[Auteur] Ken Liu

  • Ce sujet contient 1 réponse, 2 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par FeyGirl, le il y a 2 semaines.
2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #149188
    DNDM
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1942

    Un sujet pour parler d’un auteur incontournable dans la science-fiction contemporaine, l’américain d’origine chinoise Ken Liu, dont j’ai lu trois textes.

    Carthaginian Rose, en accès libre (en anglais) sur son site, est une courte nouvelle qui parle de beaucoup de choses: d’Intelligence Artificielle, de transfert de conscience, d’âme, d’esprit, de corps surtout, le tout en restant toujours extrêmement humain et à fleur de peau. Très bien écrit, je recommande sans hésitation.

    Le regard, novella publiée dans la collection Une Heure-Lumière des éditions Le Belial, est une oeuvre classique beaucoup plus dispensable, même si ça fait le job. J’en parlais plus longuement dans le Topic Vos Dernières Lectures il y a quelques jours:

    Le regard, de Ken Liu, novella publiée dans la collection Une Heure-Lumière des éditions Le Belial. Dans un futur proche, une prostituée est assassinée. Une détective privée bourrée d’implants pensés pour améliorer son corps est engagée pour trouver le meurtrier. Une courte histoire policière SF qui est certes bien écrite, mais que je pense j’oublierais très vite ; pas grand chose de marquant, c’est très classique et sans surprise. J’ai entendu beaucoup de bien de Ken Liu, faudra que je tente d’autres livres de lui, celui-ci n’est clairement pas franchement au-dessus du lot.

    L’Homme qui mit fin à l’histoire, autre novella publiée dans la collection Une Heure-Lumière des éditions Le Belial, est peut être son oeuvre la plus connue. Comme dans Carthaginian Rose, c’est de la SF mais qui s’attache avant tout aux humains. Pour le coup, Ken Liu s’attaque à un sujet éminemment grave et délicat, l’unité 731 de l’armée impériale japonaise, responsable de nombreux crimes contre l’humanité en Chine pendant la seconde guerre mondiale. Un texte très fort qui creuse profondément les questions d’histoire et de mémoire.

    Feygirl en parlait également il y a quelques jours:

    L’Homme qui mit fin à l’Histoire, de Ken Liu (…) récit qui retrace une des pires tragédies de la seconde guerre mondiale. Cette novella, publiée dans la collection Une Heure Lumière des éditions Le Belial’, est l’un des récits les plus connus de l’auteur tant son sujet est grave : pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Japonais ont utilisé des prisonniers chinois comme cobayes pour des expériences d’armes bactériologiques. Plusieurs centaines de milliers de Chinois sont morts dans l’Unité 731 ou dans les largages aériens visant à tester ces armes sur les populations alentour.

    Ken Liu imagine une technologie qui permettrait à une personne de « voir » un événement passé. Mais une fois qu’il a été vu, il s’efface à jamais, et c’est sans doute l’une des explications du titre.

    Rédigée sous forme d’articles de presse ou de témoignages, cette nouvelle souligne la douleur des proches qui s’interrogent sur le destin de leur famille disparue, puis suit une jeune femme contemporaine qui « voit » ce qui est arrivé à sa tante. C’est un des moments forts du récit : nous ne sommes pas dans un documentaire sur un des pires aspects de la Seconde Guerre Mondiale, au contraire nous vivons la souffrance incarnée par la victime. L’horreur de l’unité 731 est extraordinairement bien retranscrite, sans tomber dans le sensationnalisme grâce à une plume délicate.

    L’auteur va plus loin, et s’interroge sur les liens entre l’Histoire et la politique, ou plutôt la géopolitique, et il met en exergue la difficulté d’obtenir et d’accepter des preuves quand elles ne sont que des témoignages : le parallèle avec la Shoah est évident. Il nous demande aussi à qui appartient l’Histoire : aux victimes ou à l’humanité ?

    Cette nouvelle de moins de 100 pages est marquante : en plus de rappeler un fait historique peu connu et peu étudié en Occident, elle pose des questions sur la Vérité et l’Histoire. Je la recommande fortement !

    Autre avis sur cette nouvelle (tout aussi dithyrambique) par Crys, lisible ici – et il y a également juste en-dessous une recommandation de la nouvelle The Hidden Girl,par Nymphadora.

     

    Plusieurs des histoires de ken Liu sont en accès libre depuis son site. Des conseils pour mes prochaines lectures?

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #149190
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3111

    Les cercles des blogueurs disent beaucoup de bien de ses recueils de nouvelles La Ménagerie de Papier et Jardins de Poussière, mais je ne les ai pas encore lu donc je ne peux pas t’en dire plus.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.