man. “Shall we teach you the secret speech of dragonkind? Come, come.”

    Daenerys fuit

    Et elle arrive enfin au boss de fin. Est ce que les illusions sont levées ?

    Above it floated a human heart, swollen and blue with corruption, yet still alive. It beat, a deep ponderous throb of sound, and each pulse sent out a wash of indigo light. The figures around the table were no more than blue shadows. As Dany walked to the empty chair at the foot of the table, they did not stir, nor speak, nor turn to face her. There was no sound but the slow, deep beat of the rotting heart.

    One spoke with the timbre of a child.
    Xaro proposait un(e) enfant pour chanter tout début, c’est étrange.
    Je ne reviens pas sur les détails, moi aussi j’ai tiqué sur child of three (et j’ai pensé aussi au soi-disant typhon énorme qui aurait eu lieu pendant sa naissance. Mais si on prend « storm » pour l’assaut sur Peyredragon, ça colle mieux. Voire l’assaut d’Aerys II sur sa femme vu qu’on sait comment il se comportait sur la fin. Reste que ses parents ne l’ont pas élevée).
    On part ensuite dans du plus explicite (tout est relatif)
    Viserys screamed as the molten gold ran down his cheeks and filled his mouth. A tall lord with copper skin and silver-gold hair stood beneath the banner of a fiery stallion, a burning city behind him. Rubies flew like drops of blood from the chest of a dying prince, and he sank to his knees in the water and with his last breath murmured a woman’s name. . . . mother of dragons, daughter of death . . .
    //
    Glowing like sunset, a red sword was raised in the hand of a blue-eyed king who cast no shadow. A cloth dragon swayed on poles amidst a cheering crowd. From a smoking tower, a great stone beast took wing, breathing shadow fire. . . . mother of dragons, slayer of lies . . . Her silver was trotting through the grass, to a darkling stream beneath a sea of stars. A corpse stood at the prow of a ship, eyes bright in his dead face, grey lips smiling sadly. A blue flower grew from a chink in a wall of ice, and filled the air with sweetness. . . . mother of dragons, bride of fire . . .
    Après, ça se gâte.
    She felt a hand on her bare breast, twisting her nipple. / The Undying were all around her, blue and cold, whispering as they reached for her, pulling, stroking, tugging at her clothes, touching her with their dry cold hands, twining their fingers through her hair. All the strength had left her limbs. She could not move. Even her heart had ceased to beat. She felt a hand on her bare breast, twisting her nipple. Teeth found the soft skin of her throat. A mouth descended on one eye, licking, sucking, biting . . .
    On retrouve un peu la « beautiful woman » du début, non ? Aussi, je vous renvoie à la vision de Marc Simonetti de ce passage

    On repart sur « a door like an open mouth »

    Par chance ou instinct, Drogon (qui en effet n’aurait pas dû être là si Daenerys avait dû être seule) sauve la mise en cramant le coeur.

    Et on retrouve Pyat Pree qui… fait des trucs (jette un sort ?) et tente de tuer Daenerys (pourquoi ?)
    Howling curses, Pyat Pree drew a knife and danced toward her, but Drogon flew at his face. Then she heard the crack of Jhogo’s whip, and never was a sound so sweet. The knife went flying, and an instant later Rakharo was slamming Pyat to the ground. Ser Jorah Mormont knelt beside Dany in the cool green grass and put his arm around her shoulder.
    Drogon+Jhogo+Rakharo = boum. Jorah n’a même pas besoin d’intervenir. Fin d’un chapitre bien étrange avec quelques réponses et énormément de zones d’ombre (du soir)

     

     

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #160353
    Yfos
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 920

    Merci pour cette analyse et cette comparaison nonmourants – vervoyants.

    Toutefois, en lisant le voyage impossible de Daenerys dans l’hôtel des Nonmourants, on pourrait aussi se demander si la substance n’est pas simplement hallucinogène.

    Dans ce cas, comment expliquer que certaines de ses visions lui donnent accès à des événements qu’elle ne connaît pas ou qui n’ont pas encore eu lieu? La substance ingérée éveille en fait ses talents prophétiques, la rendant plus intéressante?

    La première porte à droite, c’est la dernière à gauche (moui)

    C’est pourtant réellement le « truc » avec les labyrinthes: tout le temps à gauche (ou tout le temps à droite). Lorsque l’on arrive dans un cul de sac, comme c’est le cas pour Daenerys, on fait demi-tour et la dernière porte/le dernier passage à gauche devient le premier à droite.

    Le cadavre sur un cheval d’argent : on pense à Cleon le Boucher d’Astapor mais aussi à la caquesangue (la jument pâle) qui menacera Meereen à la même époque.

    En français, il est écrit « traîné par un cheval d’argent cahota comme un patin nu … » ce qui m’a fait penser au marchand de vin qui a tenté de l’empoisonner et a été condamné à courir nu attaché au cheval de Daenerys.

     

     

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 6 jours et 3 heures par R.Graymarch.
    #160387
    Liloo75
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2176

    Merci Eridan pour cette analyse détaillée et éclairante du chapitre de Daenerys. J’avoue que j’ai lu plusieurs fois ce passage « mystique », et je constate que bien des choses m’ont échappées.

    Je n’avais pas fait le lien entre les Nonmourants et les Vervoyants. Pourtant la mise en perspective des chapitres de Bran avec celui de Daenerys est parlante : la même ambiance sombre, les potions que les visiteurs doivent boire ou de manger pour accéder à la connaissance, des personnes qui ont vécu au-delà de leur temps sur terre et qui s’accrochent à la vie grâce à un intermédiaire (le barral pour Brynden Rivers, le cœur palpitant pour les Nonmourants).

    Je dois avouer que je les ai surtout perçus comme des spectres. Ils ressemblent à des morts vivants. Ils ne parlent même plus. Ils sont obligés d’utiliser la « pensée » pour s’adresser à Daenerys. Et ils ne s’accrochent à la vie que grâce à ce cœur bleui qui leur permet de demeurer alors que leurs corps (comme leur hôtel) tombent en ruine.

    C’est peut-être pour cela qu’il leur faut des hôtes réguliers. Ceux qui entrent et ne ressortent pas toujours de l’hôtel. Servent-ils à alimenter de vie les Nonmourants ? Il leur faut sans arrêt de la chair fraiche pour survivre. Ils me font penser à des vampires qui se nourrissent du sang de leurs victimes. Qu’avaient-ils l’intention de faire de Daenerys ? Si son dragon ne l’avait pas sauvée en brulant le cœur, que serait-il advenu d’elle ?

    Je remarque que le feu du dragon brûle et détruit l’artefact qui permet aux Nonmourants de rester en vie. Si nous les rapprochons des spectres et des Autres, le feu-dragon doit également avoir le pouvoir de les annihiler. Nous nous en doutions déjà, mais à mes yeux cette scène ne fait que renforcer l’idée que les dragons seront une arme efficace dans la lutte contre les Autres. De plus, Drogon paraît disposer d’un don de prescience pour guider Daenerys dans ce labyrinthe et lui éviter les pièges tendus. Il sait d’instinct où il convient d’aller et à quel moment il faut fuir.

    Pyat Pree a été bien imprudent de laisser entrer le dragon avec Daenerys. Si son but était d’utiliser l’énergie vitale de Daenerys afin de prolonger la vie des Nonmourants, c’est un échec. C’est peut-être pour cela qu’il tente de la tuer à sa sortie de l’hôtel. Elle n’était pas sensée en réchapper.

    Les visions et les prophéties me semblent parfois difficiles à interpréter.

    J’ai vu le banquet des noces pourpres dans la vision de ces hommes morts attablés, avec un mort à tête loup et avec une couronne de fer, qui les observe.

    J’ai reconnu la maison à la porte rouge, tendre souvenir de l’enfance heureuse de Daenerys à Braavos. Mais elle sait bien que ser Willem est mort depuis longtemps, et elle ne tombe pas dans le piège.

    Plus loin c’est Aerys qui dit : « laisse-le régner sur de la viande cuite et des os calcinés ». Il parle sans doute de Robert Baratheon, qui convoite le trône. A qui s’adresse-t-il ? peut-être à Rossart, l’alchimiste qui avait piégé Port-Réal avec du feu grégeois et comptait tout faire sauter.

    Puis ensuite vient Rhaegar, que Daenerys prend pour Viserys au premier regard. Mais ses yeux sont bleus indigo, pas violets. Il est avec sa femme Elia et son dernier né Aegon. Mais quelque chose le chagrine, il prend sa harpe, et fait remarquer que « le dragon a trois têtes ». Etant donné que Rhaenys et Aegon sont morts, aujourd’hui il ne reste plus que Daenerys et Jon qui sont les véritables descendants d’Aerys II. Qui serait alors la troisième tête du dragon ? J’avais songé un temps à Tyrion, qui pourrait être le fils naturel de Joanna Lannister et d’Aerys, issu d’un viol. Mais je n’aime pas trop cette théorie sur Tyrion qui serait un Targaryen. Des nains, il peut en naître dans bien des familles, et pas seulement chez les Targaryen. Et puis si le troisième dragon n’est pas forcément un rejeton d’Aerys, cela ouvre bien des possibles…

     

    Plus loin, la porte « de bois marquetée d’ébène et de barral dont les grains noir et blanc s’enlaçaient et s’enchevêtraient en rinceaux qui formaient des motifs d’une étrange complexité que leur magnificence n’empêchait pas d’être un peu angoissants ». Je ne sais plus si cela a été relevé, mais sa description rappelle la porte de la Demeure du Noir et du Blanc à Braavos.

    Plus haut, comme cela a déjà été dit, la porte en forme de bouche ouverte fait penser à la Porte Noire de Fort Nox.

    Le parcours de Daenerys, dans cet hôtel des Nonmourants, lui donne l’occasion de voyager à travers le temps et l’espace.

    Au sujet des prophéties sous forme de triptyques : les trois feux qu’il lui faudra allumer, les trois montures à chevaucher et les trois trahisons à vivre, me semblent sujettes à de nombreuses interprétations. Je ne m’aventurerai pas sur ce terrain-là où tant de suppositions pertinentes ont déjà été émises. J’irai voir le blog d’Emmalaure 🙂

    Finalement Daenerys s’en sort plutôt bien de cette épreuve, grâce à son dragon, et ses alliés qui la sauvent des griffes du conjurateur. Elle est toujours en vie.

    Aura-t-elle appris des éléments qui lui seront utiles pour la suite de son parcours ? je n’en suis pas sûre. Ces prédictions, comme celles de Quaithe, ne vont-elles pas la tourmenter plus que lui apporter des réponses ?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 jours et 8 heures par Liloo75.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #160389
    PierreKirool
    • Frère Juré
    • Posts : 65

    C’est un chapitre que je n’avais pas apprécié à sa juste valeur lors de ma première lecture (quand c’était trop ésotérique, je voulais de l’action moi ^^).
    C’est effectivement intéressant de lire et chercher les indices concernant le passé ou le futur de Daenerys dans les prédictions des Nonmourrants, d’ailleurs ceux-ci sont répugnants.

    Merci pour votre analyse, je pense que tout a été dit précédemment.

    #160398
    Eridan
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4380

    Pyat Pree a été bien imprudent de laisser entrer le dragon avec Daenerys. Si son but était d’utiliser l’énergie vitale de Daenerys afin de prolonger la vie des Nonmourants, c’est un échec. C’est peut-être pour cela qu’il tente de la tuer à sa sortie de l’hôtel. Elle n’était pas sensée en réchapper.

    Je ne suis pas convaincu que Pyat Pree soit informé dans les détails des plans des Nonmourants. Il attire Daenerys dans l’hôtel et pose la condition « rentrer seul » mais ne l’applique pas vraiment en laissant entrer Drogon (qui n’a pas bu d’ombre du soir, au passage). Ça ressemble à l’erreur que commettrait un simple exécutant, qui a un rôle à jouer dans un plan dont il ne voit pas la globalité. Et encore une fois, ça pose la question des intentions réelles des Nonmourants … Leur mort était-elle la seule échappatoire pour Daenerys, ou y avait-il d’autres fins possibles ?
    La réaction de Pyat ne me surprend pas, qu’il ait été au courant ou non : il introduit Daenerys dans l’hôtel de ses maîtres, et lorsqu’elle ressort (vivante), l’hôtel se met à brûler. De quoi être légèrement énervé ! ^^

    #160405
    Obsidienne
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 785

    Pyat Pree a été bien imprudent de laisser entrer le dragon avec Daenerys. Si son but était d’utiliser l’énergie vitale de Daenerys afin de prolonger la vie des Nonmourants, c’est un échec. C’est peut-être pour cela qu’il tente de la tuer à sa sortie de l’hôtel. Elle n’était pas sensée en réchapper.

    Je ne suis pas convaincu que Pyat Pree soit informé dans les détails des plans des Nonmourants. Il attire Daenerys dans l’hôtel et pose la condition « rentrer seul » mais ne l’applique pas vraiment en laissant entrer Drogon (qui n’a pas bu d’ombre du soir, au passage). Ça ressemble à l’erreur que commettrait un simple exécutant, qui a un rôle à jouer dans un plan dont il ne voit pas la globalité. Et encore une fois, ça pose la question des intentions réelles des Nonmourants … Leur mort était-elle la seule échappatoire pour Daenerys, ou y avait-il d’autres fins possibles ? La réaction de Pyat ne me surprend pas, qu’il ait été au courant ou non : il introduit Daenerys dans l’hôtel de ses maîtres, et lorsqu’elle ressort (vivante), l’hôtel se met à brûler. De quoi être légèrement énervé ! ^^

    Ou alors, les Nonmourants voulaient s’emparer de Drogon également .
    Si le but était de régénérer leur cœur pourrissant, deux jeunes énergies vitales ne valent-elles pas mieux qu’une ?

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #160438
    Céleste
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 244

    Je pense que Drogon est une erreur de Pyat Pree, il n’a pas vu la menace, les bébés dragons c’est tout mignon tout plein. La même erreur sera faite plus tard à Astrapor. Daenerys profite de ça jusqu’au moment où tout le monde se rappelle la menace que sont les dragons.

    Cela dit, le truc un peu bancal de ce chapitre comme l’a dit Eridan, c’est le fait que les Nonmourrants n’ont pas vu leur propre mort arriver. Le truc intriguant ce sont les motivations de PP et celles des NM.

    Je pense un peu comme Liloo75, ce sont des anciens mages affamés, des vampires desséchés dont la présence de Daenerys donne un sursaut de vie et d’appétit. On a les restes de leur palais, il y a des habitants et des serviteurs, j’imagine qu’ils occupent les pièces qui fournissent à Daenerys des visions. Tout est fait pour nous suggérer qu’ils se nourrissent de la chaleur, du feu, de la vie d’autrui pour prolonger la leur, même le soleil semble être étrangement aspiré par les lieux. On a affaire à d’anciens puissants mages qui ont voulu devenir immortels, ils se sont gavés d’ombre du soir, ont corrompu un cœur avec la magie et se sont liés à lui.

    Toutefois, le palais peut servir encore d’oracle si on sait comment y entrer et surtout comment en sortir ^^. Les illusions du palais sont certainement faites pour protéger l’accès à la salle d’audience, protéger les Nonmourrants. Mais de temps en temps faut bien les nourrir et amener jusqu’à eux des proies.

    Je soupçonne PP de faire double jeu, on peut s’imaginer qu’avec le temps les conjurateurs maintiennent les immortels dans cet état de « cadavre affamé ». Je ne suis pas sure de moi, c’est la vision de la « fausse sortie en bouche » qui peut évoquer qu’il veuille garder Daenerys pour lui au final.

    Comme Eridan, je les rapproche plus des vervoyants que des Autres. Les Autres semblent être des « êtres de glace » qui vivent dans le froid et la glace. Les Nonmourants au contraire, sont glacés parce qu’ils manquent de vie et sont désespérés d’en obtenir, ils sont affamés de chaleur, de feu, de vie.

    Pour les visions, je crois qu’elles sont toutes plus ou moins éclaircies. Je pense qu’il y a p-e les paroles de la Chanson de glace et de feu dans ce chapitre : boire à la coupe de la glace, boire à la coupe du feu, enfant de trois.

    la forme des ombres… lendemains pas encore échus… boire à la coupe de la glace… boire à la coupe de la glace

    Merci pour le correctif :o. « la forme des ombres » et « lendemains pas encore échus » ça renvoie à des visions du futur, le futur pas encore échu, pas encore formé, on peut le deviner à la forme des ombres qu’il prend, cela dit ça implique également qu’il peut changer, c’est un futur en potentiel.

    Il y a trop à dire sur ce chapitre c’est frustrant 😀

    Je finis sur un crackpot parce que c’est un peu trop sérieux là :

    Un arbre étrange dont est tirée une boisson étrange, un représentant d’un peuple inconnu «un petit homme rat », des « sages » qui défient le temps et fournissent des visions du passé et des futurs en potentiel.

    Le parallèle avec les vervoyants est en effet très tentant. Avec un peu de crackpot on pourrait s’imaginer qu’il y a très longtemps il y avait des arbres noirs un peu partout dans le coin, un peuple de petits homme-rat qui les utilisaient. Le tout ayant été éradiqués par les hommes colonisateurs.

     

    Je préfère le souffle du dragon à la bave de crapeau et la langue de vipère.

    #160507
    Sandor Debout
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 46

    Un chapitre qui m’avait peu plu en primo lecture et que j’ai plus apprécié cette fois, surtout pour l’évocation de LA prophétie (dont je ne suis pas un fan transi, mais ça reste tout de même un élément important de la saga).

    Daenerys ayant échoué à obtenir de l’aide des Impollus, elle tente en dernier recours d’obtenir celle des non-mourants. Et ce, malgré toutes les mises en garde de ses proches. Elle a dû caractère cette jeune fille, elle me rappelle son papa (hum).

    Difficile de déceler le faux du vrai parmi tout ce qu’elle vit et voit dans ce palais. Mon hypothèse : ces sympathiques zombies lui donnent suffisamment de grain à moudre pour l’attirer jusqu’à eux afin de soit la manger, soit drainer une partie de son énergie et/ou son potentiel « magique ».

    Comme certains l’ont souligné, ils ne voient pas venir leur propre mort (définitive). Peut-être leurs sortilèges ne leurs permettent-ils pas de voir l’avenir dans son ensemble, mais seulement de répondre aux questions qu’ils posent, un peu comme les prêtres rouges lisant dans les flammes (pour le coup ils en  auraient eu de la lecture…)?

    Quoiqu’il en soit, notre jeune reine en ressort avec autant de questions que de réponses et avec quelques éléments prophétiques qui vont l’obséder pendant un moment (les trois trahisons, etc…).

    Au final je ne trouve pas que ces péripéties lavancent beaucoup si ce n’est à confirmer qu’il est temps de quitter Qarth.

    Sinon, à la fin j’avais cru comprendre que PP avait été zigouillé par les sang-coureurs. Apparemment ils l’auraient juste assommé puisque qu’il réapparaît plus tard…

    #160537
    Obsidienne
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 785

    Sinon, à la fin j’avais cru comprendre que PP avait été zigouillé par les sang-coureurs. Apparemment ils l’auraient juste assommé puisque qu’il réapparaît plus tard…

    Pareil !
    C’est le même procédé de fin de chapitre qu’Arya se prenant un coup de hache, Tyrion potentiellement noyé … et d’autres qui ne me viennent pas à l’idée, là, tout de suite … :-/

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.