Vos dernières lectures graphiques

  • Ce sujet contient 67 réponses, 22 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Papadoc, le il y a 1 jour et 14 heures.
8 sujets de 61 à 68 (sur un total de 68)
  • Auteur
    Messages
  • #140762
    DNDM
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1860

    Amazon.fr - La Saga de Grimr: Fauve d'Or - Prix du Meilleur Album ...

    La saga de Grimr, de Jérémie Moreau, Fauve d’or du meilleur album à Angoulême 2018.

    Du même auteur, j’avais déjà lu le très sensible Max Winson, sur un joueur de tennis tellement au-dessus de tout le monde qu’il s’ennuie, et qui entame une crise existentielle.

    Là, Jérémie Moreau nous emmène dans l’Islande du XVIIIe siècle, terre maudite de volcans et de malheurs, dans les pas de Grimr, jeune orphelin à la force d’un bœuf. Tout l’album est construit comme une réflexion autour des sagas islandaises, ces récits qui racontent les hauts faits d’un personage digne de mémoire. Les personnages en parlent, s’y réfèrent, veulent en écrire ou en devenir des personnages. Grimr, élevé par un magouilleur fan de sagas, ne fait pas exception à cela. Mais pourquoi une vie traverse t-elle les siècles, et les personnages qui marquent le temps étaient-ils appréciés de leur vivant?

    Un album très réussi sur plein d’aspects, et graphiquement déroutant (perso, je sais pas trop si j’aime ou pas, mais j’y trouve une certaine poésie). Ce graphisme ne plaira pas à tout le monde, mais le fond de l’histoire touche juste. A lire.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #141014
    O’Cahan
    • Pas Trouillard
    • Posts : 667

     

    Énormément apprécié ma lecture de Pilules bleues de Frederik Peeters, l’histoire d’un homme qui tombe amoureux d’une maman séropositive. Le dessin est magnifique et le propos d’une justesse et d’une sincérité remarquable. Je recommande vivement !

    "For someone who was never meant for this world, I must confess I'm suddenly having a hard time leaving it. Of course, they say every atom in our bodies was once part of a star. Maybe I'm not leaving... maybe I'm going home."

    #141033
    DNDM
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1860

    Énormément apprécié ma lecture de Pilules bleues de Frederik Peeters, l’histoire d’un homme qui tombe amoureux d’une maman séropositive. Le dessin est magnifique et le propos d’une justesse et d’une sincérité remarquable. Je recommande vivement !

    Ha oui, lu il y a quelques années, très bon en effet.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #141850
    Nymphadora
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4683

    Premier tome du Roy des Ribauds de Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat que @crys nous avait recommandé en janvier 2019 : Aux frontières entre histoire et réalité, cette BD nous présente les aventures du personnage du Triste Sire en 1194, sous Philippe Auguste, qui règne sur les bas fonds de Paris et va tenter d’éviter l’assassinat du roi de France. Au programme : violence, personnages ambigus, et des dessins superbes qui sont en adéquation avec cet univers sombre. J’avoue qu’au début j’étais un peu perdue (je suis pas hyper familière de la lecture graphique, ceci explique peut-être cela) il a fallu que je m’accroche pour comprendre qui était qui, et pour raccrocher les fils de l’intrigue. Mais une fois habituée au style, j’ai beaucoup aimé ce premier tome qui m’a donné envie d’en lire plus.

    Premier tome de Saga, de Brian K. Vaughan et Fiona Staples : Alors là, gros gros coup de cœur pour ce comics de SF. Une lune et sa planète se font la guerre. Deux soldats de camps opposés, Alana et Marko, sont tombés amoureux, sont en fuite, et donnent naissance, dés les premières cases, à une enfant. En quelques pages, on est plongés dans un début de space opéra où l’on va suivre la fuite de cette petite famille, avec un dessin foisonnant, des figures extra-terrestres hyper originales, de l’humour, des personnages attachants, des combats prenants… C’est punchy, plein de couleurs, j’ai adoré.

    ~~ Always ~~

    #141853
    Papadoc
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 905

    Sandman, tome 1 : Préludes et Nocturnes, de Neil Gaiman Je viens d’achever le premier tome de Sandman, saga comics de Neil Gaiman qui est a priori considérée comme un incontournable… Dans le tome, on suit Dream (le fameux Sandman, le marchand de sable quoi^^) qui s’est fait capturer et retrouve son royaume dans un salle état après ses longues années de capture. Il part à la recherche de ses instruments volés pour retrouver pleinement ses pouvoirs. Je crois que je suis passée à côté de l’oeuvre… Déjà, le dessin m’a beaucoup décontenancée (c’est pas très joli xD moi qui lis très peu d’oeuvres graphiques, et pas du tout familière des codes du comics, j’étais un peu déroutée…). Et puis bon, c’est intéressant mais sans plus quoi… Il y a un mélange rêves (enfin cauchemars plutôt^^) et réalité qui est bizarre, c’est hyper violent par moment (le chapitre 24ème heure m’a traumatisée), je sais pas trop quoi en penser. Je suis vraiment pas sûre de lire la suite. Si d’autres l’ont lu aussi, vous croyez que c’est une question de codes que je n’ai pas ? Si je persévère pas, je passe à côté d’un truc génial ?

    Je rebondis là-dessus, avec retard.

    Je ne peux pas te forcer à aimer Sandman. Ce n’est CLAIREMENT pas du comics classique (donc ce n’est pas grave si tu n’as pas les codes), et même pour un roman graphique, les différences de style sont très souvent très diverses, Dave Mc Kean a une approche très collage (limite abstraite) du dessin…ça, plus un encrage parfois dégueulasse et une colorisation complexe, cela n’aide pas à rentrer dedans. Si tu veux du beau, il vaut mieux prendre le tome 11 Nuits éternelles ou le 0 Ouverture. Mais le 11 te spoilera l’histoire, et le 0 s’apprécie mieux en la conaissant (nombreux renvois et références)

    Il y a un côté cauchemar/horreur qui se poursuit au long de l’oeuvre, mais jamais rien d’aussi intense que l’épisode « 24h » (qui moi aussi m’a marqué au fer rouge) même s’il y a d’autres moments bien glauques (un congrès de serial killers entre autres).

    La narration, au fil des tomes, est faite en ellipses, en apartés et en non-dit, ce qui maintient (artificiellement?) du mystère mais n’aide pas à la compréhension.

    Je te conseillerais d’essayer directement le tome 4 (la saison des brumes), qui se lit très bien en stand-alone (quelques références au tome 1 que tu as déjà lu). Si tu n’accroches pas, alors ce n’est pas la peine de t’acharner.

     

     

    Pour moi, j’ai découvert la notion d’isekai ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Isekai ) que je lisais sans le savoir.

     

    Je ne sais pas où caser No game no Life que je n’ai lu qu’en light novel (et en VO, traduite paraît-il avec les pieds) qui est vraiment sympathique dans sa gestion des jeux (si vous aviez aimé Liar Game il y a des points communs dans la résolution des épreuves) mais pénible (voire graveleux) par son côté fan service et lolicon. Un manga est sorti mais je ne sais pas ce qu’il vaut.

    Le pitch : des (demi-) frères et soeurs Hikikomori (https://en.wikipedia.org/wiki/Hikikomori ) surdoués en terme de gaming avec un pseudo commun ayant pour nom  »  » (le « blanc » / « espace » est fait exprès) sont défiés par le dieu Tout-puissant d’un autre monde où, suite à une guerre mondiale dévastatrice entre races et divinités, le dieu des jeux et du hasard a pris le pouvoir et où 10 commandements remplacent les luttes de pouvoir par du jeu. Plus de vol ni de meurtre, mais du jeu…et en fait d’autres systèmes (plus subtils) d’oppression.

     

    J’avais accroché au pitch de Rising of the Shield Hero (transfert dans un autre monde, mais que se passe-t-il quand l’arme légendaire qui est confiée n’est pas une épée, une lance ni un arc mais un bouclier (avec impossibilité de recourir à une autre arme) et qu’en plus le héros est victime d’une cabale?). J’avais bien avancé sur les parutions web, et puis cela tournait au n’importe quoi. Je crois que le manga est assez fidèle, mais je n’en sais pas plus, vu que l’évolution du light novel m’avait ôté l’envie de lire le manga.

     

    Pas accroché non plus à Moi, quand je me réincarne en slime, même si le côté décalé est assez plaisant. Là aussi dérivé d’un light novel mais je n’ai connu l’oeuvre qu’à travers le manga. Le pitch : un employé de bureau se fait assassiner en pleine rue. Suite à ses regrets, il se réincarne dans un autre monde en slime, et va être amené à devenir le seigneur du royaume. Au final, un slime avec tout ce potentiel, c’est quand même particulièrement cheaté, et cela m’ôte l’envie de continuer, même si je reconnais le potentiel comique.

    Ces 3 oeuvres ont été adaptées en anime, que je n’ai pas vus.

     

    My fantasy lazy life (encore tiré d’un light novel non lu) est assez mignon, et réussit (au stade de parution actuel en français) à ne pas trop se casser la binette malgré un pitch où les dérives potentielles sont conséquentes : un employé lambda est envoyé par magie dans un autre monde. Il s’avère qu’un de ses ancêtres vient de ce monde qu’il avait fui. La reine, dans ce monde extrêmement patriarcal, cherche à garder son indépendance en prenant un mari qui ne voudra pas la contrôler et lui propose une vie d’oisiveté et de figuration (d’où le titre). Evidemment tout ne va pas se passer comme prévu.

    Il y a un côté Robinson Crusoë, et la société choisie pose des questions (colonialisme du terrien qui arrive avec ses connaissances technologiques? critique d’une société patriarcale qui permet en fait son exposition?). Avec un présupposé de bienveillance, un manga pour moi au final assez feelgood, qui convient bien à mon côté fleur bleue.

     

    Enfin, konosuba sois béni monde merveilleux, pour lequel la France arrive après la bataille (le manga est bouclé, dérivé et hyper populaire au japon d’après ce que j’ai lu). Là, on est dans la parodie, et cela fait du bien!

    Le héros meurt (je ne vous spolie pas comment) et se retrouve réincarné dans un monde de fantasy. Il a le droit de choisir ce qu’il veut comme power up pour mener sa quête à bien, et il choisit d’être accompagné par la déesse qui l’accueille! Sauf qu’elle s’avère être inutile et pas très futée. Les autres membres de l’équipe sont tout autant des bras cassés : magicienne qui ne peut lancer qu’un seul sort d’explosion ultime la laissant vide de mana, guerrière tendance masochiste à la défense très élevée mais très mauvaise pour porter des coups… Et c’est cette bande de giognols qui va devoir vaincre le roi-démon…

     

    Pour terminer, à peu près en même temps que débutait l’écriture de Sword Art Online, Daniel Lieske publiait Wormworld Saga (en fait un peu plus tard avril 2009 / Noël 2010). Là, on est dans la BD européenne et c’est beaucoup plus lent.

    Mais qu’est-ce que c’est beau!

    "C'est d'une simplicité absurde, comme la plupart des énigmes quand on en voit la réponse."

    Hodor! [Casting 2019]

    #141866
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2269

    Je ne sais pas où caser No game no Life que je n’ai lu qu’en light novel (et en VO, traduite paraît-il avec les pieds) qui est vraiment sympathique dans sa gestion des jeux (si vous aviez aimé Liar Game il y a des points communs dans la résolution des épreuves) mais pénible (voire graveleux) par son côté fan service et lolicon. Un manga est sorti mais je ne sais pas ce qu’il vaut. Le pitch : des (demi-) frères et soeurs Hikikomori (https://en.wikipedia.org/wiki/Hikikomori ) surdoués en terme de gaming avec un pseudo commun ayant pour nom  »  » (le « blanc » / « espace » est fait exprès) sont défiés par le dieu Tout-puissant d’un autre monde où, suite à une guerre mondiale dévastatrice entre races et divinités, le dieu des jeux et du hasard a pris le pouvoir et où 10 commandements remplacent les luttes de pouvoir par du jeu. Plus de vol ni de meurtre, mais du jeu…et en fait d’autres systèmes (plus subtils) d’oppression.

    J’ai regardé l’anime et ça m’avait beaucoup plus. La saison 2 se fait toujours attendre.

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #141903
    Nymphadora
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4683

    Je te conseillerais d’essayer directement le tome 4 (la saison des brumes), qui se lit très bien en stand-alone (quelques références au tome 1 que tu as déjà lu). Si tu n’accroches pas, alors ce n’est pas la peine de t’acharner.

    Merci du coup je vais faire ça quand ma médiathèque aura le tome dispo 🙂

    ~~ Always ~~

    #142045
    Papadoc
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 905

    Corondar a fait un post dans « Vos dernières séries » sur Locke and key.

    Ca me permet de vous recommander très très chaudement la BD originale (6 gros volumes) : après le meurtre de son père une famille (mère alcoolique, garçon lycéen tendance costaud, fille ado rebelle et petit dernier rêveur) emménage dans la propriété familiale dans la ville de Lovecraft. Cette demeure renferme de très nombreuses clefs magiques aux pouvoirs divers, mais également un très sombre secret que le père a emporté dans la tombe.

    Bon, Joe Hill au cas où vous ne le sauriez pas est un des fils de Stephen King, et cela se ressent : c’est de l’horreur et le premier épisode le marque bien en frappant très (trop?) fort. Mais le rythme redescend tout de suite et laisse place à de l’angoisse (mise en place des plans du méchant) et aux questions existentielles des enfants.

    C’est vraiment beau quand Gabriel Rodriguez est au dessin (il y a quelques épisodes, mais peu, avec un artiste de remplacement pas mauvais mais pas aussi bon…obligations de production des comics US, hélas !!), l’histoire est vraiment bien même si certains rebondissements sont un peu exagérés. C’est surtout dans la technique narrative qu’il y a de vraies grandes perles : pour moi un comics de référence.

    "C'est d'une simplicité absurde, comme la plupart des énigmes quand on en voit la réponse."

    Hodor! [Casting 2019]

8 sujets de 61 à 68 (sur un total de 68)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.