ADWD 02 – Tyrion I

  • Ce sujet contient 6 réponses, 7 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Céleste, le il y a 8 mois et 1 semaine.
7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #196218
    Yfos
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1911

    ADWD 02 – Tyrion I
    Au fil des pages – liste des sujets

    ADWD 01, Prologue ADWD 03, Daenerys I

    Un nouveau départ?

    Nous avons quitté Tyrion dans ASOS alors qu’il venait de tuer son père et nous ne l’avions pas croisé dans AFFC. Nous le retrouvons à bord d’un navire.

    L’évasion

    Après un retour sur la mort de son père, qui n’a pas eu l’air de surprendre Varys, Tyrion traverse le détroit, sans connaître sa direction.

    Pas grand-chose à en dire, à part le fait qu’il boit beaucoup, vomit, méprise les autres, notamment le jeune qui doit nettoyer, se sent lui-même méprisé et se demande vers où il vogue.

    Il a renoncé à ses rêves

    «  d’amour, de justice, d’amitié ou de gloire »

    Il se demande où il pourrait aller. À Dorne pour faire couronner Myrcella ? Mais le Prince Doran y consentira-t-il maintenant que son frère Oberyn est mort ? Au Mur, plus sûr, comme le lui avait demandé Jeor Mormont ? Mais Slynt, qui a quelques raisons de lui en vouloir, en est peut être devenu commandant.

    Il se demande où on l’emmène et s’interroge sur le sort de Tysha, essayant de deviner « où vont les putes »

    Arrivé à sa destination, il est enfermé contre son gré dans un baril de vin pour être débarqué inaperçu. On constate que l’équipage se venge de son attitude : il y est enfoncé la tête en bas et aucune précaution n’est prise pour éviter les chocs alors qu’il serait tout à fait légitime de traiter délicatement un fût de bon vin.

    Tyrion reste cependant capable de réfléchir. La langue, de type valyrien mais qui s’en est relativement éloignée, la froideur de l’air : il comprend qu’il est à Pentos.

    Illyrio

    Arrivé à terre il rencontre un homme pansu que le lecteur reconnaît comme étant Illyrio Mopatis. Depuis AGOT, Arya III, ceux qui avaient reconnu les deux comploteurs, savaient que Varys et lui étaient complices. En voici la confirmation.

    Malgré le bon accueil, Tyrion décide de se méfier de lui.

    «  tout ami de Varys l’Araignée est un personnage auquel je me fierai aussi peu qu’il me sera possible »

    Au réveil de Tyrion, ils se recroisent brièvement, le temps pour Illyrio d’indiquer qu’il est magistrat de Pentos et est convoqué chez le Prince

    À ce sujet, Tyrion nous indique l’opinion de son père, qui les méprise, à leur sujet

    « Soldat d’épices et seigneurs de fromages »

    La puissance des Lannister est basé sur leur richesse, en quoi est-ce si différent ? De plus, lorsque l’on voit la puissance de la Banque de Fer, difficile de mépriser ceux dont l’influence est basée sur l’or.

    Ils parlent plus tard dans la journée, durant un somptueux repas.

    Les dirigeants de Pentos, comme ceux de Westeros, reçoivent des informations sur les évènements de la baie des Serfs mais les leurs sont beaucoup plus précises

    «  Astapor est tombée. Meereen aussi »

    et ils considèrent, eux, que cela peut avoir des conséquences à Pentos malgré l’éloignement

    « le monde est une grande toile d’araignée où l’on n’ose toucher un fil de crainte de faire frémir tous les autres »

    Ensuite, Tyrion ayant ramassé des champignons potentiellement vénéneux, Illyrio lui en fait servir, peut-être pour que son hôte se rende compte qu’il veut vivre.

    Il lui explique ensuite qu’il ne peut pas aller au Mur car Stannis s’y trouve. Or, Tyrion est tout à fait conscient que

    « Stannis pourrait m’accorder Castral Roc sans le léger problème du régicide et du parricide. Pour cela il me raccourcirait d’une tête »

    Pour le régicide, je ne sais pas : Joffrey étant à ses yeux une abomination et un usurpateur, peut-être que cette charge, contrairement à l’autre, ne serait pas retenue.

    Le Pansu convainc ensuite Tyrion de ne pas aller à Dorne : cette couronne seule ne pourra pas imposer Myrcella.

    Il lui propose à la place de soutenir un autre prétendant

    « plus robuste que Tommen, plus doux que Stannis, avec des droits plus directs que votre Myrcella … Un dragon à trois têtes »

    Laissant quand même planer le doute sur l’identité de ce sauveur : il ne nomme pas Daenerys.

    Tyrion et les femmes

    Tyrion côtoie plusieurs femmes dans ce chapitre et ne se montre courtois avec elle ni en pensées ni en actes

    Après qu’il lui a demandé

     « où vont les putes ? »

    et qu’Illyrio lui a répondu

    « Choisissez parmi mes servantes. Aucune n’osera se refuser »

    Tyrion s’étonne

    « des esclaves ? »

    Illyrio le rassure : il n’y a pas d’esclaves à Pentos.

    Cependant, lors de certaines rencontres, Tryion se demande comment ces femmes réagiraient s’il prenait son hôte au mot.

    Il croise tout d’abord des cuisinières. Les concernant, il n’y pense pas vraiment : trop vieilles, obèses, elles ne l’intéressent pas.

    Elles remonteront en flèche dans son estime une fois qu’il aura goûté aux plats qu’elles ont préparés.

    À la lavandière qu’il croise ensuite, il propose le mariage mais c’est histoire de parler. Devant elle, il soliloque, se demandant à nouveau s’il doit plutôt aller à Dorne ou au Mur, indiquant qu’il ne fait pas confiance à Illyrio. Il la soupçonnera plus tard de comprendre la langue commune et d’avoir rapporté ses paroles. Ce n’est pas certain, il a pu être entendu depuis une fenêtre. Il a été sans doute surveillé durant sa déambulation.

    Il s’endort ensuite, est ramené dans sa chambre et est réveillé par une belle blonde. En ce qui la concerne, c’est clair, elle ne se refusera pas

    «  Maître Illyrio m’a dit que je devais vous frotter le dos et réchauffer votre lit »

    Tyrion se conduit de façon plus que discutable avec elle. Lorsqu’elle veut lui dire son nom, sa réponse est

    « ne m’intéresse pas»

    Il se vexe parce que, alors qu’il dit ne pas vouloir coucher avec elle

    « la fille accueillit trop bien cette déception à son goût»

    Avant de penser

    «Qu’il ait baisé bien des femmes que son aspect rebutait, Tyrion n’en doutait pas, mais les autres lui avaient au moins fait la grâce de feindre l’affection»

    Elle ne souhaite pas coucher avec lui mais Illyrio peut l’y obliger. Si Tyrion en profite, c’est un viol. D’autant qu’il se dit

    «un peu de franc dégoût pourrait être rafraîchissant».

    Avant de lui faire peur en lui signalant qu’il pourrait l’étrangler impunément.

    Lui peut éprouver du dégoût pour les femmes en raison de leur physique (Lollys, par exemple), montre son mépris envers la jeune femme blonde en refusant de la considérer comme une personne (ce qu’implique son refus de lui laisser donner son nom) mais lorsque l’inverse se produit, il est une victime.

    Il la défend cependant lorsque Illyrio s’inquiète du fait qu’elle ne lui a pas plu

    «elle a accompli tout ce qu’on exigeait d’elle »

    Et donne en pensée son opinion sur les femmes

    « des putes »

    Tout au long du chapitre, il pense à Tysha et se demande où son père l’a envoyée, demandant à ceux qu’ils croisent, mais sans espérer vraiment de réponse pertinente

    « où vont les putes »

    se rappelle avoir participé au viol collectif qu’elle a subi et semble éprouver des remords.

    « avant qu’il n’assiste les gardes de son père pour la violer »

    « Elle m’aimait et elle m’a épousé, elle a placé sa confiance en moi. »

    Souvenirs d’un enfant

    Plusieurs passages dans ce chapitre peuvent faire référence à la présence passée d’un jeune garçon dans ces murs :

    – les vêtements qui sont donnés à Tyrion sont ceux d’un jeune garçon, taillés dans de riches étoffes mais un peu moisis, dénotant une utilisation ancienne

    – la statue, représentant un garçon nu d’environ 16 ans, prêt à se battre en duel. Il est en marbre peint, paraît réel mais, en fait, seule son épée l’est. Signe qu’il est un mensonge ?

    À ce sujet, voir le développement de la garde de nuit.

    Je suis dubitative quant à la statue. Lorsqu’il rencontre le « fils de Griff », Tyrion ne se dit pas qu’il ressemble à la statue alors qu’il l’a longuement contemplée et, si Tyrion est bon juge des âges, elle est récente.

    Dans le chapitre suivant, Illyrio dira que c’est lui jeune. Il n’a pas toujours été un marchand de fromages obèse. Tyrion lui-même repère

    «  un gamin facétieux aux aguets à l’intérieur de la chair bouffie du marchand de fromages »

    Mais c’est sans doute également un mensonge. Se faire représenter beaucoup plus jeune, oui, mais nu, cela semble étrange.

    Au fil de ce chapitre, Tyrion semble reprendre goût à la vie : intrigues politiques et désir d’en faire baver aux femmes, toutes des salopes sauf les deux siennes.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 8 mois et 2 semaines par Yfos. Raison: orthographe
    • Ce sujet a été modifié le il y a 8 mois et 2 semaines par R.Graymarch.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 6 mois et 1 semaine par Eridan.
    #196226
    R.Graymarch
    • Barral
    • Posts : 10161

    On revient à Tyrion, oh chouette, ça faisait un bail qu’on ne l’avait pas vu, oh zut il est dans une sale humeur (et ça va durer très longtemps hélas). Au moins, ça ne ment pas

    He drank his way across the narrow sea.

    Il ressasse, c’est compréhensible au vu de ce qu’il s’est passé mais c’est lourd à lire. Il agresse même un garçon qui vient l’aider (c’est pire ensuite). En revanche, j’avais oublié qu’il pensait manœuvrer pour Myrcella (et qu’il pensait/espérait aller à Dorne… faut dire que le Mur, ça pue un peu)

    Jaime had made mention of the Free Cities, but had never said which one. “Is it Braavos? Tyrosh? Myr?” Tyrion would sooner have gone to Dorne. Myrcella is older than Tommen, by Dornish law the Iron Throne is hers. I will help her claim her rights, as Prince Oberyn suggested.

    Et on voit la manipulation de Varys qui a tout fait pour qu’il aille buter son père tout en lui reprochant

    Varys had escorted him through the tunnels, but they never spoke until they emerged beside the Blackwater, where Tyrion had won a famous victory and lost a nose. That was when the dwarf turned to the eunuch and said, “I’ve killed my father,” in the same tone a man might use to say, “I’ve stubbed my toe.”

    The master of whisperers had been dressed as a begging brother, in a moth-eaten robe of brown roughspun with a cowl that shadowed his smooth fat cheeks and bald round head. “You should not have climbed that ladder,” he said reproachfully.

    Donc Tyrion a des pensées sur ce qu’il aurait dû faire à Varys

    I should have killed the eunuch as well. A little more blood on his hands, what would it matter? He could not say what had stayed his dagger. Not gratitude. Varys had saved him from a headsman’s sword, but only because Jaime had compelled him. Jaime … no, better not to think of Jaime.

    Il débarque dans un tonneau (ahah l’ironie), à Pentos. Tiens y a des cerisiers, ça change des citronniers ^^ Tyrion est accueilli par Illyrio qui lui donne quand même une chambre plein de conforts

    The magister had invited him to explore the manse. He found clean clothes in a cedar chest inlaid with lapis and mother-of-pearl. The clothes had been made for a small boy, he realized as he struggled into them. The fabrics were rich enough, if a little musty, but the cut was too long in the legs and too short in the arms, with a collar that would have turned his face as black as Joffrey’s had he somehow contrived to get it fastened. Moths had been at them too. At least they do not stink of vomit.

    Tyrion fait son relou avec quasi tout le monde en posant toujours la même question. Et la cave où il va pouvoir beaucoup boire. En voyant les piques, il aimerait y voir la tête de sa soeur, et aussi de son frère (???)

    Tyrion pictured how his sister’s head might look up there, with tar in her golden hair and flies buzzing in and out of her mouth. Yes, and Jaime must have the spike beside her, he decided. No one must ever come between my brother and my sister.

    Pourtant Tyrion pense à s’échapper ou à recruter des Immaculés. Il emmerde une lavandière, récupère des champignons vénéneux (mortels apparemment) puis s’effondre.

    Il se réveille sur son lit moelleux avec une esclave employée blonde à ses côtés et à son service (ambiance). Il lui pose aussi des questions ineptes. Il essaie pathétiquement de retrouver la même relation « cérébrale » qu’il avait avec Shae.

    “Will my lord want me after he has eaten?” she asked as she was lacing up his boots.

    “No. I am done with women.” Whores.

    The girl took that disappointment too well for his liking. “If m’lord would prefer a boy, I can have one waiting in his bed.”

    Là, Tyrion est détestable car il veut lui faire peur et est ravi quand il réussit. Jolie performance, Tyrion, quel talent :/

    “I believe I have changed my mind,” he told her. “Wait for me abed. Naked, if you please, I’ll be a deal too drunk to fumble at your clothing. Keep your mouth shut and your thighs open and the two of us should get on splendidly.” He gave her a leer, hoping for a taste of fear, but all she gave him was revulsion. No one fears a dwarf. Even Lord Tywin had not been afraid, though Tyrion had held a crossbow in his hands. “Do you moan when you are being fucked?” he asked the bedwarmer.

    “If it please m’lord.”

    “It might please m’lord to strangle you. That’s how I served my last whore. Do you think your master would object? Surely not. He has a hundred more like you, but no one else like me.” This time, when he grinned, he got the fear he wanted.

    Tyrion est reçu à manger par Illyrio. Au moins, il n’enfonce pas la fille, c’est une maigre consolation. Le niveau de luxe a l’air inégalé

    They began with a broth of crab and monkfish, and cold egg lime soup as well. Then came quails in honey, a saddle of lamb, goose livers drowned in wine, buttered parsnips, and suckling pig. The sight of it all made Tyrion feel queasy, but he forced himself to try a spoon of soup for the sake of politeness, and once he had tasted it he was lost. The cooks might be old and fat, but they knew their business. He had never eaten so well, even at court.

    Illyrio le teste avec les champignons (qui en fait ne sont pas empoisonnés). Le repas continue, ici avec pas mal de « h »

    He helped himself to heron and herring

    Le reste sert surtout à nous parler des différences culturelles entre Essos et Westeros (les animaux sur les blasons par exemple) ou à mettre Tyrion à jour sur les événements à l’est ou à l’ouest. Il convainc Tyrion que couronner Myrcella n’est pas une bonne idée, la formule est jolie

     He is right on both counts. To queen her is to kill her. And I knew that.

    Illyrio amène la conversation sur le prince de Pentos puis fait un parallèle avec Westeros

    “Are your Seven Kingdoms so different? There is no peace in Westeros, no justice, no faith … and soon enough, no food. When men are starving and sick of fear, they look for a savior.”

    “They may look, but if all they find is Stannis—”

    “Not Stannis. Nor Myrcella.” The yellow smile widened. “Another. Stronger than Tommen, gentler than Stannis, with a better claim than the girl Myrcella. A savior come from across the sea to bind up the wounds of bleeding Westeros.”

    “Fine words.” Tyrion was unimpressed. “Words are wind. Who is this bloody savior?”

    “A dragon.” The cheesemonger saw the look on his face at that, and laughed. “A dragon with three heads.”

    Nous, on sait qui c’est mais en primolecture, j’étais resté sur ma faim (un cliffhanger, encore). C’est sûr que pour Tyrion, si prendre parti pour Myrcella c’est la condamner, si prendre parti pour Stannis c’est se condamner, alors il ne reste plus grand monde. Daenerys ? Ou donc cet homme providentiel bien pratique qu’on n’a pas encore rencontré

    Un chapitre où Dark Tyrion est bien présent (et je ne l’apprécie vraiment pas) et où on a les débuts de l’arc de FAegon. Faut bien commencer quelque part

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    MJ par intérim de Les Prétendants d'Harrenhal (2024-), rejoignez-nous
    DOH : #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #196231
    Sandrenal
    • Pas Trouillard
    • Posts : 725

    Effectivement le Tyrion de ce chapitre n’est pas le plus agréable ni le plus sympathique mais il semble au moins avoir gagné en lucidité ce qu’il a perdu en courtoisie.

    J’aurais également dû tuer l’eunuque. Un peu plus de sang sur les mains, quelle importance ? Il n’aurait su dire ce qui avait retenu son poignard. Pas la gratitude.

    Tyrion aurait probablement du faire tuer Varys quand il avait du pouvoir, peut-être commence-t-il à s’en apercevoir. En tout cas, le passage suggère très fortement que Varys a bien poussé Tyrion à aller tuer Tywin.

    Et tout ami de Varys l’Araignée est un personnage auquel je me fierai aussi peu qu’il me sera possible.

    Il envisage de m’utiliser à son profit.

    Il a raison sur les deux chapitres. La faire reine serait la tuer. Et je le savais.

    Le cynisme et la paranoïa renforcés de Tyrion ne lui ont pas fait perdre son sens de la répartie.

    Le gros homme baissa les yeux et sourit. « Un nain soûl, dit-il dans la Langue Commune de Westeros.

    — Une vache de mer en décomposition. »

    — Oui, mon ami pansu », répliqua Tyrion.

    Tyrion est cependant clairement en position de faiblesse dans le chapitre. Il ne peut pas d’échapper et Illyrio lui fait bien comprendre qu’il peut en faire ce qu’il veut : le tuer ou le vendre à Cersei. Tyrion pense n’avoir que des mauvais choix devant lui et s’apprête à se satisfaire de celui qui fera le plus de mal à Cersei mais Illyrio va lui proposer un choix plus intéressant.

    À ce sujet, Tyrion nous indique l’opinion de son père, qui les méprise, à leur sujet « Soldat d’épices et seigneurs de fromages » La puissance des Lannister est basé sur leur richesse, en quoi est-ce si différent ? De plus, lorsque l’on voit la puissance de la Banque de Fer, difficile de mépriser ceux dont l’influence est basée sur l’or.

    La situation des Lannister et celle des marchands des cités libres est très différente. Même si les Lannister tirent une bonne partie de leur puissance de leur or (ils seraient très puissants sans leur or), ils n’en demeurent pas moins une grande famille avec une grande tradition nobiliaire, totalement insérée dans un système féodal. Tywin méprise les « seigneurs de fromage » parce qu’il considère que ceux-ci n’ont pour seul intérêt que le profit. Il méprise aussi sans doute leur système oligarchique qui s’oppose frontalement au système féodal dans les valeurs que chaque système met en avant. Les Lannister ne recherchent pas la richesse comme une fin en soi (cela serait sans doute très mal vu parmi leurs pairs) mais comme le moyen d’atteindre des objectifs tout à fait classiques dans un milieu féodal : l’honneur, le prestige, la puissance… Ce que le monde de Westeros considère comme les plus grands achèvements de Tywin, ce n’est pas sa réussite financière (être devenu le plus grand créancier de la couronne par exemple) mais des réussites typiquement féodales : avoir écrasé un vassal rebelle, être resté 20 ans Main du Roi, sa participation à la guerre des rois à neuf sous, son alliance matrimoniale avec Robert… Tywin et Tyrion voient Illyrio avec leur yeux de grands féodaux : un parvenu sans naissance qui tire toute son pouvoir de sa fortune et dont le seul but est d’amasser toujours plus.

    #196240
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2865

    Mais c’est sans doute également un mensonge. Se faire représenter beaucoup plus jeune, oui, mais nu, cela semble étrange.

    La statue ne semble pas être Griff. Le jeune est blond dans une posture de duel avec une lame fine de spadassin, tandis que FAegon a les cheveux valyriens et se bat à l’ouestrienne. Une représentation de soi beau et jeune et très courante, des rois genre Louis XIV en Appolon ou chez les stars hollywoodiennes vieillissantes). Vouloir s’accomplir au travers de ses enfants aussi, ça on le trouve même au bord des terrains de foot avec des papas n’ayant pas joué plus haut qu’au niveau local qui gueulent sur leur gosse en espérant en faire un champion. Ca donne un mobile assez clair à la participation d’Illyrio au jeu des Trônes de Westeros, que ce soit pour son vrai fils issu de Serra Feunoyr ou qu’il ait vraiment adopté Aegon.

    Sinon chapitre intéressant en primo lecture, on devine donc le développement de l’intrigue autour des plans de Tic et Tac. Malheureusement, c’est aussi le début des interminables lamentations et pérégrinations de Tyrion. Assez logiques en soi vu ce qu’il a vécu, mais terriblement longuettes au fil du livre.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 2 semaines par R.Graymarch.
    #196250
    Oiseleur
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 307

    Ilyrio Myopatis voit bien juste quant au projet de couronner Myrcella, un échec assuré, avec la mort de la prétendante. Et ça ne passera pas loin du tout pour Myrcella dans la tentative avortée de coup d’État d’Arianne.

    C’est un chapitre qui annonce un Tyrion bien plus aigri, suspicieux, il sait que s’il lui arrive un pépin il pourra être très probablement être lâché par ses compagnons de route, qu’il ne sera sauvé que si un de ses compagnons tient vraiment à lui. Plus de père pour mettre à feu et à sang le Conflans afin de sauver un Tyrion enlevé par une Catelyn Stark assistée par les vassaux des Tully. Il n’a plus d’arrière solide sur quoi s’adosser. Il s’approche d’une certaine manière d’Arya Stark en se retrouvant coupée de sa famille et recherchée à partir du coup d’État raté d’Eddard Stark.

    S’il semble vouloir faire passer par le fil de l’épée sa fratrie, Cersei avant tout. Le lutin se sentant toujours Lannister veut Castral Roc, quitte à donner l’or qui y est associé.

    Illyrio fait redescendre Tyrion sur terre en lui rappelant qu’enfermé avec un lion, un Lannister se ferait attaqué par l’animal emblématique, Tyrion aura l’occasion de sentir cette menace de près. Après tout Tytos Lannister a failli se faire tuer par une lionne au cours d’une chasse. Les Stark n’ont pas d’anecdote à ce sujet à nous transmettre. C’est même le contraire en ce moment les enfants d’Eddard possèdent des loups géants.

    Pour le désir de la mise à mort de Jaime, je me demande si Tyrion va persister dans cette voie là, après tout Jaime pourrait se retrouver à hériter de Castral Roc ; Tyrion pense que les jumeaux seront solidaires entre eux et que pour tuer Cersei il faudra automatiquement tuer Jaime à un moment ou un autre ; Jaime a trahi la confiance de Tyrion en obéissant au mensonge de Tywin sur Tysha.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 2 semaines par R.Graymarch.
    #196259
    Sandor is alive
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 213

    Merci Yfos.

    En première lecture je me suis dit: « Aah des nouvelles de Tyrion, enfin! ». En relecture, je m’attendais à un chapitre un peu pénible, avec le souvenir d’un personnage désabusé et désagréable. Et finalement ça passe plutôt bien. Certes il est aigri et envoie balader tout le monde, mais son humour a manqué à AFFC. Je crois qu’à la longue, par contre, son attitude va à nouveau me soûler (au moins c’est digne de lui).

    L’intrigue avance peu dans ce chapitre (d’accord il y a la description de l’évasion, mais à part ça bof), jusqu’aux derniers mots d’Illyrio, qui introduisent l’arc de Faegon (même si on ne le sait pas encore).

    Finalement mon passage préféré du chapitre c’est l’échange avec Varys, quand Tyrion lui annonce avoir tué Tywin, puis Shae:

    « – Vous saviez ce qu’elle était.

    – Oui mais pas ce qu’il était, lui.

    Varys gloussa. Et maintenant vous savez. »

    Ce court extrait fait référence à plusieurs choses. La trahison de Shae, d’abord, déjà connue lors du procès de Tyrion, mais poussée à son paroxysme quand elle couche avec Tywin. Et la nature de ce dernier. A quoi Tyrion fait-il référence ? Au fait que son père soit après tout un homme comme les autres, avec ses besoins ? Au fait que lui aussi trahit Tyrion en accueillant Shae dans sa chambre ? À son hypocrisie, lui qui méprise ouvertement les filles de joie et à ordonner à son fils de se séparer d’elle ? Peut-être un peu tout ça en même temps.

    Dernière remarque : les pensées de Tyrion envers Jaime. Au début du chapitre il évite de penser à lui justement. Pour finir par souhaiter voir sa tête au bout d’une pique (à côté de celle de Cersei, ce qui est moins surprenant). Là aussi il y a une trahison difficile à supporter (le rôle de Jaime concernant Tysha). Comme toi Oiseleur je me demande si Tyrion va rester sur ce désir de vengeance. Une future confrontation entre les deux frères vaudrait en tout cas le poids d’Illyrio en or…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 2 semaines par R.Graymarch.
    #196349
    Céleste
    • Pas Trouillard
    • Posts : 725

    Merci Yfos pour ton analyse !

    J’ai mis de côté l’esclavage sexuel dégueu chez Illyrio et la référence au traité avec Braavos, c’est toutefois important pour Daenerys dans le sens où on pourrait se dire que ce qu’elle fait est vain et que Braavos est censé à la fois être son allié et ennemi naturel ^^

    Le début de chapitre m’a fait penser à Arianne dans sa tour, Tyrion ne mange pas les repas qui lui sont apportés, le garçon de cabine ne lui parle pas et ne répond pas à ses questions. D’ailleurs ses pensées autour de Dorne sont nombreuses : il envisage Dorne et le Mur comme porte de sortie de sa situation actuelle, on nous rappelle la différence de tempérament entre Oberyn et Doran au travers du plan pour Myrcella trop hasardeux pour Doran, et il finit par :

    Comme sa cuisine et ses lois, le parler de Dorne s’épiçait des saveurs de la Rhoyne, mais on parvenait à le comprendre. Dorne, oui, Dorne a ma faveur. Il réintégra sa couchette, se raccrochant à cette idée comme un enfant à une poupée.

    J’ai trouvé cela rigolo parce que si ce sont les saveurs de la Rhoyne qu’il cherche, alors il sera gâté ^^. La Rhoyne et Dorne feront partie effectivement de son voyage mais pas de la façon dont il l’entendait.

    La statue d’Illyrio avec autour les cerisiers comme des sentinelles m’évoque Ser Waymar dans le prologue. Au sujet de cette statue, le fait qu’elle soit décrite de cette manière (presque vivante) m’a fait me dire qu’elle avait été sculptée par l’atelier d’un artiste de renom ce qui renforce l’importance et le prestige du propriétaire de la villa.

    Tyrion est quelqu’un de compétent, trop compétent pour rester à Port-Réal. Il aurait mieux valu qu’il meurt dans les plans de Varys, j’imagine, mais l’éloigner de Westeros et utiliser ses compétences pour leur camp reste une solution acceptable. Toutefois, le comportement de Tyrion vu de l’extérieur peut laisser penser qu’il veut en finir, qu’il a perdu l’envie de vivre et dans ce cas Illyrio peut aider aussi. La crainte pour Illyrio c’est que Tyrion veuille rejoindre Stannis. Et j’aime beaucoup comment Illyrio gérera Tyrion pour clarifier tout cela. Tyrion affirmera son envie de vivre.

    Tyrion met de côté des champignons mortels qu’il utilisera à la fin de l’intégrale. On a la prophétie de Maggy l’air de rien, l’idée que le fait de couronner Myrcella équivaut à sa mort.

     

    Je préfère le souffle du dragon à la bave de crapeau et la langue de vipère.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.