Vos derniers films

  • Ce sujet contient 858 réponses, 74 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Nymphadora, le il y a 3 jours et 14 heures.
30 sujets de 721 à 750 (sur un total de 859)
  • Auteur
    Messages
  • #188433
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7817

    J’ai vu The Fabelmans, et c’était charmant. Une jolie déclaration d’amour à sa famille, et surtout à sa maman, de Spielberg. Michelle Williams est formidable dans ce rôle d’artiste à qui l’on a brulé les ailes, fantasque et malheureuse. Paul Dano, en face, est toujours aussi émouvant. Rien que pour ces deux là, le film sort du lot. On pourra y trouver des longueurs, un côté un peu tire-larme… mais c’est quand même très charmant, très tendre, et j’ai bien apprécié.

    ~~ Always ~~

    #188516
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9826

    La Syndicaliste de Jean-Paul Salomé (j’ai regardé sa filmographie, je crois que je n’ai rien vu à part Restons groupés il y a bien longtemps dont j’ai un souvenir de plaisir coupable)

    En 2011, Maureen Kearney (Isabelle Huppert, fantomatique, sans doute pour que son apparence colle mieux à l’âge du personnage ?) est déléguée CFDT chez Areva. Proche de la PDG qui va bientôt se faire débarquer (l’élection présidentielle est au coin de la rue), elle s’entend mal avec le PDG suivant, surtout quand elle apprend qu’un accord entre EDF et son homologue chinois risque d’avoir des conséquences néfastes pour Areva et ses salariés. Alors, elle tente de se faire entendre mais le milieu des affaires et de la politique est assez pourri.

    Film forcément « tiré d’une histoire vraie », ça parait plan-plan mais en fait c’est coupé en deux parties vraiment distinctes. Le film a clairement un parti-pris pro Maureen Kearney (Huppert est quasiment de tous les plans) même si, par moments… C’est plutôt bien fait, le thème est intéressant, il y a plein d’acteurs qui sont bons, mais d’un autre côté chaque partie est bien balisée. Voilà, ça remplit son contrat. Mais plus de 2 heures, c’est un peu long

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #188604
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9826

    The Son de Florian Zeller, adapté de sa pièce (oui, comme The Father)

    A New York, Peter (Hugh Jackman) est un juriste friqué. Il vit avec Beth (Vanessa Kirby) et ils ont un bébé de quelques mois. Son ex femme (Laura Dern) vit avec leur fils Nicholas (Zen McGrath) 17 ans. Or Nicholas va mal et Peter le prend chez lui.

    Je m’étonne d’avoir mis The Father si haut dans mon top. Là, c’est quand même moins ambigu, et beaucoup plus long (on dépasse les deux heures). Les acteurs et actrices sont au top, le reste se tient bien sans être fabuleux (c’est un peu longuet même si la fin est assez enlevée).

    Spoiler:
    On voit bien un fusil de Tchekhov (hyper symbolique en plus), c’est un poil dommage

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #188875
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9826

    Mon crime du très prolifique François Ozon, adapté d’une pièce de théâtre des années 1930

    Deux jeunes femmes vivent dans un appartement misérable parisien : l’une est actrice sans rôle et l’autre est jeune avocate. Or il se trouve que l’actrice a dû quitter le logement d’un producteur qui voulait lui « proposer un rôle » et qui a été tué par balle. Est-elle suspecte ? Coupable ? Est-ce qu’il y a moyen d’en profiter

    Là, on est dans le Ozon « populaire » (pas comme Peter von Kamp, son précédent). Lever de rideau au début pour bien qu’on comprenne que tout ça, c’est du théâtre. Ca cabotine énormément (peut-être comme la pièce d’origine, je n’en sais rien) et faut dire qu’on peut jouer au who’s who tellement il y a de têtes (plus ou moins talentueuses) qu’on reconnait. Honnêtement, c’est du bon divertissement (notamment les costumes et les décors), on ne s’ennuie pas vraiment mais c’est assez balisé et… vain ?

    Ca fait deux Huppert en dix jours, toujours avec un visage blafard et des lèvres ultra rouges.. mais là on a un côté Cruella en plus. L’adaptation de la pièce à 2023 pour le côté féministe (ou pas d’ailleurs car ce n’est pas si clair) me laisse assez perplexe. Un petit Ozon pour moi.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #189111
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9826

    Très content de toutes les récompenses aux Oscar pour Everything, everywhere, all at once qui le mérite tellement

    Empire of light de Sam Mendes

    Début des années 1980 dans une petite ville balnéaire de l’Angleterre (non, pas Broadchurch), Hilary (Olivia Colman) travaille au cinéma de bord de mer Empire, géré par Colin Firth. Elle travaille à l’accueil avec d’autres employés. Arrive un jour Stephen (Micheal Ward) qui débute dans le métier

    C’est un film un peu étrange, qui prend beaucoup son temps au début pour poser ses personnages. J’ai trouvé ça un peu « oui enfin mais bon, si on avançait), mais je reconnais qu’il y a plein de personnages secondaires chouettes : le projectionniste (Toby Jones), d’autres employés (Tom Brooke et Hannah Onslow). Certains éléments importants de l’intrigue ne sont pas révélés dans la bande-annonce, c’est audacieux et ça fait une jolie surprise. Globalement le derniers tiers est plus intéressant. Le cinéma a un grand rôle là dedans (surtout symbolique) mais n’imaginez pas que ce soit le coeur du film, c’est plutôt un cadre. Néanmoins, je pense que si on travaille dans le milieu du cinéma, cet aspect prime (tout le côté pellicule, projection etc). Pourtant, il y a des personnages, et un cadre bien précis (l’Angleterre des années Thatcher) qui donne une scène merveilleusement réalisée. Plutôt pas mal, mais j’aurais aimé davantage aimer.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #189116
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9826

    Si vous aimez le cinéma ou Bong Joon-ho, vous pouvez passer une demi-heure en sa compagnie, c’est assez merveilleux

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #189117
    O’Cahan
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 769

    Oui ! J’ai aussi apprécié cette vidéo (la seule série que je regarde provenant de ce média…). Je suis ravie qu’il ait adoré Heureux comme Lazzaro.

    please mind the gap between your brain and the platform

    #189120
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9826

    Il est bluffant (je ne m’attendais pas à retrouver la filmo d’Alain Guiraudie !!), passionné et passionnant tout en étant humble et accessible. Un modèle

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #189131
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7817

    Empire of light de Sam Mendes
    (…) Pourtant, il y a des personnages, et un cadre bien précis (l’Angleterre des années Thatcher) qui donne une scène merveilleusement réalisée. Plutôt pas mal, mais j’aurais aimé davantage aimer.

    Je te rejoins pas mal sur Empire of light : une très belle réalisation, de très bons acteurs, une grosse surprise par rapport à la bande-annonce (je m’attendais globalement à un film sur la puissance du cinéma tout ça tout, et en fait le cinéma n’est qu’un décor pour un film qui raconte tout autre chose), un film qui décolle vraiment dans sa deuxième moitié… Mais pas un coup de cœur quand même, j’aurais voulu être plus embarquée.

    Je serais en revanche plus gentille que toi avec Mon crime de Ozon qui m’a fait rire, et dont j’ai beaucoup aimé le côté théâtral. C’est acidulé dans les décors et costumes, drôle, fun (Huppert notamment m’a fait bien rire^^), ça joue avec notre actualité avec second degré. Pas un chef d’œuvre, mais j’en suis ressortie avec la banane.

    Possible aussi que ma banane ait été boostée par contraste avec le film que j’avais vu juste avant… Women Talking de Sarah Polley qui est un poil plombant ^^ C’est un film qui aurait probablement mérité plus de presse vu son sujet : suite à une série d’agressions, dans une communauté religieuse américaine, un groupe de femmes discutent de ce qu’elles doivent faire : partir, rester et continuer, rester et confronter leurs violeurs. Elles n’ont pas les mots pour nommer le patriarcat, mais le définissent petit à petit, et disent la violence, le traumatisme qu’elles vivent toutes différemment, leur peur, leur rapport aux hommes, et à leurs fils, la contradiction avec leur foi, le besoin de pardon (et je tiens à saluer le traitement très œcuménique qui est fait de la thématique, parce que partant d’une communauté ultra religieuse, réussir à rendre le propos universel est un exercice pas facile et très bien mené), le besoin d’être libérées et écoutées… Certaines scènes sont très très belles, notamment parce que c’est porté par d’excellentes actrices (Claire Foy est magistrale dans son rôle notamment). C’est loin d’être exempt de maladresses : il y a un côté très scolaire et peu naturel qui ressort, la volonté pédagogique fait qu’on se dit « nan mais jamais de la vie ce petit théâtre ne s’exprimerait de cette manière », on est un peu dans l’exercice de style très théorique. Mais bon, du coup ça mérite quand même d’être vu. C’est dur, mais avec des réflexions importantes.

    Et enfin j’ai vu Emily de Frances O’Connor et j’en suis ressortie passablement agacée. On connaît peu de choses de la vie d’Emily Brontë, mais le propos du film, au delà de nous montrer des gens qui pleurent en corset dans la campagne anglaise (ça d’habitude j’achète, c’est plutôt ma came) détourne le peu de choses qu’on sait pour nous coller : une rivalité jalouse entre Charlotte et Emily (la blonde, la brune, elles se déchirent, la brune est libre, la blonde est pudibonde, outrée et jalouse par l’histoire scandaleuse qu’a écrite sa sœur… pauvre Charlotte Brontë ! yuk !) , une romance nulle et surtout une relation ultra malaisante et incestueuse. Emily Brontë mérite mieux ! Et Emma Mackey, qui l’interprète mérite mieux aussi d’ailleurs !

    ~~ Always ~~

    #189140
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 445

    J’ai du retard j’ai du retard MAIS j’ai enfin vu :

    Revoir Paris d’Alice Winocour Mia (Virginie Efira) survit à un attentat dans une brasserie et tente de se rappeler ce qu’il s’est passé. Il y a de très bons moments dans ce film, peuplé de fantômes, réels ou pas, de personnages en quête ou qui se trompent. Et une communauté étrange de rescapés pour qui tout a changé et qui se sentent étrangers par rapport à la ville, leur vie, leur famille. Le film se tient très bien mais j’émets un léger bémol : je trouve qu’un axe important fait un peu remplissage

    J’ai beaucoup aimé, Virginie Efira et Benoit Magimel très touchants, le film ne cherche pas à exploiter l’horreur des attentats mais en parle intelligemment je trouve, sans trop en faire. Le bémol mentionné par Gray ne m’a pas gêné pour le coup. C’est un très beau film.

    Saint Omer d’Alice Diop, qui a reçu plein de prix (Louis Delluc, ou à Venise) et représentera la France aux Oscar Laurence Coly, est jugée aux assises de Saint Omer car elle a abandonné son bébé de 15 mois sur la plage de Berck-sur-mer. Le film puise son inspiration dans l’affaire Fabienne Kabou qui a tué son bébé en 2013 et a été condamnée. En parallèle, Rana, proffe et autrice, suit le procès. Film de procès sur un sujet qui peut être passionnant. Mais je suis passé complètement à côté. Les sorties du tribunal ne sont pas bien intéressantes, le lien avec Rana me parait ténu (faut l’imaginer, disons) et il y a plein de trucs qui sont bien nébuleuses et surtout mal amenées. Et en plus, ça dure plus de 2 heures. Bref, sans moi

    Sans Gray mais avec moi Pas un énorme coup de cœur mais j’ai bien aimé, j’ai trouvé les actrices très bonnes, l’affaire est dérangeante mais forcément suscite la curiosité, j’ai eu l’impression que le film cherchait à coller à la réalité et les ajouts fictionnels sur la romancière ne m’ont pas dérangé.

    L’innocent de Louis Garrel. Abel (Louis Garrel) voit sa mère (Anouck Grinberg), qui donne des cours de théâtre en prison, se marier avec Michel (Roschdy Zem… ENCORE !), un prisonnier (et apparemment ce n’est pas le premier). Il est mif-mouf à cette idée mais doit faire avec Longtemps, Louis Garrel m’a donné des boutons, mais au vu des critiques et du thème, j’ai tenté. Il faut savoir que la mère de Louis Garrel a vraiment épousé un prisonnier (est-ce qu’engager un psy c’est pas mieux qu’en faire un long métrage ? Peut-être). La première moitié est pas désagréable mais un peu poussive/balisée. La deuxième moitié est plus enlevée, vu qu’on part dans une autre direction, mais ça doit beaucoup au personnage de Noémie Merlant qui tire le tout vers le haut. Plus généralement, les scènes de théâtre sont vraiment très bonnes. Au final, je reste perplexe sur le classement en « comédie » car ce n’est pas tout le temps ça. Et je mettrai un classement en « pas mal » (mais rien d’indispensable à voir) ce qui est moins pire que ce à quoi je m’attendais.

    Là aussi cela m’a bien plu, Noémie Merlant est vraiment très bonne et je suis content pour son César. Si je devais retenir une seule scène ce serait celle du restaurant qui est vraiment formidable. (Bon et pour le coup j’ai toujours aimé Louis Garrel alors je n’ai pas eu trop besoin d’être convaincu).

    Tár, de Todd Field : Une Cate Blanchett magistrale, pour une réflexion autour du harcèlement et de cancel culture en nous mettant face à une femme harceleuse et misogyne, sans prendre son spectateur pour un neuneu, sans donner de clef surlignée. J’ai plutôt aimé, mais je regrette le rythme un peu étrange (la première demi-heure est terriblement prétentieuse et heureusement que le film pivote parce que j’aurais pas tenu sinon xD) et je regrette certains choix narratifs qui affaiblissent le film je trouve.

    On continue avec Noémie Merlant, puisqu’elle joue ici l’assistante de Lydia Tár, jouée par Cate Blanchett. Cette dernière est effectivement très bonne dans le rôle, mais je crois que c’est à peu près tout ce qui m’a plu. J’ai plutôt aimé le début moi et j’ai finalement un peu lâché, je ne comprends pas vraiment le propos du film, je ne sais pas quels sont les messages, il ne se passe pas grand chose, et on s’ennuie pas mal, cela dure quand même 2h38 … Je ne recommande pas.

    Sinon j’ai vu un petit film pas très très connu qui s’appelle La Mélodie du bonheur aka The Sound of Music de Robert Wise avec Julie Andrews. Et bah j’ai adoré, j’ai trouvé ce film vraiment charmant. C’est cliché mais j’ai passé un très bon moment, les chansons sont assez formidables (et j’ai beaucoup ri en découvrant dans le film My favorite things, qu’Ariana Grande reprendra bien des années plus tard dans 7 rings, je ne savais pas que c’était une reprise). Cela dure 2h54 mais pour le coup je n’ai vraiment pas vu le temps passer.

    Et pour des avis un peu moins positifs :

    Mascarade de Nicolas Bedos. Je n’avais déjà pas trop aimé La belle époque, qui a pourtant été bien reçu par les critiques et le public, là c’est encore pire. L’histoire est vue et revue, mais sans les surprises que l’on peut attendre avec le genre (les escrocs qui se perdent dans leurs escroqueries) les acteurs et actrices pas vraiment bons (dommage parce que le casting est intéressant pourtant, et individuellement ils ont déjà fait bien mieux) et un propos pas intéressant.

    Beau Travail de Claire Denis. Je suis déçu d’être passé à côté car sur le papier cela m’intéressait beaucoup, une histoire de Légionnaires avec un travail sur l’esthétique des corps de ces hommes sur-entraînés. Malheureusement il ne se passe vraiment pas grand chose et l’ambiance est très bizarre. Il faudrait que je le revois car la fin est très très forte.

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #189152
    Obsidienne
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1019

    …Sinon j’ai vu un petit film pas très très connu qui s’appelle La Mélodie du bonheur aka The Sound of Music de Robert Wise avec Julie Andrews. Et bah j’ai adoré, j’ai trouvé ce film vraiment charmant. C’est cliché mais j’ai passé un très bon moment, les chansons sont assez formidables (et j’ai beaucoup ri en découvrant dans le film My favorite things, qu’Ariana Grande reprendra bien des années plus tard dans 7 rings, je ne savais pas que c’était une reprise). Cela dure 2h54 mais pour le coup je n’ai vraiment pas vu le temps passer.

    Pour les cinéphiles .
    Savez-vous que ce film est la reprise de deux films allemands de la fin des années 50 La Famille Trapp et  » La Famille Trapp en Amérique « ?
    Tous deux sont l’adaptation de la vie de la véritable Maria Augusta von Trapp

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 11 mois et 2 semaines par Obsidienne.

    "Vé ! " (Frédéric Mistral, 1830-1914)
    " Ouinshinshoin, ouinshinshishoin " ( Donald Duck, 1934)

    #189168
    Lapin rouge
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3968

    Vu aussi Mon crime, et je suis sur la même ligne que Nympha : pas le film du siècle (sans doute pas même celui de l’année), mais ça se laisse regarder sans déplaisir. Le casting est assez improbable (Isabelle Huppert et Danny Boon dans le même film, il fallait oser, Ozon [uh uh !]). Le discours féministe est assené à la truelle, mais on peut passer outre et se contenter des numéros d’acteurs qui défilent. Mention spéciale à Huppert en version Cruella (elle manque même de bousculer un dalmatien dans la rue… hasard ?) et à André Dussollier.

    Sinon j’ai vu un petit film pas très très connu qui s’appelle La Mélodie du bonheur aka The Sound of Music de Robert Wise avec Julie Andrews.

    En général, j’aime beaucoup les comédies musicales US des années 50-60 (Chantons sous la pluie, West Side Story), mais La Mélodie du bonheur n’a pas fonctionné pour moi : chansons trop fades, et le kitsch de l’Autriche en mode dirndl – chocolat viennois – yodel, c’est pas mon truc. Si on ajoute la vision d’une Autriche quasiment unanime dans son rejet de l’Anschluss, ça a fini de me convaincre que ce film n’était pas pour moi.

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #189342
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9826

    Disons que ça devait entrer dans le discours de l’époque « Autriche, première victime du nazisme » ce qui… peut se discuter

    J’ai vu The Fabelmans, et c’était charmant. Une jolie déclaration d’amour à sa famille, et surtout à sa maman, de Spielberg. Michelle Williams est formidable dans ce rôle d’artiste à qui l’on a brulé les ailes, fantasque et malheureuse. Paul Dano, en face, est toujours aussi émouvant. Rien que pour ces deux là, le film sort du lot. On pourra y trouver des longueurs, un côté un peu tire-larme… mais c’est quand même très charmant, très tendre, et j’ai bien apprécié.

    Vu aussi The Fabelmans de Spielberg, cinéaste qui m’intéresse moins ces temps ci (mes deux derniers, c’était Tintin et Ready player one). Tout le monde en disait tellement de bien (et y a pas grand chose au ciné) que j’ai accepté alors que la durée ne m’incite pas vraiment à y aller (et pourtant en ce moment, c’est quasi une durée standard, pfff). Ca boucle le triptyque « films sur le cinéma » avec Empire of Light et Babylon. Donc autobiographie du jeune Spielberg et comment il est arrivé dans le monde du cinéma. Honnêtement pas beaucoup de défauts, tout tombe juste et est bien fait même si je n’ai pas vraiment été emporté. Il y a de supers idées, des scènes émouvantes, d’autres drôles, d’autres un peu longues (le film de lycée, bof), beaucoup très bien écrites (toute une partie sans paroles où on comprend des choses). Pour les gens de ce forum, on y croise aussi une idée très GRRMesque dans le fait que l’écrivain/le monteur est celui qui décide quelle sera l’histoire, qui en seront les héros, bref qu’il a un grand pouvoir (même après avoir filmé) même s’il n’apparaît pas à l’écran. Plutôt un joli voyage, qui a une énergie qui rappelle un peu Licorice Pizza, mais pas un chef d’oeuvre pour moi

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #189449
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 445

    Knock at the Cabin de M. Night Shyamalan. Rien ne va dans ce film : la réalisation est médiocre (on nous sort des gros plans dégueu sur les visages des acteurs c’est risible), on nous fourre des flashbacks à la truelle qui ne marchent pas du tout, et surtout le scénario ne sait pas ce qu’il raconte ! Avec un angle intéressant, cette histoire de famille prise en otage par des gens bizarres qui leur demande de tuer l’un des leurs pour éviter l’apocalypse, ça aurait pu être cool… mais là les personnages sont complètement neuneus, avec des non-réactions complètement débiles. Et si il aurait pu être intéressant de jouer sur l’ambiguïté et le mystère de « qui a raison ? » Shyamalan nous sert une soupe maladroite, avec des moments interminables (et complètement cons, je le re-répète xD mais vraiment je me suis demandée à quel point le film nous prenait pour des abrutis ou si c’est le scénariste qui est juste con comme une chaise…)

    Vu aussi et je suis plutôt d’accord avec Nympha, je dois avouer ne pas y avoir trouvé un grand intérêt … Heureusement cela ne dure « que » 1h45.

    Bon sinon j’ai vu The Whale de Darren Aronofsky , l’histoire d’un homme obèse, joué par Brendan Fraser, professeur d’anglais, qui vit reclus chez lui, et va voir réapparaître dans sa vie sa fille adolescente (et INSUPPORTABLE), jouée par Sadie Sinks.

    Je ne sais que trop penser de ce film, j’ai ressenti un assez fort malaise en le regardant, le regard du réalisateur sur son acteur principal et sur son personnage est dérangeant, on se demande s’il filme un être humain ou bien un animal / un monstre, cela pose question. Les autres personnages sont pour la plupart tous détestables, la championne en chef étant le personnage de Sadie Sinks, POURQUOI tant de méchanceté et cruauté ? C’était insupportable à regarder. Alors oui il y a la performance de Fraser mais honnêtement cela n’a pas suffi à me faire apprécier le film

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #189450
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7817

    De mon côté j’ai vu Et l’amour dans tout ça ?, une comédie romantique de Shekhar Kapur avec Lily James.
    Zoe, réalisatrice de documentaire, suit son ami d’enfance Kaz dans sa décision de faire appel à un mariage arrangé. C’est très mignon, drôle, multiculturel et bienveillant, le casting est charmant, la romance est finalement assez légère dans ce petit bonbon. Ca coche tout ce que j’aime dans les mignonne comédies romantiques britanniques ^^

    ~~ Always ~~

    #189463
    DJC
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 437

    Ma première chronique ! huhu

    Vu aussi The Fabelmans de Spielberg, j’ai bien aimé la manière de filmer (notamment la toute fin huhu) et comment il raconte une histoire proche de la sienne, vu que c’est semi-autobiographique d’après mes recherches.

    Du coup parmi toute l’histoire et ce qui m’a marqué, il refilme ses premiers courts-métrages, on voit la manière dont il s’y prend avec les acteurs les mises en scène etc, et il garde les lacunes (scenario, acting) mais aussi certains points forts ou innovants (actions, angles), on voit la réaction des proches lors des projections etc.. on peut voir Escape to Nowhere, un des courts métrages montrés, dans sa version originale ici : https://www.youtube.com/watch?v=pI3431fetiM

    Son rapport à sa mère est intéressant, les persos secondaires sont géniaux (alors que les principaux sont excellents), y’a un peu des longueurs au lycée notamment mais globalement j’aime bcp, y’a un effet nostalgie aussi pour la quadra que je suis (qu’on ne retrouve pas forcément dans d’autres films sur le cinéma, comme Babylon ou Ed Wood).

    Je suis pas super client de Spielberg en temps normal, à part ses plans séquences, mais là j’avoue qu’il marque un point, et je reverrai ce film avec plaisir dans quelques années.

    #189632
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9826

    The Lost King de Stephen Frears (qui a réalisé des films que j’aime beaucoup : Héros malgré lui, The Queen etc)

    Dans les années 2010, Philippa Langley qui a des soucis dans sa vie pro, perso (etc) s’entiche de la personnalité de Richard III. Historienne amateur, elle va s’intéresser énormément à ce qu’il est devenu, et notamment où il pourrait être enterré.

    « Tiré d’une histoire vraie » (si vous me connaissez, vous savez que je déteste cette tournure qui ne veut pas dire grand chose), à savoir le livre de Philippa Langley. De ce que j’ai pu voir, l’université de Leicester n’a pas la même lecture des événements (tu. m’étonnes.) et le film appuie beaucoup sur « la passionnée qui s’oppose aux savants qui ne voient rien et la méprisent »

    Il y a un petit côté fantasque, voire onirique qui est assez déroutant dans ce film. Il est difficile de ne pas penser à Looking for Richard d’Al Pacino qui se tournait plus vers le côté théâtral (Shakespeare) du personnage. Que sait-on vraiment de quelqu’un qui a vécu il y a 500 ans ? Surtout quand la source principale qui illumine tout, c’est l’oeuvre d’un génie du théâtre… génie qui bossait pour la dynastie suivante et cette dernière n’avait aucun intérêt à brosser un portrait flatteur des Plantagenet. Très martinien comme thème encore, maudits bardes! ^^ J’ai plein de réserves sur la « vérité » de l’histoire, mais au final, le film passe bien.

    Sally Hawkins (horripilante de sourires dans Be Happy de Mike Leigh il y a 15 ans) est impeccable en Philippa même si son rôle est assez lourd. Steve Coogan joue à merveille son mari/ex-mari/c’est compliqué.

    Très drôle de retrouver Mark Addy en universitaire cherchant à réhabiliter (plus ou moins) un roi devenu « usurpateur » pour la famille royale britannique. Ledit roi étant personnifié par Harry Lloyd, ce qui fait un joli combo gameofthronesque !

     

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #189815
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7817

    J’ai également vu The Lost King de Stephen Frears. Une charmante histoire, qui porte cette qualité des comédies britanniques que seuls les anglais sont capables de faire : regarder avec tendresse, sans méchanceté, sans fiel, sans se moquer, un personnage farfelu qu’on suit dans ses marottes. Ici, donc, comme le décrit Gray, Philippa qui se met en tête de trouver Richard. Le roi. C’est agréable comme un scone bien beurré avec une tasse de thé ^^ Et mention spéciale pour ma part à Harry Lloyd dans le rôle de Richard III, qui a dû tellement se marrer dans ce rôle un poil absurde et très choupi.

    J’ai vu aussi Bonne conduite de Jonathan Barré, avec Laure Calamy et des compères de Barré du Palmashow : Grégoire Ludig et David Marsais. C’était complètement con et drôle. A voir au millième degré évidemment, et je me suis bien marrée.

    Et sinon The Pale Blue Eye, de Scott Cooper sur Netflix, avec Christian Bale, et Harry Melling (aka Dudley qui a bien grandi). Une enquête mystérieuse, où notre détective sera aidé d’Edgar Allan Poe. En terme d’ambiance et de photographie c’est top, mais bon il y a un soucis de rythme qui rend le film assez mif-mouf. Ca se regarde mais il manque un petit truc pour en faire un bon film.

    ~~ Always ~~

    #189829
    DJC
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 437

    J’ai vu Je verrai toujours vos visages , film français, réalisé par Jeanne Herry et portant sur la justice restaurative, un nouveau dispositif (en France en tout cas) portant sur la médiation pour favoriser des rencontres consenties entre victimes et détenus, on suit pour cela une victime qui souhaite reparler à son agresseur, et un groupe de 3 victimes sans lien qui rencontrent 3 détenus, avec en fil rouge l’envers du décor des gens qui font le métier peu connu de CPIP (Conseiller Pénitentiaire d’Insertion et de Probation) au sein du Ministère de la Justice, en charge notamment du suivi des détenus et de la prévention de la récidive, par des dispositifs comme la justice restaurative.

    Le film est servi par une réalisation épurée pouvant donner parfois la sensation de reportage, et un florilège de « bons acteurs français », qui n’en demeurent pas moins touchants à un moment donné (quel que soit leur rôle : victime ou détenu).

    Je ne veux pas trop spoiler sur les histoires, j’ai été assez touché par la mise à l’écran de ce dispositif que je connais déjà via une personne proche (qui le met en place dans son département avec des CPIP, et qui se trouve avoir été également victime avec traumas++ par ailleurs). Mais je conseille au maximum de gens d’aller voir ce film, qui est assez différent de ce qui se fait, qui remue pas mal, qui questionne beaucoup, sans trop donner l’impression de vouloir verser dans le tire-larme ni dans la musique de fond « drama » comme dans beaucoup d’oeuvres.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 11 mois par R.Graymarch. Raison: + réal
    #190134
    Pandémie
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2799

    Deux films qui ne demandent pas de connecter ses neurones mais qui le font bien.

    Le 1er, John Wick 4. Si comme moi vous n’avez vu que le 1, faites-vous  résumer (ca ira vite) les épisodes 2 et 3. Même si le scénario est minimal, Wick est pas content et veut se venger de la Table (encore un qui s’est faché avec les montages de meubles IKEA) c’est clairement une suite et pas un stand-alone. Keanu Reeves et Chad Stahelski font des films d’action ensemble depuis Matrix et ont élevé la castagne à un très haut niveau. Il y a entre autres un plan-séquence incroyable où la caméra se met en vu due dessus dans un immeuble… Ca envoie du lourd. Niveau réalisation, cela oscille entre le classe et le too much. Couleurs flashy pour les décors et du blanc et noir de chez blanc et noir pour les costumes en kevlar qui font rebondir les balles et protègent de 10m de chutes et de chocs contre les voitures. Le film évite de se prendre au sérieux mais je vole pas très haut à l’image de l’intro sur des chevaux dans le désert. Les seconds rôles, des visages connus du genre, sont parfaits, à l’exception d’un Bill Skargard pas du tout crédible en marquis français, du moins en VO. Mais ça fait le job, 2h36 d’action aux hormones (bon, j’aurais enlevé 20 minutes avant le final).

    Et le second, Donjons et Dragons, l’honneur des voleurs. Je m’y suis fait trainer et je n’en attendais rien. Ben il sauve l’honneur (hu hu). C’est une comédie assez marrante, avec une bande de repris de justice attachants et un peu cons-cons, un peu style Gardiens de la Galaxie, la bo 80’s en moins. Cest une bonne idée pour éviter les clichés lourdindues et en rire (René-Jean Page en paladin, heureuse idée…), si on aime l’humour un peu potache. Gros hic pour les amateurs du jeu de rôle papier ou des jeux type Baldur ou Neverwinter, ça n’a que très peu de rapport avec si ce n’est quelques noms, lieux, races, etc. et quelques  rares easter eggs. Ca aurait pu se passer n’importe où.

    Je pense que John Wick mérite davantage le grand écran que le second, qui se regardera très bien une morne soirée d’hiver sur un écran de salon.

    Et j’ai aussi vu Je verrai toujours vos visages. En terme d’action, ça bouge beaucoup moins (presque tout se passe autour d’une table). Mais j’avoue, j’ai chialé. Ca explique bien la justice restaurative sans être trop professoral en plus, et les acteurs actrices sont top.

    #190145
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7817

    J’ai vu plusieurs films ce week-end ^^ Petit retour ciné dans l’ordre d’appréciation ^^

    Sur les chemins noirs, réalisé par Denis Imbert avec Jean Dujardin. J’y suis allée parce que mes parents me l’ont conseillé « pour les beaux paysages ». Alors oui, il y a des beaux paysages… Mais j’ai trouvé le message un poil nauséabond. Cette glorification de l’égo-trip narcissique, ça m’a foncièrement dérangée. Sylvain Tesson (le personnage est renommé dans le film mais bon c’est adapté de son bouquin autobiographique ^^) marche pour se reconstruire… en soit pourquoi pas, mais c’est pas mon kiff de suivre un pauvre type qui se met très clairement en danger (et donc met possiblement plein de sauveteurs en danger, et ses proches en stress pour sa pomme) sur des « chemins non tracés »… figurez vous que piétiner la nature pour la beauté de l’ego surdimensionné d’un écrivaillon pseudo-philosophe, ça m’énerve (vraiment ça a heurté mon petit cœur de randonneuse toutes ces scènes sur des non-chemins alors que tu as vraisemblablement des trucs très bien tracés 2 mètres à côté). Puis tout le discours de boomer « ouin ouin c’était mieux avant, je fuis donc je suis libre » m’a lassée très très vite. Franchement, c’est le spectateur qui devrait prendre la fuite.

    Les 3 mousquetaires, de Martin Bourboulon. J’ai passé un bon moment devant le film. Tout n’est pas parfait, loin de là (notamment certains dialogues tombent complètement à plat tellement ils sonnent faux, et la lisibilité des scènes de combats est pas ouf). Mais ça donne envie de voir la suite, et l’histoire des mousquetaires (en l’occurrence l’intrigue autour des ferrets de la reine) est toujours fun et efficace. Les acteurs sont enthousiastes, j’apprécie toujours François Civil et Romain Duris ou Eva Green dans un autre registre xD bref, divertissant.

    Super Mario, film d’animation de Aaron Horvath et Michael Jelenic. Je me suis beaucoup amusée devant le film. Il ne se prend absolument pas au sérieux, tout en étant d’une tendresse infinie envers les jeux Mario, un joli hommage de personnes qui aiment le matériau de base et s’amusent énormément avec. C’est fun et divertissant, j’en attendais pas tant.

    Je verrai toujours vos visages de Jeanne Herry. C’était bouleversant, magistral. Je me joins aux louanges de Pandémie (moi aussi j’ai pleuré ^^) et DJC. Vraiment un film à voir, qui nous restaure nous aussi un petit peu.

    ~~ Always ~~

    #190149
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 445

    Je verrai toujours vos visages de Jeanne Herry. C’était bouleversant, magistral. Je me joins aux louanges de Pandémie (moi aussi j’ai pleuré ^^) et DJC. Vraiment un film à voir, qui nous restaure nous aussi un petit peu.

    Ouiii tout pareil ! J’ai vraiment été emporté, c’est simple en apparence mais cela dit beaucoup, comme Pupille on a l’impression d’un documentaire. Une des forces est de nous faire croire à ces personnages, et pourtant au casting il y a du monde de connu mais très vite on oublie qui ils sont et on ne voit plus que leur rôle.

    Mini-HS : Si le sujet de la justice restaurative vous intéresse je vous conseille le podcast Passages – Réparer les vivants (Louie Media), c’est très proche du film, mais avec des témoignages cette fois et une autre thématique (violences conjuguales).

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #190167
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9826

    J’avais beaucoup aimé Pupille et en effet, Je verrai toujours vos visages de Jeanne Herry, c’est super bien

    Un aspect social (ici de la justice) que j’ignorais complètement, un film didactique mais pas pour autant « dossier », des interprètes connus mais qu’on arrive à oublier en effet, des personnages vraiment forts. J’ai bien aimé aussi la démarche d’alterner « le groupe » avec un destin individuel (extraordinaire Adèle Exarchopoulos). Si ce genre de films peut vous tenter, allez le voir, ça ne peut que vous toucher

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #190890
    Tizun Thane
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1266

    Et le second, Donjons et Dragons, l’honneur des voleurs. Je m’y suis fait trainer et je n’en attendais rien. Ben il sauve l’honneur (hu hu). C’est une comédie assez marrante, avec une bande de repris de justice attachants et un peu cons-cons, un peu style Gardiens de la Galaxie, la bo 80’s en moins. Cest une bonne idée pour éviter les clichés lourdindues et en rire (René-Jean Page en paladin, heureuse idée…), si on aime l’humour un peu potache. Gros hic pour les amateurs du jeu de rôle papier ou des jeux type Baldur ou Neverwinter, ça n’a que très peu de rapport avec si ce n’est quelques noms, lieux, races, etc. et quelques  rares easter eggs. Ca aurait pu se passer n’importe où.

    J’ai vu D&D le film, et je plussoie globablement. Film très divertissant et sympathique. J’ai trouvé qu’il respectait le lore des Royaumes Oubliés, et celui de D&D en général (notamment les sorts et les monstres, on était gâtés).

    Le paladin était absolument génial.

    Tous les amateurs de jdr peuvent le voir. Ca a l’ambiance d’une partie réussie.

    Pas le film de l’année, pas un film profond qui changera votre vision du monde, mais uniquement un film divertissant, ce qui est déjà pas si mal en ces temps qui sont les nôtres.

    #190950
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 445

    Je l’attendais avec impatience, j’ai vu Beau is afraid d’Ari Aster.

    Après une expérience assez mémorable en regardant Midsommar au cinéma, je ne pouvais pas louper la nouvelle sortie d’Aster.

    Le concept est simple en apparence, Beau (c’est Joaquin Phoenix) est terriblement angoissé, il vit une vie triste dans un appartement minable dans une ville qui ferait presque penser au Gotham du Joker de Todd Philipps (insécurité, pauvreté, …). Demain, il doit voyager pour retrouver sa mère pour son anniversaire (c’est également l’anniversaire de la mort de son père). Cela pourrait être simple, sauf que TOUT va mal se passer.

    Et bah c’est un sacré délire. Un cauchemar de 3 heures, où le personnage est confronté à ses pires angoisses (dans lesquelles on peut se reconnaître parfois), ça part dans tous les sens, c’est parfois grotesque, voire amusant car tellement excessif. Ce n’est pas parfait car il y a des longueurs et le côté très onirique de certains passages n’aident pas à rester éveillé mais dans l’ensemble c’est une sacré expérience de cinéma. Ari Aster montre à nouveau qu’il est un incontournable du cinéma, d’horreur mais pas que.

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #191210
    Schrö-dinger
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 445

    Je suis allé voir Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 de James Gunn et c’était vraiment très très bien. Je ne suis pas un très grand client de Marvel mais j’avais bien aimé les deux premiers volumes, pour l’humour et la bande originale principalement. J’y suis allé sans chercher à me rafraichir les idées sur ce qu’il se passait dans les films précédents, cela ne m’a pas empêché de profiter.

    Globalement j’ai tout aimé, les enjeux sont clairs, ça ne part pas dans tous les sens, il y a beaucoup d’actions et on ne s’ennuie pas, c’est souvent drôle, les personnages sont intéressants et attachants, il y a BEAUCOUP d’émotion, et puis la bande-originale est trop bien ! Que demander de plus ?

    Seul bémol les scènes post-crédits qui n’ont genre aucun intérêt ? Enfin surtout celle à la toute fin, c’est un peu dommage quand tu attends aussi longtemps.

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #191312
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 7817

    J’y allais sans rien attendre vu les dernier Marvel, et j’ai également beaucoup beaucoup aimé les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 !

    Globalement j’ai tout aimé, les enjeux sont clairs, ça ne part pas dans tous les sens, il y a beaucoup d’actions et on ne s’ennuie pas, c’est souvent drôle, les personnages sont intéressants et attachants, il y a BEAUCOUP d’émotion, et puis la bande-originale est trop bien ! Que demander de plus ?

    Tout pareil ^^ (et j’ai chouiné pendant tout le film, j’aurais pas cru xD)

    Sinon vu Donjons & Dragons, et je rejoins également les copains plus haut : c’est très divertissant et drôle. Pas le film de l’année, mais ça se prend pas au sérieux et ça se laisse voir.

    Enfin Suzume de Makoto Shinkai : je m’attendais à plus aimer. C’était sympa, ça se suivait tout seul, l’animation est charmante, mais il m’a manqué un truc en plus pour vraiment être émue par cette histoire.

    ~~ Always ~~

    #191323
    Liloo75
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3427

    Enfin Suzume de Makoto Shinkai : je m’attendais à plus aimer. C’était sympa, ça se suivait tout seul, l’animation est charmante, mais il m’a manqué un truc en plus pour vraiment être émue par cette histoire.

    J’ai vu Suzume également. J’ai bien aimé, même si j’ai eu un peu du mal avec cette histoire de mobilier 😉

    Du même réalisateur, j’ai préféré Your Name, sans hésitation. L’ambiance était plus sombre mais tellement plus émouvante.

    Je suis allée voir Misanthrope de Damian Szifrón ce week-end. C’est un thriller assez classique mais efficace. Le film se distingue par la psychologie des personnages, que j’ai trouvés très attachants.

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #191513
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9826

    Goutte d’or de Clément Cogitore

    Un trentenaire (Karim Leklou) est marabout (mage) à Paris vers la porte de la Chapelle.

    J’en ai entendu beaucoup de bien et je me suis un peu ennuyé je dois dire. Le film se passe surtout de nuit et ça se ressent. Le son est aussi assez bas et tout n’est pas ultra discernable. Quant à l’histoire, c’est… étrange (je ne spoile pas) entre les pratiques de charlatans, l’appui de la modernité, le partage des territoires (ou des ethnies) pour ce marché. Rien à redire du côté des acteurs (notamment Karim Leklou qu’on voit un peu partout récemment). Je ne sais pas si c’est que moi….

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #191529
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 9826

    Pas grand chose à ajouter sur Donjons et Dragons : L’Honneur des voleurs de John Francis Daley, Jonathan Goldstein (EDIT ah mais ce sont les scénaristes/réalisateurs de Game night !! Je comprends mieux. Tout à fait le même genre d’approche je trouve /EDIT).

    Vieux rôliste (coucou la boîte rouge) même si j’ai passé une très longue période sans jouer à Donjons et Dragons, je crois que j’ai raté les films des années 2000 (sans trop pleurnicher car ils ont une sale réputation quand même). Comme vous avez écrit plus haut, le film n’est pas génial mais il tient la route : c’est classique mais bien fait et en effet ça assume son côté « sympa, sans prétention ». Pas déshonorant, c’est toujours ça de pris ^^

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 9 mois et 2 semaines par R.Graymarch.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

30 sujets de 721 à 750 (sur un total de 859)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.