Rébellion des Reyne et des Tarbeck

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher

V.O. : Reyne-Tarbeck revolt

La rébellion des Reyne et des Tarbeck est un conflit ayant eu lieu en l’an 261 entre d’une part, les maisons Reyne et Tarbeck, et la maison Lannister d'autre part. Elle se solde par la disparition des premières et assoie la réputation d'inflexibilité de Tywin Lannister qui sera répandue par la célèbre chanson Les pluies de Castamere[1].

Contexte

Influence des Reyne à Castral Roc

Dans la première moitié du troisième siècle après la Conquête, Gerold Lannister, dit le Doré, est un seigneur de Castral Roc malade et vieillissant, mais doté de quatre fils : Tywald, Tion, Tytos et Jason. L’ambitieuse Ellyn Reyne, sœur du seigneur de Castamere, Roger Reyne, dit le Lion Rouge, est promise à l’héritier de Castral Roc, Tywald. Ce dernier meurt cependant en l’an 233 lors du soulèvement de Peake. Ellyn Reyne - qui souhaite devenir la dame de Castral Roc - manœuvre pour que Tion, dès lors héritier en titre, renonce à sa fiancée, (une Rowan), et l’épouse. Profitant de la faiblesse de lord Gerold, Ellyn introduit de nombreux membres de sa famille à la cour de Castral Roc, y faisant grandir son influence. En l’an 236, Tion trouve la mort à la bataille du pont de la Wend lors de la quatrième rébellion Feunoyr et c'est alors Tytos, marié à Jeyne Marpheux, qui devient l'héritier du Roc[1].

Tytos Lannister, seigneur raillé et pusillanime

Tytos Lannister, jeune homme affable, se trouve rapidement au centre de tensions entre sa femme, Jeyne Marpheux, et Ellyn Reyne, veuve de son aîné demeurée à Castral Roc ; cette dernière aurait même tenté de devenir la maîtresse de Tytos. L’histoire remonte jusqu’à lord Gerold, qui décide de se débarrasser d’Ellyn en la mariant au vieux Walderan Tarbeck, seigneur de Château Tarbeck. D’après le bouffon de la cour de Castral Roc, Lord Crapaud, lady Ellyn et lady Jeyne s’engagent alors dans une « guerre des ventres », donnant chacune de nombreux enfants à leurs maris respectifs : c’est durant cette période que naît l’aîné de Tytos, Tywin.

Tytos devient lord de Castral Roc à la mort de son père en l’an 244. Il est rapidement l'objet du mépris des seigneurs de l’Ouest, ces derniers se moquant de lui et lui empruntant de grosses sommes d’argent sans jamais les lui rembourser. De son côté, Tytos accorde des remises de dettes et se montre des plus généreux avec ceux qui défient son autorité. Les Reyne et les Tarbeck en profitent pour s’enrichir et acquérir toujours plus d’influence dans la Couronne. À la mort de Jason Lannister, le dernier frère de lord Tytos, en l’an 260, c'est Roger Reyne qui prend la tête des armées de l’Ouest dans la guerre des Rois à Neuf Sous. Lors de ce conflit, Tywin Lannister - désormais adulte - ainsi que ses frères, Kevan et Tygett, montrent leur talent au combat et font l’expérience de la guerre. Devenu un chevalier éprouvé, Tywin est dès lors déterminé à rendre à la maison Lannister son prestige et à restaurer ses prérogatives[1].

La rébellion

Tywin reprend la main

À son retour de la guerre, Tywin Lannister reprend les choses en main, laissant son père sous la coupe de sa maîtresse. Il exige ainsi que soient remboursées les dettes contractées auprès de sa maison et que soient livrés des otages en cas non-paiement. Par ailleurs, il forme une compagnie de cinq cents chevaliers, sous les ordres de son frère Kevan, afin de ramener l’ordre dans les terres de l'Ouest où les brigands ont prospéré. Peu nombreux sont cependant les seigneurs qui lui obéissent et l'écrasante majorité refuse de s'acquitter de tout paiement ; seul Harys Swyft de Champmoisson - dans l'incapacité de rembourser - donne sa fille Dorna en otage.

Parmi les maisons contestant les décisions de Tywin, figure la maison Tarbeck. Lord Walderan Tarbeck, époux d’Ellyn Reyne et seigneur de Château Tarbeck, se rend même à Castral Roc afin d'intimider Tytos Lannister et lui faire annuler les décisions de son fils ; il y est alors arrêté par Tywin et emprisonné. La réponse de lady Ellyn ne tarde pas : elle fait capturer deux Lannister de Port-Lannis ainsi que le cousin germain de Tywin, Stafford Lannister.

Lord Tytos se décide alors exceptionnellement à intervenir : il relâche lord Walderan et va jusqu'à effacer ses dettes ; il organise ensuite un échange d’otages qui se déroule à Castamere - auquel Tywin n’assiste pas - où les deux familles se jurent une amitié éternelle[2][1].

Anéantissement des Tarbeck et des Reyne

Tywin Lannister, ulcéré par l'initiative de lord Tytos, n’oublie cependant pas l’affront fait par les deux familles. À peine un an plus tard, en l’an 261, il exige que répondent de leurs crimes Roger et Reynard Reyne - le seigneur de Castamere et son frère - ainsi que Walderan Tarbeck et sa femme, lady Ellyn Reyne. Refusant de se soumettre, ces derniers renient leur allégeance à Castral Roc et entrent en rébellion ouverte.

Sans consulter son père, Tywin rassemble alors sa compagnie de cinq cents chevaliersà laquelle il adjoint six mille hommes d’armes[N 1], et fond sur Château Tarbeck. Lord Walderan sort imprudemment de son château avec un petit contingent et trouve la mort ainsi que tous les membres de sa famille présents ; leurs têtes sont ensuite fichées sur des piques. Tywin se dirige ensuite vers le fief des Tarbeck dont Ellyn Reyne prépare la défense. Elle envoie des corbeaux pour appeler ses frères à l’aide mais les engins de siège de Tywin sont montés en moins d’une journée et un rocher fracasse le donjon, provoquant sa mort et celle de son fils Tion. Le château se rend et Tywin y boute alors le feu. Peu de temps après, Roger Reyne - le frère d’Ellyn - et les deux mille hommes qu’il a pu rassembler arrivent finalement sur les lieux. Le choc entre les deux armées est brutal : Roger tente d’attaquer le camp Lannister par surprise mais ces derniers, plus nombreux, reprennent le dessus ; les Reyne sont obligés de fuir et Roger reçoit un carreau d’arbalète dans le dos. Gravement blessé, il est ramené à Castamere.

L’ost de Tywin l'y rejoint trois jours plus tard pour affronter le rusé Reynard Reyne qui a pris le commandement des forces de sa maison. Sachant que la partie extérieure du château n’est pas défendable, il se replie avec ses gens dans la partie souterraine. Tywin ordonne alors d'en boucher toutes les issues avec des pierres et de la terre, puis fait détourner un ruisseau voisin qu’il fait couler directement dans les galeries souterraines. L’eau s’y infiltre et noie la totalité des occupants de celles-ci. Depuis ce jour, nul n’a rouvert les mines de Castamere et ce qui reste du château extérieur a été mis à bas[1].

Conséquences et postérité

Ces évènements ont contribué à la fois à redorer le blason de la maison Lannister et à établir l’autorité de Tywin ainsi que sa réputation d'inflexibilité. Ils ont également créé un précédent destiné à dissuader quiconque de défier les Lannister[3][4][5]. Ce coup d’éclat vaut à Tywin de se faire respecter et craindre lorsque, malgré son jeune âge, il est nommé Main du Roi d’Aerys II Targaryen[6]. Renommé dès lors pour son caractère implacable, Tywin tiendra en respect nombre de ses adversaires pour le restant de ses jours[7]. La chanson des pluies de Castamere, qui relate la chute de la maison Reyne, est d'ailleurs devenue l'une des plus célèbres des Sept Couronnes[3].

Notes et références

Notes

  1. La version originale des origines de la saga évoque « three thousand men-at-arms and crossbowmen », puis précise plus loin que les forces Lannister étaient trois fois plus nombreuses que celles des Tarbeck. Cela implique que les Lannister comptaient trois mille hommes d'armes et trois mille arbalétriers, soit six mille en tout, sans compter les cinq cents chevaliers (cf. Les origines de la saga, La maison Lannister sous les Dragons).

Références