Conquête

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Icone travaux.png Cette page est en cours de modification par Eridan, merci de ne pas y apporter de modifications importantes sans concertation préalable avec le contributeur. Icone travaux.png
Blason de la maison Targaryen

V.O. : Aegon's Conquest

La Conquête d'Aegon, ou plus simplement la Conquête désigne la guerre qui a vu Aegon Targaryen, surnommé ensuite Aegon le Conquérant, soumettre à son autorité les royaumes indépendants des Sept Couronnes, à l'exception de Dorne. Cette guerre a duré deux ans, et marque le début du calendrier utilisé depuis dans les Sept Couronnes[N 1]. Elle voit la maison Targaryen s'installer sur le Trône de Fer pour près de trois siècles.

Contexte

Les Sept Couronnes avant la Conquête de la maison Targaryen

Les Sept Couronnes

Peu de temps avant la Conquête, les Sept Couronnes connaissent une situation contrastée. Certains royaumes sont plutôt calmes et stables, comme les terres de l'Ouest ou Dorne. Le Nord doit affronter les attaques des sauvageons, mais ceux-ci ne semblent pas en capacité de le menacer sérieusement. En revanche, le centre du continent est en proie à de grandes tensions : le roi du Sel et du Roc Harren Chenu, dit « le Noir » gouverne alors toutes les terres du Neck à la Néra[1], et est sur le point d'achever la construction de sa colossale forteresse d'Harrenhal. Son principal rival est le roi de l'Orage Argilac Durrandon, dit « l'Arrogant », mais ce dernier doit également faire face aux ambitions dorniennes et aux pirates qui attaquent ses côtes[2]. Les régions frontalières des deux royaumes (dont l'estuaire de la Néra et la presqu'île de Claquepince) sont peu contrôlées, les seigneurs locaux contestant le pouvoir d'Harren[3], considéré comme orgueilleux et cruel. Les différents souverains régnants sont alors :

Les Targaryen à Peyredragon

Fuyant le Fléau de Valyria, la maison Targaryen est installée à Peyredragon depuis environ un siècle. Elle dispose de trois dragons. Elle est dirigée par Aegon, âgé d'environ vingt-sept ans. Ce dernier fait l'objet d'approches par plusieurs cités libres, et notamment par Volantis[2], afin de contribuer à sa tentative de restauration par la force de l'ancien empire de Valyria, mais qui paraît alors vouée à l'échec[4].

Préparation et déclenchement

Se détournant d'Essos, Aegon semble avoir préparé la Conquête de longue date. Bien que les chroniques prétendent qu'il n'a jamais mis les pieds sur le continent occidental auparavant, il est probable qu'il se soit rendu dans sa partie méridionale, et peut-être aussi à Port-Lannis. Ses sœurs auraient par ailleurs rendu visite aux Redwyne de La Treille[2]. Aegon fait en outre tailler et peindre une grande table de bois représentant en détail les Sept Couronnes[5][N 2]. Aussi, lorsque le roi de l'Orage Argilac Durrandon lui propose la main de sa fille, Argella, avec le projet de lui donner en dot les terres frontalières et disputées avec le royaume d'Harren le Noir, il semble sauter sur l'occasion : il décline l'offre et propose comme époux à sa place son demi-frère bâtard Orys Baratheon. L'outrage fait bondir le roi Argilac, qui renvoie au Targaryen les mains coupées de ses émissaires, en lui déclarant qu'elles seront les seules mains qu'il obtiendra de lui. Aegon convoque alors son ban, et, après avoir pris conseil de ses sœurs et de ses vassaux Velaryon, Celtigar et Massey, se proclame roi de Westeros et crée le premier conseil restreint. Il fait envoyer des corbeaux messagers à tous les rois des Sept Couronnes (ainsi qu'à la Citadelle et peut-être au Grand Septon), les informant de ses prétentions à la royauté sur l'ensemble du continent ; ceux qui se soumettront pourront garder leurs terres, mais les autres seront détruits[2]. Puis il fait voile vers l'estuaire de la Néra avec ses sœurs, ses dragons, et quelques milliers d'hommes[N 3][2], après avoir passé la nuit précédente en prières dans le septuaire de Peyredragon[6][N 4].

Aegon et ses sœurs, illustration par ©Amok

Déroulement

Établissement de la tête de pont

Arrivé dans l'estuaire de la Néra (là où s'élèvera plus tard Port-Réal), Aegon Targaryen édifie un modeste fortin de bois, appelé Fort-Aegon (préfiguration du Donjon Rouge) en ceignant le sommet d'une des collines par une palissade de bois[2]. Il envoie ses sœurs vers les châteaux voisins de Rosby et de Castelfoyer. Leurs occupants se soumettent sans combat, car leur suzerain, Harren le Noir, est craint et méprisé. En revanche, les maisons Sombrelyn et Mouton tentent de résister, mais Orys Baratheon mène contre eux l'armée targaryen, appuyée par Aegon montant Balerion, et remporte une facile victoire[2]. Sa tête de pont assurée, Aegon se fait couronner à Aegonfort par sa sœur-épouse Visenya, son autre sœur-épouse Rhaenys proclamant sa nouvelle dignité, sous les acclamations de ses vassaux nouveaux et anciens et du peuple[2]. Les rois des Sept Couronnes convoquent alors leurs bans et fourbissent leurs stratégies : deux propositions d'alliance arrivent ainsi à Aegon, celle de la maison Martell, qui lui propose une union entre égaux, et celle de la reine régente de la Montagne et du Val Sharra Arryn, lui offrant le mariage avec elle, à la condition que son jeune fils Ronnel devienne son héritier. Toutes deux restent sans réponse. La suite précise des évènements n'est pas encore établie : il semble qu'Aegon marche d'abord contre Harren le Noir, retranché à Harrenhal, pendant que Daemon Velaryon mène la flotte vers les côtes du Val d'Arryn avec Visenya, et qu'Orys Baratheon et Rhaenys conduisent d'autres troupes vers les terres de l'Orage. La soumission des seigneurs locaux a en tout cas permis un renforcement sensible des armées targaryennes, car Aegon prend la route avec huit mille hommes, sans compter la garnison laissée à la base de départ et les forces d'Orys et de Daemon[2].

La soumission du Conflans et des îles de Fer

L'avance d'Aegon vers le Conflans semble provoquer la révolte générale des seigneurs riverains contre leur suzerain honni : lord Edmyn Tully de Vivesaigues à leur tête, les Mallister, Bracken, Nerbosc et Frey, notamment, viennent se soumettre à Aegon[2]. Tous assiègent alors Harrenhal, qui tombe rapidement grâce aux flammes de Balerion, provoquant la disparition de la maison Chenu[7]. Après cette victoire, Aegon désigne Edmyn Tully comme seigneur suzerain du Conflans. Il autorise les Fer-nés survivants sur les îles de Fer à se choisir eux-mêmes un seigneur, et c'est lord Vickon Greyjoy de Pyk qui est élu, faisant de la maison Greyjoy la nouvelle maison suzeraine de l'archipel[1].

La soumission du Val d'Arryn

De son côté Visenya Targaryen montée sur Vhagar obtient la soumission des seigneurs de la presqu'île de Claquepince, qui deviennent vassaux directs du trône[3]. En revanche, l'offensive navale de Daemon Velaryon se solde par la destruction de sa flotte et sa mort lors de la bataille de Goëville. La flotte Arryn est elle-même détruite par Vhagar, mais l'offensive vers le Val d'Arryn marque le pas, même si les Sœurois se soumettent aux Targaryen, et que Goëville et Viergétang (alors un important port de commerce) semblent être tombés peu après[2]. La reine régente Sharra Arryn fait stationner sa puissante armée à la Porte Sanglante, mais, alors qu'elle revient aux Eyrié après avoir inspecté les forts de Pierre, Neige et Ciel, elle découvre son jeune fils Ronnel en compagnie de Visenya. L'enfant demande à sa mère l'autorisation de voler sur Vhagar. La reine se soumet alors, donnant à Visenya sa couronne, celle de son défunt mari et celle de son fils. Ce dernier obtient deux vols à dos de dragon. La maison Arryn est ensuite confirmée comme suzeraine du Val et reçoit le titre de gouverneur de l'Est[8].

La soumission des terres de l'Orage

Le roi de l'Orage Argilac Durrandon quitte sa forteresse d'Accalmie pour marcher à la rencontre des forces d'Orys Baratheon, deux fois moins fortes que les siennes. Mais Orys est bien informé de ses mouvements grâce à Rhaenys, qui, montée sur Meraxès, survole le théâtre des opérations. La bataille du Dernier Orage voit la défaite et la mort d'Argilac, et la reddition d'Accalmie à Orys, qui se conduit courtoisement avec Argella, la fille d'Argilac[2]. Leurs noces donnent naissance à la maison Baratheon, désormais suzeraine des terres de l'Orage[1].

La soumission du Bief et des terres de l'Ouest

Conscient que les Targaryen sont désormais en passe de triompher, les rois Mern IX Jardinier du Bief et Loren Lannister du Roc unissent leurs forces et rassemblent une armée d'environ cinquante mille hommes. Face à eux, Aegon oppose tout juste le cinquième de ce nombre, dont des troupes à la loyauté douteuse, car la plupart ont été enrôlés dans les armées des rois précédemment défaits. Conscients que le sort de la guerre va se jouer, Aegon appelle à lui ses deux sœurs et leurs dragons. Pour la première et la dernière fois, les trois dragons targaryens et leurs cavaliers combattent de conserve, et la bataille du Champ de Feu tourne rapidement à leur avantage[9]. Le roi Mern Jardinier meurt sur le champ de bataille. Son intendant Harlen Tyrell se soumet aux Targaryen, et devient le premier seigneur suzerain du Bief et gouverneur du Sud[1]. Son allié Lannister survit et se soumet également, sa maison conservant ainsi sa suzeraineté sur les terres de l'Ouest[9] et recevant en outre le titre de gouverneur de l'Ouest[2].

La soumission du Nord

Ayant rallié ses bannières, le roi du Nord Torrhen Stark amène son armée de trente mille hommes à Moat Cailin. L'armée Targaryen ne compte alors encore que quinze mille hommes, mais la prise d'Harrenhal et la bataille du Champ de Feu a montré que la supériorité numérique ne suffit pas face aux dragons. Bien que son frère bâtard Brandon Snow se porte volontaire pour se glisser dans le camp adverse et tenter de tuer les dragons, le roi Thorren préfère se soumettre et ploie le genou devant Aegon[10], qui le confirme comme suzerain du Nord et lui octroie le titre de gouverneur du Nord[N 5].

Le couronnement

Reconnu comme souverain par toutes les grandes maisons des Sept Couronnes (Martell exceptés), Aegon se convertit par opportunisme à la religion des Sept[11], et se fait couronner une deuxième fois, mais cette fois à Villevieille, dans le septuaire Étoilé, par le Grand Septon en personne, comme roi des Andals, des Rhoynar et des Premiers Hommes[N 6]. Ce couronnement est considéré par certains comme marquant l'an 1 du calendrier des Sept Couronnes[N 1][2].

La résistance de Dorne

Poursuivant son vol vers le sud, Rhaenys Targaryen parvient à Dorne. Elle ne rencontre aucune résistance, mais elle ne trouve dans les châteaux que des femmes et des enfants, qui refusent de révéler ce que sont devenus leurs hommes. Arrivée à Lancehélion, elle y trouve la vieille et aveugle princesse Meria Martell, qui refuse de combattre, mais aussi de se soumettre, et qui l'avertit qu'une invasion de Dorne sera à ses risques et périls. Rhaenys répond que, si elle revient, ce sera « avec le sang et le feu » ; à cela, Meria réplique : « Insoumise, invaincue, intacte »…[2]

Conséquences

Les Sept Couronnes après la Conquête de la maison Targaryen

Ayant établi sa maison comme souveraine des Sept Couronnes, le roi Aegon I Targaryen décide, à la surprise générale, de fonder une nouvelle capitale, nommée Port-Réal, à l'emplacement où il avait débarqué au début de la guerre, plutôt que de choisir Villevieille ou Peyredragon comme siège. Il y commence la construction d'une forteresse qui sera achevée par son fils Maegor[12], dotée d'une salle du trône, où il fait installer le Trône de Fer, symbole de son pouvoir, forgé grâce aux flammes de Balerion avec les épées des rois et seigneurs vaincus. La tradition prétend qu'il fallut mille lames et cinquante-neuf jours de martelage pour le fabriquer[13]. Converti à la religion des Sept, le roi fait déplacer le siège du Grand Septon dans sa nouvelle capitale[14][15]. Enfin, Peyredragon et les terres avoisinant la nouvelle capitale (y compris la presqu'île de Claquepince) sont directement rattachées à l'autorité royale, et forment les terres de la Couronne ; Peyredragon devient le fief traditionnel du prince héritier de la dynastie, qui portera donc le titre de « prince de Peyredragon »[16][17].

Notes et références

Notes

  1. 1,0 et 1,1 La Conquête sert dans les Sept Couronnes de point de repère pour le système de datation des événements. Toutefois, le fait que la Conquête ait duré deux ans rend ce système imprécis, ce qui a pu provoquer des controverses. D'après l'archimestre Gyldayn, la Conquête a eu lieu entre l'an -2 et l'an -1 : le couronnement d'Aegon I Targaryen à Villevieille à la fin de la Conquête marquerait donc le début du calendrier. Pourtant, une croyance tenace voudrait que le débarquement initial de la Conquête soit le point de départ de la datation. La Conquête aurait donc eu lieu entre l'an 1 et l'an 2. (cf. Les origines de la saga, La Conquête).
  2. C'est devant cette même table que le roi Stannis Baratheon entreprend sa propre conquête du Trône de Fer près de trois cents ans plus tard (cf. A Clash of Kings, Chapitre 01, Prélude).
  3. Trois mille au plus, voire seulement quelques centaines, selon les sources (cf. Les origines de la saga, La Conquête).
  4. Cette anecdote semble toutefois très douteuse, car les Valyriens ne suivaient pas la religion des Sept. De plus, la conversion d'Aegon, très politique, semble ultérieure (et dater plutôt de la prise de Villevieille).
  5. Sur le lieu de cette rencontre se dresse désormais l'auberge de l'Homme à genoux (cf. A Storm of Swords, Chapitre 12, Jaime).
  6. Cette titulature peut sembler contradictoire avec l'échec à soumettre Dorne, patrie des Rhoynar, mais peut-être Aegon a-t-il voulu ainsi marquer la vocation de son règne à s'étendre à l'ensemble des Sept Couronnes.

Références