Vos dernières séries

  • Ce sujet contient 566 réponses, 85 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par R.Graymarch, le il y a 1 mois.
27 sujets de 541 à 567 (sur un total de 567)
  • Auteur
    Messages
  • #194557
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9820

    Silo saison 1, adapté du roman de Hugh Howey. On en parlait côté lecture, il y a quelques années et je pompe le pitch

    Très bonne surprise pour qui aime la science fiction post-apocalyptique agencée en une sorte de huis-clos géant.

    Dans un futur indéterminé, les humains sont obligés de vivre dans un immense bunker souterrain, car l’air à la surface de la planète est devenu mortel. Les survivants vivent donc dans ce silo qui s’étend sur 144 étages, dont la colonne vertébrale est un immense escalier (seul moyen d’accéder aux autres étages). Une hiérarchie s’est développée au fil des générations, les plus nantis vivant plus proche de la surface alors que les ouvriers sont confinés tout au fond et font tourner les machines de cet immense complexe…

    C’est clairement un récit à mystère et il se passe pas mal de trucs donc je vais éviter d’en dire trop. C’est en effet un mélange de post-apo, mystère (sur le lieu en question car on sait qu’il est là depuis 140 ans mais on ne sait quasi rien des Fondateurs, du passé… en fait tout le monde (?) reste dans l’ignorance) et enquête (car il y a beaucoup de morts suspectes). On n’est pas à la fin du livre (que je n’ai pas lu) mais je trouve ça très bien dosé. Peut-être qu’à tête reposée, on peut pinailler sur des trucs un peu étranges mais tant qu’on regarde franchement tout va bien.

    L’ambiance est donc au huis-clos, tout en verticalité et sans ascenseur. Au casting on a notamment Iain « Jorah » Glen dans un second rôle, idem pour Tim Robbins ou Rashida Jones (ou Billy Postlewaithe, fils du regretté Pete). En rôle plus important, la Dame Jessica de Dune, Rebecca Fesguson.

    Très prenant, je recommande

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #194560
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 445

    Silo saison 1, adapté du roman de Hugh Howey

    J’ai bien aimé, sans que ce soit un gros coup de cœur, cela m’a surtout donné envie de relire les livres, lus il y a pas mal d’années et je ne me souvenais de plus grand chose. Le concept est très intriguant, la série assez addictive et il y a assez de mystères pour nous emmener jusqu’à la fin de la saison (et pour nous donner envie de voir la suite).

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #194580
    Kellhus
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 20

    Bonjour à tous !

    Un petit mot (sans spoilers) sur Star Wars : Ahsoka qui en est à son 6ème épisode aujourd’hui.

    Je pense que ça ne surprendra sans doute pas grand monde, mais on est loin d’Andor qui reste à mes yeux la meilleure production Disney dans cet univers.

    Petit résumé pour contextualiser : Dans la suite des évènements de Rebels et quelques années après la chute de l’Empire galactique, Ahsoka Tano et Sabine Wren, aujourd’hui citoyens de la Nouvelle République, découvrent de nouveaux indices sur la mystérieuse location de leur ancien camarade et Jedi Ezra Bridger. Mais des nostalgiques de l’Empire y voient également un moyen de retrouver le Grand Amiral Thrawn, génie militaire disparu avant la victoire de l’Alliance Rebelle.

    Bon.

    Déjà, il est préférable d’avoir visionné environ 85 heures de dessins animés (un peu moins de trente heures si on se limite à Rebels) pour ne pas se poser trop de questions sur qui et quoi à chaque scène.

    Je fais partie de ceusses qui estiment que Star Wars a toujours été bien plus vaste que profond, à de rares exceptions près dont la plupart ont été évacuées par Disney dans une corbeille « Légendes ». Il y avait pourtant là de quoi prendre quelques risques, tant pour satisfaire le fan hardcore que pour surprendre l’amateur enthousiaste. Raté.

    L’écriture (dialogues, intrigue) est le premier coupable : ça jedaille dans tous les sens, mais les mystères de la Force servent au mieux du fan-service, au pire de la bouillie paresseuse. Ça nous parle de politique (grande réussite d’Andor, et parfois de Clone Wars), mais c’est pour ressasser des scènes vues mille fois. Ça nous présente des personnages charismatiques, mais même quand l’interprétation est à la hauteur (ce qui arrive pas souvent), on oublie de leur donner des enjeux. Ça veut nous faire voyager dans des galaxies très très lointaines, mais on nous emmène pas plus loin qu’à deux stations de métro.

    Et pourtant c’est lent ! Bon dieu que c’est lent !!!

    Car voici le deuxième coupable, la mise en scène. Pas un seul dialogue qui ne s’étiiiiiiiiiire pendant de longues minutes pour finalement n’accoucher que d’une poignée de phrases déjà entendues quelque part, et en mieux. Les combats sont approximatifs, accusant deux bonnes divisions d’écart avec ce que peuvent faire les amateurs IRL des ligues de sabre laser (oui oui, ça existe, et ils sont même assez bons). Les effets visuels sont réussis -c’est la moindre des choses, et il y a quelques images très belles, mais elles sont plus là pour nous faire patienter en attendant que l’histoire avance que pour nous émerveiller. Car oui, c’est compliqué de s’émerveiller quand on baille. Et ça ne manque pas, car en plus d’un script tout juste médiocre, c’est filmé comme un soap-opera (il faudrait compter le nombre de gros plans sur des visages aux expressions forcées, même les robots n’y coupent pas). L’émotion est au rendez-vous, mais on arrive toujours en retard.

    En bref : dialogues indigents, intrigues lentissimes, personnages mal (ou peu) construits, action bif-bof, profondeur créative et artistique d’une flaque après l’averse… Un bien beau gâchis qui appuie encore (après Boba Fett, Kenobi et la dernière saison du Mandalorian) là où ça fait mal à Star Wars : la saveur de l’étrange, le sel de l’aventure, le goût complexe de l’espace infini… tout n’est plus qu’une vieille recette rabâchée sans conviction par des producteurs en mode ChatGPT. A ce rythme, aucun nouvel espoir n’est permis.

    "On se prend souvent pour quelqu'un, alors qu'au fond, on est plusieurs."
    Raymond Devos

    #194821
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 445

    J’ai regardé la saison 4 de Sex Education, c’était la dernière, les larmes ont coulé. C’était une très belle série et une bonne dernière saison, je me suis beaucoup attaché aux personnages et je suis un peu triste à l’idée de les quitter. Les messages sont importants et je suis content qu’il y ait eu une série pour les traiter de cette manière, à savoir frontalement, sans pudeur et en même temps avec beaucoup de bienveillance. Une grande réussite.

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #195593
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9820

    Moi aussi j’ai vu Andor.

    Mise en contexte : je connais Star Wars assez bien et j’apprécie, sans pour autant mettre tout ça au firmament, surtout récemment. En film, Rogue One m’a marqué (malgré une première moitié assez molle) car, même si on connait/croit connaitre la fin, on a enfin une fiction Star Wars qui s’éloigne des grandes familles (Palpatine, Solo, Skywalker) et de ses personnages providentiels destinés à jouer un rôle majeur car ils ont la Force. Non, on a un collectif qui sert une cause plus grande que chacun et chacune. En plus, la Rébellion est divisée car tout le monde n’est pas d’accord sur les moyens à utiliser, certains étant aussi dégueulasses que ceux employés par l’Empire. Un vent de fraîcheur bienvenu et un finish haletant.

    Donc là, Andor, centrée sur le protagoniste principal du film quelques années avant. J’étais perplexe car se focaliser sur un individu me paraît aller à rebours de l’intérêt. Mais on en a dit du bien alors allons y. Le début pose la situation mais alors c’est lent. Au bout de trois épisodes cela prend son envol et s’améliore énormément. Et là on se rend compte que le titre est mensonger car il ne parle pas que d’Andor (personnage moyennement intéressant et j’avoue ne pas adorer le jeu de l’acteur) bien au contraire : on va aussi voir les rouages de l’Empire, sa gestapo, ses mercenaires. Ainsi que des figures de la Rébellion certaines étant les pieds dans la boue et d’autres dans des coins aisés de Coruscant. Étrangement la série alterne ses genres, je ne vais pas les écrire pour ne pas spoiler, mais c’est déconcertant. Pourtant cela marche (peut-être un peu long par moments).

    Les personnages les plus intéressants sont sans doute ceux de Mon Mothma et Luthen Rael, grosse qualité d’écriture et d’interprétation. Mention spéciale à Andy Serkis qui a un charisme fou. L’écriture du scénario « se voit un peu » notamment pour la fin mais ce n’est pas grave c’est bien fait

    Et d’ailleurs toute la série est comme ça : rien d’extraordinaire mais c’est de la belle ouvrage. Surtout on a le sentiment que ça vit : les pèlerinages traditionnels des autochtones d’une planète exploitée par l’Empire, les ouvriers de Ferrix, ville/planète prolo rythmée par le bruit de l’enclume. Chose étonnante, pas de Tatooine (je pensais que c’était obligatoire, moi^^). Pas de petites blagues ou de personnages comiques, on est dans du sérieux. L’Empire est une dictature et est sans pitié. Comment résister ? Voire pourquoi résister ? Et qu’est-on prêt à sacrifier, qui est on prêt à sacrifier pour commencer la lutte, la continuer, voire préserver des ressources essentielles.

    Andor n’a pas la réponse, mais dans la lignée de Rogue One, pose de bonnes questions et offre une approche souvent oubliée des autres films ou séries Star Wars beaucoup plus ripolinées et manichéennes. Si vous avez aimé le film, la série vous plaira sans doute. Si vous pensez que Star Wars = Force, jedi, Solo/Skywalker, il est probable que non (ou sinon dites vous que vous êtes dans un autre univers que celui de Star Wars)

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 mois et 2 semaines par R.Graymarch.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #195693
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 445

    J’ai vu Painkiller, mini-série sur Netflix qui vient raconter en 6 épisodes les origines de la crise des opioïdes aux Etats-Unis (500 000 morts, tout de même) et le rôle de la famille Sackler. Je n’ai pas été très fan de la série en tant que telle, le ton est parfois un peu raté, mais parler de cela est important, et les interventions en début de chaque épisode sont douloureuses. Sur le sujet j’ai préféré le documentaire Toute la beauté et le sang versé de Laura Poltras (Lion d’or à la Mostra de Venise 2022) consacré à Nan Goldin, artiste et activiste, très engagée contre la famille Sackler. Et apparemment la série Dopesick (dont la série Painkiller semble s’être fortement inspirée) est très bien (voire mieux). L’on se prend à rêver d’une justice pour les responsables de tous ces morts.

    Et justement … j’ai regardé La Chute de la Maison Usher, la nouvelle série de Mike Flanagan, toujours sur Netflix, adaptée d’une nouvelle d’Edgar Allan Poe. Une famille, la famille Usher, a fait fortune grâce à un opioïde, et tout roule pour eux jusqu’à ce que la malchance les frappe et qu’ils meurent un à un dans d’atroces souffrances. Que se passe-t-il donc ? J’ai adoré, c’est prenant, angoissant, gore à souhait par moment, une esthétique géniale, du suspense, des personnages qu’on adore détester, des acteurs et actrices formidables (Carla Gugino !!!). J’ai l’impression d’avoir vu Succession mais version horrifique et c’était génial.

    Deux autres séries sur Netflix vues récemment (mais sorties il y a quelque temps je crois), la première c’est Mental, à l’origine une série sur France.tv Slash, deux saisons pour parler d’un service de pédopsychiatrie, c’est assez dur, cela ne tombe pas dans les clichés, on s’attache aux personnages alors les voir souffrir, ça fait mal (contrairement à la série précédente).  La deuxième c’est La Trêve, en deux saisons également, un thriller belge avec une ambiance très réussie  (on sent l’inspiration des séries nordiques), une intrigue par saison très prenante, des personnages crédibles, une progression lente mais pas une minute d’ennui.

    En plus léger, j’ai regardé la Saison 3 de Only Murders in the Building , certes ça parle de meurtres mais on est quand même dans un cozy murder donc c’est tranquille tranquille. J’ai nettement préféré cette saison à la précédent, notamment avec l’ajout au casting de Meryl Streep, forcément ça fait la différence, une intrigue vraiment bien menée, des personnages drôles et touchants, des chansons excellentes, j’ai passé un très bon moment.

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #195695
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7803

    Et apparemment la série Dopesick (dont la série Painkiller semble s’être fortement inspirée) est très bien (voire mieux). L’on se prend à rêver d’une justice pour les responsables de tous ces morts.

    J’avais beaucoup aimé Dopesick en tous cas. Les acteurs sont bons, l’intrigue prenante (et révoltante bien sûr), elle sera probablement dans mon top de l’année.

    Sinon dans mes découvertes récentes, je me rend compte que j’ai oublié de parler de The Bear. Les deux saisons m’ont ébloui ! Le rythme est extrêmement perturbant, c’est effréné, prenant, c’est super bien joué… La seconde saison se pose un peu, et offre des épisodes d’une qualité folle. Une pépite.

    ~~ Always ~~

    #195700
    Tizun Thane
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1263

    Et là on se rend compte que le titre est mensonger car il ne parle pas que d’Andor (personnage moyennement intéressant et j’avoue ne pas adorer le jeu de l’acteur) bien au contraire : on va aussi voir les rouages de l’Empire, sa gestapo, ses mercenaires. Ainsi que des figures de la Rébellion certaines étant les pieds dans la boue et d’autres dans des coins aisés de Coruscant.

    Effectivement, c’est une série « chorale » qui ne dit pas son nom. Je rejoins ta critique.

    C’est assez curieux qu’une série spinoff d’un prequel consacrée à un perso secondaire soit la meilleure série Star Wars. Le monde vit. On comprend la Résistance et ses enjeux. On y croit, pour une fois.

    C’est un peu lent au début, mais j’ai beaucoup aimé la structure en mini-arcs de 3 épisodes.

    #195703
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2799

    J’ai regardé plusieurs séries ou miniséries depuis cet hiver.

    D’abord, hasard de l’actualité tragique, j’ai vu Fauda (sur Netflix) saisons 3 et 4 et Coeurs Noirs . La première série est israélienne, on suit une unité de renseignement et d’infiltration dysfonctionnelle (on est loin de l’image du Mossad plus fort que tout le monde). Leurs missions foirent à chaque fois, leurs membres sont à moitié tarés, et pas bien meilleurs que les terroristes qu’ils affrontent. Les victimes sont à la fois celles des terroristes du Hamas, celles des militaires israéliens mais aussi les protagonistes eux-mêmes et leur famille dans un conflit qui impacte tout le monde. C’est renforcé par la VO et un tournage dans une ville arabo-israélienne. Personnellement, je comprends encore moins le conflit qu’avant et c’est sans doute le but, des ennemis qui s’entretuent et qui ne savent pas  comment vivre autrement que dans un cycle de violence perpétuel. Les showrunners savent de quoi ils parlent, c’est une très bonne série (4 saisons de 12 épisodes) d’infiltration et de contre espionnage, pas politique. En effet, ça reste cependant un produit israélien et s’il y a un certain recul ou et de l’autocritique sur les personnages un peu gris et leurs méthodes illégales, il n’y a absolument aucune remise en question du conflit de manière plus générale ou de la politique locale. Si vous avez aimé Hatufim- Homeland, ça devrait vous plaire.

    Coeurs Noirs est une série française sur la prise de Mossoul en 2016, et l’exfiltration d’une épouse et sa fille ayant suivi des jihadistes de Daech. L’armée française a mis les moyens en prêtant sont matériel et son expertise, j’ai rarement vu une mise en scène aussi spectaculaire bien que pas toujours plausibles. Du coup, on sent quand même un peu l’outil marketing derrière (engagez-vous, rengagez-vous qu’ils disaient). Aux manettes, deux anciens du Bureau des légendes, évitent que cela ne se transforme totalement en outil de recrutement pour les forces spéciales. Le casting est sympa, c’est court, 6 épisodes, avec un cliffhanger un peu nul vers une possible saison 2 vraiment pas nécessaire.

    J’ai aussi vu Liebes Kind (Chère petite en vf, mais évitez, le doublage est à la ramasse)) une minisérie Netflix sur un enlèvement et une séquestration. Une petite fille et une femme en fuite, un mystère ou des mystères, une ambiance froide et austère de petite ville allemande. Il n’y a pas de retournements à la M. Night  Shyamalan bien que l’enquête ait plusieurs rebondissements, on suit surtout les flics, médecins, famille, psys et services sociaux. Les jeunes acteurs s’en tirent pas trop mal. Ce n’est pas aussi innovant que Dark mais c’est quand même bien plus moderne que Derrick.

    Egalement Cyberpunk: Edgerunners. Une minisérie d’animation (10 épisodes de 25 minutes)  inspirée du jeu vidéo du même nom, lui-même inspiré d’un jeu de rôle (inutile de connaître pour suivre même si l’anime est très fidèle). L’animation très colorée et graphique est particulièrement réussie, la bande son est au top, avec un générique de Franz Ferdinand entêtant. L’histoire est assez classique, l’ascension ultraviolente  d’un jeune délinquant jusqu’à sa fin cybertragique, avec une belle cyberhistoire d’amour contrariée. C’est un peu le point faible, un scénario un peu calibré pour les ados, loin de chefs-d’œuvre genre Akira ou Ghost in the Shell. Cependant, c’est de très bonne facture et le genre du cyberpunk est tellement rare que ça vaut largement la peine si vous êtes fans.

    J’ai aussi vu Who is Erin Carter. Minisérie pas si mal si on débranche le cerveau. Une jeune femme et une gamine partent en urgence et clandestinement de ce qu’on devine la Grande-Bretagne (filtre gris Netlfix tristounet ambiance pays du Nord). On les retrouve quelques années plus tard à Barcelone (filtre jaune Netflix chaleureux  ambiance Mexique), la première remplaçante d’anglais dans un lycée, la seconde ado avec une mauvaise vue. La mère se trouve prise dans un braquage et explose la tronche des voyous. C’est assez amusant de voir une jeune femme dans un rôle de badass qui tabasse la pègre pour protéger sa famille au lieu d’un père de famille (ici un gentil infirmier hypersensible) mais ça reste assez cliché et pas très élaboré niveau scénar.

    Continental sur Prime. Mini série de 3 épisodes sur l’hôtel de John Wick. Esthétique 70´s et violence chorégraphiée avec Mel Gibson dans le rôle du méchant. Ca ne vole pas haut non plus, pas davantage que Erin Carter ci-dessus malgré bien plus de moyen et une franchise succès. Encore une série Prime qui suit surtout un cahier des charges.

    J’ai aussi vu la Roue du Temps saison 2 mais je crois qu’on a un sujet pour ça…

    #196179
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9820

    Bodies, adaptation du roman graphique écrit par Si Spencer

    On trouve le corps d’un homme, mort et nu dans une ruelle londonienne…. à plusieurs époques différentes

    Je ne suis pas sûr d’avoir tout compris et suis assez persuadé qu’il y a des trous dans l’intrigue. Le début prend son temps mais le puzzle se forme petit à petit pour devenir une toile plus complexe.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #196182
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 445

    Bodies, adaptation du roman graphique écrit par Si Spencer

    Le concept me plaisait beaucoup mais j’ai été plutôt déçu, je me suis un peu ennuyé et j’ai finalement terminé la série d’un œil très distrait

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #196186
    Liloo75
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3423

    Bodies, adaptation du roman graphique écrit par Si Spencer

    On trouve le corps d’un homme, mort et nu dans une ruelle londonienne…. à plusieurs époques différentes

    J’ai terminé la série hier. J’ai eu un peu de mal au démarrage, je ne voyais pas trop où l’on voulait en venir.

    Puis, lorsque j’ai compris que les 4 enquêteurs, travaillant sur le même meurtre, devaient collaborer pour résoudre l’énigme, j’ai trouvé l’idée fascinante.

    Car comment les policiers de 4 époques différentes (1890, 1941, 2023 et 2053) peuvent-ils échanger des informations ?

    Ceux du passé peuvent laisser des traces pour leurs successeurs, mais les sergents de 2023 et 2053, comment vont-elles s’en sortir ?

    Je n’en dis pas plus, mais j’ai trouvé le scénario brillant.

    Spoiler:
    L’idée de la boucle temporelle est une sacrée trouvaille, même si elle comporte sans doute des failles. Ce que j’ai adoré, c’est revivre la boucle de Harker avec le grain de sable instillé par un des enquêteurs.

    Et voir que c’est la motivation de Harker (l’amour) qui va le perdre. Car il n’est pas le seul à désirer être aimé. C’est l’amour d’Iris pour Gabriel qui va causer mettre en échec le plan de Harker. Elle fera tout pour sauver l’homme qu’elle aime.

    Quelle ironie.

    Cela m’a donné envie de lire la bd.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 mois et 3 semaines par Liloo75.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #196188
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9820

    J’ai pris soin de ne pas parler du nombre d’époques ni des dates précises 😀

    Pour la toute fin, j’ai aussi des doutes sur que cela signifie…

    KYAL

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #196325
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9820

    Début 2011 sortait en salles Poupoupidou de Gérald Hustache-Mathieu : l’intrigue se passait dans la « riante » bourgade de Mouthe dans le Jura (réputée commune la plus froide de France). La Marylin Monroe locale (version Wish, donc) était retrouvée morte dans un no man’s land entre la France et la Suisse et un écrivaillon se prenant pour James Ellroy menait l’enquête car il ne pensait pas que c’était un suicide. Sans être extraordinaire, c’était assez rafraichissant (^^) avec une ambiance polar américain dans une campagne française

    En 2023 le même réalisateur reprend un peu les mêmes codes dans Polar Park, série de 6 épisodes sur Arte. Deux acteurs principaux reviennent : Jean-Paul Rouve pour l’écrivain et Guillaume Gouix pour le gendarme. Le reste est différent mais cela reste autour de meurtres et toujours dans la neige de Mouthe. Globalement, j’ai bien aimé : il y a des dialogues ou des situations bien écrites avec un humour pince sans rire bien senti (les titres des livres par exemple). L’intrigue est tarabiscotée comme tout bon polar mais ça marche bien. Surtout on se balade dans la région et on y croit à tous ces lieux un peu loin de tout et froids, terriblement froids.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #196331
    Kellhus
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 20

    Tout à fait d’accord avec R.Graymarch, Polar Park est une preuve assez réjouissante qu’on sait aussi faire des bonnes séries en France. Pas avare d’effets ou de citations, la réalisation s’aventure dans des petits délires visuels qui soutiennent efficacement le rythme d’une narration bien maîtrisée. Et en plus, la distribution est impeccable (je savais pas que JP Rouve était si bon acteur…).

    "On se prend souvent pour quelqu'un, alors qu'au fond, on est plusieurs."
    Raymond Devos

    #196340
    Groubbe5
    • Éplucheur de Patates
    • Posts : 6

    Bonjour à tous,

    Je me tourne vers vous pour partager ma découverte de la dernière série que je suis actuellement. Il s’agit de « Sermons de minuit », une série d’horreur bien connue, sauf de moi (sourire).

    Dès le début, j’ai remarqué que derrière toutes ces guérisons, se cachait quelque chose d’assez mystérieux, et le comportement du prêtre était plutôt étrange.

    Cette série vaut vraiment le détour, avec un ton adulte et une maturité prononcée. Elle explore la genèse des dérives sectaires, les conflits religieux, et y ajoute une touche fantastique prédominante.

    Je suggère à ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de le découvrir.

    #196404
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9820

    Quant à moi, j’ai regardé peu de trucs et uniquement (?) disponibles en ligne Parlement, une série de fiction sur le parlement européen. On m’avait vendu ça comme une série humoristique sur le parlement européen où on apprend mieux comment ça fonctionne. Sur le papier, pourquoi pas ? Le premier épisode (ultra classique : le premier jour d’un assistant parlementaire à Bruxelles) est plutôt marrant tendance « bras cassés » (comme les espions d’Au Service de la France). Le hic, c’est que ça reste toujours dans cette veine donc on est diverti mais on n’apprend pas grand chose. Et surtout, si ça remet de l’humain au coeur de la bureaucratie européenne, cela donne une image assez déplorable (si je résume : incapables et panier de crabes). J’en sors donc assez perplexe.

    Trois ans et demi plus tard, j’ai vu les saisons 2 et 3 de Parlement et le sentiment reste le même. Entre les incapables et les ambitieux, je ne trouve pas que cela redore particulièrement le blason des institutions européennes, bien au contraire. Vu que j’imagine qu’on navigue actuellement entre mépris et ignorance pour ces institutions, est ce que c’était le bon angle ? Peut-être (après tout, on ne regarde pas Baron Noir ou House of cards pour aimer les gens dans ces institutions). Ce n’est pas la faute des acteurs qui sont bons. Un peu plus des intrigues qui forcent un peu à garder des personnages qui n’ont plus vraiment de raison d’être là (Rose par exemple peine à exister) tandis qu’au contraire des liens plus profonds se font avec certains d’entre eux qui à l’origine n’étaient là que comme personnages secondaires et « trouvent leur place »

    Je reste tout de même perplexe

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #196446
    de-mil
    • Pas Trouillard
    • Posts : 668

    J’ai vu Scott Pilgrim takes off sur Netflix. J’ai adoré. Voilà.

    En voyant le trailer je m’attendais à une bonne adaptation du comics. En vrai, vu la manière dont fonctionne les références de la série, il vaut mieux connaitre l’univers avant, que ce soit en ayant lu les comics ou vu le film. Donc pas nécessairement une bonne porte d’entrée dans l’univers (et je ne conseille évidemment pas aux gens qui connaissent l’univers mais ne l’apprécie pas) mais une série très appréciable nonobstant.

    Qoof^g hfosd_ow do fkj isl ùqdk hnfkj ersl oq armmf hqskfv Fj esdk hnfkj jfh:md,sfùfmj sm hrif if ksakjdjsjdrm irmh *q uqv Fj ksljrsj do fkj ksefl ilyrof w h:d!!lfl VE

    #196469
    Kellhus
    • Éplucheur de Navets
    • Posts : 20
    Bonjour à tous, Je me tourne vers vous pour partager ma découverte de la dernière série que je suis actuellement. Il s’agit de « Sermons de minuit », une série d’horreur bien connue, sauf de moi (sourire). Dès le début, j’ai remarqué que derrière toutes ces guérisons, se cachait quelque chose d’assez mystérieux, et le comportement du prêtre était plutôt étrange. Cette série vaut vraiment le détour, avec un ton adulte et une maturité prononcée. Elle explore la genèse des dérives sectaires, les conflits religieux, et y ajoute une touche fantastique prédominante.

    Je suggère à ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de le découvrir.

    En effet, Groubbe5, le réalisateur Mike Flanagan commence à avoir une petite réputation, trop souvent rabattue sur sa maîtrise du genre horreur/épouvante.

    Cette série au bon parfum de Stephen King est dans mon top 3 de 2021, et si tu as aimé, je te conseille vivement (ainsi qu’à tous) La chute de la maison Usher, un brillant hommage à E.A. Poe, dont il reprend les histoires avec sérieux et malice.

    Le procédé (qui vise à réactualiser un corpus de récits en les retissant autour d’un seul) rappelle un peu ce qui avait été fait avec les nouvelles et romans de Conan Doyle pour le Sherlock de la BBC.  Eh oui ! Cette mini-série transpire d’amour et de respect pour la poésie sombre, gothique et désespérée de Poe, et Flanagan n’hésite pas à lui offrir des images saisissantes, une narration habile et une esthétique fouillée.

    Le casting, essentiellement composé d’habitués de la « maison Flanagan », est impeccable, et s’enrichit cette fois de Mark « Luke Skywalker » Hamill, dans un rôle discret mais habité.

    On peut aimer ou pas le discours très orienté anticapitaliste de la série, mais comme pour Sermons de Minuit et le fait religieux, il est plus subtil qu’il n’y paraît, irriguant l’intrigue sans jamais la noyer.

    Bref, allez-y !!!!

    "On se prend souvent pour quelqu'un, alors qu'au fond, on est plusieurs."
    Raymond Devos

    #196570
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7803

    J’ai terminé la dernière saison de Sex Education. La saison m’a pas vraiment convaincue (beaucoup de trucs assez too much) mais les trois derniers épisodes m’ont attrapée, avec des scènes très émouvante, et la série reste nécessaire sur plein de sujets. Ils me manqueront (surtout Aimee <3 ).

    ~~ Always ~~

    #196697
    Lau
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 32

    Toujours attirée par les récits sur les peuples autochtones, j’ai lancé Dark Winds sans avoir percuté avant le générique qu’il s’agissait d’une série produite par George Martin (et Robert Redford). Je n’ai pas lu les romans de Tony Hillerman, je ne peux donc pas  me prononcer sur la qualité de l’adaptation mais uniquement de celle de la série en elle-même.

    Un policier Navajo enquêtent sur une série de meurtres et ses ramifications dans la réserve de la nation Navajo.

    La série a pour moi beaucoup de points positifs (surtout dans les 4 premiers épisodes, sur 6 en tout) : les paysages somptueux, la description des us et coutumes de la vie quotidienne dans la réserve, des relations interpersonnelles, des croyances amérindiennes, une ambiance mystique, de la sorcellerie, un rythme lent, une BO top et un très bon casting composé en grande majorité d’acteurs amérindiens (le rôle principal est tenu par Zahn McClarnon qui a un jeu tout en retenue)

    Par contre l’enquête en elle-même est très classique et assez prévisible.

    #197190
    O’Cahan
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 769

    Si vous souhaitez voir Gary Oldman en ex-espion mis au placard, obèse et dégueulasse, en chef d’une bande d’espions (aussi mis au placard) à moitié nuls, dans une réalisation très soignée, je recommande fortement Slow Horses sur AppleTV. C’est pas mal divertissant & l’écriture est réussie.

    please mind the gap between your brain and the platform

    #197617
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7803

    J’ai terminé The Crown. La série dans l’ensemble me laissera une jolie impression je pense, grâce à des épisodes vraiment marquants dans certaines saisons, et un casting excellent.

    Mais j’avoue avoir peu aimé la dernière saison, qui se concentre sur du drama interpersonnel assez peu intéressant. La série n’était jamais meilleure que dans ses épisodes politiques, où elle mêlait l’histoire de la Grande Bretagne, et l’histoire du XXième siècle avec un minimum d’information objective. Bien sûr, on brode sur l’intime, il y a pleins de trucs qui sont inventés… mais alors dans la dernière saison, ce n’est QUE ça, et c’est à la limite du putassier. On nous sert une soupe digne de soap operas, « oh la la, le parfait William a le coup de foudre pour Kate », « oh la la, Diana voulait rompre »… C’est pas comme si pourtant il n’y avait rien à dire sur les évènements historiques des années 1990 ou 2000…

    En outre je ne comprends pas du tout la logique d’arrêter la série au moment où elle est arrêtée : on te met Elizabeth dans la tombe alors que t’as 15 ans de règne après… Genre il s’est rien passé d’intéressant dans les 15 ans pour qu’on décrète que ces années là, y a rien à dire, « rideau » c’est comme si elle était morte ? Donc bref, une dernière saison très mif-mouf quoi xD

    ~~ Always ~~

    #197618
    Crys
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1585

    En même temps la dernière saison devait pas exister et le showrunner avait déjà traité la mort de Diana dans un film qui faisait déjà l’unanimité ? Je vois difficilement du coup comment ça pouvait ne pas être bancal, d’autant qu’à mesure qu’on se rapproche des événements récents, je pense qu’il y a des pressions aussi pour peut-être éviter de trop causer du Brexit par exemple ? xD
    Bref, j’ai pas vu et j’imagine hein, mais se concentrer sur du drama interpersonnel c’est un peu la solution de facilité pour éviter de parler d’autre chose (et j’ai plutôt bien aimé la saison d’avant, genre la 5 je crois).

    #197619
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7803

    En même temps la dernière saison devait pas exister et le showrunner avait déjà traité la mort de Diana dans un film qui faisait déjà l’unanimité ? Je vois difficilement du coup comment ça pouvait ne pas être bancal, d’autant qu’à mesure qu’on se rapproche des événements récents, je pense qu’il y a des pressions aussi pour peut-être éviter de trop causer du Brexit par exemple ? xD
    Bref, j’ai pas vu et j’imagine hein, mais se concentrer sur du drama interpersonnel c’est un peu la solution de facilité pour éviter de parler d’autre chose (et j’ai plutôt bien aimé la saison d’avant, genre la 5 je crois).

    Ah je dis pas le contraire… mais là du coup, la saison n’a vraiment aucun intérêt ! On n’est pas juste dans la solution de facilité, on est surtout dans le médiocre sur pas mal d’épisodes ^^ (parce que même sur les dramas interpersonnel, la série était bien moins putassière et neuneu dans ses saisons précédentes ^^)

    ~~ Always ~~

    #197624
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 445

    Oh oui je suis d’accord, ce n’était vraiment pas fou cette dernière saison, c’est un peu dommage de finir sur ça. Je crois que je me serai bien contenté des 2 x 2 saisons. Tout n’est pas à jeter dans cette saison bien sûr et je retiendrai quand même la belle scène de fin.

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #197934
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9820

    Icon of French cinema (Arte, 6 épisodes de 30 minutes) de Judith Godrèche avec Judith Godrèche dans le rôle de Judith Godrèche.

    Après être partie une dizaine d’années pour tenter (en vain) de faire carrière en Californie, Judith Godrèche mère célibataire de deux ados, essaye de revenir dans le monde du cinéma français.

    Y a des trucs bien mais le souci c’est que j’ai eu un peu l’impression de voir Judith Godrèche faire sa « pauvre petite fille riche » (mais sans argent apparemment) qui s’encanaille un peu. Certes, elle ajoute pas mal d’autodérision, n’hésitant à se mettre dans des situations ridicules ou à placer des répliques cinglantes dans les autres personnages (entre celui qui la prend pour Juliette Binoche, celui qui se rappelle d’elle dans des rôles nanardesques ou celui qui pense qu’elle était morte) ou à accepter des jobs ridicules. Mais ça reste léger (et je ne parle même pas de la relation avec Kim qui est… wtf)

    Et puis il y a le sous-texte : déjà ses paroles récentes pour parler de sa situation quand elle était ado et vivait avec un réalisateur de 40 ans (Benoît Jacquot) de manière pas du tout cachée. Et en plus, le fait que dans la série, elle se filme adolescente avec ce réalisateur (qui s’appelle juste Eric), et que « au temps présent » la fille de Godrèche (jouée par sa vraie fille, issue de son mariage avec Maurice Barthélémy) a une volonté de relation avec son chorégraphe (20 ans de plus, bien entendu). Ces deux aspects (la « Judith jeune » et sa fille) sont traités de manière plutôt discrète : on sent que les temps ont changé, voire que la réalisatrice veut régler des comptes, ou dénoncer même si elle a fait partie du problème à l’époque et que c’est dur de donner des leçons (leçons qu’elle ado n’aurait sans doute pas acceptées). Je crois que c’est plutôt ça qui fait le petit intérêt de la série, ça et Laurent Stocker dans un second rôle délicieux.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

27 sujets de 541 à 567 (sur un total de 567)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.