Vos dernières séries

  • Ce sujet contient 472 réponses, 76 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par MELT527, le il y a 3 jours et 6 heures.
23 sujets de 451 à 473 (sur un total de 473)
  • Auteur
    Messages
  • #163796
    Céleste
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 369

    Suite à l’avis d’Aerolys, je me suis lancée dans The Sinner, on suit un lieutenant qui a besoin de la psychanalyse pour résoudre un meurtre, il va s’impliquer personnellement et émotionnellement en étant parfois borderline dans l’exercice de sa fonction. Au fil des saisons, le lieutenant en lui-même devient un « cas » à étudier également ce qui donne en quelque sorte un fil rouge aux saisons indépendantes. J’ai adoré et préféré la saison 1, j’ai trouvé Jessica Biel excellente, le mystère est bien foutu, j’ai été bluffée à plusieurs reprises en croyant deviner ce qu’il en était. Les saisons suivantes sont beaucoup plus anxiogènes j’ai trouvé.

    The Nevers, c’est une série qui est présente dans mon dossier « bouchetrou », je ne comptais pas en parler mais comme je partage à la fois l’avis de Nowan et celui d’Oca, je vais dire ce que j’en pense ^^. J’avoue que la série ne m’a pas accrochée vraiment, c’est une uchronie du 19e siècle avec un vieux stéréotype qu’on ne voit plus trop : la blonde toute douce et la brune badass et agressive :D. Pas trop ma came a priori, mais charmée par l’esthétique steampunk et une ambiance légèrement féérique j’ai décidé de la suivre de loin. Ça fait un peu série Disney. J’ai été très « touchée » par le personnage de Mary. Le reste pas trop mais ça se regarde.

    Cependant, l’épisode 6 a pour moi été un choc, déjà parce qu’on a un changement brutal de genre et de forme, on bascule totalement dans la SF et la forme de l’épisode est très bizarre. C’est vraiment brutal et déconcertant à tel point que je me suis demandée si je m’étais pas trompée de série ou si j’avais pas loupé des épisodes. C’est clairement à partir de là que mon intérêt pour la série s’est manifesté, totalement hypée de bout en bout.

    Finalement c’est comme d’hab avec les séries de Joss Whedon (exception faite de Buffy) pour moi, je suis beaucoup plus intéressée par le fil rouge que par les personnages ou les détours que la série prend pour arriver à ce qui m’intéresse. Cet épisode a été rushé et franchement le changement est trop brutal pour que ça passe et pourtant ça passe, ça passe parce que cet épisode est plus intéressant pour moi que les autres :D. Ca m’a rappelé un peu les séries déprogrammées qui rush pour clôturer mais en réalité je pense que c’est dû au Covid et/ou aux problèmes de Joss Whedon. En comparaison, la saison 4 de la série The Good Fight a eu ce problème lié à la pandémie, 8 épisodes seulement mais ils ont réussi avec brio à introduire la saison 5 avec un épisode déconcertant dans la forme mais tellement bien fait.

    Je préfère le souffle du dragon à la bave de crapeau et la langue de vipère.

    #164063
    no_one
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1720

    J’avoue que la série ne m’a pas accrochée vraiment, c’est une uchronie du 19e siècle avec un vieux stéréotype qu’on ne voit plus trop : la blonde toute douce et la brune badass et agressive :D.

    Oui, O’Cahan soulignait que c’était le scénario qui prêchait, et un des trucs qui marquent de ce fait c’est que trop de persos font stéréotypiques – coucou les bisexuel-les dépravé-es, ah, voilà le scientifique fou, etc. C’est gênant et le côté trop riche / rushé ne donna guère le temps d’en sortir en 6 petits épisodes (voire de biter grand’chose), bien qu’il y ait des moments de grâce.

    Ca m’a rappelé un peu les séries déprogrammées qui rush pour clôturer mais en réalité je pense que c’est dû au Covid et/ou aux problèmes de Joss Whedon.

    C’est ce que j’avais lu également : on n’a eu qu’une demi-saison de ce fait – et l’autre doit arriver l’an prochain.

    En attendant, en 6 épisodes cette fois de 20 minutes je vous recommande on ne peut plus chaudement sur Netflix À découper suivant les pointillésStrappare lungo i bordi – par et avec Zerocalcare, librement adaptée d’œuvres précédentes du BDiste italien et tout simplement un chef-d’œuvre. La série animée suit l’avatar de l’auteur & son tatou de conscience nous contant ses déboires de trentenaire romain mal dans sa peau avec un humour ravageur – et un fil rouge parfaitement construit qui vous frappera en plein cœur sur la fin. L’animation est au poil, créative tout comme le choix de doublage (soyez attentif-ve dans les dernières minutes de la série, ça prend tout son sens) ; et ça a été incroyablement cathartique pour moi. J’ai pas l’impression que ça fasse beaucoup de bruit ou qu’il y ait eu beaucoup de promotion, en dehors de la Botte, or ça mérite un franc succès – et j’ai bien envie de me pencher sur la bibliographie du bonhomme derrière.

    "It's both possible, and even necessary, to simultaneously enjoy media while also being critical of its more problematic or pernicious aspects."
    "Damsel in Distress: Part 1", Tropes vs. Women in Video Games, Anita Sarkeesian

    #164142
    Crys
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1256

    The Nevers ne m’a pas laissé un souvenir impérissable non-plus. J’ai jamais été dans le culte de Whedon, à titre perso, même si j’ai bien aimé Dr Horrible et cette série m’a laissé un peu froid. J’ai l’impression que le scénariste a pas compris comment aborder le superhéroïsme (ici victorien pour changer un peu) en en faisant une problématique vraiment féminine, il se contente juste d’écrire ses personnages comme ses héros masculins et de les faire jouer par des femmes. L’univers était sympa mais… au final dans le même genre de registre, un bon vieil épisode de Noël de Doctor Who ou même Carnivale Row m’ont plus marqué…

    Sinon, dans le registre série, dernièrement, j’ai enfin vu It’s a sin, showrunné par Russel T Davies à qui on doit la période Eccletson/Tennant de Doctor Who (et qui redeviendra showrunner de cette dernière après le départ du couple Chibnall/Whithaker l’année prochaine) ainsi que l’excellente mini-série Years and Years y a deux ans. Bah, c’était génial, une fois de plus. Je trouve que ce gars a une intelligence de l’émotion que je retrouve nulle-part ailleurs. On y cause de sida et de jeunes en galères, y a une bonne grosse réf à Doctor Who, bref, il m’en fallait pas plus, je pense. A ranger avec Pride et 120 battement par minutes, qui traitent un peu tous des mêmes sujets mais chacun avec une sensibilité différente. J’ai vraiment adoré.

    La saison 3 de Britannia aussi. Bah on prend les mêmes et on recommence. Au programme, druides sous champis, légionnaires romains stones, intrigues d’élus et bande-originale sortie de Woodstock. C’était sans doute en deçà de la deuxième saison que j’aime vraiment beaucoup, mais ça fait vraiment du bien de voir un truc en costume qui n’essaie pas d’être beau, lisse, sans âme et qui se prend trop au sérieux parce que ça coûte cher (coucou Paris Police 1900). Bref, en plus y a Madame Bibine de Harry Potter qui crame des consanguins en crachant des insultes. Je recommande.

    Dans un autre registre, suite au décorticage en track-by-track du dernier album d’OrelSan avec ce dernier et Skread, son « producteur de sons » au détour de la radio y a une semaine, bah j’ai maté la mini-série docu du frangin d’Aurélien Cotentin sur la montée d’OrelSan et ses échecs notamment au début. C’est sans doute plus intéressant quand ils sont débiles et jeunes dans les premiers épisodes ou quand ça raconte la polémique autour de « Sale pute » que quand on en vient au mec qui remplit 4 fois Bercy d’affilée. Mais ça reste un bon moment, que vous aimiez le rappeur ou non, l’aventure format « bande de potes » que ça propose a un truc bien sympathique en ces mois sombres.

    #164905
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8493

    Je regarde vraiment peu de séries par rapport à avant

    J’ai regardé Watchmen sans rien connaître qu’un podcast (Paroles d’histoires) qui en parlait. J’aurais aimé adorer car les thèmes sont intéressants mais la vision ne m’a pas tellement convaincu

    Dans mes cartons j’avais Amour fou, une mini série de 3 épisodes avec Clotilde Hesme et Jérémie Renier. Mariés dans une petite ville, tout va bien, sauf que le frère à problème de l’époux vient s’installer en face. Le premier épisode est très balisé, j’ai regardé ça d’un oeil un peu blasé (on sait vers où ça se dirige mais c’est pas mal fait). Et puis le 2e épisode prend au dépourvu et on se dit à raison que c’est un peu plus complexe/innovant que ça. Ca n’en fait pas un chef d’oeuvre mais c’est un thriller (?) très honnête

    Enfin j’ai regardé assez vite les deux saisons de Ted Lasso (tata Yoda en parlait à peine ici). Une divorcée (d’un mec connu en ces lieux) hérite d’un club de foot de Premier League et recrute un entraineur amateur de foot américain, Ted Lasso, qui débarque avec son pote alors qu’il ne connait rien au soccer, ni à l’Angleterre. Ca parle un peu de foot mais pas tant que ça. C’est résolument une série émouvante et feel good (avec un Ted très bavard qui a plein de références à notre monde). Ca peut paraitre un peu cucul ou gnan gnan par moments (voire un peu décalé car dire qu’on se fout de la victoire quand on joue en Premier League là où les enjeux financiers sont énormes, hum) mais je trouve que ça reste du bon côté de la ligne (de touche) souvent. La série vaut aussi beaucoup pour les accents et tournures britanniques, en plus du décalage US/UK. La fin de saison 1 m’a étonné. La saison 2 est un peu en dessous. Il reste des personnages attachants et un « message » qui fait du bien car ça ne parle pas vraiment de domination, de gagne ou autre mais de comment se sentir/se comporter mieux. Et je pense qu’on pourrait en avoir plus besoin.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #165039
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 6217

    J’ai regardé pendant les fêtes les 6 épisodes de Hawkeye. On y suit Clint Barton (Jeremy Renner), aka l’archer Hawkeye (que l’on a vu régulièrement dans les Avengers, notamment aux côtés de sa copine Black Widow), en vacances à la période de Noël à New York, et qui rencontre la jeune Kate Bishop (Hailee Steinfeld, que l’on a vue notamment dans la saga Pitch Perfect). C’est sympatoche, ça reprend un peu les codes du film de Noël façon Maman, j’ai raté l’avion. Il y a certaines bonnes idées (notamment, on aborde les séquelles physiques du métier de super-héros, avec la surdité de Clint, des suites d’explosions à répétition), mais c’est sans grande conséquence. Peu d’enjeu, peu de substance, mais c’est mignonet.

    ~~ Always ~~

    #165229
    Crys
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1256

    An’a maté Le Tour du monde en 80 jours, coprod franco-britannique, pendant les fêtes. Donc c’est plein de bons sentiments, c’est plutôt attendu mais très bien joué et très propre en termes de réalisation. Si vous êtes à la recherche d’une série-cocon pour avoir foi en l’humanité, vous pouvez toujours suivre David Tennant en Phileas Fogg dans cette aventure franchement sympathique. Paraît qu’ils ont signé une suite. Je sais pas si c’est le teasing de fin ou si ils vont juste faire des films de voyage avec David Tennant en Fogg. A voir, mais bon, de toute façon, avec Tennant, je suis un peu acheté d’avance 🙂

    #165237
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2484

    J’ai regardé Hellbound, série netflix coréenne où des gens voient leur mort inéluctable et violente leur être annoncée. Le monde entier se tourne vers une secte millénariste sous le prétexte que les victimes sont des pêcheurs ayant mérité le châtiment divin. Des journalistes, avocats ou policiers tentent de faire respecter les droits fondamentaux et de trouver une solution. Ca a quelques faiblesses mais en dit passablement sur notre époque, notamment le glissement vers une société totalitaire. C’est cependant pas toujours bien rythmé et pas forcément toujours bien joué, mais ça passe vite.

    J’ai regardé aussi Upload, sur Amazone, une série d’anticipation où, dans un futur assez proche, le débit et les capacités informatiques ont permis de recréer la mémoire des gens décédés dans des mondes virtuels. Evidemment, cette invention est sous l’emprise du secteur privé qui y applique un capitalisme à outrance. On suit un jeune développeur de start-up beau gosse prétentieux fiancé à une riche blonde qui décède soudainement suite à une panne étrange de sa voiture autonome. Il se retrouve dans le « paradis » virtuel » initialement prévu pour la grand-mère de sa copine et là, il fait la connaissance de son « ange gardien », une jeune femme un peu paumée au service d’Upload et d’autres colocataires morts. C’est franchement marrant, il y a plein de référence à notre univers (Google, Facebook, MacDo, Tinder, influenceurs, start-ups, …) et ses dérives face à l’argent, et aussi les bugs informatiques genre l’épi dans les cheveux du matin pour donner un côté réaliste qui revient à toute heure. Elle pose aussi plein de questions sur la mort et l’immortalité (genre un gosse éternellement coincé à l’age de 12 ans). Il y a le côté enquête sur l’accident et de la romance un peu moins originaux mais fallait bien mettre une intrigue. Bonne pioche.

    J’ai aussi regardé The Witcher et La Roue du Temps mais elles ont leur topic.

    #165263
    Jon
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 357

    Ah j’avais beaucoup aimé Upload aussi ! J’avais trouvé ça assez drôle et plutôt intéressant, une bonne surprise sachant que je n’en attendais pas grand chose 🙂

    #165353
    O’Cahan
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 758

    J’ai découvert une très jolie série, adaptée du roman éponyme de Thackeray, La Foire aux Vanités (2018). On suit dans l’Angleterre du début du XIXe une jeune femme sans-le-sou prête à tout pour gravir les échelons de la hiérarchie sociale. Si vous aimez l’ambiance victorienne, les situations à la Jane Austen et les reconstitutions historiques réussies, cette série est pour vous ! L’actrice principale, Olivia Cooke, est charmante et très convaincante & je viens de voir qu’elle jouera Alicent Hightower dans House of the Dragon.

    Dispo sur Arte jusqu’à la fin du mois.

    please mind the gap between your brain and the platform

    #165355
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 6217

    L’actrice principale, Olivia Cooke, est charmante et très convaincante & je viens de voir qu’elle jouera Alicent Hightower dans House of the Dragon.

    Ah je suis contente de voir que je ne suis pas la seule personne a avoir vu et aimé cette mini-série xD Depuis ça, je me tue à dire qu’Olivia Cooke est top, et qu’elle sera une parfaite Alicent (et je pourrais dire que je l’avais vue dans un rôle avant même qu’elle ne soit annoncée en Alicent, c’est la classe xD)

    ~~ Always ~~

    #165356
    O’Cahan
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 758

    Tout à fait d’accord avec toi !

    please mind the gap between your brain and the platform

    #165378
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8493

    The White Lotus, série anthologique (ça tombe bien, le lotus est une fleur) un peu caustique de six épisodes pour la saison 1.

    La série se passe dans un hôtel de luxe à Hawaï où des clients viennent d’arriver.

    La série commence par une accroche très forte et assez maline (même si à la fin… enfin regardez). Au début, j’ai trouvé ça hyper caricatural. Certes, ça aide pour faire une série un peu caustique (faut gratter quand même) mais je trouvais un peu trop. Et finalement, au fil des épisodes, j’ai trouvé que c’est bien écrit pour lier les intrigues et les rebondissements (trop nombreux pour être crédibles… d’ailleurs je trouve la musique un peu angoissante et crispante, y a que moi ?) du coup, ça m’a plutôt plu (sans sauter au plafond pour autant). Y a trop de « beaux gens » comme souvent dans les séries. Au final, y a des trajectoires de vie assez touchantes, d’autres vraiment risibles et une critique de la société sur des problématiques actuelles mais pas si évidente à décrypter (ils se moquent des deux camps ? Ou pas). Y a un article où on liste les livres qui sont « lus » dans la série^^

    Ca se laisse voir.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois et 1 semaine par R.Graymarch.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #166362
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 6217

    Je viens de finir la troisième saison de Sex Education, et c’était un bijou, honnêtement, tout le monde devrait voir cette série 🙂
    Non seulement les thèmes abordés sont toujours très intéressants, mais ils sont aussi toujours bien traités ; les personnages sont tous adorables, ont tous du temps d’écran, une vraie trame complète et développée… (Ce qui est déjà une grosse performance sachant qu’il n’y a que huit épisodes et qu’il doit bien y avoir une dizaine de personnages « importants »).
    J’avais quelques doutes au départ sur les nouveaux personnages, Cal et Hope en tête, et j’ai eu un moment de WTF pendant le « cacagate » en France, mais au final, j’ai adoré cette saison, toute pleine de mignonnerie partout tout le temps, mais sans mièvrerie (et avec des moments toujours horribles également, et cette tendance un peu sadique à entrelacer les scènes affreuses et les scènes géniales, ce qui joue avec mes nerfs : « Mais qu’est-ce que je suis censé ressentir là moi ?! » x) )

    Je me suis enfin plongée dans la troisième saison de Sex Education et tout pareil <3 c'est mignon, réjouissant, bienveillant (au point qu'à des moments on se dit que vraiment c'est pas crédible tous ces ados bienveillants et amis entre eux xD) sans être niais... Tout le monde devrait voir cette série pendant des coups de mou.
    Mention spéciale à Connor Swindells, qui interprète Adam. Il interprète à la perfection ce mélange de benêt un peu brute et abîmé par son père qui s'avère finalement tellement touchant dans ses doutes et ses difficultés à communiquer avec les autres. Dans l'ensemble le casting est vraiment bon et réussit à donner du corps à ces personnages qui sont tant définis par des archétypes qu'ils auraient pu rester des clichés sans ce petit truc en plus. C'était tout choupi en tous cas.

    ~~ Always ~~

    #166364
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2484

    Ayant eu sans doute une surdose de SF et fantasy, j’ai regardé du plus terre-à-terre.

    Bosh sur Amazon prime, une série suivant les enquêtes d’un flic éponyme bossant pour la criminelle au LAPD et résolvant de vieux crimes non classés sur son temps libre. C’est inspiré des romans de Michael Connelly, qui bosse en tant que producteur. Les intrigues sont donc bien ficelées, le héros principal est très bien joué par Titus Welliver. Il y a une myriade de seconds rôles bien connus du petit écran et de séries du genre (The Wire, 24, Urgences, …), au point que c’était presque un jeu de les retrouver. Merci IMDb. Il y a 7 saisons de  10 épisodes et sans doute une suite. Les 4 premières forment un tout assez intéressant, les autres moins. Le jeu des acteurs est bon et le casting relativement crédible, les images sont belles, les intrigues surprenantes mais pas trop tirées par les cheveux, il y a un contexte social aux enquêtes (corruption, immigration, racisme, politique) . Bonne pioche, qualité au rendez-vous , mais un poil trop lisse et esthétique, de classicisme dans le genre du polar pour faire date.

    La Femme qui habitait en face de la fille à la fenêtre. Toute petite série Netflix qui se voit en trois-quatre heures, avec Kristen Bell dans le rôle principal. Elle incarne Anna, qui vit presque cloitrée chez elle jusqu’à ce qu’elle aperçoive un crime dans la maison d’en face où viennent de s’installer les nouveaux voisins. La série se veut parodique de films du genre, mais pas trop, drôle, mais pas trop, barrée mais pas trop. Avec en plus un rythme bizarre d’épisodes très courts. Je n’ai pas compris le concept, mais comme c’était vite expédié et que j’adore Kristen Bell…

    Reacher sur Amazon. Série tirée de romans ayant inspirés deux films d’action avec Tom Cruise.  Le personnage principal est cette fois-ci incarné par Alan Richardson (connaissais pas), un beau gosse ultra baraqué ressemblant davantage au héros des livres que le plus célèbre des scientologues. Je veux bien croire, je ne connais pas du tout. Cela raconte l’histoire de Jack Reacher, soldat surentraîné qui va remettre de l’ordre à coup de tatanes et de flingues dans une ville corrompue par une grosse entreprise sur laquelle son frère enquêtait avant d’être tué, aidé seulement des deux seuls flics pas pourris du coin, tel un cow-boy solitaire au Far-West. Scénario ultra basique de vengeance, divertissement bas du front mais qui fait le job. J’ai de loin préféré The Punisher saison 1 dans le genre, ce sera vite oublié.

    #167923
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8493

    Dix huit mois plus tard, 4e saison de The Marvelous Mrs Maisel qui reprend là où la saison 3 s’est arrêtée. Ca m’a fait comme retrouver une bande d’amis et c’était chouette. Car si la série est centrée sur Miriam, il y a aussi une belle galerie de personnages et chacun suit sa vie. C’est vrai pour ses parents, ses beaux parents, son ex mari, sa manageuse etc. D’ailleurs, l’ex-mari qu’on aurait plutôt tendance à ne pas aimer à la base est moins antipathique qu’on pourrait le souhaiter et a un « arc » intéressant.

    Bien sûr, cela reste de la comédie et il y a des scènes qui rendent bien mais ne sont pas crédibles (le drama à la fête foraine, par exemple). On voit les gens évoluer (et l’Histoire en marche, ici avec JFK candidat à la présidence) : déçue de faire des premières parties, Miriam veut changer et… ne trouve pas grand chose. Son père et sa mère entament aussi d’autres carrières. Joel change de vie, Susie se lance dans le métier. Bref, ça évolue « logiquement ». On a même une jolie séquence pour un personnage tertiaire qui est mort (en fait, c’est l’acteur qui est mort)

    J’ai été moins convaincu par Lenny Bruce lors de sa première apparition mais ensuite il s’est totalement réhabilité à mes yeux. Il est grand et offre un contrepoint très intéressant. A suivre

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #168155
    Crys
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1256

    Je viens de terminer Peacemaker, la série de James Gunn qui fait suite à son Suicide Squad. J’en attendais rien, et franchement c’était un petit bonheur. On est dans la continuité du film, mais en encore plus sale gosse. Franchement, c’est la synthèse parfaite de sa carrière, de Horribilis aux Gardiens de la Galaxie. Les acteurs, emmenés par un John Cena plutôt charismatique (j’aurais pas dit ça y a 15 ans), sont au poil, les dialogues à cheval entre écriture et impro. Le tout emballé dans une BO doppée au glamrock. C’est vraiment le truc le mieux qui soit arrivé aux superhéros depuis longtems. En plus on est à un doigt d’avoir un Henry Cavill dans le final… en saison 2, ptêtre ?

    #168283
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 6217

    Je viens d’achever la première saison de Yellowjackets et j’ai kiffé de ouf xD

    Alors non, ce n’est pas une série sur les gilets jaunes (ouf xD) mais sur une équipe de foot féminine qui se retrouve livrée à elle-même au fin fond des Rocheuses suite à un crash d’avion. On les suit sur trois timelines différentes : avant le crash, pendant, et 25 ans plus tard quand elles sont adultes, pour celles qui en ont réchappé. Et c’est beaucoup trop bien. Ca mélange du teen-drama, du drama plus adulte façon Desperate housewives (avec des répliques bien mordantes comme on aime), de la série à mystères façon Lost (on comprend dés les première minutes du pilote qu’elles se sont livrées à du cannibalisme rituel, et plein de mystères se mettent en place pour comprendre comment elles vont en arriver là, dont des trucs un peu surnaturels – mais peut-être pas surnaturels, la frontière avec la folie et le stress post-traumatique est floue et on se demande toujours où est le curseur, c’est assez bien fichu), de la série d’horreur… Y a des trucs gros comme une maison, mais dans l’ensemble, la série est très bien construite, avec des personnages de femmes complexes très bien interprétées et des intrigues prenantes (et hyper diverses du coup vu le mélange des genres. Je pense que ça en rebutera certains tellement y trop de trucs, mais moi j’ai adhéré ^^). C’est bourré de références 90s (je pense que je suis complètement le cœur de cible : ceux qui ont grandi dans les années 80-90 et ont ces références de pop-culture), et la BO notamment est géniale. Ca faisait longtemps qu’une série ne m’avait pas autant enthousiasmée dans sa forme sérielle (typiquement : j’ai beaucoup aimé Mare of Easttown, mais je ne ressentais pas cette envie de découvrir les épisodes et d’attendre une saison 2 avec impatience… Je savais qu’on avait un début un milieu une fin, comme beaucoup de mini-séries du moment… Là on retrouve le format plus télé qui me manque parfois). Bref, vivement la saison 2 !

    ~~ Always ~~

    #168599
    Corondar
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1307

    Je ne peux qu’appuyer les deux avis précédents : Yellowjackets et Peacemaker, c’est de la bombe, clairement les deux meilleures séries que j’ai vues au cours des 12 derniers mois. Pour Peacemaker je m’en doutais (James Gunn est un génie et John Cena est tellement bon dans le rôle), Yellowjackets je m’y suis lancé sans rien en attendre de particulier, j’ai été plus qu’agréablement surpris.

    Je me permets donc de parler d’une autre série (puisque je n’ai rien à ajouter par rapport au frangin et à la frangine du dessus), un petit bonbon rose acidulé qui a mis mon petit cœur en joie : Heartstopper. On y suit la romance entre deux lycéens (l’un est déjà publiquement outé comme gay, l’autre pas), entre premiers émois de l’adolescence et apprentissage de la vie. C’est mignon tout plein et d’une choupitude absolue. Déjà, une idée absolument géniale que plusieurs séries de ce genre devraient avoir plus souvent : faire jouer des rôles d’ados à des ados . Le casting est formidable, mention spéciale au duo principal, interprété par Kit Connor et Joe Locke, dont l’alchimie et le jeu crèvent l’écran (mais le reste du casting est aux petits oignons, avec Olivia Colman dans un petit rôle, mais une très belle scène). La série est adaptée d’une série de romans graphiques (que je n’ai pas lus), et reprend certains codes du visuel papier à l’écran, c’est très joli. La BO pop-rock est d’enfer aussi, et la série m’a donné le sourire et la joie, c’est beaucoup je trouve. J’ai hâte de voir la saison 2…

    #169986
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 6217

    Je me permets donc de parler d’une autre série (puisque je n’ai rien à ajouter par rapport au frangin et à la frangine du dessus), un petit bonbon rose acidulé qui a mis mon petit cœur en joie

    Du coup j’ai vu également Heartstopper sur les conseils appuyés de @corondar, et effectivement, c’est très chou. Très très guimauve, mais très chou, avec des acteurs choupis comme tout. C’est un peu dégoulinant de mignonitude, mais de temps en temps, ça fait du bien tout ce sucre ^^

    Et dans un tout autre genre, j’ai vu Maid, mini-série de Molly Smith Metzler avec la brillante Margaret Qualley dans le premier rôle. Elle y joue Alex, qui fuit une relation violente avec sa toute petite fille et cherche à s’en sortir, en devenant femme de ménage. C’est une très jolie série, touchante, pleine de nuances, dure mais pas pathos. On est très loin du sucre, mais une série que je recommande chaudement.

    ~~ Always ~~

    #170028
    Crys
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1256

    Bon, côté séries, comme on partage un abonnement Netflix avec Loups pour 1 mois, j’ai maté deux trucs.
    D’un côté, Les 7 vies de Léa, qui présente de belles idées mais se vautre dans la « charte Netflix teenager ». On y retrouve Léa, 17 ans qui va passer son bac et sait pas quoi faire de sa vie quand elle découvre qu’elle peut retourner dans le temps la nuit le temps d’élucider un mystère survenu en 91. Bon, la reconstitution d’un lycée de province dans le Verdon me semble relever un tantinet du fantasme (et d’un truc ultra-américanisé). Dans le principe, j’ai trouvé que ça constituait un bon point de départ, mais le fait que l’héroïne dans les mêmes 10 minutes, ignore le principe de boucle temporelle (aujourd’hui c’est quand même chaud surtout que ça a pas l’air d’être la dernière des incultes) et surtout tombe amoureuse de la personne en qui elle se réincarne à savoir, la personne assassinée, juste pour injecter de la romance comme on injecterait du botox dans un Bogdanov, c’est clairement pas ouf. Reste que le dernier épisode n’est pas trop mal si on cherche un simili 13 Reasons Why/Sex Education/Partie non-fantastique de Stranger Things, mais bon, on peut faire mieux en France je pense sur le sujet. En somme, j’ai trouvé que comme La Révolution un peu plus tôt, on avait affaire à un produit français fait pour l’export plus que pour la France, mais c’est rarement un truc satisfaisant. Reste que la nièce Hazanavicius et tous ses camarades s’en tirent pas mal en termes de jeu dans le registre « à un moment, tu devras jouer le perso principal ».

    Dans un tout autre registre, suite à une reco de Roméo Elvis dans Popopop ! sur Inter, j’ai entamé Drôle, par la créatrice de Dix pour cent. Je pensais pas trop avoir de points communs avec Roméo Elvis en termes de goûts donc j’y ai été un peu frileux. Et en fait c’était vachement bien. On y cause du monde du stand-up en suivant les participants d’un comedy club dans leur vie parisienne. Mêmes thématiques, mécaniques que Dix pour cent, mais en mieux j’ai trouvé, du fait qu’on s’affranchit du côté 1 épisode/1 guest pour trouver un meilleur rythme et une continuité mieux exploité. Tous les personnages sont attachants et un peu relou pile comme il faut pour rester. Une vraie petite pépite qui n’aura pas de saison 2, mais ce n’est pas grave, la saison raconte déjà une histoire en entier. On ne saura donc jamais si il faut dire « dommage ! » ou « tant mieux ! », mais rien de bien grave !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 2 jours par Crys.
    #170096
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2826

    Étant un grand fan de Shaman King (d’où mon image de profil), j’ai regardé l’adaptation animée de 2021 (20 ans après la première adaptation).

    Bilan : je suis mi-content mi-déçu. C’est trop rapide, trop rushé à mon goût. 52 épisodes pour adapter 33/34 tomes, soit un tome adapté en un épisode et demi. Même si pendant un moment, ça ne m’avait pas dérangé plus que ça jusqu’au dernier arc, c’est flagrant pour celui-ci.

    Le côté rushé du dernier arc s’expliquait dans le manga par le fait que l’auteur a été autorisé à conclure son manga en un nombre limité de chapitres et de pages, l’obligeant à n’aller qu’à l’essentiel. Cela aurait bien que l’adaptation en profite pour allonger les combats, rajouter de la tension et en profiter pour approfondir et développer les personnages qui n’avaient pas pu bénéficier d’un développement par l’auteur dans le manga d’origine.

    Donc, en bref : j’étais content de pouvoir revoir ce manga qui m’a temps marqué mais je trouve que c’est du gâchis de ne pas avoir profité de l’occasion pour pallier aux défauts du matériau de base.

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #170432
    Schrö-dinger
    • Éplucheur de Patates
    • Posts : 7

    3 séries vues dernièrement, toutes très différentes les unes des autres, que je vous recommande :

    Severance, dispo sur Apple TV+, avec Ben Stiller à la réalisation et au casting : Adam Scott (Parks & Recreation, The Good Place), Patricia Arquette, Christopher Walken. C’est une série dystopique qui traite d’une entreprise procédant à la dissociation (severance en anglais), qui permet de séparer souvenirs personnels et souvenirs professionnels chez un employé. En commençant sa journée, un employé devient donc le « soi professionnel » avec aucun souvenir de qui il est en dehors. Et l’on suit comme cela des employés de cette mystérieuse entreprise. Le principe est intéressant, intriguant, et assez vite terrifiant. L’histoire est très bien menée, les personnages bien écrits et il y a régulièrement de très beaux plans. Il y a 9 épisodes, et à la fin de la saison on a très hâte que la deuxième arrive rapidement.

    Oussekine, dispo sur Disney+. Adaptée d’une histoire vraie, la série raconte un cas de violence policière en France : Malik Oussekine tué par des policiers en 1986 dans un contexte de manifestations contre un projet de réforme universitaire, puis le combat de la famille pour que justice se fasse. C’est touchant et révoltant. Je ne connaissais pas cette affaire et la série m’a beaucoup touché. Les acteurs sont très bons et la reconstitution de l’époque m’a semblé très crédible.

    Pour finir, This is going to hurt, dispo sur Canal+. Une série british avec Ben Whishaw (Cloud Atlas, London Spy) dans le rôle d’un jeune chef de clinique obstétricien. Avec un humour très acerbe / grincant, à la manière de Fleabag, la série dénonce le délabrement de l’hôpital public (les cliniques privées en prennent pour leur grade également) et le personnel, abandonné par l’Etat, par la hiérarchie, qui doit se débrouiller seul, avec des conséquences tragiques. C’est parfois graphique et impressionnant, mais c’est surtout très percutant et l’on ressort sonné de cette série. Cela m’a beaucoup fait penser à Hippocrate et j’ai trouvé cette mini-série tout aussi qualitative. Le titre est prophétique, si vous vous lancez dans cette série (ce que je vous conseille de faire malgré tout) soyez préparés, cela va faire mal.

    #170587
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    Bonjour,

    je viens de commencer The Pentaverate, de et avec Mike Myers. C’est une série très courte sur Netflix.

    Résumé (Allociné) : Et si une société secrète de cinq hommes s’efforçait d’influencer les événements mondiaux pour le bien de tous depuis la peste noire de 1347 ? Au début de cette nouvelle série, un journaliste canadien improbable se retrouve embarqué dans une mission visant à découvrir la vérité et peut-être même à sauver le monde. Rappelez-vous, le Pentaverate ne doit jamais être exposé !

    C’est drôle et ça fait mouche, et si vous avez aimé Austin Powers, vous aimerez cette série. Mike Myers y joue de nombreux rôles et c’est bluffant. ça parodie les sociétés secrètes en retournant le concept vers une secte « bienveillante ». Par contre, faut être au taquet parce que certaines blagues sont très tournées vers la pop-culture donc, on peut passer à côté (exemple Key and Peele).

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

23 sujets de 451 à 473 (sur un total de 473)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.