Aerion Targaryen

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Aerion Targaryen
Image by Amok (c)

Identité
V.O. Aerion Targaryen
"Aerion the Monstruous"
"Aerion Brightfire"[N 1]
"Aerion Brightflame"[N 1]
"the Prince Who Thought He Was a Dragon"
"the Bright Prince"
Surnoms le Monstrueux
le Flamboyant
Viveflamme
le Prince qui se prenait pour un dragon
le Prince Flamboyant[1] / le Prince Lumineux[2]
Apparence
Yeux violet profond
Cheveux or argent
Statut
Rang prince
Naissance vers 192 (Lestival)
Décès 232
Famille
Père Maekar Ier Targaryen
Mère Dyanna Dayne
Épouse Daenora Targaryen
Enfant Maegor Targaryen (232)
Blasons
Aerion faisait partie de la maison Targaryen Blason personnel d'Aerion Targaryen Aerion a fait partie des Puînés

Icone homonymie.pngPour les articles homonymes, voir cette page d'homonymie.


Né vers l'an 192, le prince Aerion Targaryen, dit Aerion Viveflamme ou Aerion le Flamboyant comme il aimait à s'intituler, était le second fils du prince Maekar Targaryen et de sa femme Dyanna Dayne. Il constitue l'un des exemples les plus manifestes de la folie latente au sein de la maison Targaryen. Cruel et arrogant, il pensait qu'il était un dragon sous forme humaine. Si Aerion était sans nul doute le plus féroce des quatre fils de Maekar, son inhumanité et sa mégalomanie lui ont donné une très mauvaise réputation dans les Sept Couronnes[3]. Il meurt en l'an 232, un an avant son père et n'accède donc jamais au trône[2].

Histoire[modifier]

Avant Le Chevalier Errant[modifier]

Un œuf de dragon est placé dans le berceau du prince Aerion Targaryen. Il est de couleur or et argent, avec des veines de feu qui courent à travers[1].

Dans Le Chevalier Errant[modifier]

Lors du tournoi de Cendregué, le prince Aerion prend à partie des montreurs de marionnettes de Dorne qui avaient eu l'insolence de représenter la mort d'un dragon. Brutalement corrigé par ser Duncan le Grand, il provoque un Jugement des Sept qui aboutit notamment à la mort de son oncle Baelor Briselance.

Icone loupe.png Voir article détaillé : Jugement des Sept de Cendregué.

Son père Maekar l'envoie alors à Lys et dans les cités libres[3].

Dans L'Épée Lige[modifier]

Le prince Aerion semble toujours séjourner dans les cités libres[4].

Dans L'Œuf de Dragon[modifier]

Ser Uthor Enverfeuille révèle à ser Duncan le Grand que le prince Aerion Targaryen a des amis, qui le considèrent comme responsable de son exil[1]

Après L'Œuf de Dragon[modifier]

Aerion se fait mercenaire et combat un temps au sein des Puînés[5]. rentre d'exil entre l'an 211et l'an 219. Cette année-là, le prince Aerion se distingue avec son frère Aegon en combattant contre les partisans d'Haegon Ier Feunoyr au cours de la troisième rébellion Feunoyr. Après la capture d'Aigracier, il fait partie de ceux qui, à l'instar de son grand-oncle Brynden Rivers, conseillent au roi Aerys Ier d'exécuter le rebelle pour trahison mais le roi préfère envoyer Aigracier à la Garde de Nuit[6].

En l'an 232, Aerion meurt dans d'atroces souffrances après avoir bu une tasse de feu grégeois, croyant que cela le métamorphoserait en dragon[7]. Outre les bâtards qu'il a probablement engendrés dans les cités libres durant son exil[8], il laisse un fils légitime, le prince Maegor, né de sa cousine, Daenora[9] l'année de sa mort. Prétendant sérieux au Trône à la mort de son grand-père, le roi Maekar Ier en l'année suivante, Maegor est finalement exclu de la succession par le Grand Conseil de 233[7][2][N 2].

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. 1,0 et 1,1 Les deux versions de ce surnom sont documentées dans la saga en version originale et semblent correspondre à des variantes personnelles d'Aerion (cf. So Spake Martin : (en) Aerion Brightflame sur westeros.org).
  2. Les raisons qui poussèrent le Grand Conseil de 233 à écarter ce fils de la ligne de succession sont dues principalement au jeune âge du prince Maegor (un an à peine) qui aurait nécessité une longue régence. Ainsi, outre la folie patente de son géniteur, il n'a pas été jugé apte à gouverner (cf. Les origines de la saga, Maekar I).

Références[modifier]