Vos derniers films

Ce sujet a 312 réponses, 57 participants et a été mis à jour par  R.Graymarch, il y a 11 heures et 25 minutes.

30 sujets de 91 à 120 (sur un total de 313)
  • Auteur
    Messages
  • #40118

    Forel Tully
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 279

    The intruder de Roger Corman, film de 1962 ressorti en copie neuve (vu au Majestic Bastille, pour les parisiens). La fin (mal acceptée par certains) de la ségrégation dans une petite ville du Sud, avec William Shatner (futur capitaine Kirk dans Star Trek) dans le rôle du salopard (et on se dit qu’il aurait dû continuer dans ce type de rôles). C’est glaçant, et c’est un magnifique moment de cinéma.

    Tu n’aimes pas le steak de dragon ? T’es vraiment Drogon, c’est un Rhaegal !

    #40195

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 5079

    BlacKkKlansman de Spike Lee, qui fut un jour (en 1989 ?) un grand cinéaste.

    Le film raconte comment à la fin des années 1970, un policier noir (le très bon John David Washington, fils de Denzel) infiltre le Ku Klux Klan en s’aidant de son collègue blanc (et juif) Flip Zimmerman (Adam Driver, impeccable). Comme d’habitude, le film est un peu long (2h16…. franchement faire des films de moins de deux heures, c’est pas un crime et le rythme peut vous remercier) et il jongle avec plein de genres. Car Spike Lee se moque surtout du KKK et le film flirte par moments avec le buddy movie, où en plus les antagonistes sont ridicules. Mais ils sont aussi dangereux, du coup, on ne sait pas sur quel pied danser. En plus, pas mal de clins d’oeils sur la situation actuelle aux Etats-Unis « prédisent » un futur pas évident pour la place des noirs

    Le dernier tiers opte pour un montage en parallèle très (trop) didactique et démonstratif sur Harry Belafonte (bon choix) narrant les horreurs qui ont servi à Birth of a nation (film de 1916 hautement raciste) tandis que le KKK de 1978 a une cérémonie en ville. Ensuite, on alterne entre de francs sourires moqueurs et un peu d’amertume.

    Jusqu’à ce que

    Spoiler:
    le final nous mène en 2017 à Charlotteville où des néo nazis défilent, foncent dans la foule en voiture et sont soutenus par Trump. Énorme douche froide, « Rest in power » et on sort du cinéma en n’ayant plus du tout envie de sourire face à des illuminés cagoulés. Qui jouent avec du C4 et des flingues quand même. On pensait le Spike Lee militant effacé et non c’était pour mieux revenir en plein dans notre face. J’ai lu certaines critiques se plaindre du côté trop démonstratif de son combat, au détriment du cinéma. Ca peut se comprendre

    Reste de forts jolis portraits éthérés (un peu comme des bulles) d’anonymes écoutant le discours d’un ex-Black Panthers au début. Cinématographiquement, c’était bien vu. Le reste est plus convenu, tient la route même si c’est moins impressionnant. Je ne sais pas ce que donne la VF mais la VO joue beaucoup sur les accents (supposés « noirs » ou « blancs »)

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 an par  R.Graymarch.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #40211

    Jean Neige
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1343

    Burning, Lee Chang-dong, 2018

    Jong-soo, un jeune coréen qui enchaîne les petits jobs, retrouve par hasard une amie d’enfance, Haemi, en plein Séoul. Elle ne manque pas de le séduire et les deux ne tardent pas à se revoir. Quelques temps plus tard, Haemi revient d’un voyage aux côtés de Ben (interprété par Steven Yeun, Glenn dans The Walking Dead), un jeune homme huppé et assez mystérieux. Une relation étrange va s’installer entre les trois personnages tandis que Jong-soo essaye de comprendre qui est réellement Ben.

    Le film a de quoi rendre assez perplexe. D’une part, on admirera la beauté non seulement de la photographie, mais de l’œuvre de façon plus globale: la représentation lumineuse d’Haemi, notamment durant la scène de danse, la subtilité de la narration qui ne s’évertue jamais à cracher des vérités à travers les dialogues, simplement les énoncer ou les suggérer par l’image… Un vrai produit de cinéma.

    Pour ce qui est des « twists », si on peut vraiment les appeler ainsi, la plupart paraissent prévisibles (si vous avez suivi les dialogues il y aura bien un moment où ça va faire « shpoum » là-dedans et vous parviendrez à lier les phrases entre elles pour comprendre le tout, et ce assez tôt) mais je n’ai pas l’impression que le film souhaite être imprévisible. Je dirais même que cela n’a pas vraiment d’impact. Mais en parallèle, l’histoire peut gêner quant à des questions basiques de crédibilité. J’ai fini par me défaire d’une partie de ces doutes en admettant que l’histoire peut être interprétée de plusieurs manières, même si certains éléments me font encore suffisamment tiquer pour que je me demande s’il s’agit de facilités, d’indices pour nous révéler quelle est la bonne interprétation, ou de véritables incohérences.

    Malgré tout une bonne surprise et un thriller sympa, et un magnifique rendu visuel. 8/10.

    « A life, Jimmy. You know what that is? It's the shit that happens while you're waiting for moments that never come. » - Lester Freamon, The Wire

    « There was a woman, first time I'd found someone who was truly alive. At least, that's what I thought. She was... the part of me I'd lost somewhere along the way, the part that was missing, that I'd been longing for. » – Spike Spiegel, Cowboy Bebop

    #41146

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 5079

    Je suis passé complètement à côté de Burning. C’est… long et j’ai pas dû tout voir (plutôt pendant la première moitié). Après avoir lu toutes les critiques ultra positives, je me suis dit que oui, en effet, il y a tout ça. Mais que sur le moment, je n’ai rien perçu de tout ça. Ou c’était un mauvais moment pour moi, ou je ne suis pas malin ou c’est plus un film à étudier qu’à regarder (et ça, je pense qu’il y a énormément de choses à étudier dans le film)

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #42170

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 5079

    Thomas Lilti est ce réalisateur ancien médecin, et il réalise des films sur la médecine. Cela a donné Hippocrate en 2014 qui était vachement bien, puis Médecin de campagne qui était un peu plus mou. Et cette année, il redouble avec Première année qui raconte le parcours de deux élèves en première année de médecine (Vincent Lacoste qui triple son année et William Lebghil, qui vient d’avoir son bac, cough) sur une année scolaire. Honnêtement, c’est assez balisé et peu surprenant, mais bien fait et bien joué.

    On pardonnera le final qui veut sortir un peu du train-train et qui part en légère sortie de route. En revanche, les différences sur l’origine sociale et les codes, ainsi que la critique du système universitaire français (pour la médecine au moins) sont bien vues. Cela dit, vous ne perdrez pas grand chose à le voir sur votre canapé que dans les salles obscures. Si vous avez passé des concours, cela vous rappellera sans doute des souvenirs (notamment les salles d’examen ou l’angoisse des résultats, la compétition…)

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #42194

    Tomcat
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 964

    Si vous avez passé des concours, cela vous rappellera sans doute des souvenirs (notamment les salles d’examen ou l’angoisse des résultats, la compétition…)

    Et c’est bien pour ça que j’irai pas, comme j’ai été incapable de voir Hippocrate ou Patient, bien que tout le monde m’en ait parlé (#traumatisme).

    Du coup je me suis échappée au pays des crinolines avec Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret. Un peu au hasard, ça fait des lustres que je n’avais pas mis les pieds au cinéma, et justement, je voulais pas aller voir Première année. J’ai adoré. J’y connais rien Jon Snow en mise en scène et photographie et tout ça, mais l’image est sublime et les dialogues sont de vrais perles. Le tout servi par des acteurs très justes (si l’on excepte Edouard Baer, qui bien qu’excellent, en fait un peu trop à mon goût). C’est l’histoire d’une jeune et jolie veuve (Cécile de France, parfaite) qui vit recluse dans son château et résiste aux avances du marquis des Arcis, libertin notoire et séducteur invétéré. Malgré son absence d’illusion quant à l’Amour et son intelligence, Madame de la Pommeraie finira par succomber au marquis, et par vivre une jolie romance durant quelque temps.

    Puis le marquis se lassera de sa conquête, et mis à jour subtilement par une Pommeraie orgueilleuse et fine, le couple se sépare en restant amis. Du moins c’est ce que croit le marquis…

    Elle va mettre en place un plan de vengeance dans lequel elle jouera le rôle d’une entremetteuse maligne comme le diable.

    Le seul bémol est la crédulité du marquis des Arcis, qui est libertin mais pas mauvais bougre, mais apparait je trouve un peu concon sur ce coup-là. Ou bien la marquise est vraiment très maligne. Ou il est concon. Ce film est un bijou.

    "When I'm king in my own right, I'm going to outlaw beets." Tommen. Best manifesto ever.

    #43343

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 5079

    Les Frères Sisters de Jacques Audiard (The Sisters Brothers en VO). J’aime beaucoup Jacques Audiard (à peu près autant que je me fous des dialogues de son père, oui je sais, je suis le seul) mais je dois reconnaître qu’avec De rouille et d’os (un peu) et Dheepan (beaucoup), je trouvais ses films moins intéressants. Là, on part pour un western dans l’Oregon de 1851 avec Joaquin Phoenix, John C. Reilly, Jake Gyllenhaal et Riz Ahmed (les rôles féminins, y en a peu. Et je doute que le film passe le Bechdel test), ce qui est déroutant par rapport au reste de sa filmo. Le film (adaptation du livre Les Frères Sisters Patrick DeWitt) narre l’histoire de deux frères tueurs à gages qui doivent, pour le compte d’un mystérieux Commodore, tuer un quidam (Riz Ahmed) qui aurait un secret lié pour extraire de l’or plus efficacement. Ledit quidam étant localisé par un troisième larron (Jake Gyllenhaal).

    Le film est à la fois familier et déroutant. Familier car il s’inscrit profondément dans le genre du western, rien de super novateur. Mais déroutant par certains pris esthétiques ou narratifs : des fusillades presque toujours hors champ, des bagarres dans la nuit, des fantômes mythiques qui hantent les frères. Et puis des parenthèses « inutiles » qui en disent long sur les personnages : quand ils se coupent les cheveux, quand un se brosse les dents. Et c’est surtout ça qui reste, bien plus que cette quête assez inutile (futile ? vaine ?) et son final aussi très déconcertant.

    Pour reprendre le final de cette critique (qui en dit trop donc ne cliquez pas sur le lien sans savoir)

    Si le film déjoue les attentes et explore patiemment les nuances de ses personnages, le prix à payer est un abandon au romanesque, champ où Audiard fait valoir ses qualités stylistiques sans que son écriture ne se départisse toutefois d’une certaine superficialité.

    C’est sans doute un peu dur mais mieux dit que ce que j’ai en tête. Reste un film avec néanmoins quelques moments rares. Et beaux (visuellement). C’est déjà ça.

     

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #43347

    Corondar
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 936

    Les frères Sisters

    Je suis un grand fan du réalisateur (contrairement à Gray, De rouille et d’os est un de mes préférés) et des acteurs (le quatuor vaut son pesant de cacahuètes). Tout comme Gray j’ai été un peu dérouté. Je m’attendais à une longue chasse à l’homme, mais pas du tout.
    Sur la forme le film est assez irréprochable : c’est très beau, les codes du western sont respectés, les acteurs au top (pour moi c’est là où Jacques Audiard est le meilleur : la direction d’acteurs). Mais en effet, le sujet du film m’a paru à moi aussi un peu vainc, là aussi je ne m’attendais pas à ça, surtout à la fin. Bref, un très beau film mais un peu léger sur le fond.

    Under the silver lake

    Là aussi, un très bon réalisateur (de David Robert Mitchell, papa du génial et terrifiant It follows) et un de mes acteurs préférés (Andrew Garfield).

    Un jeune homme un peu largué rencontre brièvement une voisine sexy sur laquelle il fantasme depuis un moment. Alors qu’elle lui avait promis un second rendez vous, elle disparaît. Le jeune homme se lance dans une enquête assez démente dans le Los Angeles des stars et des puissants.
    Attention : mindfuck movie en approche. Si vous êtes allergique au genre, ça va être compliqué. J’ai souvent du mal avec ce genre de films. Je trouve que là ça passe. Essentiellement grâce aux qualités formelles innombrables du film. Hommage à Lynch et à Hitchcock, le film regorge de références tout en incluant dans sa mythologie des éléments de la pop-culture et de la culture geek. Andrew Garfield survole l’ensemble avec une prestation de qualité, et tout en étant très barrés, l’enquête et le scénario se tiennent tout de même. Le film est bourré de métaphores et de sous-entendus qui mériteraient sans doute un second visionnage pour les décrypter tous. Bref, j’ai plutôt aimé mais c’est un film assez déroutant dans lequel il faut accepter de se perdre.

    The guilty

    En ce qui me concerne, le meilleur film que j’ai vu cette année. Film danois dans lequel on suit un policier affecté au standard des appels d’urgence. Il reçoit l’appel d’une jeune femme prétendant avoir été kidnappée, et qui fait croire à son ravisseur qu’elle appelle sa petite fille. Le policier va mener l’enquête depuis son poste téléphonique pour essayer de la retrouver et de confondre le kidnappeur.
    Un huis clos où l’on ne voit quasiment que le personnage du policier. Un travail de style époustouflant de maîtrise et de suspens. Le film passe à une vitesse folle, ménage ses rebondissements, et il faut souligner la très grosse prestation de l’acteur principal, et quasi unique, Jakob Cedergren. Un thriller très marquant que je recommande chaudement.

    #43379

    Nymphadora
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3382

    The Guilty

    Sur les conseils avisés de Corondar, je suis également allé voir The Guilty, et j’ai beaucoup aimé ! L’exercice de style est bluffant : une tension de tous les instants, un suspense hyper bien dosé, avec un seul acteur dans une pièce, c’est brillamment mené. Un sacré thriller !

    Première année

    Le parcours de deux élèves en première année de médecine. Ma foi, ce n’est pas le film du siècle, mais il y a certains points qui sont très bien traités, sans en faire des tonnes mais avec beaucoup de justesse (comme le dit Gray plus haut, la question de l’origine sociale, ou encore l’absurdité de l’orientation scolaire en France résumée en une scène) et cela renvoit, je pense, à une portrait pas trop infidèle d’une première année de médecine. Les acteurs ne sont pas mauvais même si ils n’ont clairement pas l’âge pour le rôle, ce qui fait tiquer au début… Bref, plutôt un bon bilan pour moi 🙂

    Leave no trace

    Leave no trace retrace le parcours d’un père et sa fille qui vivent en marge de la société dans les bois. Avec beaucoup moins de ficelles que Captain Fantastic auquel on pourrait le rapprocher (plutôt à tort je pense), le film interroge à la fois sur les choix que les adultes font peser à leurs enfants, mais aussi et surtout sur le traumatisme et son traitement par la société, avec un personnage principal victime de choc post-traumatique qui ne sait plus vivre dans le monde. La nature apparaît alors plutôt comme la réponse à un besoin de fuite. C’est très joliment filmé, et les acteurs sont magiques (la jeune actrice Thomasin McKenzie est extraordinaire de grâce et de justesse). Corondar disait plus haut que The Guilty était sûrement le meilleur film qu’il avait vu cette année… eh bien moi je crois que c’est Leave no trace mon coup de cœur de l’année.

    ~~ Always ~~

    #43401

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1391

    La Grande Muraille, de Zhang Yimou. Vu parce que j’ai trouvé le DVD dans une boite à livres.

    La bande-annonce était apparue sur mon fil Facebook en pub y’a quelques mois deux ans (2016, pfiu, déjà?) de cela, et d’un côté ça donnait envie (Zhang Yimou, Grande Muraille, fantasy avec de gros monstres mystérieux) et de l’autre côté on pouvait facilement prévoir la grosse purge.

    Bon sans trop de surprises c’est une grosse purge, mais ça se laisse regarder quand on débranche le cerveau, même si dès la première scène d’action d’action on a un ralenti totalement inutile, et dès la seconde un foutage de gueule scénaristique totale (ho le gros monstre est tombé dans la falaise avant qu’on voit ce que c’était, mais d’où sort cette falaise qui n’était pas là juste avant?). Y’a donc la grande muraille qui est le seul rempart entre la civilisation et de gros méchants monstres (coucou Game of Thrones), y’a des milliards de chinois qui font les figurants dans des armures médiévales aussi colorées que celles des Power Rangers, et au milieu de cela y’a Matt Damon et Oberyn Martell Pedro Pascal (dans un premier temps tellement chevelu que je le reconnaissais pas) qui se demandent ce qu’ils foutent là.

     

    Bon sinon j’ai des places à utiliser avant la fin du mois. Vos conseils de films sympa à voir en couple? De vos derniers messages, je retiens Mademoiselle de Joncquières (The Guilty et Leave No Trace ont pas l’air de passer dans le cinéma pour lequel j’ai les billets), et j’ai pas l’impression qu’il y a grand chose qui valent le coup qui sort mercredi?

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #43413

    Aerolys
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1519

    J’ai vu BlacKKKlansman hier soir. J’ai beaucoup aimé et les dernières minutes, c’est la douche froide, mais, j’en dis pas plus. Gray a très bien résumé ce que j’ai pensé du film (antagonistes ridicules mais flippants, clin d’œil à la situation actuelle et de l’humour noir ( 😉 ) (d’ailleurs, le sérieux et l’humour sont très bien mêlés je trouve)).

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #43490

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 5079

    Vos conseils de films sympa à voir en couple?

    chépatro^. BlacKKKlansman est pas mal, mais bon.

    J’ai vu, vaguement la BA de The Guilty hier (le danois, c’est pas super joli comme langue), j’y jetterai un coup d’oeil.

    Hier dans Le Masque, j’ai appris que le film d’Audiard avait été tourné en Espagne. Autant je savais pour les paysages désertiques. Mais les forêts de l’Oregon et Californie, ça m’a scié.

    moi je crois que c’est Leave no trace mon coup de cœur de l’année.

    De la même réal, je conseille Winter’s bone (2010) film qui révéla Jennifer Lawrence et qui est parait-il meilleur que celui ci (que j’ai pas vu)

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #44503

    Raff-Tout-Miel
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 339

    J’ai vu la BA de Nicky Larson et le parfum de Cupidon.

    Faut dire que j’ai été scotché d’apprendre qu’une adaptation française d’un de mes mangas préférés allait voir le jour.

    Ca, c’était avant de voir la BA.

    Après l’avoir vu, j’ai fais la même tête que les méchants quand ils se prenaient une balle. C’est devenu un sport international dans le cinéma de violer des oeuvres de mon enfance?

    "A toi de choisir mon gars. Ou t'affrontes les fantômes, ou t'en deviens un."

    #44693

    O’Cahan
    • Pas Trouillard
    • Posts : 519

    Vu aussi Première année comme certains plus haut, et j’ai plutôt bien aimé. Contrairement à Nympha, j’ai pas trouvé que l’âge des acteurs faisaient tiquer, au contraire, (peut-être que je côtoie trop d’étudiants d’âge divers pour trop faire de différence ), je trouve que Vincent Lacoste, plus que William Lebghil, a une tête d’éternel étudiant. Sinon j’ai trouvé la performance de William très convaincante (et l’ai préféré à celle de Vincent Lacoste) & l’atmosphère fac/études/concours bien retranscrite. Seul bémol peut-être la fin, un peu trop pour moi.

    Vu ta superbe description Tomcat, j’irai voir Mademoiselle de Joncquières la prochaine fois. 

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 11 mois et 3 semaines par  O'Cahan.

    "For someone who was never meant for this world, I must confess I'm suddenly having a hard time leaving it. Of course, they say every atom in our bodies was once part of a star. Maybe I'm not leaving... maybe I'm going home."

    #44699

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 5079

    William Lebghil est né en 1990, pour un bachelier récent (et on imagine brillant), ça fait un peu vieux, quoi^^

    Moi j’ai vu I feel good de Kervern et Delépine que j’aime en général plutôt bien. Dans un centre Emmaüs près de Pau, Jacques (Jean Dujardin) retrouve sa soeur Monique (Yolande Moreau). Elle aide les démunis et lui ne jure que par le capitalisme et cherche la bonne idée pour devenir richissime, en faisant bosser les autres.

    Si vous détestez Kervern et Delépine, n’y allez pas, si vous aimez, courrez-y. Car on reste dans leur univers avec plein d’amateurs (et souvent des « tronches »), des situations grotesques, absurdes, des dialogues délirants. Le tout dans un mélange anarcho-punk (mais plutôt calme, je dirai). Néanmoins, il y a aussi une bonne direction d’acteurs, de la photo inédite (on voit tout le campement Emmaüs) et aussi énormément de tendresse envers tous ces gens et toute cette souffrance plus ou moins larvée. Après une heure très rythmée, le film a un coup de mou d’un quart d’heure, mais la fin est bien pensée. Sous des apparences jmenfoutistes et brinquebalantes, c’est ultra maîtrisé.  Et toujours aussi unique en son genre, ce qui en fait un moment précieux.

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #44710

    O’Cahan
    • Pas Trouillard
    • Posts : 519

    William Lebghil est né en 1990, pour un bachelier récent (et on imagine brillant), ça fait un peu vieux, quoi^^

    Ah mais bien sûr dans l’absolu oui, mais je trouve personnellement que ça se ressent pas du tout « physiquement » en fait.

    Et j’ai découvert I feel good en feuilletant la brochure de mon cinéma, et je connais pas du tout les réals, mais ça a l’air bien de ce que tu en dis. J’irai aussi voir si je peux. 🙂

    "For someone who was never meant for this world, I must confess I'm suddenly having a hard time leaving it. Of course, they say every atom in our bodies was once part of a star. Maybe I'm not leaving... maybe I'm going home."

    #44713

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 5079

    Disons que c’est une partie de l’équipe de Groland (mais là, c’est pas trop crade).

    Louise-Michel, Le Grand Soir, Saint-Amour, Mammuth, Near Death Experience pour citer quelques films qu’ils ont fait ensemble

    J’ai vu en bande annonce le dernier Michel Blanc qui a l’air pas mal.. et un autre que j’ai oublié

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #44822

    Nymphadora
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3382

    Moi ce week-end j’ai vu L’ombre d’Emily : un thriller qui surfe sur la vague de Gone Girl… mais en vachement plus ironique et drôle ^^ On est en plein mélange des genres, avec un thriller mêlé de comédie qui met en scène la belle Blake Lively (aaah qu’est ce que j’aimerais avoir un dixième de son style ^^) et Anna Kendrick (girl next door adorable du cinéma américain avec qui je veux devenir copine depuis Pitch Pefect). Perso j’ai adoré : je me suis vraiment marré devant cette histoire complètement délirante. Alors oui, le thriller est absolument pas crédible… mais c’est cynique et tellement drôle ^^

    ~~ Always ~~

    #46348

    O’Cahan
    • Pas Trouillard
    • Posts : 519

    Du coup, j’ai pas pu voir Mademoiselle de Joncquières (ces so-called amis qui posent des lapins ), je me suis rabattue sur un film dont l’affiche dans le métro m’avait plu il y a pas mal de temps, Le jeune Karl Marx (bon le sujet m’intéressait aussi, de base ). Globalement déçue. Du point de vue technique, le film est là, la photo est très belle, les acteurs très beaux charismatiques, la reconstitution est plutôt bien réussie. Là où ça bloque c’est le point du film. On commence par un Karl Marx hyper sûr de lui, on finit à peu de choses près sur la même chose, y’a pas tellement d’enjeux mis en avant. Le personnage n’a peu ou prou pas de relief. Quand on creuse un peu, on se demande ce qu’est ce film. Un film sur Karl Marx? Pas trop, il finit quand il a 30 ans. Un film sur les idées de Karl Marx? On en voit pas trop la couleur, seulement les petites joutes oratoires et les chamailles entre les « penseurs ». Du coup, mouais, j’ai l’impression que c’était très artificiel (la scène du début avec les paysans, du coup on sait toujours pas à quoi elle a servi, sinon qu’elle était un peu là pour le spectacle)

    "For someone who was never meant for this world, I must confess I'm suddenly having a hard time leaving it. Of course, they say every atom in our bodies was once part of a star. Maybe I'm not leaving... maybe I'm going home."

    #46693

    O’Cahan
    • Pas Trouillard
    • Posts : 519

    Navrée pour le double-post parce que j’ai en fait vu Mademoiselle de Joncquières. Et… j’ai pas trop aimé. C’était chiant à mourir, pour être honnête. Edouard Baer, on sait pas trop ce qu’il fout dans ce film. o_O Je suis d’accord que la photo et les actrices sont jolies, mais bon dieu que ça traîne.

    "For someone who was never meant for this world, I must confess I'm suddenly having a hard time leaving it. Of course, they say every atom in our bodies was once part of a star. Maybe I'm not leaving... maybe I'm going home."

    #46768

    DNDM
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1391

    Vu Venom, par concours de circonstances.

    J’avais très peur, les premières critiques disant que le film était pourri. Finalement c’est pas si catastrophique. C’est pas forcément génial non plus: manque de rythme sur toute la première partie, course poursuite avec des drones un peu longuette et ridicule, combats illisibles… Reste le côté « Buddy Movie » avec un perso qui essaye d’empêcher son pote de bouffer la tête des gens, qui est sympa. Clairement pas un film à prendre trop au sérieux, et clairement c’est quand le film ne se prend pas au sérieux qu’il est le meilleur. Il aurait possiblement pu être bon en assumant totalement ça.

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer – Les mots sont du vent": https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #46776

    Nymphadora
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3382

    De mon coté, j’ai vu A star is born. Bah j’ai été surprise en bien. J’attendais pas grand chose, je pensais alors voir une bleuette assez codifiée avec de jolies chansons. Finalement, c’était bien mieux. Il y a un côté assez intimiste et sobre que je n’attendais pas, et on suit le parcours des deux héros du film avec émotions : la déchéance d’une ancienne star et la montée d’une autre, dans une industrie malsaine, sont très joliment retranscrites. Les chansons sont belles, et Bradley Cooper est hyper crédible en star de country sur le retour. Et ma fois, Lady Gaga est également vachement touchante dans son rôle.

    ~~ Always ~~

    #46846

    Amarei
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 205

    Hello ! J’ai aussi vu A star is born. Mais je n’ai pas aimé. J’ai aimé les chansons, j’ai trouvé que Lady Gaga interprétait bien son rôle mais je me suis ennuyée et j’ai trouvé le personnage d’Ally assez plat.

    “Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux.” JR.

    #46995

    Forel Tully
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 279

    Quelqu’un a-t-il vu Un peuple et son roi de Pierre Schoeller ? J’ai tellement pas le temps d’aller au cinéma que je demande pour me faire une idée si ça vaut le coup (en même temps j’avais beaucoup aimé L’exercice de l’État). Et puis la période de la Révolution m’intéresse.

    Tu n’aimes pas le steak de dragon ? T’es vraiment Drogon, c’est un Rhaegal !

    #47020

    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 5079

    Pas vu mais de ce que j’ai lu/entendu, c’est beaucoup moins bien que L’exercice de l’État, qui était excellent, donc faut relativiser) parce que le mélange peuple/noblesse marche assez mal et qu’il y a des scènes assez bancales (mises en parallèle, par exemple) et des acteurs parfois qui ne sont pas vraiment là… Les discours à l’assemblée (avec des personnes plus ou moins fictives) sont en revanche très bons. Bref, de ce que j’ai lu/entendu, c’est pas « le pire des films », loin de là mais le bilan est plus mitigé que pour son précédent film

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    Venez jouer avec nous à Chanson d'Encre et de Sang https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/ces-presentation-du-jeu/
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #47028

    Lapin rouge
    • Terreur des Spectres
    • Posts : 1794

    Vu, moi j’ai trouvé ça pas mal. Les discours à l’Assemblée sont en effet le gros point fort (d’autant qu’ils sont authentiques). Louis Garrel (Robespierre) et Denis Lavant (Marat) sont excellents. Les scènes au sein du peuple (essentiellement les artisans du Faubourg Saint Antoine) sont inégales, c’est vrai que Gourmet et Ulliel sont un peu absent (le 1er) ou trop présent (le 2nd), mais les actrices (Izia Higelin, Céline Sallette, Adèle Haenel, Noémie Lvovsky) relèvent le niveau. J’ai trouvé Louis XVI (Laurent Lafitte) inhabituel (pas du tout le petit gros ridicule qu’on voit souvent), mais prenant et énigmatique. Après, c’est vrai que le déroulement est un peu plat, on connait les évènements historiques (spoil : le roi meurt à la fin), et la trame fictionnelle ne ménage pas des masses de rebondissements. Bref, un film intéressant, mais pas captivant (costumes et photo très bons aussi).

    They can keep their heaven. When I die, I’d sooner go to Middle Earth.
    #47040

    Ser Damien Florent
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 330

    J’ai enfin vu Han Solo : A Star Wars Story. Pour moi ça confirme ce que je me suis toujours dis, un personnage comme Han Solo est calibré pour le format série. On le voit bien, la fin est ouverte et prévue pour, au moins, une suite. Le soucis, c’est qu’il existe déjà une super série de contre-bandiers de l’espace, c’est Firefly (qui faisait déjà l’attaque du train) et c’est pas facile de passer dérière.

    You're gonna carry that weight

    #47675

    Forel Tully
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 279

    Merci Gray et Lapin rouge (j’ai toujours le réflexe de t’appeler Marvin), j’irai la semaine prochaine si ça passe encore.

    Tu n’aimes pas le steak de dragon ? T’es vraiment Drogon, c’est un Rhaegal !

    #47917

    Oiseleur
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 122

    Pour l’avoir vu, je serai tenté de dire que pour une personne qui n’a aucune connaissance de la révolution française cela risque d’être difficile de comprendre pourquoi la guerre contre la Prusse et l’Autriche a été déclenché. Le fait que le Louis Auguste Capet passe son temps à saboter les efforts de guerre contre l’Autriche et la Prusse avec son droit de veto est aussi passé sous silence. Les massacres de Septembre. Mais ensuite ce film n’a pas la prétention d’être un documentaire. Le film parle plutôt de la rupture du Roi de France avec ses sujets, surtout parisiens dans le film. Alors qu’à la levée des fédérées en Juillet « Enfin, courant juillet, la Patrie est déclarée « en danger », ce qui conduit à une importante levée de 85 000 volontaires environ. Or, lorsqu’elles arrivent à Paris, ces troupes fédérées posent elles aussi la question de la déchéance du roi, et apportent même à l’Assemblée une pétition demandant sa suspension. » https://venividisensivvs.wordpress.com/2017/08/29/la-chute-de-la-monarchie-juin-1791-janvier-1793/ (^-^)

    J’affectionne particulièrement le rêve de Louis XVI « Un veto qu’est-ce donc que cette coutume ? » et le vote des députés.

    #49382

    Corondar
    • Exterminateur de Sauvageons
    • Posts : 936

    A star is born

    Un chanteur de country (assez célèbre) qui est en proie à différentes addictions (drogue et alcool), rencontre par hasard une femme au talent artistique indéniable. Il décide de l’emmener avec lui en tournée. Début d’une histoire d’amour compliquée et d’un parcours artistique croisé.

    Mon petit coup de cœur du moment. Au niveau scénario c’est ultra balisé et prévisible (apparemment c’est un remake d’un script qui revient par cycle aux USA…), mais le film m’a conquis avec autre chose. Déjà la performance de lady Gaga est assez incroyable : au naturel elle est méconnaissable, belle, émouvante, fragile, et quelle voix…Bradley Cooper est très bien aussi (en plus d’être beau lui aussi chante bien). L’histoire d’amour a beau être classique elle m’a bouleversé. Et la BO tabasse méchamment.

    The Predator

    Suite plus ou moins directe des volets avec Schwarzy, réalisé par Shane Black quand même (un réalisateur que j’aime bien personnellement : Kiss Kiss Bang Bang, Iron Man 3, The Nice Guys).

    Le film assume pleinement son aspect série B, et c’est très bien ainsi. Il a un côté très rétro, très film d’action des années 1980-1990. Les acteurs s’en donnent à cœur joie (les films où l’on peut encore fumer et jurer, c’est si rare de nos jours). Le film divertit agréablement, c’est sans temps mort, j’ai ri, il assume aussi pleinement son côté gore qui tâche (le -12 ans est amplement justifié : les têtes volent et les boyaux pendent). Bref, un bon moment en ce qui me concerne.

30 sujets de 91 à 120 (sur un total de 313)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.