Challenge de lecture « En attendant l’hiver » (2022)

Forums Une escapade à la Môle – discussions diverses Le carrefour des autres mondes Autres œuvres littéraires Challenge de lecture « En attendant l’hiver » (2022)

  • Ce sujet contient 276 réponses, 19 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Schrö-dinger, le il y a 27 minutes.
30 sujets de 211 à 240 (sur un total de 277)
  • Auteur
    Messages
  • #172529
    tyrionuscule
    • Éplucheur de Patates
    • Posts : 6

    Je valide dans le menu Devises : feu et sang un livre où un personnage est brulé ou ensanglanté

    Avec Les veilleurs de jean-luc Bizien  (vu le nombre de lycanthropes, goules et vampires qui y rodent, il y a pas mal de personnages ensanglantés…)

    Le pitch est alléchant : Paris est victime d’un étrange virus qui transforme ses habitants en goules, loups garous et vampires. Seuls les adolescents et plus encore les enfants semblent épargnés.Les autorités réagissent brutalement en murant Paris au niveau du périphérique. A l’intérieur se débattent les monstres, les enfermés-tous ceux qui n’ont pas pu fuir à temps et les veilleurs-réintroduits par le gouvernement pour rendre compte de la situation et effectuer certaines missions. Tout autour des snipers sur des miradors sont là pour prévenir toutes tentatives de fuite.
    Alléchant donc mais pas si réussi que ça au final! Déjà parce que l’histoire n’avance pas; j’ai lu les deux premiers tomes et j’ai eu l’impression d’être arrivé au milieu d’une grosse nouvelle. Ceci est principalement du au système des POV ( n’est pas Martin qui veut…) qui ne sont pas nombreux donc on retombe vite sur le même personnage. Or, les chapitres sont courts et à chaque fois ça commence par un résumé de là où on a laissé le personnage -qu’on vient de quitter- puis une action (minime quelquefois) et la suite au prochain POV où l’action sera elle même résumée. Donc oui c’est fastidieux ! A cela s’ajoute un monde peu développé même s’il se complexifie peu à peu mais si lentement… A le fin du tome deux on commence à apercevoir un début d’organisation des monstres, ce qui semble prometteur (mais là encore tout ça pour ça !). Les personnages sont inégaux, on est vraiment dans du Young Adult et pas dans le meilleur sens du terme.
    Et pourtant c’est un univers très graphique, on voit vraiment Paris emmuré avec des filins pour aller d’un immeuble à l’autre. Peut-être une magnifique BD en perspective on verra !
    En résumé, je ne sais pas si je lirai la suite car si le monde décrit est intéressant il faut vraiment pouvoir passer outre un grand nombre de défauts (construction, style…).

    #172679
    Quintus Cularo
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 145

    Je valide le thème Le cor qui secoue les dormeurs (Menu Garde de Nuit), avec Blackwater, tome 1 : La Crue de Michael McDowell (et je remercie FeyGirl et MELT527 pour m’avoir donné envie de cette lecture).

    Je ne reviendrai pas sur l’intrigue de l’histoire, donc plongeons (c’est de circonstances) directement dans mon avis.

    En soit c’est principalement une bonne lecture. La grande force c’est le style de l’auteur, qui nous porte sans difficulté, et parvient à rester pleinement prenant tout du long. Michael McDowell dresse notamment des ambiances très réussies (je me suis réellement senti poisseux en lisant certaines descriptions de l’inondation… comment ça c’est à cause de l’été?). Reste que je comprends pourquoi la série entière a été publiée en aussi peu de temps. L’histoire a vraiment des airs de feuilletons de l’été, et ce premier tome souffre un peu ce aspect. Pour faire simple l’aspect fantastique est trop discret pour être le centre du récit, mais les histoires humaines manquent de puissance en elles-mêmes pour enrichir la lecture. Pour prendre un exemple, la fascination qu’Elinor exerce sur cette communauté est trop directement présentée comme un état de fait indiscutable. En soit j’aurais préféré d’avantage de développement sur comment elle conquière le cœur des différents personnages, ou alors que cette fascination soit plus ouvertement surnaturelle, et donc d’avantage source de mystères.

    Ceci dit, en prenant en compte son statut de premier tome d’une saga assez longue, ces défauts sont assez pardonnables. Ici le travail est plus que fait. Le style de l’auteur est un petit coup de cœur, les personnages et l’histoire donnent l’envie de continuer et l’ambiance me parle particulièrement (oui bizarrement le fan de Lovecraft en moi est comblé). Bref une jolie découverte, avec beaucoup d’attente pour la suite.

     

    Je valide ensuite le thème Les Iles de Fer (Menu Westeros) avec Le Roi qui voulait voir la mer, de Gérard de Cortanze.

    Louis XVI, roi de France, prends subitement la décision d’aller visiter la Normandie. Sa destination est Cherbourg, où ce roi passionné par le monde marin souhaite voir la mer et aller à la rencontre de son peuple.

    Bien qu’inspiré par des faits réels, le livre prend rapidement une forme plus proche du conte, qui fonctionne assez bien dans un premier temps. Dans l’ensemble le style de l’auteur fonctionne jusqu’au bout, réussissant tant ses ambiances que ses descriptions. Toutefois le problème majeur ne tarde pas à se voir venir. Très vite il apparaît que la vraie volonté de Gérard de Cortanze est de dresser un portrait de Louis XVI dépassant les caricatures et plus proche de la réalité. En soit l’entreprise est louable, tant ce personnage a souffert d’une historiographie souvent injuste. Toutefois, à vouloir dresser le portrait d’un homme bon, intelligent, humble et humaniste, l’auteur tombe dans l’autre excès, versant dans l’hagiographie, quitte à reprendre des éléments de langages en droite ligne des milieux royalistes, présentant explicitement Louis XVI comme un roi martyre, victime d’une Révolution comparée à un monstre marin, dévastant tout dans sa fureur destructrice. Bref le livre aurait gagné à rester dans le registre du conte, auquel cas il aurait été une lecture intéressante, mais dans ce cas, son ambition historique le rend problématique.

    Aurait également pu rentrer dans les catégories Les Terres de l’Orage et Greyjoy.

     

    Enfin je valide le thème Le Val d’Arryn (Menu Westeros), avec Réflexion d’Elizabeth Lim.

    Pour le contexte le livre fait partie de la collection Twisted Tales, qui reprend les histoires des films Disney dans des versions alternatives. Il s’agit d’une collection assez inégale avec du bon et du moins bon, mais dans l’ensemble il ressort surtout un sentiment d’être face à des fanfiction.

    Dans le cas présent, c’est le film Mulan qui est concerné. Suite à une blessure fatale, Shang est à l’agonie. L’héroïne, aidé par l’esprit protecteur de la famille de son capitaine se rend donc dans le monde des morts, pour convaincre le roi de ce domaine de le laisser vivre.

    N’étant pas connaisseur de la mythologie chinoise, je ne m’aventurerai pas à évaluer le respect de cet aspect là. Toutefois en tant que roman d’aventure dans un contexte fantastique, je dois dire que la lecture est plutôt plaisante. On suit un périple assez riche, avec des épreuves intéressantes et bien pensées, des antagonistes réussies et un ton spirituel plaisant. Les personnages sont très correctement repris du film, bien qu’on regrette que leur développement ne dépasse pas ce cadre. Le style aussi est très agréable à lire, prenant et efficace. Pas grand-chose d’autre à dire en fait, une histoire très sympathique et correctement écrit, qui se lit vite et avec plaisir.

    Aurait également pu rentrer dans les catégories Le Bief, Greyjoy, Famille, Devoir, Honneur et Insoumis, Invaincu, Intact.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 6 jours par Quintus Cularo.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 6 jours par R.Graymarch.

    N'est pas mort ce qui à jamais dort, mais en d'étranges ères peut mourir même la mort.

    #172716
    MELT527
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 103

    En soit j’aurais préférer d’avantage de développement sur comment elle conquière le cœur des différents personnages, ou alors que cette fascination soit plus ouvertement surnaturelle, et donc d’avantage source de mystères.

    C’est drôle, pour moi, c’était clair que son intégration « parfaite » à la communauté était d’origine surnaturelle, un genre d’envoûtement, comme…

    Spoiler:
    quand elle est vue sous son autre forme dans l’eau au début de l’ouvrage. On sent toute l’horreur ressentie par la jeune femme à cette vision, et puis pouf ! elle se dit que c’est un effet de lumière ou autre. ça m’a carrément paru hors norme comme revirement.

    J’ai aussi été hypnotisée par la scène de noyage du gamin (qu’elle semblait apprécier par ailleurs, le traitant bien et tout) et qu’elle dévore sans doute pour reprendre des forces. C’est véritablement là que je me suis dit : « personne n’est à l’abri d’elle, elle pourrait faire littéralement n’importe quoi pour arriver à ses fins ». C’est d’ailleurs le retournement final du tome 1 qui m’a fait acheter les 5 tomes suivants illico. TOUT le long du livre, je me disais « mouais » et paf ! le coup de l’otage m’a claqué au visage.

    J’espère que les 5 tomes suivants seront dans la même veine.

    En ce qui concerne les Twisted Tales, ils sont tous dans ma PAL (enfin les 12 premiers) car j’ai une amie qui les a mais je n’arrive pas à me décider à les lire pour la raison que tu évoques @quentin-tournon : ils sont tous inégaux en qualité. J’ai grandi avec les vieux Disney et j’hésite à me gâcher de bons souvenirs avec des romans moyens voire nuls. En plus, si je me souviens bien, ils ne sont pas sortis dans le même ordre en VO et en VF (même si ça n’a aucune importance, vu qu’ils parlent tous d’un conte différent), je trouve que ça montre le peu de cas que fait l’éditeur de cette série.

    Je serai curieuse de connaître votre avis sur ceux qui valent le coup ou non.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #172717
    Quintus Cularo
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 145

    C’est drôle, pour moi, c’était clair que son intégration « parfaite » à la communauté était d’origine surnaturelle, un genre d’envoûtement, comme…

    C’est aussi comme ça que je l’ai compris, surtout lors de sa première apparition. Mais j’ai trouvé qu’on le ressentait peu. En outre le premier passage dont tu parles sous balise est effectivement très clairement surnaturel et horrifique (et magistralement écrit) mais justement j’ai du mal à m’intéresser pleinement à l’intrigue « vie de famille » après ça. Au final c’est vraiment le dosage entre les deux intrigues qui m’a un peu décroché (après ça reste un bon livre, mais j’attends beaucoup de la suite).

     

    En ce qui concerne les Twisted Tales, ils sont tous dans ma PAL (enfin les 12 premiers) car j’ai une amie qui les a mais je n’arrive pas à me décider à les lire pour la raison que tu évoques @quentin-tournon : ils sont tous inégaux en qualité. J’ai grandi avec les vieux Disney et j’hésite à me gâcher de bons souvenirs avec des romans moyens voire nuls. En plus, si je me souviens bien, ils ne sont pas sortis dans le même ordre en VO et en VF (même si ça n’a aucune importance, vu qu’ils parlent tous d’un conte différent), je trouve que ça montre le peu de cas que fait l’éditeur de cette série. Je serai curieuse de connaître votre avis sur ceux qui valent le coup ou non.

    Pour le coup l’ordre de lecture n’a pas d’importance, les livres sont aussi indépendants les uns des autres que les films.

    Je suis loin de les avoir tous lus mais je peux déjà te recommander Ce rêve bleu (réecriture d’Aladin où Jafar parvient à s’emparer du pouvoir). C’est le plus sombre que j’ai lu pour l’instant (beaucoup de personnages meurent de façon assez explicite, on retrouve des références réussies à Lovecraft et Chambers…) et même si l’histoire souffre de certaines facilités, ça reste plutôt bon. J’ai aussi lu Ce monde qui est le mien (suite alternative d’Hercule dans laquelle Mégara doit prouver qu’elle est digne de devenir elle-même une déesse pour vivre sur l’Olympe). L’histoire est relativement réussie, mais ce tome là souffre vraiment d’une écriture de fanfiction (avec par exemple des personnages qui sont systématiquement appelés par leurs surnoms) mais aussi des éléments plus intéressants (notamment l’intégration du mythe de Perséphone). Enfin s’il y en a un que je ne recommande pas pour l’instant c’est Tout droit jusqu’au matin (sorte de suite bancale à Peter Pan), qui souffre surtout d’un trop plein de tout. Pour le coup le livre se traine le contexte de base comme un boulet, ne sachant visiblement pas quoi en faire la moitié du temps. Et si une référence au Nécronomicon n’a pas suffi à contenter un fanboy comme moi c’est qu’il y a vraiment un problème (il faut vraiment que j’ouvre un topic sur Lovecraft un jour).

    Après dans l’ensemble si tu as l’occasion je te recommande de te faire ton propre avis sur cette série. L’avantage c’est qu’ils se lisent très vite, donc ça ne demande pas un investissement important.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 6 jours par R.Graymarch.

    N'est pas mort ce qui à jamais dort, mais en d'étranges ères peut mourir même la mort.

    #172731
    MELT527
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 103

    (il faut vraiment que j’ouvre un topic sur Lovecraft un jour).

    Fan de Lovecraft ? Si ça peut t’intéresser, j’ai l’intention de lancer pour octobre le mois de l’horreur en lecture commune. Je pensais proposer 8 nouvelles ou romans courts d’auteurs horrifiques et invitant les gens à en lire autant qu’ils le souhaitent.

    Profiter de ma saison préférée pour découvrir enfin Lovecraft, Edgar Alan Poe et tous ces grands autrices/auteurs est un de mes objectifs de l’année, j’espère pouvoir échanger avec vous tous sur cette expérience !

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #172753
    MELT527
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 103

    La quête d'Ewilan, tome 1 : D'un monde à l'autre par BotteroBonsoir à tous,

    Je viens de finir ma lecture commune pour Ewilan et je l’ajoute donc au challenge pour le Menu Devises – Insoumis, invaincus, intacts : un livre où un personnage est un valeureux combattant car je souhaiterai mettre à l’honneur Edwin Til’ Illan, le Maître d’armes de l’Empereur, Général des Armées alaviriennes, commandant de la Légion noire, Vainqueur des dix tournois et le premier alavirien à avoir réussi à défaire quatre Ts’liches seul. Un combattant fantastique, une légende vivante. Les personnages secondaires sont rarement aussi talentueux dans les romans jeunesse et young adult, les auteurs préférant donner toutes les qualités et les habiletés à leur personnage principal au détriment de leurs compagnons de route.

    On ne présente plus La quête d’Ewilan tome 1 – D’un monde à l’autre de P. Bottero mais je vous encourage fortement à lire tous ses romans car c’est une expérience qui a changé mon regard sur la lecture, sur l’imagination, le courage et l’amitié. Un coup de cœur qui n’a pas vieilli en 20 ans.

    Elle apprend à vieillir, expliqua-t-il d’un ton triste, ça lui fait mal.

     

    Houdini magicien et détective, tome 1 : Metamorphosis par PerretJe valide également dans le Menu Essos – Meereen : un livre militant avec Houdini magicien et détective, tome 1 : Metamorphosis de Vivianne Perret. C’est une autre petite déception dans les recommandations des Mots de l’imaginaire.

    Résumé : Nous suivons Houdini, devenu un magicien célèbre qui voyage de ville en ville pour se produire dans les plus grandes salles de spectacle. Accompagné de sa femme, qui est aussi son assistante sur scène, ils arrivent à San Francisco où il est invité par un riche négociant en soie de Chinatown à enquêter sur la disparition de sa nièce, en échange d’un manuscrit rare sur des tours de magie chinois (un truc très très rare). Là il découvrira les horreurs que vivent les chinois qui débarquent aux Etats-Unis.

    C’est évidemment une fiction qui se base sur des faits réels : il est vrai que Houdini proposait à la police de chaque ville où il se produisait d’être mis à l’épreuve (le coup d’escapologie avec des dizaines de paires de menottes dans une salle vide) et qu’il a apparemment apporté son aide dans des enquêtes. Mais je dois dire que j’ai trouvé toute la partie avec Houdini assez fade. Il ne faisait que s’émerveiller du fait de pouvoir manger à sa faim, serrer la main de gens importants qui ne lui auraient pas donner l’heure quand il était gamin et faire le tango horizontal avec sa femme (très sympathique).

    Ce qui m’a retourné, ce sont les descriptions des conditions de vie des chinois à la fin du XIXe siècle aux Etats-Unis et surtout des chinoises. Les descriptions très graphiques des taudis dans lesquels elles étaient enfermées, les supplices qu’elles subissaient pour ne pas qu’elles puissent s’échapper et la façon dont les proxénètes s’en débarrassaient lorsqu’elles ne rapportaient plus d’argent ou tombaient malades. Elles étaient emmurées dans une pièce avec une bougie et quelques bouts de pain jusqu’à ce qu’elles décèdent, ça m’a tourné l’estomac. J’ai trouvé que le roman m’en disait plus sur cet aspect de l’Histoire avec un grand H que sur Houdini qui ne donne pas de valeur ajoutée au roman. Je le conseille à ceux qui veulent en savoir un peu plus sur cette partie moins reluisante des décisions américaines sur les immigrés chinois du XIXe siècle et la façon inhumaine dont ils étaient perçus.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #172762
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 6507

    The Expanse, tome 7 : Le Soulèvement de Persépolis, de James S. A. Corey pour valider le Conflans (un livre avec des batailles)

    Je poursuis ma lecture de The Expanse, sans les enchainer, mais avec un voyage dans l’espace de temps en temps ^^ Je n’avais pas trop aimé le tome précédent, et je dois dire que celui-ci est bien meilleur. La saga est assez inégale mais toujours divertissante quand elle réussit à mêler les enjeux à hauteur d’homme et la grande Histoire, avec des intrigues politiques qui pètent. C’est le cas dans ce tome. L’histoire met toutefois beaucoup de temps à démarrer : on commence par un saut temporel et, le temps de replacer les personnages et intrigues dans ce nouvel état du monde, c’est un peu longuet. Néanmoins, une fois qu’on est dedans, les pages s’enchaînent toute seules et on est contents de retrouver Holden et sa petite bande. Un tome sympatoche donc.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 5 jours par Nymphadora.

    ~~ Always ~~

    #172773
    Quintus Cularo
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 145

    Fan de Lovecraft ?

    Le mot est faible en l’occurrence.

    Je valide le thème Baratheon (Menu Grandes Familles) avec Le Crime de l’hôtel Saint-Florentin de Jean-François Parot.


    Au début du règne de Louis XVI, une femme de chambre est retrouvée, à coté d’un domestique inconscient à l’hôtel particulier de Louis de Saint-Florentin, ministre du roi. Nicolas le Floch, commissaire au Châtelet dois alors mener l’enquête.

    Bon, ceux qui connaissent l’œuvre de Jean-François Parot savent que j’ai joué la facilité pour ce thème. Comme dans les précédent tome, chaque repas que prendrons les personnages (et il y en a beaucoup) nous sera allégrement décrit. Je déconseille grandement de lire ça le ventre vide.

    Sur le reste on retrouve avec beaucoup de plaisir la plume de Parot et ses intrigues, souvent très emmêlées, mais toujours bien pensées. Les personnages sont toujours aussi attachants, et surtout le langage dans l’esprit de l’époque représente toujours autant une des grandes forces de la série. Petit point un peu plus négatif, j’ai toutefois trouvé l’affaire un peu faiblarde par moment, bien que les entremêlements scénaristiques permettent de rehausser le tout.

    Bref on est bien dans la continuité de la saga (que je recommande dans son intégralité, bien que le style soit souvent très dense), et ce tome à une saveur très particulière, étant donné que je travaille littéralement à coté du lieu qui lui donne son nom.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 5 jours par Quintus Cularo.

    N'est pas mort ce qui à jamais dort, mais en d'étranges ères peut mourir même la mort.

    #172792
    Wylla
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 128

    Je viens de finir  »Le Chant des Géants » de David Bry avec lequel je valide, dans le menus Westeros : LeLe chant des géants par Bry Conflans*, car les batailles occupent une place essentielle dans ce roman qui emprunte au conte et à la chanson de Geste.

    Le roman s’ouvre dans une taverne de l’île d’Oestant, terre où dorment 3 géants qui rêvent le destin des hommes. Un conteur y narre une histoire aux thèmes universels : amour, guerre, trahison,.. qui est plus précisément celle de 2 frères, les princes Bran et Ianto. Je n’en dis pas trop histoire de ne pas vous gâcher le plaisir d’une éventuelle lecture.

    C’est un titre qui se lit vite et bien, le revers de la médaille étant que la narration est peut-être un peu trop rapide pour que l’intrigue et les personnages aient une véritable épaisseur, même si elle s’étoffe vers la fin du roman. Le style est fluide et assez poétique (même si 2 trois répétitions par ci par là m’ont un peu gênée)et il y a une vraie « ambiance » notamment grâce à la présence du conteur. J’ai passé un bon moment de lecture même si ce n’est pas un coup de coeur. C’est un titre qui me tentait vraiment et j’avais beaucoup d’attentes donc c’est plus facile d’être déçue. J’ai vu qu’un topic est consacré à David Bry et j’ai réalisé qu’il avait écrit d’autres titres qui sont sur ma liste à lire, je me laisserai sûrement tenter !

    *J’ai hésité à valider Mer Dothrak (qui risque de ne pas être facile à valider ahah) car il y a deux petits chevaux sur la couverture.

    #172892
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3652

    Je valide :

    #172900
    MELT527
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 103

    Bien le bonsoir,

    je valide dans le Menu Westeros – Les Terres de l’Orage : un livre où un personnage affronte le mauvais temps avec Into the deep de Sophie Griselle.

    Into the deep par GriselleRésumé (Babelio) : À plus de onze mille mètres de fond, la fosse océanique des Mariannes, au large de l’océan Pacifique : l’endroit le plus profond sur Terre… C’est là que Sam Luzarche, jeune océanologue, découvre une créature qui pourrait bien remettre en question tout ce qu’il croyait savoir sur la science, sur les fonds marins et, en définitive, sur lui-même.

    J’ai lu ce livre pour le challenge SFFF qui met à l’honneur les éditions SNAG. Je doit dire que j’ai trouvé toute la première partie de ma lecture plus que désagréable. Le personnage principal, son intérêt amoureux, son père, aucun de ces personnages n’a suscité en moi autre chose que du mépris ou de l’indifférence. J’avais l’impression que leur caractère n’était qu’un bouton à deux positions. Sam ne semblait pouvoir qu’être dépressif ou en colère, son père arrogant ou carrément fanatique, la copine humiliée ou offusquée… ça s’améliore un petit peu à 60% du roman, mais bon faut y arriver.

    De plus, la raison pour laquelle je n’ai pas du tout aimé la première partie tient au fait des problèmes d’éthique et de morale que rencontrent les personnages, alors que pour moi il y a jamais eu aucun débat.

    Spoiler:
    Si vous trouviez une créature inconnue ressemblant autant à un être humain que celle du roman, il n’y aurait pas photo que je ne permettrai pas de la voir expérimentée comme elle l’a été dans le livre. Mais Sam ne semble pas voir plus loin que ses pathétiques problèmes de confiance en soi et de « papa ne m’a jamais aimé ». Toutes les deux pages, je voulais l’attraper et le secouer.

    Je pense que le roman n’était clairement pas fait pour moi, mais pourrait plaire à un lectorat plus jeune ou avec moins d’attentes. J’entend par là des gens qui ont moins lus et donc, pourraient être surpris par les retournements, l’histoire en général et ne pas voir les petits problèmes de narration et de construction de personnages.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #172970
    tyrionuscule
    • Éplucheur de Patates
    • Posts : 6

    je valide dans le menu Essos : Braavos : un livre dont l’auteur n’est ni américain, ni anglais, ni français

    avec Le trésor de la baie des orques de kenneth Cook (Australie) 

    Après avoir perdu toutes ses économies au poker, Jonathan échoue à la baie des orques où il va travailler comme baleinier. Il rencontrera un aventurier local avec lequel il se mettra en quête d’un trésor englouti…
    C’est résolument un roman d’aventures. Roman d’aventures <i>à l’ancienne</i> qui se lit facilement, qui est plaisant mais très peu développé et qui pour ma part s’oublie facilement…
    Les personnages ne ressemblent qu’à des archétypes juste nécessaires pour faire avancer l’action et l’unique femme de l’histoire est réduite à un cliché peu passionnant
    Ceci dit, l’histoire est sympathique (quoique totalement prévisible et invraisemblable ), mais le cadre et le contexte sont intéressants. On est au bout du monde dans un port dont la seule activité est la chasse à la baleine , chasse-poursuite où les orques aident les hommes et dont les descriptions sont assez savoureuses. Quelques passages assez drôles comme celui où un personnage pense que la meilleure façon de soigner un lumbago est de se plonger entièrement nu dans le corps d’un orque éventré !… Quant au trésor et à sa chasse on a plutôt l’impression d’être dans un livre dont vous êtes le héros.
    Cela peut néanmoins constituer une bonne lecture d’été pour peu qu’on aime les baleines.
    L’auteur Kenneth Cook est plus connu pour ses nouvelles qui parait il sont très drôles.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 2 jours par tyrionuscule.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 2 jours par tyrionuscule.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 2 jours par tyrionuscule.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 2 jours par R.Graymarch.
    #172985
    Crys
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1315

    Hoplà, je viens de terminer le bouquin de Vincent Ferré, Lire J.R.R. Tolkien, dont je détaille le retour ici. On est globalement sur de l’analyse de l’œuvre du Professeur en mettant en parallèle son travail universitaire comme fictionnel, et en démontrant comment les deux sont liés dans l’appréhension de sa vision du monde. C’était fort très intéressant, même si plutôt technique (faut aimer les notes de bas de page). Du coup il me permet de valider le Lannister de mon menu Grandes Maisons, avec une couronne d’or sur la couverture (celle d’Aragorn à la fin du Seigneur des Anneaux de Jackson, qui pour le coup est dorée, même si d’argent dans le film).

    #173011
    MELT527
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 103

    Déracinée par NovikBonjour à tous,

    je valide dans le Menu Devises – Croître avec vigueur : un livre où la nature ou l’agriculture a un rôle important avec le livre de Naomi Novik Déracinée qui a déjà été présenté par @quentin-tournon, et où le Bois qui menace le pays est un personnage à part entière.

    C’était un bon roman, une belle histoire, assez fantasy et étrangère pour que j’apprécie de me perdre dans ses péripéties. On sent au fil des pages les inspirations slaves et polonaises de l’autrice qui s’approprie ici le folklore pour nous livrer un joli conte pour adultes.
    J’ai aussi grandement apprécié le détournement du conte de La Belle et la Bête.

    Lorsque l’on commence le roman, nous avons un magicien qui prélève tous les 10 ans une jeune fille de 17 ans de la Vallée en guise de tribut pour sa protection contre le Bois, une entité malfaisante qui dévore troupeaux et villageois pour croître et gagner du terrain. Cette jeune fille reste avec le Dragon dans sa tour sans aucun contact avec l’extérieur puis est relâchée changée. La plupart ne retournent pas chez elles mais partent en voyage, s’installent ailleurs… Je m’attendais presque à un huis-clos entre Agnieszka et le Dragon, mais rapidement, les rôles sont redistribués et l’histoire nous emmène dans différents endroits pour y rencontrer de nombreux personnages fascinants. Mention spéciale à la magicienne forgeronne.

    Autre bon point, c’est un one-shot, ce qui est rare en fantasy je trouve et surtout le roman se tient de bout en bout et ne semble pas inachevé. Cela me rend très curieuse de tenter la nouvelle trilogie de l’autrice Éducation meurtrière.
    Je le recommande à tous ceux qui aiment s’aventurer dans les bois pour le plaisir de la découverte et apprécient les romans loin des modèles américains.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #173016
    Schrö-dinger
    • Frère Juré
    • Posts : 96

    Dans le Menu Daenerys Targaryen, je valide Mère des Dragons – un livre ayant un ou plusieurs dragons sur la couverture avec Feu et Sang de George R. R. Martin, je ne sais pas si vous connaissez …

    Quelle erreur d’avoir attendu aussi longtemps pour le lire ; il faut dire que l’ouvrage est imposant (mais magnifique!) et le concept de chroniques historiques ne me passionnait pas.

    Pourtant, cela a été une lecture passionnante, j’ai adoré. C’est complexe, très dense, un peu vertigineux quand on pense à la quantité astronomique d’informations présentes dans ce livre. Mais c’est sans compter la plume de l’auteur qui rend le tout très plaisant à lire. J’ai adoré découvrir les nombreux mystères qui ponctuent l’histoire des Targaryen (Maegor I, Aerea, Aegon II, entre autre), ainsi que les discussions sur les différentes sources et leurs divergences (les versions de Mushroom m’ont bien souvent fait rire).

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #173017
    Wylla
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 128

    Hop, je viens de finir Persuasion de l’inimitable Jane Austen. Je l’avais depuis un moment dans ma bibliothèque et j’ai eu envie de le lire avant de, potentiellement, regarder l’adaptation Netflix qui semble assez décriée. C’est toujours un plaisir de retrouver

    Afficher l’image sourcel’esprit aussi subtil qu’incisif de Jane Austen, son talent pour décrire les caractères et son humour sarcastique – toujours pondéré par la bienséance of course.

    Comme la catégorie que je pensais valider avec ce titre n’existe que dans mon imagination, je valide, dans le Menu Westeros : Le Bief : un livre avec des fleurs sur la couverture. Je joins la couverture pour prouver la présence des dites fleurs, mais c’est pas parce que j’ai peur de Nympha, promis.

     

    @MELT527 Si tu as aimé Déracinée tu aimeras probablement La Fileuse d’argent, aussi de Naomi Novik qui est également un one shot et s’inscrit dans cette même atmosphère Europe de l’Est / conte.

    Je te conseille aussi vivement La Trilogie d’une nuit d’hiver, de Katherine Arden 🙂 .

    #173030
    MELT527
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 103

    @wylla merci pour tes recommandations. J’hésitais un peu pour La fileuse d’argent, le résumé me parlait moins que Déracinée. Je l’ajouterai peut-être à ma PAL de 2023. Pour la trilogie de l’hiver, j’allais dire que je ne voyais pas ce que c’était, mais en fait je l’ai dans ma bibliothèque. Je l’ai eu dans une box livre Le Petit Colli, mais je l’avais jamais ouvert.

    Contente d’entendre que quelqu’un d’autre aime Jane Austen. Persuasion est dans mon top 3, peut-être même le premier, bien qu’on puisse se dire que ce n’est pas un Jane Austen à 100% puisqu’il a été publié à titre posthume sans avoir été « terminé ». On peut imaginer qu’il aurait été un peu plus étoffé dans sa version finale mais il est déjà très bien.

    Pour le film Netflix, quand j’ai vu le trailer, j’ai compris avec effroi que je ne pouvais décemment pas regarder une telle daube qui ch*** tellement sur l’œuvre originale. Ca me peine de me dire que je ne verrais pas toutes les adaptations, mais il semble que toucher à Persuasion soit ma limite (et j’ai vu Austenland et Lost in Austen).

    Si tu as Disney +, je te conseille Fire Island, une adaptation LGBTQ+ d’Orgueil et Préjugés.

    Petit aparté, je trouve les nouvelles couvertures 10/18 des romans de Jane Austen sublimes (sauf O&P).

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #173069
    Schrö-dinger
    • Frère Juré
    • Posts : 96

    Dans le Menu Garde de Nuit, je valide Le cor qui secoue les dormeurs : un livre dont la lecture t’a été inspirée par l’avis d’un autre challenger avec Blackwater, tome 1 : La Crue de Michael McDowell (merci à Feygirl, MELT527 et Quintus Cularo).

    Difficile de résister, après en avoir tant entendu parler, je me suis lancé avec le premier tome de cette saga. Ce fut une bonne lecture, j’ai trouvé que c’était un bon premier tome « introductif » et j’ai plutôt hâte de lire la suite. Le côté fantastique est peut-être un peu léger pour l’instant. Mais à vrai dire je trouve cela un peu dur de juger en n’ayant lu que cela, sachant que l’œuvre est pensée comme un feuilleton en 6 épisodes.

    En lisant la biographie de l’auteur, j’ai découvert que c’était une publication posthume, que l’auteur est décédé en 1999, que l’œuvre a été écrite en 1983 et qu’il a scénarisé Beetlejuice et L’étrange Noël de Monsieur Jack. Il en aura fallu du temps pour que l’œuvre soit traduite en France. Mais le résultat me semble très prometteur et les couvertures sont vraiment belles.

    Aussi, un petit oubli, mais dans le Menu Les Grandes Familles, je valide Stark : un livre où au moins un personnage important est un enfant avec La Quête d’Ewilan, tome 1 : D’un monde à l’autre de Pierre Bottero, dont on discute ici.

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #173074
    MELT527
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 103

    Le côté fantastique est peut-être un peu léger pour l’instant.

    C’est un peu ce qui ressort de la lecture de toutes les personnes de mon entourage qui sont des aficionados de la SFFF. Beaucoup se plaignent que le côté fantastique soit trop léger. Je pense qu’il faut entrer dans cette saga en s’attendant à une saga familiale sur plusieurs décennies avec un peu de mystère à la Daphné du Maurier et non une aventure épique avec de grands pouvoirs mystiques comme La Roue du Temps.

    Je pense que mon cerveau a switché tout seul vers le milieu, du coup le manque de fantastique ne s’est pas trop fait ressentir.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #173257
    Fitz
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 216

    Je valide le thème Insoumis, invaincus, intacts, un livre où un personnage est un valeureux combattant, avec Tower of God Tome 1 à 5 de SIU (Slave in Utero)

    TOG Tome 1TOG Tome 2TOG Tome 3TOG Tome 4TOG Tome 5

    Ce manhwa coréen met en scène un univers composé d’une tour géante. Cet édifice est gravi par d’innombrables personnes qui doivent se soumettre à des tests à chaque étage afin de pouvoir progresser dans la Tour. La légende dit que tout ce que l’on peut désirer se trouve au sommet de la Tour. Les personnes choisies pour escalader la tour sont nommés « Réguliers ». Lorsqu’un « Régulier » arrive au sommet de la Tour, il voit ses vœux exaucés. Le manwha suit l’histoire de Bam, un jeune garçon qui entame l’ascension de la Tour, tout en provenant de l’extérieur de celle-ci. Il est donc ce qu’on appelle un irrégulier, une personne qui monte la tour sans avoir été choisi, et dont il est dit qu’elles peuvent provoquer de grands changements dans la tour. Il est à la recherche d’une fille, Rachel, qui est rentrée dans la tour un peu avant lui.

    Il s’agit en fait pour moi d’une relecture d’une série que j’ai découverte il y a 2 ans, et dont les premiers tomes sont enfin disponibles en version papier. Ces 5 premiers tomes mettent en place notre protagoniste principal, Bam ainsi que certains des personnages clés de la suite de l’histoire, comme Endorsi, Khun, Rachel ou Rak. Le rythme est plutôt lent et ne comporte qu’assez peu de scènes d’action par rapport à la suite, qui tend plus vers le battle shonen. Néanmoins, on peut repérer une certaine poésie dans les dialogues et certaines réflexions mises en place sont assez intéressantes, accompagnant le cadre de la tour qui est censée apparemment être une métaphore du monde Coréen du travail et de l’entreprise, qui est très compétitif apparemment, et plus généralement du capitalisme.

    En résumé, une lecture plutôt agréable, on ne s’ennuie pas, et la suite est bien mieux, notamment au niveau graphique, l’auteur s’est énormément amélioré depuis 11 ans qu’il publie ce manhwa. Si ça vous intéresse, le manhwa est disponible officiellement (et gratuitement) en intégralité à  cette adresse  ici

    Aurait également pu rentrer dans la catégorie Braavos

    #173428
    Schrö-dinger
    • Frère Juré
    • Posts : 96

    Dans le Menu Westeros, je valide Les Terres de l’Orage : un livre où un personnage affronte le mauvais temps avec Labyrinthes de Franck Thilliez.

    Après avoir été très fan quand j’étais plus jeune, je me suis un peu éloigné de cet auteur, pour finalement continuer à lire ses dernières sorties (mais maintenant je n’achète plus, j’emprunte à la médiathèque – et ma bibliothèque, qui n’est malheureusement pas infinie, me dit merci!). Les derniers ne m’avaient pas beaucoup emballé, ici j’ai bien aimé, et je me suis fait surprendre par la fin (clairement, c’est le but de ses romans).

    Dans ce livre, on suit à tour de rôle trois femmes, une journaliste victime de trous de mémoire qui enquête sur une étrange bobine, une psychiatre qui va se retrouver bloquée par le mauvais temps dans un chalet de montagne et une jeune femme séquestrée (charmant programme).

    Il est conseillé de lire deux de ses précédents livres avant celui là, Le manuscrit inachevé et Il était deux fois, ce n’est pas indispensable mais il y a un certain nombre de références à ces deux livres …

    Quant au challenge, je vous laisse avec une petite citation :

    En temps normal, déjà, Véra détestait les nuits de tempête de neige, quand son chalet se transformait en un radeau perdu au milieu d’un océan déchaîné. Et celle-ci ne faisait pas exception à la règle, bien au contraire…

    Au fur et à mesure, les flocons avaient recouvert les deux vitres, l’isolant plus encore du reste du monde. Puis le vent avait forci. Désormais, les bourrasques heurtaient la porte et faisaient craquer toutes les parois.

    Le Kraken à la plage (ah-ouh, cha cha cha)

    #173440
    Fitz
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 216

    Je valide la catégorie Famille, Devoir , Honneur , un livre où un personnage est attaché à sa famille avec le tome 7 du Malazan Book of the Fallen, le Souffle du Moissonneur, de Steven Erikson , j’ai choisi ce thème à cause d’un moment du livre qui m’a beaucoup marqué , c’est-à-dire

    Spoiler:
    le sacrifice de Beak pour sauver la XIVème armée, sa famille trouvée, qu’il aime inconditionnellement, sans avoir été aimé jusque-là en retour, tout ça pour retrouver dans l’au-delà son frère qui s’était suicidé quand il était enfant, et qui est enfin en paix avec lui-même. Ce moment m’a beaucoup ému.

    Reaper's Gale CoverCe livre reprend le fil des intrigues du tome 5, Les Marées de Minuit ,avec l’Empire de Lether et les Tistes Edurs, ainsi que du tome 6, avec l’arrivée de la XIVème Malazéenne à Lether ,tout en ajoutant quelques nouvelles intrigues

    C’est un livre qui est globalement très bien équilibré, avec une bonne balance d’action et de dialogues, même si forcément il y a plus d’action vers la fin. Je ne me suis jamais ennuyé durant ma lecture, et vers la fin du livre, il y avait même plusieurs moments très émouvants. Un point peut-être un peu négatif est que je n’ai trouvé aucune des intrigues nouvellement introduites , ni des nouveaux personnages, extrêmement intéressants. Ils ont certes capté mon intérêt, mais bien moins que tous les anciens qui étaient déjà là, mais peut-être est-ce normal pour une série qui introduit une centaine de nouveaux personnages à chaque livre. Malgré cela, c’est un livre que je recommande chaudement (mais il faut lire les 6 autres tomes avant par contre !)

    Aurait également pu rentrer dans les catégories Greyjoy, Tully, Feu et Sang, Nôtre est la fureur, Braavos et Qarth

    #173456
    Yoda Bor
    • Pas Trouillard
    • Posts : 704

    Je valide Dorne, un livre où il fait chaud avec La séquence Aardtman de Saul Pandelakis. J’en parle un peu plus dans le topic lecture mais il y fait très chaud puisque le livre prend place dans un futur où le changement climatique a rendu la Terre étouffante.

    #173459
    MELT527
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 103

    Blind Dog Rhapsody, tome 1 par HannaBonsoir à tous,

    je valide une entrée du Menu Westeros – Le Bief : un livre avec des fleurs sur la couverture aves le premier tome de la trilogie de Comics Blind Dog Rhapsody d’Herik Hanna édité chez Delcourt.

    Résumé (Babelio) : Aveugle, quasiment invincible, il est le dernier héritier de son clan. Accompagné de l’esprit de son maître, un raton laveur fantôme, et d’une serveuse de bar à la langue bien pendue, sa quête ne sera pas une balade de santé. Entre les agents du seigneur local, les attaques d’un monstre et les terribles « 9 Péchés Capitaux » lancés sur ses traces, il a du pain sur la tranche. Sur la tronche aussi.

    C’était assez divertissant, avec du brisage de 4e mur, des gros seins, du sang et des tripes, des méchants méchants, des gentils pas gentils. C’est une lecture qui fait sourire et se lit rapidement. En plus, c’est plié en 3 tomes, ce qui change des sagas à rallonge. J’avais envie d’une petite lecture rafraichissante avant de commencer le tome 2 de la Quête d’Ewilan et c’est exactement ce que j’ai eu 😉

    Je me rapproche doucement de la moitié du challenge, avec celui-ci j’en suis à 22 sur 46 il me semble !

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #173476
    Yoda Bor
    • Pas Trouillard
    • Posts : 704

    Je galère un peu sur certains thèmes du coup je valide Lannister : un livre avec de l’or sur la couverture, avec l’intégrale 3 des Révélations de Riyria : L’héritier de Novron de Michael J Sullivan, une saga de fantasy plutôt classique qui se termine avec ces deux tomes.
    Je ne vais pas vous parler de cette intégrale là pour ne pas spoiler, mais c’est une saga très sympathique qui commence plutôt doucement en suivant un duo de voleurs qui se fait piéger et se retrouve accusé de la mort du roi. En cherchant à se disculper ils kidnappent le prince héritier et partent à la recherche d’un magicien enfermé depuis très longtemps.
    Par la suite ils se retrouvent à protéger un village d’un monstre géant puis les tomes suivants deviennent de plus en plus politiques, avec une rébellion nationaliste, un empire en reconstruction, une héritière amorphe, un grand méchant machiavélique, une virée en bateau, un affrontement dans la jungle, des prophéties, des nains, des elfes, et des tonnes d’autres choses.
    J’ai vraiment passé un excellent moment avec cette saga qui fait des progrès énormes au fur et à mesure de l’avancée des tomes, avec des personnages nombreux mais qui sont introduits progressivement, et un univers qui s’étend de manière très logique.

    Et puis je valide Mer Dothrak : un livre montrant un cheval sur la couverture avec Un cheval dans la salle de bains de Douglas Adams (le cheval est dans le reflet, il m’a fallu un temps fou pour le remarquer).
    J’avais déjà lu le Guide du voyageur galactique de cet auteur. J’avais pas aimé ce livre mais j’ai voulu retenter parce que c’est du Dirk Gently et j’avais trouvé la série télé hyper fun. Et bien ça a pas marché encore une fois. C’est inrésumable mais ça mélange un professeur d’université, un spécialiste des logiciels et un détective privé spécialisé dans les chats, avec un fantôme, un moine électrique et un cheval dans une salle de bain. C’est beaucoup trop absurde pour moi, pas mon genre du tout, mais ça plaira peut-être aux amateurs du genre.

    #173655
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3652

    Je valide :

    • Menu devises / Je rugis : un livre avec un animal dangereux sur la couverture
    • avec Blackwater, tome 2 : la Digue, de Michael McDowell (des serpents sur la couverture)

    Pour ce second volet de Blackwater, la série littéraire en vogue cette année, nous retrouvons les Caskey en 1922 à Perdido. Mary-Love, toujours aussi hostile à Elinor, s’occupe jalousement de sa petite-fille Myriam, et invite l’ingénieur responsable des études de la future digue, Early, à emménager chez elle le temps des travaux. Tout le monde sait qu’Elinor rejette la digue — sans en comprendre la raison — et les deux femmes se livrent à une sourde lutte, sans affrontement spectaculaire mais pas sans coup d’éclat.

    Elinor, créature de la rivière, est à nouveau enceinte, et continue à s’installer dans la vie de cette petite ville dépendante des aciéries de trois grandes familles. L’auteur nous évoque encore une fois ce temps révolu où les classes sociales étaient figées, les domestiques noirs étaient considérés comme des objets et les riches femmes blanches intriguaient en coulisse.

    Sa plume soignée est digne des grandes sagas familiales, avec cette touche de fantastique effrayant qui sort du lot : Elinor représente l’eau sauvage, celle qui tue, tandis que l’ingénieur Early personnifie la terre qui protège. Au milieu d’une galerie de personnages marquants, les événements se succèdent, tantôt anodins, tantôt dramatiques. Mention spéciale au sacrifice final, glaçant, où Elinor démontre au lecteur sa cruauté et son égoïsme. Mais l’auteur suggère que sa victime n’a pas dit son dernier mot, alors, vive la suite !

    Peut convenir aux items suivants : Tully : un livre qui se déroule près d’une rivière, un fleuve ou un lac / Targaryen : un livre avec des luttes de pouvoir / Tyrell : un livre avec un mariage / Martell : un livre où les femmes tiennent une place importante dans la société / L’hiver vient : un livre qui se déroule sur au moins deux saisons / Famille, Devoir, Honneur : un livre où un personnage est attaché à sa famille / Je rugis : un livre avec un animal dangereux sur la couverture / Nôtre est la fureur : un livre où un personnage est en colère

    #173803
    Fitz
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 216

    Je valide le thème les Iles de Fer, un livre où on navigue, avec le tome 1 et 2 de Thorgal, de Jean Van Hamme constituant le Cycle de la reine des Mers Gelées.

    Thorgal 1Thorgal 2

    Il s’agit ici d’une relecture pour ma part, ayant lu (et bien aimé) les 15 premiers tomes il y a des années, je compte désormais lire toute la série et constituer une collection.

    Pour l’histoire de ces 2 premiers tomes, on a donc Thorgal Aegirsson, un Viking du Nord d’origine inconnue (il a été retrouvé bébé seul sur un radeau dans la mer) qui se retrouve dans une très mauvaise situation : Gandalf le Fou, roi des Vikings du Nord, l’a condamné à mort car il a osé aimer sa fille Aaricia. Heureusement, une mystérieuse magicienne, qui se surnomme la reine des Mers Gelées, le délivre, en échange d’un an de servitude. On parle aussi d’un peuple qui serait venu des étoiles dans la région des Mers Gelées…

    En ce qui concerne le monde, on est ici sur un monde qui puise pour le moment dans l’idée collective que l’on se fait des Vikings, auquel on ajoute des humains détenant une technologie futuriste et des  créatures de légendes nordiques comme des géants et des nains. Un curieux mélange qui fonctionne ici plutôt bien, donnant de temps en temps l’impression d’être en  train de lire un conte épique et parfois de lire une BD de science-fiction.

    Un gros défaut à mon sens est que, pour les moments, les personnages sont assez unidimensionnels, remplissant des archétypes, Thorgal est courageux, Aaricia est la jolie demoiselle en détresse, la reine des Mers Gelées est froide et mystérieuse, les Vikings du Nord sont généralement lâches et stupides.

    Heureusement, dans mes souvenirs, ça va beaucoup s’améliorer dans les tomes suivants.

    #173805
    R.Graymarch
    • Vervoyant
    • Posts : 8657

    Ohhh Thorgal. On s’est beaucoup aimés, au début. J’ai grandi avec cette saga jusqu’à lâcher l’affaire.

    J’ai abusé des flèches décrites dans Les Archers en jdr. J’ai bien aimé le trip américain et mon préféré reste Au delà des ombres. Ce que j’aimais bien c’est qu’il vieillissait avec les tomes, c’était rare.

    Cela dit, depuis que j’ai lu qu’il y a beaucoup de planches qui lorgnent vers le bondage (Thorgal attaché/enchaîné et en pagne), je ne peux plus ne pas le remarquer….

    Je sers la Garde et c'est ma joie. For this night, and all the nights to come
    MJ de Chanson d'Encre et de Sang (2013-2020) et de parties en ligne de jeu de rôle
    DOH. #TeamLoyalistsForeverUntilNow. L’élu des 7, le Conseiller-Pyat Pree qui ne le Fut Jamais

    #173979
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3652

    Je valide :

    • Menu Grandes Familles / Stark : un livre où au moins un personnage important est un enfant
    • Avec La Quête d’Ewilan Tome 1 : d’un monde à l’autre, de Pierre Bottero, grâce à la lecture commune sur le forum.

    nb : pour ceux qui se demandent comment valider l’item « Mer Dothrak » (cheval sur la couverture), l’édition du tome 2 par France Loisirs est parfaite. Moche, mais parfaite pour le challenge :

    Spoiler:

    #173997
    MELT527
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 103

    Moche, mais parfaite pour le challenge

    Quelle est cette horreur ? je n’ose pas regarder les couvertures des autres tomes… Allez, je regarde, je peux pas faire autrement.

    C’est horrible. Petite miséricorde, ils n’ont pas édité la trilogie suivante.

    Oh mon dieu, ils ont fait Coraline aussi. Bon j’arrête, je suis traumatisée.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

30 sujets de 211 à 240 (sur un total de 277)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.