Prix Hugo – Marathon Lecture des romans et nouvelles

Forums Une escapade à la Môle – discussions diverses Le carrefour des autres mondes Autres œuvres littéraires Prix Hugo – Marathon Lecture des romans et nouvelles

Ce sujet a 57 réponses, 15 participants et a été mis à jour par  Yoda Bor, il y a 3 semaines et 1 jour.

28 sujets de 31 à 58 (sur un total de 58)
  • Auteur
    Messages
  • #41189

    Le Lapin
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 121

    Susan est surtout, à mon sens, l’expression de ce que doit être un bon personnage féminin : avant tout… Un personnage. le fait qu’elle soit une femme est largement secondaire, on ne la définit pas par rapport à ça… Un travers largement trop répandu dans le récit de SF (et le récit tout court, en fait) habituellement. 😀

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 10 mois et 2 semaines par  R.Graymarch.
    #41191

    R.Graymarch
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4509

    Dans des nouvelles de SF et de 1940, mettre un personnage scientifique féminin n’est pas anodin non plus. La mettre plus en phase avec les robots qu’avec les humains aurait marché aussi avec un homme mais mettre un personnage acariâtre et sexuellement insatisfait, on peut considérer que c’est un peu traditionaliste (ce qui en 1940 n’est pas complètement choquant)

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. Fondateur de la #TeamLoyalistsForeverUntilNow. Le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #41297

    Aerolys
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1397

    L’Homme bicentenaire (The Bicentennial Man) d’Isaac Asimov

    Il me semble qu’elle a fait l’objet d’une adaptation cinématographique (dans laquelle joue le regretté Robin Williams) que je n’ai jamais vue… Mais, je m’attaquerais à Asimov un jour, une fois que j’aurais lu la pile de livres qui se trouve sur mon bureau.

    Pour revenir à La Ferme des animaux, dans la (ou les) première(s) traduction(s) française, le cochon Napoléon s’appelait César. Il me semble que la raison était que la loi française interdisait d’appeler un porc… Napoléon.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 10 mois et 2 semaines par  R.Graymarch.

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #41362

    Le Lapin
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 121

    Il me semble qu’elle a fait l’objet d’une adaptation cinématographique (dans laquelle joue le regretté Robin Williams) que je n’ai jamais vue…

    Alors pour l’avoir vu..; C’est pas terrible. Pas catastrophique, hein… Mais franchement pas terrible.
    Tu ne manques rien à ne pas le voir.

    #41957

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1263

    Terminé Black Out / All Clear, de Connie Willis, l’histoire des historiens-voyageurs dans le temps à Londres pendant la Seconde Guerre Mondiale, dont on parlait page précédente.

    En une phrase: y’a beaucoup d’inutile et de trucs agaçants, mais j’ai quand même aimé.

    Un peu comme pour Le problème à Trois Corps, c’est un livre qui apporte quelque chose de neuf à la SF sur le fond, mais qui a d’énormes défauts sur la forme.

    Ce qui est raté:

    En version poche, c’est 1700 pages, clairement beaucoup trop long par rapport à ce que ça raconte, j’ai lu en diagonale peut-être 200 à 400 pages, sur le ventre mou du livre, sans rien louper de l’intrigue. Les trois personnages principaux sont totalement interchangeables (c’est des gentils un peu naïfs, en gros), et l’auteur nous raconte leur vie en détails de façon fastidieuse. Ça met un temps fou à démarrer vraiment (en gros, faut attendre la fin du tome 1, au bout de 800 pages), et une fois que ça a démarré ça met un temps fou à se démêler (ça retombe vite, et ça redémarre page 570 du tome 2…). Y’a plein de trucs pas crédibles, que ce soit au niveau du concept de base (être historien en 2060, c’est donc  revenir dans le temps pour… se faire embaucher dans des boulots pourris et travailler des semaines entières à torcher des gosses, faire la lessive à la main, emballer des paquets, ou ramasser des bouts de cadavres éparpillés par les bombes? Et ils partent en vadrouille sans plus de protocole que ça, la sécurité c’est « Bouarf si quelque chose marche pas on viendra vous chercher / ha en fait ouais on galère à vous retrouver on y avait pas pensé on a pas votre adresse… ») ou dans les réactions des persos (qui peut m’expliquer le plan de Mike?). C’est très très édulcoré, au point d’en être irréaliste (les persos n’ont apparemment jamais vraiment de désirs amoureux ou sexuels, y’a du sang et des gens éparpillés partout mais ça a pas l’air de les traumatiser, voir de les toucher plus que ça, ils restent en fait totalement détachés de la réalité « la guerre c’est sale » que les londoniens vivent au quotidien, ne se sentent jamais tellement concernés vu qu’ils savent comment ça fini et où tombent les bombes, et nous avec du coup …).

    Ce qui est réussi:

    Y’a quand même plein de beaux moments de vie « l’Angleterre sous les bombes », pour qui aime ça: l’évacuation de Dunkerque, les enfants réfugiés dans les campagnes,  les londoniens réfugiés dans les stations de métros, Bletchey Park. J’ai particulièrement aimé l’idée (totalement sous-exploitée) « faisons du théâtre sous les bombes pour rester enthousiastes », et tout ce qui touchait à l’Opération Fortitude (désinformation à destination des allemands). Y’a aussi une vraie maîtrise du cliffhanger de la part de l’autrice, qui fait qu’on a toujours envie de continuer à chaque fin de chapitre, même quand parfois elle abuse sérieusement de ficelles très très grosses. Y’a quelques persos secondaires très réussis (les Hodbins, Colin). Et enfin, y’a une nouveauté concernant les voyages dans le temps: on n’est ni vraiment dans le paradoxe du grand-père, ni dans la théorie du papillon et de la tempête, ni vraiment dans le « Whatever happenned, happened » à la Lost, mais dans quelque chose d’un peu plus intéressant, un peu plus novateur, qui prend vraiment en compte l’idée « les voyages dans le temps ont été systématisés par les historiens, qu’est-ce que cela implique? ». Du coup, beaucoup de choses qui paraissent pénible, voir abusée à la lecture, trouve en fait explication satisfaisante. Le livre se rachète pas mal sur sa fin, quoi.

    Bref: bon concept, bonne résolution, bonne ambiance seconde guerre mondiale pour qui aime ça, mais les persos sont un peu gnan-gnan, et le tout aurait mérité un éditeur qui donne quelques sérieux coups de haches pour virer au moins la moitié du bouquin.

     

    Ma liste prix Hugo Romans (courts et longs). Lus: 14

    Spoiler:

    La Ferme des animaux (Animal Farm) par George Orwell
    Fahrenheit 451 (Fahrenheit 451) par Ray Bradbury
    Roman : Étoiles, garde-à-vous ! (Starship Troopers) par Robert A. Heinlein (vu le film, ça suffira)
    Des fleurs pour Algernon (Flowers for Algernon) par Daniel Keyes

    Dune (Dune) par Frank Herbert Les Dépossédés (The Dispossessed) par Ursula K. Le Guin
    Chanson pour Lya (A Song for Lya) par George R. R. Martin
    Enemy Mine par Barry B. Longyear

    Blood of The Dragon, dans A Game of Thrones par George R. R. Martin
    Harry Potter et la Coupe de feu (Harry Potter and the Goblet of Fire) par J. K. Rowling
    American Gods (American Gods) par Neil Gaiman [Tenté, pas terminé]
    Rainbows End (Rainbows End) par Vernor Vinge

    Roman : Black-out / All Clear (Blackout/All Clear) par Connie Willis
    Un pont sur la brume (The Man Who Bridged the Mist) par Kij Johnson
    Le Problème à trois corps (The Three-Body Problem) par Liu Cixin

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #42452

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1263

    Lu deux autres nouvelles courtes de la liste:

    • 1983, Spider Robinson, « Melancholy Elephants »

    Une femme essaye désespérément de convaincre un puissant sénateur de s’opposer à une loi étendant le copyright des œuvres artistique à perpétuité. Parce que le futur de l’humanité est en jeu.

    Une nouvelle qui pose de dures questions aux artistes et créateurs. Un côté amer, mélancolique, un postulat fort. A lire. Lecture gratuite sur le site de l’auteur, ce qui est quelque part logique.

    • 1991,  Terry Bisson, « Bears Discover Fire »

    Comme l’indique le titre, les ours découvrent le feu.

    J’ai fait l’erreur de regarder le mini film  (13′) tiré de la nouvelle avant. Mieux vaut lire la nouvelle. Calme, grands espace, humanité, nature et civilisation. Une nouvelle d’ambiance, pas une nouvelle à chute ou à concept. Apparemment faut être américain pour vraiment l’apprécier. Y compris pour apprécier l’humour, de type « shaggydog story » (une histoire longue et compliquée, avec une chute à froid qui laisse sur sa faim). Apparement on peut voir là-dedans une réflexion sur l’idée de « passer la torche » au sein de la famille. Bof. Lecture gratuite sur le site du Magasine Lightspeed.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #42600

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1263

    Lu Au carrefour des Étoiles, de Clifford D.Simak, prix Hugo du meilleur roman 1964.

    Résultat de recherche d'images pour "au carrefour des étoiles"

    Mouais.

    J’ai beaucoup aimé Demain les Chiens, roman composé à partir de différentes nouvelles, du même auteur (la première nouvelle mise à part). Là c’est pas mauvais, mais je m’attendais à mieux. On retrouve Simak et son côté « science fiction calme et bienveillante », l’ambiance est réussie, mais l’histoire nous laisse sur notre faim.

    Pitch: un agent de la CIA découvre un peu par hasard que dans un coin paumé, un type solitaire (Enoch Wallace) aurait 124 ans, alors qu’il en fait 30. Il enquête, et découvre des trucs bizarres. Et très rapidement (page 26, sur un livre qui tient en 217 pages), on passe dans la tête d’Enoch, donc on passe du mystère à la SF philosophique de Simak: Enoch a en fait été recruté par des E.T. pour devenir le gardien d’une station-relais de transit interspatial.

    Au final, le livre parle de guerre, ou plutôt de menace de guerre totale, en gros. Un livre sorti en pleine guerre froide, et récompensé probablement en partie justement parce qu’il abordait des thématiques d’actualité. Disons qu’aujourd’hui, il parait un peu dépassé et naïf sur le fond, et que le scénario à lui seul ne suffit pas à lui redonner un énorme intérêt.

    Pour l’année 1963, l’Histoire, elle, a beaucoup plus retenu La Planète des Singes, de notre Pierre Boule national, que Au Carrefour des Etoiles (et je vous conseille de faire pareil, si vous ne l’avez pas lu).

    Pour l’instant, dans ce projet « Lecture des Hugo », les nouvelles m’enthousiasment beaucoup plus que les romans!

    D’ailleurs, j’ai lu également la nouvelle courte Le Train pour l’Enfer (That Hell-Bound Train) par Robert Bloch (1959).

    Résultat de recherche d'images pour "that hell bound train"

    Belle nouvelle sur la quête du bonheur parfait, sur la vie, sur ce qu’on en fait. On croit connaître par cœur ce genre d’histoires « pacte avec le diable / le diable va blouser l’autre à la fin », et c’est le cas, mais là la fin est quand même un peu plus surprenante et amusante que ce à quoi on s’attend.

     

    Lus:

    Spoiler:

    Barrés : lus     Gras: ceux que j’ai vraiment envie de lire   Vert; ceux que je conseille Rouge: ceux que je ne conseille pas

    1939

    Roman : L’Épée dans la pierre (The Sword in the Stone) par T. H. White
    Roman court : La Bête d’un autre monde (Who Goes There?) par John W. Campbell (sous le nom de Don A. Stuart)
    Nouvelle longue : Rule 18 par Clifford D. Simak
    Nouvelle courte : Comment nous sommes allés sur Mars (How We Went to Mars) par Arthur C. Clarke

    1941

    Roman : À la poursuite des Slans (Slan) par A. E. van Vogt
    Roman court : Si ça arrivait (If This Goes On…) par Robert A. Heinlein
    Nouvelle longue : Les routes doivent rouler (The Roads Must Roll) par Robert A. Heinlein
    Nouvelle courte : Robbie (Robbie) par Isaac Asimov

    1943

    Roman : L’Enfant de la science (Beyond This Horizon) par Robert A. Heinlein (sous le nom de Anson McDonald)
    Roman court : Waldo par Robert A. Heinlein (sous le nom d’Anson MacDonald)
    Nouvelle longue : Les Encyclopédistes (Foundation) par Isaac Asimov
    Nouvelle courte : Le Twonky (The Twonky) par Catherine Lucille Moore et Henry Kuttner

    1946

    Roman : Le Mulet (The Mule) par Isaac Asimov
    Roman court : La Ferme des animaux (Animal Farm) par George Orwell
    Nouvelle longue : Premier Contact (First Contact) par Murray Leinster
    Nouvelle courte : Le Septième Sens (Uncommon Sense) par Hal Clement

    1951

    Roman : Pommiers dans le ciel (Farmer in the Sky) par Robert A. Heinlein
    Roman court : L’Homme qui vendit la Lune (The Man Who Sold the Moon) par Robert A. Heinlein
    Nouvelle longue : La Petite Sacoche noire (The Little Black Bag) par Cyril M. Kornbluth
    Nouvelle courte : Pour servir l’homme (To Serve Man) par Damon Knight

    1953

    Roman : L’Homme démoli (The Demolished Man) par Alfred Bester

    1954

    Roman : Fahrenheit 451 (Fahrenheit 451) par Ray Bradbury
    Roman court : Un cas de conscience (A Case of Conscience) par James Blish
    Nouvelle longue : La Terre est une idée (Earthman, Come Home) par James Blish
    Nouvelle courte : Les Neuf Milliards de noms de Dieu (The Nine Billion Names of God) par Arthur C. Clarke

    1955

    Roman : They’d Rather Be Right par Mark Clifton et Frank Riley
    Nouvelle longue : L’Intrus (The Darfsteller) par Walter M. Miller
    Nouvelle courte : Allamagoosa par Eric Frank Russell

    1956

    Roman : Double Étoile (Double star) par Robert A. Heinlein
    Nouvelle longue : Les Meilleurs Amis de l’homme (Exploration Team) par Murray Leinster
    Nouvelle courte : L’Étoile (The Star) par Arthur C. Clarke

    1958

    Roman ou nouvelle longue : La Guerre des modifications (The Big Time) par Fritz Leiber
    Nouvelle courte : Et si les huîtres… (Or All the Seas with Oysters) par Avram Davidson

    1959

    Roman : Un cas de conscience (A Case of conscience) par James Blish
    Nouvelle longue : La Grande Cour de devant (The Big Front Yard) par Clifford D. Simak
    Nouvelle courte : Le Train pour l’Enfer (That Hell-Bound Train) par Robert Bloch

    1960

    Roman : Étoiles, garde-à-vous ! (Starship Troopers) par Robert A. Heinlein (J’ai vu Starship Troopers, plutôt aimé, on va rester sur ça)
    Nouvelle : Des fleurs pour Algernon (Flowers for Algernon) par Daniel Keyes

    1961

    Roman : Un cantique pour Leibowitz (A Canticle for Leibowitz) par Walter M. Miller, Jr
    Nouvelle : Long cours (The Longest Voyage) par Poul Anderson

    1962

    Roman : En terre étrangère (Stranger in a Strange Land) par Robert A. Heinlein
    Nouvelle : Le Monde vert (Hothouse) par Brian Aldiss

    1963

    Roman : Le Maître du Haut Château (The Man in the High Castle) par Philip K. Dick
    Nouvelle : Les Maîtres des dragons (The Dragon Masters) par Jack Vance

    1964

    Roman : Au carrefour des étoiles (Way Station) par Clifford D. Simak
    Nouvelle : Pas de trêve avec les rois ! (No Truce with Kings) par Poul Anderson

    1965

    Roman : Le Vagabond (The Wanderer) par Fritz Leiber
    Nouvelle courte : Pour quelle guerre (Soldier, Ask Not) par Gordon R. Dickson

    1966

    Roman : Dune (Dune) par Frank Herbert et Toi l’immortel (…And Call Me Conrad) par Roger Zelazny (ex æquo)
    Nouvelle : « Repens-toi, Arlequin » dit Monsieur Tic-Tac (« Repent, Harlequin! » Said the Ticktockman) par Harlan Ellison

    1967

    Roman : Révolte sur la Lune (The Moon Is a Harsh Mistress) par Robert A. Heinlein
    Nouvelle longue : Le Dernier Château (The Last Castle) par Jack Vance
    Nouvelle courte : L’Étoile invisible (Neutron Star) par Larry Niven

    1968

    Roman : Seigneur de lumière (Lord of Light) par Roger Zelazny
    Roman court : La Quête du Weyr (Weyr Search) par Anne McCaffrey et Le Cavalier du fiel ou le grand gavage (Riders of the Purple Wage) par Philip José Farmer (ex æquo)
    Nouvelle longue : En poussant les osselets (Gonna Roll the Bones) par Fritz Leiber
    Nouvelle courte : Je n’ai pas de bouche et il faut que je crie (I Have No Mouth, and I Must Scream) par Harlan Ellison

    1969

    Roman : Tous à Zanzibar (Stand on Zanzibar) par John Brunner
    Roman court : Les Ailes de la nuit (Nightwings) par Robert Silverberg
    Nouvelle longue : Le Partage de la chair (The Sharing of Flesh) par Poul Anderson
    Nouvelle courte : La Bête qui criait amour au cœur du monde (The Beast That Shouted Love at the Heart of the World) par Harlan Ellison

    1970

    Roman : La Main gauche de la nuit (The Left Hand of Darkness) par Ursula K. Le Guin
    Roman court : Le Navire des ombres (Ship of Shadows) par Fritz Leiber
    Nouvelle courte : Le Temps considéré comme une hélice de pierres semi-précieuses (en) (Time Considered as a Helix of Semi-Precious Stones) par Samuel R. Delany

    1971

    Roman : L’Anneau-Monde (Ringworld) par Larry Niven
    Roman court : Mauvaise rencontre à Lankhmar (Ill Met in Lankhmar) par Fritz Leiber
    Nouvelle courte : Sculpture lente (Slow Sculpture) par Theodore Sturgeon

    1972

    Roman : Le Monde du fleuve (To Your Scattered Bodies Go) par Philip José Farmer
    Roman court : La Reine de l’air et des ténèbres (The Queen of Air and Darkness) par Poul Anderson
    Nouvelle courte : Lune inconstante (Inconstant Moon) par Larry Niven

    1973

    Roman : Les Dieux eux-mêmes (The Gods Themselves) par Isaac Asimov
    Roman court : Le nom du monde est forêt (The Word for World is Forest) par Ursula K. Le Guin
    Nouvelle longue : Le Chant du barde (Goat Song) par Poul Anderson
    Nouvelle courte : La Mère d’Eurema (Eurema’s Dam) par R. A. Lafferty et La Réunion (The Meeting) par Frederik Pohl et Cyril M. Kornbluth (ex æquo)

    1974

    Roman : Rendez-vous avec Rama (Rendezvous with Rama) par Arthur C. Clarke
    Roman court : Une fille branchée (The Girl Who Was Plugged In) par James Tiptree, Jr
    Nouvelle longue : L’Oiseau de mort (The Deathbird) par Harlan Ellison
    Nouvelle courte : Ceux qui partent d’Omelas (The Ones Who Walk Away from Omelas) par Ursula K. Le Guin

    1975

    Roman : Les Dépossédés (The Dispossessed) par Ursula K. Le Guin
    Roman court : Chanson pour Lya (A Song for Lya) par George R. R. Martin
    Nouvelle longue : À la dérive au large des ilôts de Langerhans Lat. 38°54′ N, Long. 77°00’13 » W  (Adrift Just Off the Islets of Langerhans: Latitude 38° 54′ N, Longitude 77° 00′ 13″ W) par Harlan Ellison
    Nouvelle courte : Rencontre avec un trou noir (The Hole Man) par Larry Niven

    1976

    Roman : La Guerre éternelle (The Forever War) par Joe Haldeman
    Roman court : Le Retour du bourreau (Home Is the Hangman) par Roger Zelazny
    Nouvelle longue : The Borderland of Sol par Larry Niven
    Nouvelle courte : Dernier zeppelin pour cet univers (Catch That Zeppelin!) par Fritz Leiber

    1977

    Roman : Hier, les oiseaux (Where Late the Sweet Birds Sang) par Kate Wilhelm
    Roman court : By Any Other Name par Spider Robinson et Houston, Houston, me recevez-vous ? (Houston, Houston, Do You Read?) par James Tiptree, Jr (ex æquo)
    Nouvelle longue : L’Homme bicentenaire (The Bicentennial Man) par Isaac Asimov
    Nouvelle courte : Tricentenaire (Tricentennial) par Joe Haldeman

    1978

    Roman : La Grande Porte (Gateway) par Frederik Pohl
    Roman court : La Danse des étoiles (Stardance) par Spider Robinson et Jeanne Robinson

    Nouvelle longue : Les Yeux d’ambre (Eyes of Amber) par Joan D. Vinge
    Nouvelle courte : Jeffty, cinq ans (Jeffty Is Five) par Harlan Ellison

    1979

    Roman : Le Serpent du rêve (Dreamsnake) par Vonda McIntyre
    Roman court : Les Yeux de la nuit  (The Persistence of Vision) par John Varley
    Nouvelle longue : Hunter’s Moon par Poul Anderson
    Nouvelle courte : Cassandre (Cassandra) par C. J. Cherryh

    1980

    Roman : Les Fontaines du paradis (The Fountains of Paradise) par Arthur C. Clarke
    Roman court : Enemy Mine par Barry B. Longyear
    Nouvelle longue : Les Rois des sables (Sandkings) par George R. R. Martin
    Nouvelle courte : Par la croix et le dragon (The Way of Cross and Dragon) par George R. R. Martin

    1981

    Roman : La Reine des neiges (The Snow Queen) par Joan D. Vinge
    Roman court : Lost Dorsai par Gordon R. Dickson
    Nouvelle longue : La Résistance (The Cloak and the Staff) par Gordon R. Dickson
    Nouvelle courte : La Grotte du cerf qui danse (Grotto of the Dancing Deer) par Clifford D. Simak

    1982

    Roman : Forteresse des étoiles (Downbelow Station) par C. J. Cherryh
    Roman court : Le Jeu de Saturne (The Saturn Game) par Poul Anderson
    Nouvelle longue : Les Licornes sont contagieuses (Unicorn Variation) par Roger Zelazny
    Nouvelle courte : Passe le temps (The Pusher) par John Varley

    1983

    Roman : Fondation foudroyée (Foundation’s Edge) par Isaac Asimov
    Roman court : Âmes (Souls) par Joanna Russ
    Nouvelle longue : Les Veilleurs du feu (Fire Watch) par Connie Willis
    Nouvelle courte : Les éléphants sont mélancoliques (Melancholy Elephants) par Spider Robinson

    1984

    Roman : Marée stellaire (Startide Rising) par David Brin
    Roman court : Cascade Point par Timothy Zahn
    Nouvelle longue : La Musique du sang (Blood Music) par Greg Bear
    Nouvelle courte : Speech Sounds par Octavia E. Butler

    1985

    Roman : Neuromancien (Neuromancer) par William Gibson
    Roman court : Frappez : Entrée ■ (PRESS ENTER ■) par John Varley
    Nouvelle longue : Bloodchild par Octavia E. Butler
    Nouvelle courte : Les Sphères de cristal (The Crystal Spheres) par David Brin

    1986

    Roman : La Stratégie Ender (Ender’s game) par Orson Scott Card
    Roman court : Vingt-quatre vues du Mont Fuji, par Hokusai (24 Views of Mt. Fuji, by Hokusai) par Roger Zelazny
    Nouvelle longue : Le Paladin de l’heure perdue (Paladin of the Lost Hour) par Harlan Ellison
    Nouvelle courte : Un hiver pour Fermi (Fermi and Frost) par Frederik Pohl

    1987

    Roman : La Voix des morts (Speaker for the Dead) par Orson Scott Card
    Roman court : Gilgamesh in the Outback par Robert Silverberg
    Nouvelle longue : Permafrost (Permafrost) par Roger Zelazny
    Nouvelle courte : Tangentes (Tangents) par Greg Bear

    1988

    Roman : Élévation (The Uplift War) par David Brin
    Roman court : Œil pour œil (Eye for Eye) par Orson Scott Card
    Nouvelle longue : Petites bufflesses, voulez-vous sortir ce soir ? (Buffalo Gals, Won’t You Come Out Tonight) par Ursula K. Le Guin
    Nouvelle courte : Mes nuits chez Harry (Why I Left Harry’s All-Night Hamburgers) par Lawrence Watt-Evans

    1989

    Roman : Cyteen (Cyteen) par C. J. Cherryh
    Roman court : Le Dernier des Winnebago (The Last of the Winnebagos) par Connie Willis
    Nouvelle longue : Le Chat de Schrödinger (Schrödinger’s Kitten) par George Alec Effinger
    Nouvelle courte : Kirinyaga par Mike Resnick

    1990

    Roman : Hypérion (Hyperion) par Dan Simmons
    Roman court : Les Montagnes du deuil (The Mountains of Mourning) par Lois McMaster Bujold
    Nouvelle longue : Entre un soldat, puis un autre (Enter a Soldier. Later: Enter Another) par Robert Silverberg
    Nouvelle courte : Nibards (Boobs) par Suzy McKee Charnas

    1991

    Roman : Miles Vorkosigan (The Vor Game) par Lois McMaster Bujold
    Roman court : Le Vieil Homme et son double (The Hemingway Hoax) par Joe Haldeman
    Nouvelle longue : La Manamouki (The Manamouki) par Mike Resnick
    Nouvelle courte : Les Ours découvrent le feu (Bears Discover Fire) par Terry Bisson

    1992

    Roman : Barrayar (Barrayar) par Lois McMaster Bujold
    Roman court : L’une rêve et l’autre pas (Beggars in Spain) par Nancy Kress
    Nouvelle longue : Un sujet en or (Gold) par Isaac Asimov
    Nouvelle courte : Marche au soleil (A Walk in the Sun) par Geoffrey Landis

    1993

    Roman : Un feu sur l’abîme (A Fire Upon the Deep) par Vernor Vinge et Le Grand Livre (The Doomsday Book) par Connie Willis (ex æquo)
    Roman court : Bernacle Bill le spatial (Barnacle Bill the Spacer) par Lucius Shepard
    Nouvelle longue : La Révolution des casse-noisettes (The Nutcracker Coup) par Janet Kagan
    Nouvelle courte : Même Sa Majesté (Even the Queen) par Connie Willis

    1994

    Roman : Mars la verte (Green Mars) par Kim Stanley Robinson
    Roman court : Down in the Bottomlands par Harry Turtledove
    Nouvelle longue : Georgia on My Mind (Georgia on My Mind) par Charles Sheffield
    Nouvelle courte : Morts sur le Nil (Death on the Nile) par Connie Willis

    1995

    Roman : La Danse du miroir (Mirror Dance) par Lois McMaster Bujold
    Roman court : Sept vues de la gorge d’Olduvaï (Seven Views of Olduvai Gorge) par Mike Resnick
    Nouvelle longue : L’Enfant de Mars  (The Martian Child) par David Gerrold
    Nouvelle courte : Pas si aveugle (None So Blind) par Joe Haldeman

    1996

    Roman : L’Âge de diamant (The Diamond Age) par Neal Stephenson
    Roman court : La Mort du capitaine Futur (The Death of Captain Future) par Allen Steele
    Nouvelle longue : À l’image des dinosaures (Think Like a Dinosaur) par James Patrick Kelly
    Nouvelle courte : The Lincoln Train par Maureen F. McHugh

    1997

    Roman : Mars la bleue (Blue Mars) par Kim Stanley Robinson
    Roman court : Blood of The Dragon, dans A Game of Thrones par George R. R. Martin
    Nouvelle longue : Le Réparateur de bicyclettes  (Bicycle Repairman) par Bruce Sterling
    Nouvelle courte : The Soul Selects Her Own Society par Connie Willis

    1998

    Roman : La Paix éternelle (Forever Peace) par Joe Haldeman
    Roman court : Where Angels Fear to Tread par Allen Steele
    Nouvelle longue : We Will Drink A Fish Together par Bill Johnson

    Nouvelle courte : Les Quarante-trois Dynasties d’Antarès

    1999

    Roman : Sans parler du chien (To Say Nothing of the Dog) par Connie Willis
    Roman court : Océanique (Oceanic) par Greg Egan
    Nouvelle longue : Taklimakan (Taklamakan) par Bruce Sterling
    Nouvelle courte : Le Pouls brutal de la machine (The Very Pulse of the Machine) par Michael Swanwick

    2000

    Roman : Au tréfonds du ciel (A Deepness in the Sky) par Vernor Vinge
    Roman court : Les Vents de Marble Arch (The Winds of Marble Arch) par Connie Willis
    Nouvelle longue : 1016 to 1 par James Patrick Kelly
    Nouvelle courte : Scherzo avec tyranosaure (Scherzo with Tyrannosaur) par Michael Swanwick

    2001

    Roman : Harry Potter et la Coupe de feu (Harry Potter and the Goblet of Fire) par J. K. Rowling
    Roman court : The Ultimate Earth par Jack Williamson
    Nouvelle longue : Millennium Babies par Kristine Kathryn Rusch
    Nouvelle courte : Obscurités multiples (Different Kinds of Darkness) par David Langford

    2002

    Roman : American Gods (American Gods) par Neil Gaiman
    Roman court : Fast Times at Fairmont High par Vernor Vinge
    Nouvelle longue : L’Enfer, quand Dieu n’est pas présent (Hell Is the Absence of God) par Ted Chiang
    Nouvelle courte : Tout sauf un chien (The Dog Said Bow-Wow) par Michael Swanwick

    2003

    Roman : Hominids par Robert J. Sawyer
    Roman court : Coraline (Coraline) par Neil Gaiman
    Nouvelle longue : Vie lente (Slow Life) par Michael Swanwick
    Nouvelle courte : Falling Onto Mars par Geoffrey Landis

    2004

    Roman : Paladin des âmes (Paladin of Souls) par Lois McMaster Bujold
    Roman court : Cookie Monster (Cookie Monster) par Vernor Vinge
    Nouvelle longue : Les Légions du temps (Legions in Time) par Michael Swanwick
    Nouvelle courte : Une étude en vert  (A Study in Emerald) par Neil Gaiman

    2005

    Roman : Jonathan Strange et Mr Norrell (Jonathan Strange & Mr Norrell) par Susanna Clarke
    Roman court : La Jungle de béton (The Concrete Jungle) par Charles Stross
    Nouvelle longue : Le Sac à main féerique (The Faery Handbag) par Kelly Link
    Nouvelle courte : Voyages avec mes chats (Travels with My Cats) par Mike Resnick

    2006

    Roman : Spin (Spin) par Robert Charles Wilson
    Roman court : Infiltration (Inside Job) par Connie Willis
    Nouvelle longue : Two Hearts par Peter S. Beagle
    Nouvelle courte : Tk’tk’tk par David D. Levine

    2007

    Roman : Rainbows End (Rainbows End) par Vernor Vinge
    Roman court : A Billion Eves par Robert Reed
    Nouvelle longue : L’Épouse du djinn (The Djinn’s Wife) par Ian McDonald
    Nouvelle courte : Impossible Dreams par Tim Pratt

    2008

    Roman : Le Club des policiers yiddish (The Yiddish Policemen’s Union) par Michael Chabon
    Roman court : Tous assis par terre (All Seated on the Ground) par Connie Willis
    Nouvelle longue : Le Marchand et la Porte de l’alchimiste (The Merchant and the Alchemist’s Gate) par Ted Chiang
    Nouvelle courte : Ligne de marée (Tideline) par Elizabeth Bear

    2009

    Roman : L’Étrange Vie de Nobody Owens (The Graveyard Book) par Neil Gaiman
    Roman court : Le Nexus du docteur Erdmann (The Erdmann Nexus) par Nancy Kress
    Nouvelle longue : L’Éclosion des Shoggoths (Shoggoths in Bloom) par Elizabeth Bear
    Nouvelle courte : Exhalaison (Exhalation) par Ted Chiang

    2010

    Roman : La Fille automate (The Windup Girl) par Paolo Bacigalupi et The City and the City par China Miéville (ex æquo)
    Roman court : Palimpseste (Palimpsest) par Charles Stross
    Nouvelle longue : L’Île (The Island) par Peter Watts
    Nouvelle courte : Lunes de gel (Bridesicle) par Will McIntosh

    2011

    Roman : Black-out / All Clear (Blackout/All Clear) par Connie Willis
    Roman court : The Lifecycle of Software Objects par Ted Chiang
    Nouvelle longue : The Emperor of Mars par Allen Steele
    Nouvelle courte : For Want of a Nail par Mary Robinette Kowal

    2012

    Roman : Morwenna (Among Others) par Jo Walton
    Roman court : Un pont sur la brume (The Man Who Bridged the Mist) par Kij Johnson
    Nouvelle longue : Six Months, Three Days par Charlie Jane Anders
    Nouvelle courte : La Ménagerie de papier (The Paper Menagerie) par Ken Liu

    2013

    Roman : Redshirts – Au mépris du danger (Redshirts) par John Scalzi
    Roman court : L’Âme de l’empereur (The Emperor’s Soul) par Brandon Sanderson
    Nouvelle longue : The Girl-Thing Who Went Out for Sushi par Pat Cadigan
    Nouvelle courte : Mono no Aware (Mono no Aware) par Ken Liu

    2014

    Roman : La Justice de l’ancillaire (Ancillary Justice) par Ann Leckie
    Roman court : Equoid par Charles Stross
    Nouvelle longue : The Lady Astronaut of Mars par Mary Robinette Kowal
    Nouvelle courte : The Water That Falls on You from Nowhere par John Chu

    2015

    Roman : Le Problème à trois corps (The Three-Body Problem) par Liu Cixin (2/3)
    Nouvelle longue : The Day The World Turned Upside Down par Thomas Olde Heuvelt

    2016

    Roman : La Cinquième Saison (The Fifth Season) par N. K. Jemisin
    Roman court : Binti par Nnedi Okorafor
    Nouvelle longue : Pékin origami (Folding Beijing) par Hao Jingfang
    Nouvelle courte : Cat Pictures Please par Naomi Kritzer

    2017
    Roman : La Porte de cristal (The Obelisk Gate) par N. K. Jemisin
    Roman court : Every Heart a Doorway par Seanan McGuire
    Nouvelle longue : The Tomato Thief par Ursula Vernon

    Nouvelle courte : Seasons of Glass and Iron par Amal El-Mohtar

    2018

    Roman : Les Cieux pétrifiés (The Stone Sky) par N. K. Jemisin
    Roman court : All Systems Red par Martha Wells
    Nouvelle longue : The Secret Life of Bots par Suzanne Palmer
    Nouvelle courte : Welcome to your Authentic Indian Experience™ par Rebecca Roanhorse

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #43353

    O’Cahan
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 498

    On t’arrête plus DNDM, je suis ébahie. 😮

    […] je vais me fixer pour en lire au moins 10 de la liste.

    1. Dune de Frank Herbert
    2. Les dépossédés d’Ursula K Leguin
    3. La main gauche de la nuit, ibid
    4. Perdido Street Station de China Melville
    5. La Stratégie Ender (T1) d’Orson Scott Card
    6. Chanson pour Lya de George R. R. Martin
    7. Les Rois des sables, ibid
    8. Par la croix et le dragon, ibid
    9. Le Maître du Haut Château de Philip K Dick
    10. Neuromancien, William Gibson
    11. bonus relecture: Farenheit 451 & Nobody Owens

    Quant à moi, j’ai lu Neuromancien (dont vous pourrez retrouver ma recommandation très bientôt sur le blog). Ben j’ai aimé et dès la première dizaine de pages (ça me le fait pour quelques rares livres), je me suis dit « Faudra que je le relise » parce qu’il est tellement dense, un des plus denses en terme de vocabulaire, de sous-entendus, que ça m’a vraiment obligée à me concentrer, à lire posément chaque phrase. Son caractère de « fondateur du cyberpunk » n’est pas volé pour le coup & il est très accurate malgré ses déjà 35 ans de parution. Le wtf augmente plus on avance dans le bouquin pour culminer à la toute fin. Et j’ai découvert au cours de ma lecture qu’il avait deux autres « suites » que je lirai probablement. Mais priorité pour continuer sur les neuf restants.

    "For someone who was never meant for this world, I must confess I'm suddenly having a hard time leaving it. Of course, they say every atom in our bodies was once part of a star. Maybe I'm not leaving... maybe I'm going home."

    #43402

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1263

    On t’arrête plus DNDM, je suis ébahie. 😮

    Bah certains livres (genre le Simak) sont très courts, les nouvelles encore plus (moins de 20 minutes de lecture). Et avec le temps j’ai de moins en moins de scrupules à lire un peu en diagonale certains livres, quand je me rends compte que justement, on peut se le permettre / que l’auteur à mis cinq phrases à dire ce qu’il disait en une phrase. Et c’est vrai qu’en ce moment je suis dans une phase de lecture intensive (et je ne regarde quasi aucun film, et zéro série).

    Cool pour Neuromancien, ça m’encourage à le lire du coup, merci !

     

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #44796

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1263

    Résultat de recherche d'images pour "les fontaines du paradis"

    Les fontaines du Paradis, Arthur C.Clarke.

    Prix Nebula du meilleur roman 1979, prix Hugo du meilleur roman 1980.

    Livre que j’ai adoré sur certains passages, et qui m’a fait grandement bailler sur d’autres.

    Pitch principal: un ingénieur génial propose de construire le premier ascenseur spatial. Problème: le seul endroit sur Terre où il est possible de l’implanter est occupé par un monastère bouddhiste.

    Pitch secondaire: une sonde spatiale extraterrestre passe par le système solaire, et pour la première fois les humains dialoguent avec un objet construit par des extraterrestres, ce qui chamboule leur vision du monde, notamment au niveau religieux.

    Bon, ça c’est pour la quatrième de couverture. Et si Clarke avait été un peu plus romancier et un peu moins technique, il aurait en effet pu faire un splendide roman sur l’opposition science/foi et tout ce qui va avec.

    Y’a plein de bonnes idées dans ce roman. La mise en parallèle entre la construction de l’ascenseur spatial sur le lieu où un roi mégalo avait fait construire un palais impossible pour l’époque, par ex. Sauf que c’est très mal exploité. La lutte entre les moines et les scientifiques pour la possession du lieu, aussi. Mais pareil, pas assez exploité, ça se résout quasi sans intervention extérieure.

    Y’a des décors somptueux, genre le monastère bouddhiste posé sur la fictive île de Taprobane, très inspiré du splendide Rocher du Lion au Sri Lanka. Mais si je n’avais pas vu cette vidéo y’a quelques temps, je n’aurais pas forcément trouvé ça aussi somptueux.

    Y’a des persos très sympas, y compris les persos secondaires: un ingénieur génial et visionnaire, un ancien savant de renommée internationale devenu moine bouddhiste, une journaliste rentre-dedans… Mais ils sont sous-exploités.

    Y’a des passages d’anthologies, comme les faux extraits de discours et de cours sur la religion, ou les discussions entre la sonde et les humains. C’est peut-être ce que j’ai préféré. Mais là encore, alors qu’il y avait sans problème moyen de raccrocher ça à l’intrigue principale, là les deux se côtoient sans vraiment échanger.

    Du coup, ça donne un livre étrange, en quatre parties un peu bancales, qui ressemble plus parfois à un collage de nouvelles et d’idées disparates. Un genre de pot-pourris de superbes idées, avec des passages grandioses, et d’autres dont on se fout royalement, avec des morceaux de pure discours théorique sans personnages, et d’autres où l’on suit les pérégrinations d’un perso mais sans vraiment s’y intéresser…

    SF des années 70-80, quoi, où le vertige des idées suffisait à remplir un bouquin, sans avoir besoin de vraiment développer les personnages ou les intrigues.

    Bref. Beaucoup aimé la sonde extraterrestre et tout ce qui va avec (mais c’est quasi un bouquin dans le bouquin), beaucoup aimé le potentiel de plein de choses, mais pas accroché par les persos, et déçu par la mise en place et la résolution des intrigues faiblardes.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #44821

    FeyGirl
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1940

    J’ai lu The Moon is a Harsh Mistress de Robert A. Heinlein, sans savoir qu’il avait obtenu le prix Hugo (donc sans a priori!).

    Le cadre initial (de mémoire) : la Lune, qui était une ancienne colonie pénitentiaire des Nations Unies (la Terre), reste une quasi-prison, contrôlée par les « autorités » (la police) et un ordinateur central. Le technicien en charge de la maintenance de l’ordinateur (un humain à qui a été greffé un bras multi-fonctions) découvre que l’ordinateur commence à penser par lui-même, veut jouer et veut apprendre à avoir de l’humour, même si sur ce dernier point il est toujours à côté de la plaque. Et là ça déraille (pour les autorités).  Le technicien entre en contact, un peu par hasard, avec des dissidents (un vieil anar pas-si-anar-que-ça, une ancienne mère porteuse un peu bimbo, etc), et ensemble ils utilisent l’ordinateur à leurs fins, l’ordinateur prenant tout ceci pour un jeu.

    Mon avis : si vous aimez la SF des années 60 (comme moi), c’est une bonne histoire, avec une résistance qui monte en puissance, un peu de stratégie politique, des personnages parfois invraisemblables; mais comme c’est Heinlein, pas trop de psychologie et quelques escarmouches ou batailles.

    Un point d’attention : je l’ai lu en VO, et le texte est difficile voire pénible à lire si on n’est pas anglophone. La syntaxe est déconstruite, peut-être est-ce un effet de style de l’auteur. J’ai fini le livre uniquement parce que je voulais connaître la fin de l’histoire, mais je vous conseille franchement de le lire dans une version traduite, si vous la trouvez! Le style original de l’auteur reste pour moi le gros point noir du roman (mon niveau d’anglais est courant, et non pas bilingue).

     

    Dans un autre style, Ubik de Philip K.Dick. Je l’ai lu l’année dernière car j’ai appris que le Time l’avait classé dans la liste des 100 meilleurs romans US (romans « généraux », et pas uniquement romans SF, ce qui est donc exceptionnel), et cela a excité ma curiosité. Je n’ai pas été déçue, je le conseille fortement. Je l’ai lu en VO, et c’est un texte facile à lire, pas besoin d’être bilingue. L’auteur l’a écrit dans une période de sa vie où il était shooté aux hallucinogènes, et ça se voit! Le premier tiers est de la SF : des équipes de psy et d’anti-psy se livrant à une lutte sans merci sur la Terre et sur la Lune, il n’y a plus de gouvernements mais des entreprises toutes puissantes.. L’auteur en profite, par des traits d’humour, à se livrer à une critique de notre économie. Dans cet univers, tout est payant, sans peut-être l’air. Pour sortir de chez vous, il faut payer la porte pour qu’elle s’ouvre. Et si vous forcez la porte, elle vous menace de vous traîner en justice. Yep! Les deux autres tiers du roman basculent dans autre chose, qui c’est impossible à raconter ou à résumer (un trip hallucinatoire) mais très prenant. Je tournais les pages en me demandant comment les personnages allaient se sortir de cette situation incompréhensible. On retrouve là un des thèmes favoris de l’auteur : qu’est-ce que la réalité?

    Un des rares livres que j’ai lu ces dernières années où, après avoir fini la dernière page, l’impression est restée marqué longtemps dans mon esprit. Un roman fort que je conseille vivement.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 9 mois et 3 semaines par  FeyGirl.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 9 mois et 3 semaines par  FeyGirl.
    #49956

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1263

    Pour info, Mnemos a eu la très bonne idée de faire des rééditions « Intégrales de gros pavés dont un tome a eu le Hugo ».

    De ce que je vois, on a donc le Hugo 1969, Tous à Zanzibar, dans ce gros tome:

     

    Et le Hugo 1970, Le monde du Fleuve, dans celui-ci:

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #61310

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1263

    Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick, Prix Hugo 1963.

    Résultat de recherche d'images pour "le maitre du haut chateau"

    Étrange et épuisant livre. Rien de nouveau en ce qui me concerne : j’avais déjà trouvé Ubik, du même Philip K. Dick, épuisant. Sa façon d’écrire, voire de réfléchir, d’enchainer les idées, est juste totalement déroutante pour moi, pour certains passages. J’ai lu Ubik en anglais, Le Maître du Haut Château en français, c’est pareil. Déroutant, épuisant.

    Sur le fond, c’est surprenant, quand on le lit aujourd’hui sans trop se renseigner avant. Quand on dit « Uchronie où l’Allemagne et le Japon ont gagné la guerre », on s’attend confusément à certaines choses, certaines cases à cocher, certains points de passages imposés. Une histoire de guerre, de valeurs, de sabotage peut-être, de résistance à l’oppression par de petits gestes à minima. Un choc des mentalités, peut-être.

    Ce livre n’est pas là pour cocher les cases. Ni pour faire plaisir au lecteur.

    Y’a des choses très bien faites. J’ai beaucoup aimé le renversement de situations, visible surtout dans la mentalité des Américains qui vivent sous occupation japonaise et acceptent assez naturellement l’idée que oui, les Japonais sont objectivement plus subtils, plus raffinés, donc supérieurs, la japonisation des modes de vie et pensées, décrite de façon extrêmement subtile. En fait, très rapidement, avec cela, le livre évacue les thèmes dont je parlais plus haut. Japonais et nazis ont gagné, on n’est plus là pour résister. Quelque part, c’est bien plus puissant que les uchronies guerrières classiques, et ça pose les fondations d’un très grand livre.

    Mais à côté de cela, on accroche peu aux personnages, il y a peu d’action, pas de réelle résolution ou évolution des choses.

    Au final, c’est un livre sur la réalité, et sur notre perception de la réalité, tout comme l’est Ubik ; pas un livre d’Histoire romancée ou de contre-Histoire, même si ça parle avant tout de la fabrique de l’Histoire. Vous aurez des pages et des pages sur les objets historiques américains, le vrai, le faux, la contrefaçon de l’objet et la contrefaçon de l’Histoire, la perception de l’Histoire, et une mise en abyme subtile du genre même de l’uchronie. Mais pas réellement d’histoire qui vous tienne en haleine.

    Un livre épuisant, frustrant, mais qui une fois terminé fait s’interroger son lecteur. Philip K. Dick, quoi.

    Je suppose que la série télé est assez différente?

    Liste de lecture des Hugos:

    Spoiler:

    Barrés : lus     Gras: ceux que j’ai vraiment envie de lire

    1939

    Roman : L’Épée dans la pierre (The Sword in the Stone) par T. H. White
    Roman court : La Bête d’un autre monde (Who Goes There?) par John W. Campbell (sous le nom de Don A. Stuart)
    Nouvelle longue : Rule 18 par Clifford D. Simak
    Nouvelle courte : Comment nous sommes allés sur Mars (How We Went to Mars) par Arthur C. Clarke

    1941

    Roman : À la poursuite des Slans (Slan) par A. E. van Vogt
    Roman court : Si ça arrivait (If This Goes On…) par Robert A. Heinlein
    Nouvelle longue : Les routes doivent rouler (The Roads Must Roll) par Robert A. Heinlein
    Nouvelle courte : Robbie (Robbie) par Isaac Asimov

    1943

    Roman : L’Enfant de la science (Beyond This Horizon) par Robert A. Heinlein (sous le nom de Anson McDonald)
    Roman court : Waldo par Robert A. Heinlein (sous le nom d’Anson MacDonald)
    Nouvelle longue : Les Encyclopédistes (Foundation) par Isaac Asimov
    Nouvelle courte : Le Twonky (The Twonky) par Catherine Lucille Moore et Henry Kuttner

    1946

    Roman : Le Mulet (The Mule) par Isaac Asimov
    Roman court : La Ferme des animaux (Animal Farm) par George Orwell
    Nouvelle longue : Premier Contact (First Contact) par Murray Leinster
    Nouvelle courte : Le Septième Sens (Uncommon Sense) par Hal Clement

    1951

    Roman : Pommiers dans le ciel (Farmer in the Sky) par Robert A. Heinlein
    Roman court : L’Homme qui vendit la Lune (The Man Who Sold the Moon) par Robert A. Heinlein
    Nouvelle longue : La Petite Sacoche noire (The Little Black Bag) par Cyril M. Kornbluth
    Nouvelle courte : Pour servir l’homme (To Serve Man) par Damon Knight

    1953

    Roman : L’Homme démoli (The Demolished Man) par Alfred Bester

    1954

    Roman : Fahrenheit 451 (Fahrenheit 451) par Ray Bradbury
    Roman court : Un cas de conscience (A Case of Conscience) par James Blish
    Nouvelle longue : La Terre est une idée (Earthman, Come Home) par James Blish
    Nouvelle courte : Les Neuf Milliards de noms de Dieu (The Nine Billion Names of God) par Arthur C. Clarke

    1955

    Roman : They’d Rather Be Right par Mark Clifton et Frank Riley
    Nouvelle longue : L’Intrus (The Darfsteller) par Walter M. Miller
    Nouvelle courte : Allamagoosa par Eric Frank Russell

    1956

    Roman : Double Étoile (Double star) par Robert A. Heinlein
    Nouvelle longue : Les Meilleurs Amis de l’homme (Exploration Team) par Murray Leinster
    Nouvelle courte : L’Étoile (The Star) par Arthur C. Clarke

    1958

    Roman ou nouvelle longue : La Guerre des modifications (The Big Time) par Fritz Leiber
    Nouvelle courte : Et si les huîtres… (Or All the Seas with Oysters) par Avram Davidson

    1959

    Roman : Un cas de conscience (A Case of conscience) par James Blish
    Nouvelle longue : La Grande Cour de devant (The Big Front Yard) par Clifford D. Simak
    Nouvelle courte : Le Train pour l’Enfer (That Hell-Bound Train) par Robert Bloch

    1960

    Roman : Étoiles, garde-à-vous ! (Starship Troopers) par Robert A. Heinlein (J’ai vu Starship Troopers, plutôt aimé, on va rester sur ça)
    Nouvelle : Des fleurs pour Algernon (Flowers for Algernon) par Daniel Keyes

    1961

    Roman : Un cantique pour Leibowitz (A Canticle for Leibowitz) par Walter M. Miller, Jr
    Nouvelle : Long cours (The Longest Voyage) par Poul Anderson

    1962

    Roman : En terre étrangère (Stranger in a Strange Land) par Robert A. Heinlein
    Nouvelle : Le Monde vert (Hothouse) par Brian Aldiss

    1963

    Roman : Le Maître du Haut Château (The Man in the High Castle) par Philip K. Dick
    Nouvelle : Les Maîtres des dragons (The Dragon Masters) par Jack Vance

    1964

    Roman : Au carrefour des étoiles (Way Station) par Clifford D. Simak
    Nouvelle : Pas de trêve avec les rois ! (No Truce with Kings) par Poul Anderson

    1965

    Roman : Le Vagabond (The Wanderer) par Fritz Leiber
    Nouvelle courte : Pour quelle guerre (Soldier, Ask Not) par Gordon R. Dickson

    1966

    Roman : Dune (Dune) par Frank Herbert et Toi l’immortel (…And Call Me Conrad) par Roger Zelazny (ex æquo)
    Nouvelle : « Repens-toi, Arlequin » dit Monsieur Tic-Tac (« Repent, Harlequin! » Said the Ticktockman) par Harlan Ellison

    1967

    Roman : Révolte sur la Lune (The Moon Is a Harsh Mistress) par Robert A. Heinlein
    Nouvelle longue : Le Dernier Château (The Last Castle) par Jack Vance
    Nouvelle courte : L’Étoile invisible (Neutron Star) par Larry Niven

    1968

    Roman : Seigneur de lumière (Lord of Light) par Roger Zelazny
    Roman court : La Quête du Weyr (Weyr Search) par Anne McCaffrey et Le Cavalier du fiel ou le grand gavage (Riders of the Purple Wage) par Philip José Farmer (ex æquo)
    Nouvelle longue : En poussant les osselets (Gonna Roll the Bones) par Fritz Leiber
    Nouvelle courte : Je n’ai pas de bouche et il faut que je crie (I Have No Mouth, and I Must Scream) par Harlan Ellison

    1969

    Roman : Tous à Zanzibar (Stand on Zanzibar) par John Brunner
    Roman court : Les Ailes de la nuit (Nightwings) par Robert Silverberg
    Nouvelle longue : Le Partage de la chair (The Sharing of Flesh) par Poul Anderson
    Nouvelle courte : La Bête qui criait amour au cœur du monde (The Beast That Shouted Love at the Heart of the World) par Harlan Ellison

    1970

    Roman : La Main gauche de la nuit (The Left Hand of Darkness) par Ursula K. Le Guin
    Roman court : Le Navire des ombres (Ship of Shadows) par Fritz Leiber
    Nouvelle courte : Le Temps considéré comme une hélice de pierres semi-précieuses (en) (Time Considered as a Helix of Semi-Precious Stones) par Samuel R. Delany

    1971

    Roman : L’Anneau-Monde (Ringworld) par Larry Niven
    Roman court : Mauvaise rencontre à Lankhmar (Ill Met in Lankhmar) par Fritz Leiber
    Nouvelle courte : Sculpture lente (Slow Sculpture) par Theodore Sturgeon

    1972

    Roman : Le Monde du fleuve (To Your Scattered Bodies Go) par Philip José Farmer
    Roman court : La Reine de l’air et des ténèbres (The Queen of Air and Darkness) par Poul Anderson
    Nouvelle courte : Lune inconstante (Inconstant Moon) par Larry Niven

    1973

    Roman : Les Dieux eux-mêmes (The Gods Themselves) par Isaac Asimov
    Roman court : Le nom du monde est forêt (The Word for World is Forest) par Ursula K. Le Guin
    Nouvelle longue : Le Chant du barde (Goat Song) par Poul Anderson
    Nouvelle courte : La Mère d’Eurema (Eurema’s Dam) par R. A. Lafferty et La Réunion (The Meeting) par Frederik Pohl et Cyril M. Kornbluth (ex æquo)

    1974

    Roman : Rendez-vous avec Rama (Rendezvous with Rama) par Arthur C. Clarke
    Roman court : Une fille branchée (The Girl Who Was Plugged In) par James Tiptree, Jr
    Nouvelle longue : L’Oiseau de mort (The Deathbird) par Harlan Ellison
    Nouvelle courte : Ceux qui partent d’Omelas (The Ones Who Walk Away from Omelas) par Ursula K. Le Guin

    1975

    Roman : Les Dépossédés (The Dispossessed) par Ursula K. Le Guin
    Roman court : Chanson pour Lya (A Song for Lya) par George R. R. Martin
    Nouvelle longue : À la dérive au large des ilôts de Langerhans Lat. 38°54′ N, Long. 77°00’13 » W  (Adrift Just Off the Islets of Langerhans: Latitude 38° 54′ N, Longitude 77° 00′ 13″ W) par Harlan Ellison
    Nouvelle courte : Rencontre avec un trou noir (The Hole Man) par Larry Niven

    1976

    Roman : La Guerre éternelle (The Forever War) par Joe Haldeman
    Roman court : Le Retour du bourreau (Home Is the Hangman) par Roger Zelazny
    Nouvelle longue : The Borderland of Sol par Larry Niven
    Nouvelle courte : Dernier zeppelin pour cet univers (Catch That Zeppelin!) par Fritz Leiber

    1977

    Roman : Hier, les oiseaux (Where Late the Sweet Birds Sang) par Kate Wilhelm
    Roman court : By Any Other Name par Spider Robinson et Houston, Houston, me recevez-vous ? (Houston, Houston, Do You Read?) par James Tiptree, Jr (ex æquo)
    Nouvelle longue : L’Homme bicentenaire (The Bicentennial Man) par Isaac Asimov
    Nouvelle courte : Tricentenaire (Tricentennial) par Joe Haldeman

    1978

    Roman : La Grande Porte (Gateway) par Frederik Pohl
    Roman court : La Danse des étoiles (Stardance) par Spider Robinson et Jeanne Robinson

    Nouvelle longue : Les Yeux d’ambre (Eyes of Amber) par Joan D. Vinge
    Nouvelle courte : Jeffty, cinq ans (Jeffty Is Five) par Harlan Ellison

    1979

    Roman : Le Serpent du rêve (Dreamsnake) par Vonda McIntyre
    Roman court : Les Yeux de la nuit  (The Persistence of Vision) par John Varley
    Nouvelle longue : Hunter’s Moon par Poul Anderson
    Nouvelle courte : Cassandre (Cassandra) par C. J. Cherryh

    1980

    Roman : Les Fontaines du paradis (The Fountains of Paradise) par Arthur C. Clarke
    Roman court : Enemy Mine par Barry B. Longyear
    Nouvelle longue : Les Rois des sables (Sandkings) par George R. R. Martin
    Nouvelle courte : Par la croix et le dragon (The Way of Cross and Dragon) par George R. R. Martin

    1981

    Roman : La Reine des neiges (The Snow Queen) par Joan D. Vinge
    Roman court : Lost Dorsai par Gordon R. Dickson
    Nouvelle longue : La Résistance (The Cloak and the Staff) par Gordon R. Dickson
    Nouvelle courte : La Grotte du cerf qui danse (Grotto of the Dancing Deer) par Clifford D. Simak

    1982

    Roman : Forteresse des étoiles (Downbelow Station) par C. J. Cherryh
    Roman court : Le Jeu de Saturne (The Saturn Game) par Poul Anderson
    Nouvelle longue : Les Licornes sont contagieuses (Unicorn Variation) par Roger Zelazny
    Nouvelle courte : Passe le temps (The Pusher) par John Varley

    1983

    Roman : Fondation foudroyée (Foundation’s Edge) par Isaac Asimov
    Roman court : Âmes (Souls) par Joanna Russ
    Nouvelle longue : Les Veilleurs du feu (Fire Watch) par Connie Willis
    Nouvelle courte : Les éléphants sont mélancoliques (Melancholy Elephants) par Spider Robinson

    1984

    Roman : Marée stellaire (Startide Rising) par David Brin
    Roman court : Cascade Point par Timothy Zahn
    Nouvelle longue : La Musique du sang (Blood Music) par Greg Bear
    Nouvelle courte : Speech Sounds par Octavia E. Butler

    1985

    Roman : Neuromancien (Neuromancer) par William Gibson
    Roman court : Frappez : Entrée ■ (PRESS ENTER ■) par John Varley
    Nouvelle longue : Bloodchild par Octavia E. Butler
    Nouvelle courte : Les Sphères de cristal (The Crystal Spheres) par David Brin

    1986

    Roman : La Stratégie Ender (Ender’s game) par Orson Scott Card
    Roman court : Vingt-quatre vues du Mont Fuji, par Hokusai (24 Views of Mt. Fuji, by Hokusai) par Roger Zelazny
    Nouvelle longue : Le Paladin de l’heure perdue (Paladin of the Lost Hour) par Harlan Ellison
    Nouvelle courte : Un hiver pour Fermi (Fermi and Frost) par Frederik Pohl

    1987

    Roman : La Voix des morts (Speaker for the Dead) par Orson Scott Card
    Roman court : Gilgamesh in the Outback par Robert Silverberg
    Nouvelle longue : Permafrost (Permafrost) par Roger Zelazny
    Nouvelle courte : Tangentes (Tangents) par Greg Bear

    1988

    Roman : Élévation (The Uplift War) par David Brin
    Roman court : Œil pour œil (Eye for Eye) par Orson Scott Card
    Nouvelle longue : Petites bufflesses, voulez-vous sortir ce soir ? (Buffalo Gals, Won’t You Come Out Tonight) par Ursula K. Le Guin
    Nouvelle courte : Mes nuits chez Harry (Why I Left Harry’s All-Night Hamburgers) par Lawrence Watt-Evans

    1989

    Roman : Cyteen (Cyteen) par C. J. Cherryh
    Roman court : Le Dernier des Winnebago (The Last of the Winnebagos) par Connie Willis
    Nouvelle longue : Le Chat de Schrödinger (Schrödinger’s Kitten) par George Alec Effinger
    Nouvelle courte : Kirinyaga par Mike Resnick

    1990

    Roman : Hypérion (Hyperion) par Dan Simmons
    Roman court : Les Montagnes du deuil (The Mountains of Mourning) par Lois McMaster Bujold
    Nouvelle longue : Entre un soldat, puis un autre (Enter a Soldier. Later: Enter Another) par Robert Silverberg
    Nouvelle courte : Nibards (Boobs) par Suzy McKee Charnas

    1991

    Roman : Miles Vorkosigan (The Vor Game) par Lois McMaster Bujold
    Roman court : Le Vieil Homme et son double (The Hemingway Hoax) par Joe Haldeman
    Nouvelle longue : La Manamouki (The Manamouki) par Mike Resnick
    Nouvelle courte : Les Ours découvrent le feu (Bears Discover Fire) par Terry Bisson

    1992

    Roman : Barrayar (Barrayar) par Lois McMaster Bujold
    Roman court : L’une rêve et l’autre pas (Beggars in Spain) par Nancy Kress
    Nouvelle longue : Un sujet en or (Gold) par Isaac Asimov
    Nouvelle courte : Marche au soleil (A Walk in the Sun) par Geoffrey Landis

    1993

    Roman : Un feu sur l’abîme (A Fire Upon the Deep) par Vernor Vinge et Le Grand Livre (The Doomsday Book) par Connie Willis (ex æquo)
    Roman court : Bernacle Bill le spatial (Barnacle Bill the Spacer) par Lucius Shepard
    Nouvelle longue : La Révolution des casse-noisettes (The Nutcracker Coup) par Janet Kagan
    Nouvelle courte : Même Sa Majesté (Even the Queen) par Connie Willis

    1994

    Roman : Mars la verte (Green Mars) par Kim Stanley Robinson
    Roman court : Down in the Bottomlands par Harry Turtledove
    Nouvelle longue : Georgia on My Mind (Georgia on My Mind) par Charles Sheffield
    Nouvelle courte : Morts sur le Nil (Death on the Nile) par Connie Willis

    1995

    Roman : La Danse du miroir (Mirror Dance) par Lois McMaster Bujold
    Roman court : Sept vues de la gorge d’Olduvaï (Seven Views of Olduvai Gorge) par Mike Resnick
    Nouvelle longue : L’Enfant de Mars (The Martian Child) par David Gerrold
    Nouvelle courte : Pas si aveugle (None So Blind) par Joe Haldeman

    1996

    Roman : L’Âge de diamant (The Diamond Age) par Neal Stephenson
    Roman court : La Mort du capitaine Futur (The Death of Captain Future) par Allen Steele
    Nouvelle longue : À l’image des dinosaures (Think Like a Dinosaur) par James Patrick Kelly
    Nouvelle courte : The Lincoln Train par Maureen F. McHugh

    1997

    Roman : Mars la bleue (Blue Mars) par Kim Stanley Robinson
    Roman court : Blood of The Dragon, dans A Game of Thrones par George R. R. Martin
    Nouvelle longue : Le Réparateur de bicyclettes  (Bicycle Repairman) par Bruce Sterling
    Nouvelle courte : The Soul Selects Her Own Society par Connie Willis

    1998

    Roman : La Paix éternelle (Forever Peace) par Joe Haldeman
    Roman court : Where Angels Fear to Tread par Allen Steele
    Nouvelle longue : We Will Drink A Fish Together par Bill Johnson

    Nouvelle courte : Les Quarante-trois Dynasties d’Antarès

    1999

    Roman : Sans parler du chien (To Say Nothing of the Dog) par Connie Willis
    Roman court : Océanique (Oceanic) par Greg Egan
    Nouvelle longue : Taklimakan (Taklamakan) par Bruce Sterling
    Nouvelle courte : Le Pouls brutal de la machine (The Very Pulse of the Machine) par Michael Swanwick

    2000

    Roman : Au tréfonds du ciel (A Deepness in the Sky) par Vernor Vinge
    Roman court : Les Vents de Marble Arch (The Winds of Marble Arch) par Connie Willis
    Nouvelle longue : 1016 to 1 par James Patrick Kelly
    Nouvelle courte : Scherzo avec tyranosaure (Scherzo with Tyrannosaur) par Michael Swanwick

    2001

    Roman : Harry Potter et la Coupe de feu (Harry Potter and the Goblet of Fire) par J. K. Rowling
    Roman court : The Ultimate Earth par Jack Williamson
    Nouvelle longue : Millennium Babies par Kristine Kathryn Rusch
    Nouvelle courte : Obscurités multiples (Different Kinds of Darkness) par David Langford

    2002

    Roman : American Gods (American Gods) par Neil Gaiman
    Roman court : Fast Times at Fairmont High par Vernor Vinge
    Nouvelle longue : L’Enfer, quand Dieu n’est pas présent (Hell Is the Absence of God) par Ted Chiang
    Nouvelle courte : Tout sauf un chien (The Dog Said Bow-Wow) par Michael Swanwick

    2003

    Roman : Hominids par Robert J. Sawyer
    Roman court : Coraline (Coraline) par Neil Gaiman
    Nouvelle longue : Vie lente (Slow Life) par Michael Swanwick
    Nouvelle courte : Falling Onto Mars par Geoffrey Landis

    2004

    Roman : Paladin des âmes (Paladin of Souls) par Lois McMaster Bujold
    Roman court : Cookie Monster (Cookie Monster) par Vernor Vinge
    Nouvelle longue : Les Légions du temps (Legions in Time) par Michael Swanwick
    Nouvelle courte : Une étude en vert  (A Study in Emerald) par Neil Gaiman

    2005

    Roman : Jonathan Strange et Mr Norrell (Jonathan Strange & Mr Norrell) par Susanna Clarke
    Roman court : La Jungle de béton (The Concrete Jungle) par Charles Stross
    Nouvelle longue : Le Sac à main féerique (The Faery Handbag) par Kelly Link
    Nouvelle courte : Voyages avec mes chats (Travels with My Cats) par Mike Resnick

    2006

    Roman : Spin (Spin) par Robert Charles Wilson
    Roman court : Infiltration (Inside Job) par Connie Willis
    Nouvelle longue : Two Hearts par Peter S. Beagle
    Nouvelle courte : Tk’tk’tk par David D. Levine

    2007

    Roman : Rainbows End (Rainbows End) par Vernor Vinge
    Roman court : A Billion Eves par Robert Reed
    Nouvelle longue : L’Épouse du djinn (The Djinn’s Wife) par Ian McDonald
    Nouvelle courte : Impossible Dreams par Tim Pratt

    2008

    Roman : Le Club des policiers yiddish (The Yiddish Policemen’s Union) par Michael Chabon
    Roman court : Tous assis par terre (All Seated on the Ground) par Connie Willis
    Nouvelle longue : Le Marchand et la Porte de l’alchimiste (The Merchant and the Alchemist’s Gate) par Ted Chiang
    Nouvelle courte : Ligne de marée (Tideline) par Elizabeth Bear

    2009

    Roman : L’Étrange Vie de Nobody Owens (The Graveyard Book) par Neil Gaiman
    Roman court : Le Nexus du docteur Erdmann (The Erdmann Nexus) par Nancy Kress
    Nouvelle longue : L’Éclosion des Shoggoths (Shoggoths in Bloom) par Elizabeth Bear
    Nouvelle courte : Exhalaison (Exhalation) par Ted Chiang

    2010

    Roman : La Fille automate (The Windup Girl) par Paolo Bacigalupi et The City and the City par China Miéville (ex æquo)
    Roman court : Palimpseste (Palimpsest) par Charles Stross
    Nouvelle longue : L’Île (The Island) par Peter Watts
    Nouvelle courte : Lunes de gel (Bridesicle) par Will McIntosh

    2011

    Roman : Black-out / All Clear (Blackout/All Clear) par Connie Willis
    Roman court : The Lifecycle of Software Objects par Ted Chiang
    Nouvelle longue : The Emperor of Mars par Allen Steele
    Nouvelle courte : For Want of a Nail par Mary Robinette Kowal

    2012

    Roman : Morwenna (Among Others) par Jo Walton
    Roman court : Un pont sur la brume (The Man Who Bridged the Mist) par Kij Johnson
    Nouvelle longue : Six Months, Three Days par Charlie Jane Anders
    Nouvelle courte : La Ménagerie de papier (The Paper Menagerie) par Ken Liu

    2013

    Roman : Redshirts – Au mépris du danger (Redshirts) par John Scalzi
    Roman court : L’Âme de l’empereur (The Emperor’s Soul) par Brandon Sanderson
    Nouvelle longue : The Girl-Thing Who Went Out for Sushi par Pat Cadigan
    Nouvelle courte : Mono no Aware (Mono no Aware) par Ken Liu

    2014

    Roman : La Justice de l’ancillaire (Ancillary Justice) par Ann Leckie
    Roman court : Equoid par Charles Stross
    Nouvelle longue : The Lady Astronaut of Mars par Mary Robinette Kowal
    Nouvelle courte : The Water That Falls on You from Nowhere par John Chu

    2015

    Roman : Le Problème à trois corps (The Three-Body Problem) par Liu Cixin (2/3)
    Nouvelle longue : The Day The World Turned Upside Down par Thomas Olde Heuvelt

    2016

    Roman : La Cinquième Saison (The Fifth Season) par N. K. Jemisin
    Roman court : Binti par Nnedi Okorafor
    Nouvelle longue : Pékin origami (Folding Beijing) par Hao Jingfang
    Nouvelle courte : Cat Pictures Please par Naomi Kritzer

    2017
    Roman : La Porte de cristal (The Obelisk Gate) par N. K. Jemisin
    Roman court : Every Heart a Doorway par Seanan McGuire
    Nouvelle longue : The Tomato Thief par Ursula Vernon

    Nouvelle courte : Seasons of Glass and Iron par Amal El-Mohtar

    2018

    Roman : Les Cieux pétrifiés (The Stone Sky) par N. K. Jemisin
    Roman court : All Systems Red par Martha Wells
    Nouvelle longue : The Secret Life of Bots par Suzanne Palmer
    Nouvelle courte : Welcome to your Authentic Indian Experience™ par Rebecca Roanhorse

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 1 semaine par  R.Graymarch.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #62188

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1263

    Rendez-vous avec Rama, d’Artur C. Clarke, encore.

    Image result for rendez-vous avec rama

    Prix Hugo 1974, mais aussi Nebula Award for Best Novel 1973, British Science Fiction Association Award 1973, Jupiter Award for Best Novel 1974, John W. Campbell Memorial Award 1974, Locus Award for Best Novel 1974, Seiun Award for Best Foreign Language Novel 1980.

    J’ai adoré. Terminé en deux soirées.

    Ceux qui lisent les avis littéraires que je laisse ici ou là l’ont peut-être remarqué, je suis assez difficile dans mes lectures, ces derniers temps. Mais là, franchement, j’ai adoré. Si je cherche des « défauts », j’en trouverai ; personnages un peu plats, notamment. Mais c’est pas ce qui est important ici.

    Ce livre repose à 100% sur ce que le petit monde de la SF appel le « Sense of Wonder ». Et là, ce bouquin est bourré de Sense of Wonder, et vous happe sans vous lâcher, vous fascine sans discontinuer du début à la fin.

    Pitch: 2131, les humains ont commencé à coloniser le système solaire. Un astéroïde inconnu arrive d’ailleurs. Sauf qu’à l’observer de plus près, c’est pas un astéroïde, mais un vaisseau spatial en forme de cigare de 50 km de long. La plus proche navette est déroutée afin de voir ça de plus près. L’équipage arrive à pénétrer dedans, et commence à l’explorer.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #62324

    no_one
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1071

    Ce livre repose à 100% sur ce que le petit monde de la SF appel le « Sense of Wonder ». Et là, ce bouquin est bourré de Sense of Wonder, et vous happe sans vous lâcher, vous fascine sans discontinuer du début à la fin.

    Je te comprends tout à fait : Clarke (d’ailleurs mentionné dans l’article en lien) m’a donné un véritable « vertige cosmique » à la lecture de 2001, notamment durant la description des données perçues par une sonde plongeant dans l’atmosphère de Jupiter ; et la fin, bien sûr… Faut que je lise – et vois le film de – la suite. Je lis d’ailleurs que Rama a aussi trois suites (de la plume de Gentry Lee) moins bien reçues.

     

    Y’a des décors somptueux, genre le monastère bouddhiste posé sur la fictive île de Taprobane, très inspiré du splendide Rocher du Lion au Sri Lanka. Mais si je n’avais pas vu cette vidéo y’a quelques temps, je n’aurais pas forcément trouvé ça aussi somptueux.

    Hé, j’y suis allé en vacances ! Faudra que je mette la main dessus à l’occasion. 😀 Par ailleurs, le découpage dont tu te plains à des airs de sous-2001, dont la 1ère partie n’est pas la plus exaltante. Mais il y a peut-être une continuité, thématique sinon narrative, plus marquée.

    "Je ne peux pas encore mourir, il me reste à voir Le Roman d'Al Jolson."
    Robert Tomlin

    #62366

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1263

    Je lis d’ailleurs que Rama a aussi trois suites (de la plume de Gentry Lee) moins bien reçues.

    Ouais, je suis pas sûr d’avoir envie de les lire, j’ai peur que ça me gâche Rendez-vous avec Rama, qui tient très bien debout tout seul.

    Sinon si je dois comparer Rendez-vous avec Rama (prix Hugo 1974) et Les Fontaines du Paradis (prix Hugo 1980), Rama est très très loin devant (et si Tapobrane est inspirée du Sri Lanka et du rocher du Lion, ça reste très anecdotique dans l’histoire). Mais si ça t’intéresse je peux te les filer à l’occasion. 😉

    Faudra que je lise / voit 2001 un de ces jours. Mais en tout cas, avec Rama et la courte nouvelle The Star, prix Hugo de la nouvelle en 1956 (lisible ici), Arthur C. Clark m’a donné pour l’instant deux des meilleures histoires de ce marathon lecture.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #62412

    no_one
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1071

    Viens de lire The Star et coup de cœur ici aussi. L’ambiance me rappelle ce que je trouvais terriblement séduisant dans Stargate Universe, qu’on a mentionnée récemment ici. Et usant du même schéma, je recommande l’un des meilleurs épisodes de ST: TNG, « The Inner Light« .

    "Je ne peux pas encore mourir, il me reste à voir Le Roman d'Al Jolson."
    Robert Tomlin

    #62444

    Lapin rouge
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1702

    J’adore en général Clarke, mais alors « Rendez-vous avec Rama », je suis complètement passé à coté. Je n’y ai rien compris, chute incluse.

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #62469

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1263

    Viens de lire The Star et coup de cœur ici aussi.

    En plus c’est le bon jour pour la lire! ^^ #espritdenoel

    J’adore en général Clarke, mais alors « Rendez-vous avec Rama », je suis complètement passé à coté. Je n’y ai rien compris, chute incluse.

    Tellement étrange que je sais pas quoi répondre! Après pour moi c’est pas un bouquin « à énigme », où on attend une résolution finale. Plus un livre qui réussit brillamment la synthèse poésie / science, et donne le vertige devant l’ampleur des plans mis en scène.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #76586

    FeyGirl
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1940

    Je viens de terminer Hyperion de Dan Simmons en VO, soit le premier livre de la tétralogie.

    Ce livre exige de prendre un peu de recul pour pouvoir écrire un commentaire. Il est fascinant !

    La Planète Hypérion est sous la menace de l’invasion des Extros, des humains qui ont évolué au fil des siècles à force de vivre dans l’espace sans gravité. Ces humains combattent l’Hégémonie, sorte de gouvernement multi-planétaire regroupant les « vrais » humains. C’est à ce moment-là que des pèlerins que tout oppose et qui ne se connaissent pas s’embarquent vers Hypérion, afin d’atteindre les Tombes du Temps où réside le Gritche, un monstre très mystérieux et particulièrement effrayant…

    Ce premier volume est l’occasion de connaître le passé de ces pèlerins qui racontent eux-mêmes leur histoire et ce qui les a poussé à entamer ce pèlerinage. Certaines de ces histoires sont étranges, fascinantes, extra-ordinaires, prenantes…

    L’auteur a mis la barre très haut pour le premier volume de cette tétralogie, j’espère qu’il tient ses promesses dans les volumes suivants ! Questionnement sur le temps qui passe, la religion, la violence, la création artistique, l’intelligence artificielle, la rapacité de l’homme sur l’environnement… Tant de sujets abordés !

    Un mot à l’attention de ceux qui souhaitent le lire en VO : la plupart des pages sont relativement aisées, mais il y existe de temps en temps des exceptions avec des paragraphes qui d’un coup ont un vocabulaire plus relevé. Et les descriptions de batailles ou de bagarres avec le vocabulaire associé me sont passées par-dessus la tête… C’est sans doute parce que j’ai aucune appétence pour ce type de scène. Cela n’enlève rien au haut niveau du roman.

    #76588

    R.Graymarch
    • Fléau des Autres
    • Posts : 4509

    J’ai un souvenir lointain (mais en VF) assez similaire. Après ce tome, j’ai lu la suite et n’ai pas tout capté à la fin du tome 2 et rien du tout aux deux derniers tomes. Reste que les récits de chaque pèlerin sont souvent prenants, et fort différents ce qui est un sacré tour de force.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 3 jours par  R.Graymarch.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. Fondateur de la #TeamLoyalistsForeverUntilNow. Le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #77140

    Ysilla
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1284

    Je ne peux que t’engager à poursuivre la lecture de cette saga passionnante, je l’ai découverte dans les années 90 et dès le premier roman, elle a intégré mon pantheon d’inlassables relectures.

    Pour moi, Hypérion et la chute d’Hypérion sont des chefs-d’oeuvre : j’ai adoré l’immersion dans les mondes du Retz, les vaisseaux-arbres, les déficits de temps, les batailles spatiales dantesques, la technologie distrans, les IA, l’exploration de la matrice, les références littéraires, historiques et scientifiques à la pelle.

    J’ai moins apprécié les tomes suivants Endymion et le réveil d’Endymion, qui pour moi n’atteignent pas le niveau des précédents même si ça reste d’excellents livres : l’exploitation du paradoxe du chat de Schrödinger y est très futée.

    Bref, j’ai aimé pour la puissance évocatrice qui se dégage de tous les romans.

    "Ce ne sont pas nos aptitudes qui montrent ce que nous sommes, ce sont nos choix."

    #99660

    FeyGirl
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1940

    Je me suis rendue compte que j’avais récemment lu un autre roman ayant eu le prix Hugo, j’avais zappé ce point : Le Maître du Haut Château, de Philip K Dick. Mon avis est plus enthousiaste que DNDM, mais à la base j’aime beaucoup cet auteur, et Ubik est dans mon panthéon personnel…

    Mon avis sur Le Maître du Haut Château, de Philip K Dick :

    Les Nazis et les Japonais ont gagné la seconde guerre mondiale.
    Début des années 60 : l’Est américain est occupé par les Japonais, tandis que l’Ouest est aux mains des Allemands. Le centre du pays reste délaissé. Pourtant on commence à parler d’un livre écrit par un auteur reclus, qui décrit un monde où les Alliés auraient gagné la guerre et où l’Empire Britannique est plus fort que jamais et domine la Russie, et peut-être envisage une guerre contre les Etats-Unis… Une Uchronie dans l’uchronie, un roman profondément subversif pour les Allemands et les Japonais.

    Nous ne sommes pas dans une ambiance étouffante ou totalitaire. Au contraire, l’auteur a installé son histoire dans son temps (l’Amérique du début des années 60), et je m’imaginais bien dans un film de cette époque se passant sur la côte Ouest des USA. Malgré quelques éléments typiquement SF (les Allemands se sont consacrés à fond à la conquête spatiale après leur victoire et s’apprêtent à aller sur Mars, les entreprises allemandes prospèrent et fabriquent des fusées qui remplacent nos avions), l’ambiance est extrêmement réaliste grâce à des personnages pétris de faiblesses et des gestes du quotidien qui émaillent le récit. A tel point qu’on peut y croire…

    Le plus intéressant dans ce roman n’est sans doute pas le scénario lui-même, mais la vision de Philip K Dick sur l’être humain.

    Plusieurs personnages-clé s’en remettent à un vieux livre chinois, le Yi King : ils lancent des baguettes, et selon le résultat ils lisent des hexagrammes du Yi King, qui prédit l’avenir et les forces en présence. Ils sont devenus incapables de prendre une décision sans ce jeu de hasard… Au contraire ils sont convaincus que ce livre trace leur destin. Etrange sensation que de voir des hommes parfois haut placés ne sachant plus analyser rationnellement une situation, et se sentant dépassés par les événements. Comme si le destin était écrit.

    Nous suivons aussi plusieurs personnages – pas forcément les mêmes – être continuellement en représentation, et ayant peur de mal agir ou de se faire mal voir de leurs interlocuteurs. C’est le cas des Japonais, mais aussi d’Américains travaillant pour des Japonais et ayant intégré cette culture typiquement asiatique qui consiste à ne pas faire de vague … Cependant ce thème est aussi développé avec des ouvriers américains tentant de se faire une place dans la société en développant une nouvelle activité, et ne sachant comment se comporter face à des acheteurs potentiels.

    De façon générale la description des cultures asiatiques et allemandes est un brin caricaturale, mais certaines choses sont bien vues : dans ce monde, les Japonais sont à première vue très respectueux des Américains et de leur art passé, mais chacun doit rester à sa place dans la société et ces derniers ne sont que des larbins. L’antisémitisme est culturel et a détient sur les Américains occupés, les Nazis ont génocidé l’Afrique sans que cela n’émeuve grand monde. Quand on y pense, tout ceci paraît très crédible, et parfois pas si éloigné de notre réalité.

    D’autres réflexions sont menées sur l’art, l’histoire, la culture, le sentiment d’infériorité. Elles parsèment le roman et nous interrogent sur nos certitudes.
    Ce n’est ici que quelques éléments que j’ai relevés dans ce livre, car il mérite au minimum une deuxième lecture pour en saisir toutes les richesses.

    Sur la forme, c’est un livre très bien écrit – et très bien traduit – nous offrant une lecture fluide et agréable.

    Et évidemment, la fin du livre suggère un des thèmes préférés de l’auteur : qu’est-ce que la réalité ? qu’est-ce que la vérité ?

    #99754

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1263

    Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick, Prix Hugo 1963.

    Étrange et épuisant livre. Rien de nouveau en ce qui me concerne : j’avais déjà trouvé Ubik, du même Philip K. Dick, épuisant. Sa façon d’écrire, voire de réfléchir, d’enchainer les idées, est juste totalement déroutante pour moi, pour certains passages. J’ai lu Ubik en anglais, Le Maître du Haut Château en français, c’est pareil. Déroutant, épuisant.

    Sur la forme, c’est un livre très bien écrit – et très bien traduit – nous offrant une lecture fluide et agréable.

    Hahaha, on pourra difficilement faire plus éloigné comme ressenti. ^^

    Bon sinon vous m’avez carrément donné envie de lire Hypérion, et ça tombe bien, je l’avais trouvé chez le bouquiniste y’a quelques mois et il m’attend dans ma bibli. 😉

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #99778

    no_one
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1071

    Rayé trois œuvres de ma liste le mois dernier, grâce à… la R.R.étrospective :

    • Roman court : Chanson pour Lya (A Song for Lya) par George R. R. Martin

    Comme Yunyuns : expérimenté Hype Backlash après en avoir tant entendu parler. Mais elle me reste après coup. Gray et Emmalaure en parlent mieux en-dessous : incontournable, pour les fans que nous sommes… mais ce n’est p-e pas le chef-d’œuvre de sa carrière – même si elle en préfigure beaucoup.

    • Nouvelle courte : Par la croix et le dragon (The Way of Cross and Dragon) par George R. R. Martin

    Un peu le même retour : j’aime l’idée mais ça manque de… cœur ? Et celle-là a vraiment un « goût de trop peu »…

    • Nouvelle longue : Les Rois des sables (Sandkings) par George R. R. Martin

    Là, par contre… ce fut une claque : de la double-lecture en pagaille, sous un récit oscillant entre « humour noir » et « horreur entomophobe » (mais il n’y a pas d’insectes !) qui m’a fait serrer les fesses comme rarement. Même après avoir lu ses autres nouvelles primées et le reste des « Mille Mondes » dans la R.R.étrospective elle reste dans le top.

    Du coup, sans surprise (?), lisez avant tout la nouvelle primée aux Hugo ET aux Nebula ; puis Chanson pour Lya ; et éventuellement la nouvelle courte.

    "Je ne peux pas encore mourir, il me reste à voir Le Roman d'Al Jolson."
    Robert Tomlin

    #99853

    Lapin rouge
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1702

    Début des années 60 : l’Est américain est occupé par les Japonais, tandis que l’Ouest est aux mains des Allemands.

    C’est pas plutôt l’inverse : l’Ouest aux mains des Japonais, et l’Est aux Allemands ?

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #99854

    FeyGirl
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1940

    Début des années 60 : l’Est américain est occupé par les Japonais, tandis que l’Ouest est aux mains des Allemands.

    C’est pas plutôt l’inverse : l’Ouest aux mains des Japonais, et l’Est aux Allemands ?

    Oh flûte, oui… moi et mon sens de la géographie 🙁

    #99882

    Yoda Bor
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 203

     Jonathan Strange & Mr Norrell de Susanna Clarke. Pas lu (il semblerait que ce soit assez ardu à aborder, avec énormément de digressions historiques), en revanche j’ai vu la mini série. Gros coup de cœur, acteurs géniaux, mise en scène remarquable, je la recommande à fond.

    J’ai commencé la semaine dernière et fini aujourd’hui le livre. 1150 en livre de poche, avec des notes de bas de page qui courent parfois sur SIX pages pour un seul renvoi. Mais je n’ai jamais trouvé ça long.
    Ce n’est pas la lecture la plus simple du monde mais on m’en avait fait tout un monde et finalement je n’ai pas trouvé ça très compliqué.

    La magie n’est là qu’en fond, elle est un thème principal mais les personnages ne font en fait que très peu de magie alors même que l’un des personnages principaux se plaint de ça (mais ça l’arrange bien).
    C’est excellent du point de vue historique, les guerres napoléoniennes et la fin de règne de George III, ce n’est pas un sujet qui court les rues.
    C’est aussi une histoire d’amitié, mais qui sert surtout à parler des problèmes de l’époque, l’esclavagisme, le rapport au passé, la place des femmes, …

    Je crois tout de même que j’ai préféré la version série télé, qui est extrêmement fidèle mais qui recentre un peu le sujet pour éviter de trop digresser et qui permet de mieux s’attacher aux personnages.

     

    J’ai lu aussi (en Janvier je crois) Le Problème à trois corps (The Three-Body Problem) par Liu Cixin
    J’ai eu du mal, beaucoup de mal, l’impression parfois que l’auteur écrivait pour se regarder écrire et balançait des théories scientifiques que de toutes manières personne n’ira vérifier.
    La couverture spoile en plus toute l’intrigue.
    Pourtant je me suis accrochée, les flashbacks me plaisaient, la partie jeu video aussi, et surtout, le côté enquête policière.

    Ce qui m’amène au deuxième tome qui n’est pas dans la liste de vainqueur du prix alors que je le trouve bien plus intéressant, La Forêt Sombre, que pour le coup j’ai bien plus apprécié, pour le côté enquête policière improbable aussi.
    Il me reste à lire le troisième tome, mais la personne qui me les prêtait a été mutée, il faut que je me bouge en bibliothèque pour voir si je le trouve.

     

    Lu aussi Chanson pour Lya, que j’ai beaucoup aimé.
    Ça n’a pas grand chose à y voir, mais je lui ai retrouvé le petit côté mélancolique et fin du monde de L’Agonie de la Lumière que j’adore immensément.
    Les personnages sont forcément moins creusés mais Robb et Lya ont une certaine réalité qui m’a permis de les comprendre, tout comme ça avait pu être le cas pour Dirk, Gwen et son mari.
    Il y a ce côté inéluctable, cette fatalité qui arrive et à laquelle tout le monde semble résignée. Bref, je trouve ces deux œuvres très proches sur certains points.

28 sujets de 31 à 58 (sur un total de 58)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.