Vos dernières lectures

Ce sujet a 286 réponses, 64 participants et a été mis à jour par  DNDM, il y a 4 jours et 22 heures.

17 sujets de 271 à 287 (sur un total de 287)
  • Auteur
    Messages
  • #135564

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 6482

    Par curiosité envers ce que lisait une enfant, j’ai lu les 4 tomes d’Oniria de B. F. Parry (nom de plume d’une autrice française). A ne pas confondre avec un autre livre du même titre de Patrick Senecal.

    Oniria est une saga (terminée 2014-2016) en quatre tomes racontant l’histoire d’Eliott un collégien parisien de 12 ans qui vit avec son père, sa belle-mère, la mère de son père et ses deux petites demi-soeurs jumelles. Depuis six mois, son père est hospitalisé et reste dans un étrange coma. Eliott apprend bientôt que la nuit, il peut se rendre grâce à un sablier magique dans le monde des rêves… et qu’il pourrait aider son père à sortir de ce sommeil permanent.

    C’est une série de livres pour enfants/ados (300 à 450 pages par tome, tout de même) qui forcément n’a pas la profondeur de ce qu’on peut lire ailleurs pour une tranche d’âge plus élevée. N’empêche que l’univers est assez dense et qu’on en apprend un peu plus, petit à petit. C’est dur de ne pas voir le stratagème du tome 1 qui ajoute un peu artificiellement des étapes à une quête apparemment simple (« il faut aller voir Machin, mais on ne sait pas où il est. Il faut demander à Truc. Ah mais Truc est absent. Chose sait où il est mais il faut lui rendre un service etc »). C’est mieux tenu par la suite. Seule la fin me laisse un peu perplexe (un peu trop gentille à mon goût même si tout n’est pas rose). Les thèmes abordés sont bien écrits, comme le fait qu’il n’y a pas deux camps opposés bêtement, que des fois il faut (ou pas) s’allier avec des personnes avec qui on n’est pas d’accord, sur la privation de libertés « pour la sécurité de tous » etc.

    Si vous avez parmi votre entourage des personnes de 12-15 ans, ça pourrait peut-être leur plaire.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #135565

    DNDM
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1787

    L’amant (1984, prix Goncourt, prix Ritz-Paris-Hemingway), de Marguerite Duras.

    Autofiction écrite par l’autrice quand elle avait 70 ans, et dans laquelle elle raconte ses 15 ans (plus ou moins arrangés, j’en sais rien et je m’en tape un peu) en Indochine française, dans les années 30. On peut lire ça comme une histoire d’amour entre elle et son amant deux fois plus âgé (mais on sera alors déçu). On peut lire ça comme un récit d’émancipation d’une jeune fille étouffée entre une mère folle et un frère tyrannique (mais on sera déçu, et on aura l’impression de lire n’importe quel autre roman français). On peut lire ça comme une récit d’époque (mais on sera très déçu).

    C’est décousu, parfois excellent, parfois mouaisbof, ça part un peu dans tous les sens et on se demande souvent, à lire ça aujourd’hui, quoi en penser, quoi en tirer, comment le comprendre.

    Un classique qu’il fallait bien lire un jour. Il a le bon goût d’être très court. Franchement pas sûr qu’il soit indispensable.

    Des souris et des hommes (1937), de John Steinbeck (prix Nobel 1962).

    George et Lennie sont deux saisonniers qui errent de ranch en ranch dans la Californie des années 30. Lennie est un colosse simplet qui aime caresser les petits animaux et les jolis tissus, ne connait pas sa force, et qui fait ce que George lui dit de faire. Ils ont fui leur dernier emploi, parce que Lennie a sans le vouloir effrayé une fille dont il voulait toucher la robe. Ils arrivent dans un nouveau ranch. Il y a Candy, vieux manchot qui entend George et Lennie parler d’un lopin de terre, un bout de paradis sans patron ni contraintes, qu’ils vont acheter un jour. Il y a Curley, le fils du patron, boxeur amateur qui aime provoquer les plus grands que lui, et sa toute nouvelle femme qui tourne autour des saisonniers. Nous sommes déjà là au deuxième des six actes, en dire plus c’est déjà spoiler, lire la suite c’est déjà se spoiler.

    De Steinbeck, j’avais lu La Perle au collège, je ne m’attendais donc pas à quelque chose de très optimiste ou de très joyeux. La Perle et Des souris et des hommes racontent plus ou moins la même histoire, celle des rêves brisés et des espoirs déçus de petites gens qui ne demandent pas grand chose, mais même ça leur est inaccessible.

    Un classique qu’il fallait bien lire un jour. Il a le bon goût d’être très court. Ca le rend lisible même pour qui n’aura pas eu l’impression de lire quelque chose de révolutionnaire.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #135568

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 6482

    Je pense toujours à Larcenet 🙂

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #135582

    DNDM
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1787

    C’est une ref au film Des souris et des hommes? Il est fort possible que je n’ai jamais compris cette blague du Combat ordinaire. ^^

    Fun fact, j’ai aussi pensé à Larcenet, y’avait des digital pourpres partout ! ^^

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #135584

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 6482

    Il est fort possible que je n’ai jamais compris cette blague du Combat ordinaire. ^^

    tu as dû l’oublier j’imagine car la blague est expliquée la première fois qu’ils s’appellent Georges. « Mais pourquoi on fait ça, au fait ? » Il dit que c’est lié au film en effet. Et l’autre « mais c’est super con en fait » 🙂

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #135586

    DNDM
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1787

    Hahaha faut que je le relise. ^^

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #135587

    Crys
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 821

    Au rayon, le confinement vous y a amené, je viens de terminer Le Puits des mémoires de Gabriel Katz sur les bon conseils de Namande d’abord, il y a un an ou deux, puis de ma douce une fois qu’elle a eu entamé la trilogie. On y suit trois bonhommes qui s’autobaptisent Olen, Nils et Karib après s’être réveillés dans des cercueils au milieu de la montagne. Une avalanche a eu raison de l’escorte qui encadrait le chariot où ils se trouvaient et les voilà balancés dans le monde avec un léger handicap : ils ont oublié qui ils sont. Et comme si ça ne suffisait pas, leur tête est mise à prix.

    Un roman de fantasy paru chez Scrinéo qui a été estampillé de fait young adult mais qui est plutôt cru pour ce type de littérature je trouve. Attention, on est pas dans Le Trône de Fer non plus, mais j’ai parfois été étonné du ton employé par l’écrivain comme les personnages. Ce n’est pas le roman du siècle, mais la perte de mémoire donne lieu à de jolies révélations et de belles tranches de rire. Bref, une lecture bien agréable en mode « tourneur de pages » (1200 pages avalées en moins de trois semaines, mais c’est écrit gros !) dans un univers de fantasy qui peut sembler un peu cliché mais s’avère assez solide pour son intrigue. Dans les bémols, toutefois, je mettrai la place des femmes dans le roman, vu qu’on y fait la part belle à une franche camaraderie masculine, et un final un poil précipité (dont je n’ai pas encore réussi à déterminer si le caractère antiépique de la chose était un défaut ou une qualité).

    Enfin voilà, si vous cherchez un roman pour l’été, c’est sans doute une belle idée ! 🙂

    #135601

    Tristesire
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 286

    @Crys Merci pour la suggestion ! Au fait, as-tu lu Les Douze enfants de Paris ?

    On ne touche pas aux lapins !

    #135603

    Crys
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 821

    @crys Merci pour la suggestion ! Au fait, as-tu lu Les Douze enfants de Paris ?

    Non, car j’ai eu beaucoup d’autres choses sur ma PAL et j’avoue que je m’étais dis que je le prendrai chez le bouquiniste ou truc du genre. Donc c’est en stand-by comme projet de lecture. Mais j’y compte bien un jour 🙂

    Et d’ailleurs je suis content que La Religion t’aie plu. 😉

    #135612

    Tristesire
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 286

    Je trouve que c’est une super inspiration pour des jdr tels que Solomon Kane, Te Deum ou Striscia…

    On ne touche pas aux lapins !

    #135719

    Fleurdecerisier
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 39

    En tant que blanche qui peut se considérer comme « privilégiée », j’ai eu grand intérêt à lire Ne suis-je pas une femme? de Bell Hooks, sorti en 1981…mais traduit en France en 2015 !

    Il traite de l’afroféminisme, du double fardeau d’être née et femme et noire aux États-Unis. Les femmes noires, qui subissent le racisme et le sexisme de manière plus ou moins insidieuse. Ces femmes noires oubliées par le féminisme blanc dont la majorité des adeptes, sous prétexte d’une lutte commune de « toutes les femmes », faisaient preuve de racisme flagrant. Car la femme noire a souvent été invisibilisée dans de nombreux discours. On parlait ainsi de Noirs (hommes) et de femmes (blanches).

    J’ai trouvé cet essai absolument fascinant et m’a personnellement aidé à mieux comprendre des concepts que je trouvais plutôt flous. Je suis sortie grandie de cette lecture qui m’a ouvert de nouveaux horizons intellectuels.

    #135920

    DNDM
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1787

    Le monde inverti, de Christopher Priest.

    Livre entré dans les classiques de la SF grâce à son incipit très réussi, qui en soi résume tout le concept et tout le mystère de l’oeuvre: « J’avais atteint l’âge de mille kilomètres. »

    Livre difficile à teaser sans spoiler: une bonne partie des pages est consacrée à la découverte du monde lui-même, qui constitue le principal mystère. La couv révèle un peu. La 4e de couv spoile beaucoup.

    Je vais donc me contenter de dire que c’est un livre de SF qui lorgne un peu sur la Hard SF, dans l’idée: l’oeuvre entière repose sur un postulat « physique » (mais qui en revanche est assez peu « scientifique »). Au début on peut croire qu’on va lire un proto-Mortal Engines. Il n’en est rien, cet aspect là n’est qu’accessoire. Le livre, et son monde, révèlent peu à peu leur étrangeté et leur beauté. On va plus, sur la seconde partie, vers quelque chose entre certaines scènes d’Interstellar (spoiler) ou de Le problème à Trois Corps. Et puis ensuite il faut bien finir le livre, et donner des réponses. On aura donc une réponse à la plus grosse question (« WTF am I reading là? ») , plus ou moins satisfaisante, et une ou deux impasses.

    Livre étrange, plongée dans la tête d’un personnage qui découvre le monde qui l’entoure avec circonspection, puis qui accepte ce monde de façon à la fois fataliste et contemplatifo-poétique.

    Livre pas désagréable, qui fascine le temps de sa lecture, laisse un peu dubitatif sur la fin, mais vaut le coup.

    (si quelque’un d’autre l’a lu, je veux bien des avis sur la fin!)

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #135922

    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2699

    Christopher Priest fait partie des auteurs dont j’ai entendu du bien, il faudra que je le découvre un jour.

    #135925

    DNDM
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1787

    Christopher Priest fait partie des auteurs dont j’ai entendu du bien, il faudra que je le découvre un jour.

    Egalement auteur du Prestige (l’histoire de lutte entre deux prestidigitateurs adaptée au cinéma par Christopher Nolan en 2006), pour citer son autre oeuvre très connue (au passage, pour ceux qui ont vu le film, on peut dire que Le monde inverti a les mêmes qualités et les mêmes défauts que le Prestige, en fait, même si les histoires n’ont rien à voir). Et ex mari de Lisa Tuttle (qui a écrit Elle qui chevauche les tempêtes avec George R. R. Martin), pour info.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #135927

    no_one
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1392

    Livre pas désagréable, qui fascine le temps de sa lecture, laisse un peu dubitatif sur la fin, mais vaut le coup.

    (si quelque’un d’autre l’a lu, je veux bien des avis sur la fin!)

    Yep. Difficile d’en dire plus sans tout révéler, mais je te rejoins : fascinant puis confusant sur la fin… Il y a une lecture alternative de celle-ci mais je ne sais trop qu’en faire, à vrai dire : https://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/WMG/TheInvertedWorld

    "It's both possible, and even necessary, to simultaneously enjoy media while also being critical of its more problematic or pernicious aspects."
    "Damsel in Distress: Part 1", Tropes vs. Women in Video Games, Anita Sarkeesian

    #135945

    DNDM
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1787

    Content de voir que que je suis pas le seul à être confus. ^^

    Je pense qu’il faut accepter le fait que bon, tout ça est très branlant comme explication, mais que c’est voulu. Ou plutôt que Christopher Priest a tout fait pour que ce soit le cas afin de choisir une fin « poétique/subjective » plutôt que « scientifique/objective »: dans le même temps, il nous donne l’explication, et nous rappelle les contre-arguments qui font que cette explication n’est pas satisfaisante.

    Le bouquin laisse une impression étrange quand on le termine, en fait. Le manque de réponse claire et indiscutable joue peut-être aussi dans le fait qu’il marque le lecteur: une autre fin, moins confusionante, aurait peut-être pour effet d’appauvrir l’effet poétique de l’oeuvre. Le traitement du sujet de fond, sur la perception que l’on a du monde, aurait en tout cas été tout autre.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #136201

    DNDM
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1787

    Je suis une légende,  de Richard Matheson.

    Je suis une légende de Richard Matheson - Poche - Livre - Decitre

    Pitch: Robert Neville est le dernier survivant d’une pandémie qui a transformé les humains en vampires. Dans sa maison transformée en forteresse, il se terre chaque nuit, tandis qu’à l’extérieur les vampires essayent de le faire sortir. La journée, il sort pour s’organiser et trouver de quoi survivre.

    Contexte: le livre a été repopularisé par le film de 2007 avec Will Smith – qui change totalement la fin de l’histoire pour faire une bouillie hollywoodienne classique. J’avais vu le film, je m’étais spoilé depuis longtemps la « vraie version », l’histoire originelle. Mais en trouvant le livre dans une boite à livre le lendemain de l’annonce du confinement, en mars, l’ironie était trop belle, du coup je l’ai pris, pour voir.

    Résultat: un livre qui se lit extrêmement bien, même quand on connait 90% de l’intrigue et la chute. C’est très bien écrit, très prenant, très entraînant. Et le mix entre science-fiction et vampirisme traditionnel est plutôt pas mal fait. Surtout que, ce à quoi je n’avais jamais fait gaffe, c’est que ce livre date de 1954. Dans mon esprit, il était bien plus récent, genre années 70-80. Du coup, c’est d’autant plus bluffant. Richard Matheson publie en 1954 un livre dont il place l’action en 1976, et quand on lit ce livre en 2020, non seulement ça n’a quasiment pas vieilli, mais en plus le jeu sur les clichés et les renversements de valeur paraît particulièrement novateur. Alors oui, on pourra trouver à redire sur les détails. Mais grosso modo, excellente lecture, très prenante.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

17 sujets de 271 à 287 (sur un total de 287)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.