Challenge de lecture « En attendant l’hiver » (2022)

Forums Une escapade à la Môle – discussions diverses Le carrefour des autres mondes Autres œuvres littéraires Challenge de lecture « En attendant l’hiver » (2022)

30 sujets de 121 à 150 (sur un total de 153)
  • Auteur
    Messages
  • #170189
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    Ici, je vais valider deux entrées de menu en même temps car les deux livres sont issus de la même trilogie. Il s’agit de la trilogie de Bartiméus de Jonathan Stroud.

    J’ai validé avec le tome 2 – L’œil du Golem – le Menu Westeros / Les Terres de la Couronne : un livre qui se déroule dans une capitale et avec le tome 3 – La porte de Ptolémée – le Menu Garde de Nuit / Le veilleur aux remparts : un livre issu des recommandations de la Garde de Nuit.

    La trilogie de Bartiméus, tome 2 : L'oeil du golem par StroudLe tome 1 – L’amulette de Samarcande – était un achat d’impulsion quand j’ai commencé mon travail dans l’édition et que j’avais accès à tant de livres différents que je ne savais plus où donner de la tête. Je l’avais commencé directement et le garçon dont on suit les aventures me sortait par les yeux, il était dédaigneux, cruel et froid, et plus le livre continuait moins il y avait l’espoir de le voir changer. Je l’avais posé au trois-quarts et m’étais promise de ne plus prendre de livres sans en connaître un peu le thème.

    Mais me voilà, 15 ans plus tard et ayant lu les 3 tomes.

    Cette trilogie prend place dans un monde très semblable au nôtre, à Londres où le pays est gouverné par les magiciens. Ce sont des personnes qui ont développé des aptitudes pour la magie dans leur jeunesse et ont été retiré de leur famile pour être formé auprès d’un mentor dès leur 8 ans.

    C’est une magie très particulière : celle de l’invocation. Chaque magicien développe des talents pour appeler des djinns, farfadets et autres de leur dimension d’origine. Une fois dans notre monde, par des sorts de contrainte et des menaces de douleur et de mort, les « démons » sont obligés de suivre les ordres de leur invocateur.

    La trilogie de Bartiméus, tome 2 : L'oeil du golem par StroudIci nous suivons un jeune garçon, Nathaniel, un prodige, dans sa quête d’ascension vers le plus haut poste du gouvernement : Premier Ministre. Pour ça, il s’adjoint l’aide d’un djinn assez talentueux et rusé : Bartiméus.

    Nous suivons donc Nathaniel et Bartiméus dans différentes aventures / enquêtes afin de révéler les gens qui se cachent derrière toutes les attaques contre les magiciens pour finir par découvrir un complot qui dépassent tout ce qu’ils pouvaient imaginer.

    Je suis sortie de ma lecture mitigée. J’ai aimé mais je suis restée très en retrait par rapport aux personnages. Aucun n’était vraiment bon (dans le sens gentil) et ça m’a beaucoup génée.

    Entre un magicien qui n’hésite par à blesser les djinns sous ses ordres lorsqu’il est contrarié ou qu’ils n’ont pas accompli leur mission, les djinns qui n’hésitent pas à réduire en charpie les invocateurs qui ont mal tracé leur pentacle et ne les tiennent donc pas en leur pouvoir et certains « civils », sans magie, qui font exploser des bâtiments et égorgent des gens parce qu’ils veulent lancer une révolution… Je n’avais aucune ancre à quoi m’attacher. Mais le monde, l’énigme et Bartiméus m’ont fait rester. Et je n’ai pas été déçue.

    Je suis sûre qu’il ne m’aurait pas plu lorsque j’étais jeune, parce qu’à cet âge, on est un peu trop intransigeant sur ce qui est bien et mal, mais aujourd’hui, en faisant la part des choses, je vois surtout la critique d’une société injuste et cruelle.

    Même si je ne recommande par forcément, je suis très contente de les avoir lus.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 5 jours par MELT527.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170221
    Jon
    • Patrouilleur Expérimenté
    • Posts : 357

    L'HéliotropeJe valide Aussi haute qu’Honneur du menu Devises (un livre qui se déroule en hauteur (montagne, tour d’immeuble, espace, etc)) avec L’Héliotrope d’E.S. Green. Toute l’intrigue se déroule dans le Haut-Monde, où les îles flottent dans le ciel et où les navires volent 🙂
    Et pour en savoir plus, rendez-vous demain pour le premier épisode des Manuscrits de Mestre Aemon 😉

    L'esprit critiqueEt je valide Le bouclier protecteur des royaumes humains du menu Garde de Nuit (un livre écrit par un.e auteur.ice qui a été interviewé.e par la Garde de Nuit) avec L’esprit critique d’Isabelle Bauthian, interviewée aux Imaginales 2019, et Gally. Une BD fortement conseillée par Nympha, dont l’objectif est d’aider à aiguiser son esprit critique, en particulier en reconnaissant les biais cognitifs auxquels nous sommes soumis, et les argumentations de mauvaise foi auxquelles nous pouvons être exposés. C’était plutôt intéressant, même si c’est assez dense ^^

    #170225
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3569

    Je valide :

    • Menu Westeros / Les Iles de Fer : un livre où on navigue
    • avec La Crue (Blackwater, tome 1), de Michael McDowell

    Je viens de céder à la vague de la série de romans Blackwater actuellement publiés en français.

    Alabama, 1919 : la ville de Perdido, construite au confluent des rivières Perdido et Blackwater, est submergée par une crue exceptionnelle qui a tout dévasté. Pourtant, au milieu de la ville, Elinor Dammert surgit devant Oscar Caskey, le fils d’une des familles propriétaires des scieries de Perdido, et son domestique Bray Sugarwhite. Bray se méfie immédiatement de la jeune femme, qui se présente comme institutrice : son apparition reste trop mystérieuse et inexplicable. Oscar, comme presque toute sa famille et l’ensemble de la population, est de son côté sous le charme de la nouvelle venue, qui peu à peu s’installe chez les Caskey. Tout le monde l’apprécie, sauf Mary-Love, la mère d’Oscar et matriarche du clan, qui, sans vraiment comprendre pourquoi, désire son départ. Mais Elinor aide et partage la vie des autres, et Oscar envisage de l’épouser, contre l’avis de sa mère Mary-Love.

    Dès le début, le lecteur ressent deux choses : tout d’abord, l’écriture fine et classique de cette saga familiale qui court sur plusieurs générations, rappelant les grands feuilletons littéraires. L’ambiance tourne autour de l’eau, comme l’indique le titre, mais aussi le climat, et surtout Elinor qui personnifie les rivières qui traversent la ville ; rivières qui, selon les mythes, cachent bien des dangers.

    L’auteur nous emporte dans un monde oublié, ce sud des États-Unis où la ségrégation raciale était la norme, où les communautés vivaient en vase clos, et où les domestiques noirs participaient à la vie des riches familles blanches. Ici, les hommes travaillent et ramènent l’argent, mais les femmes dirigent en sous-main et influencent leurs proches. Les hommes ne voient rien venir (souvent), les femmes s’affrontent, et les enfants choisissent leurs camps. Le lecteur devine que les graines sont semées pour d’autres conflits à venir.

    Ensuite, la dimension fantastique est rapidement posée : dès le début, on comprend que l’apparition d’Elinor n’est pas naturelle. Très vite, Annie, la femme pasteur, découvre la vraie nature d’Elinor, en la surprenant peu de temps après sa venue à Perdido. Mais ce témoin, comme tous les habitants de la ville sauf Bray et Mary-Love, voit et ne voit pas, croit à une hallucination et passe à autre chose. On ne comprend pas le pouvoir d’Elinor ni ses intentions ; puis les premiers drames surviennent, et on a hâte de lire la suite.

    Je ne saurais pas encore dire si c’est un coup de cœur (ce premier tome, comme les autres, est relativement court), mais le roman démarre fort, avec une ambiance historique mâtinée de fantastique inquiétant « à la Stephen King », des personnages dont on aimerait connaître le destin et, déjà, quelques scènes marquantes.

    Convient aux items suivants : Les Iles de Fer : un livre où on navigue (sur une barque) / Les terres de l’Ouest : un livre où il est question de l’exploitation des ressources naturelles (les 3 grandes familles sont propriétaires d’aciéries) / Les Terres de l’Orage : un livre où un personnage affronte le mauvais temps (la pluie, les orages, la crue) / Stark : un livre où au moins un personnage important est un enfant (Grace et Zaddie) / Tully : un livre qui se déroule près d’une rivière, un fleuve ou un lac (la Perdido et Blackwater) / Targaryen : un livre avec des luttes de pouvoir (entre Mary-Love et Elinor) / Tyrell : un livre avec un mariage / Martell : un livre où les femmes tiennent une place importante dans la société (les hommes rapportent l’argent, les femmes dirigent la vie en sous-main) / L’hiver vient : un livre qui se déroule sur au moins deux saisons / Famille, Devoir, Honneur : un livre où un personnage est attaché à sa famille (les membres de la famille Caskey sauf Mary-Love) / Croître avec vigueur : un livre où la nature ou l’agriculture a un rôle important (l’eau, la crue, la pluie, le bois des acieries) / Nôtre est la fureur : un livre où un personnage est en colère (Mary-Love)

    #170236
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    @FeyGirl J’ai reçu le livre Blackwater hier. Rien que pour l’objet, il vaut le coup ! Il est vraiment magnifique et je trouve le concept du sériel avec une sortie tous les 15 jours original.

    Je pensais valider avec celui-ci Les Terres de l’Orage : un livre où un personnage affronte le mauvais temps (la pluie, les orages, la crue).

    Merci pour ton post, je pense qu’il vient de monter dans ma PAL 🙂

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 3 jours par MELT527.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 3 jours par MELT527.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170239
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    Je vais terminer ma série de rattrapage sur les titres que j’ai déjà validé avec le Menu Essos / Asshaï : un livre avec des magiciens

    Les Annales du Disque-Monde, Tome 2 : Le Huitième sortilège par PratchettLe huitième sortilège de Terry Pratchett

    Je pense que tout le monde a entendu parlé de Terry Pratchett, c’est un écrivain de génie qui a donné ses lettres de noblesse au genre de fantasy comique ou pastiche fantasy.

    Sa saga la plus connue et la plus impressionnante est sans conteste Les Annales du Disque-monde où l’on suit de nombreux personnages tous plus loufoques les uns que les autres et où chaque tome est une critique humoristique sur un thème sociétal ou autre. La fantasy, la mort, l’apocalypse, le foot, la banque, le tourisme… TOUT y passe pour notre plus grand plaisir.

    J’espère avoir la chance de lire toute son œuvre d’ici quelques années, mais ici Le huitième sortilège est le tome 2 (par ordre de publication).

    Nous continuons à suivre les aventures de Rincevent, magicien raté, et Deuxfleurs, le premier touriste du Disque-Monde. Après avoir combattu des dragons, des assassins, des astronautes et être tombés par-dessus le bord du monde, ils se retrouvent dans le tome 2 à sauver le monde, tout en se sauvant les miches à l’aide d’un vieil aventurier sans dents nommé Cohen le Barbare, un octogénaire qui continue à sauver les demoiselles ou trouver des trésors et un coffre sur pattes.

    Je vous recommande vivement la saga, que vous pouvez aborder de plusieurs façons : par ordre de parution ou par thème.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170242
    Yoda Bor
    • Pas Trouillard
    • Posts : 629

    J’aime bien me faire un tome par an du Disque Monde, je trouve ça fort divertissant. On avait un topic pour en parler à une époque mais il a été perdu et ça me fait penser que j’ai pas encore fait ma lecture annuelle

    #170243
    Liloo75
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2532

    Que de choix, que de romans qui font envie. Je sens que ma pile va augmenter 😉

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #170262
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2408

    Haaaaa, du Disque-Monde <3 <3 <3

    J’ai lu la plupart des livres, souvent pendant mon adolescence. J’ai relu une bonne moitié il y a quelques année. De mémoire, les premiers tomes étaient un peu trop dans le pastiche, leur appréciation était souvent dépendante de références parfois obscures aujourd’hui. Ca commençait à sortir de la simple parodie gratuite et à proposer de vrais histories à partir de Mortimer. C’est parfois inégal, mais il y a des tomes géniaux. Bonne lecture !

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #170264
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    cet après-midi, je voudrais m’attarder sur le livre que j’ai recommandé : Les sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton.

    Je ne vais pas trop en dire car tout repose sur les retournements de situation que vit le personnage principal mais je vais vous donner un petit résumé qui j’espère vous donnera envie de le lire.

    Les Sept morts d'Evelyn Hardcastle : Turton, Stuart, Pointeau, Fabrice:  Amazon.fr: LivresLe livre commence par le réveil de notre héros dans une forêt. Il ne se souvient plus qui il est, il ne se souvient que d’un nom : Anna. Puis il entend le cri d’une femme qui demande de l’aide et se précipite. Un coup de feu et c’est le silence.

    Dans ce roman, notre héros se retrouve coincé dans un manoir aux allures inquiétantes avec des règles simples : le soir-même, une femme sera assassinée et le seul moyen de s’échapper est de découvrir son assassin. Pour cela, il disposera de 8 jours pour enquêter.

    Le nombre de jours vous semble incongru ? C’est parce qu’il revivra la même journée, encore et encore, mais chaque fois dans le corps d’un invité différent.

    Poursuivi par un mal qui semble connaitre le moindre de ses faits et gestes et hanté par l’atmosphère pesante de la maison et ses occupants, il ne pourra compter que sur lui-même et sur les talents de ses hôtes pour sortir et retrouver ses souvenirs et son identité. A moins qu’il ne puisse se faire des alliés dans cette situation invraisemblable ?

    Ce roman est un bijou. Une toile dont vous ne pourrez voir les fils qu’une fois pris dans ses filets. Tout est cohérent, la plume est poétique et très descriptive. Très anglaise, j’ai tout de suite pensé à Agatha Christie dans les premiers chapitres.

    C’est un fabuleux trésor que je recommande chaudement. Cela faisait des années que je n’avais pas lu un livre que je ne parvenais pas à lâcher et auquel je pensais constamment quand je devais le reposer.

    Très beau travail sur le livre en tant qu’objet, bleu et or. Je crois que 10/18 était chargé de la version poche et qu’il est tout aussi magnifique. Un beau travail éditorial de bout en bout.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170269
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    @dndm Je me suis pas mal renseignée avant de commencer la saga parce qu’apparemment, il y a deux courants de pensée principaux : ceux qui pensent qu’on doit lire les livres dans l’ordre dans lequel Terry Pratchett les a publiés, pour avoir l’expérience de l’évolution de sa plume et toutes les références aux tomes précédents dont il saupoudre ses récits. Et ceux qui pensent qu’on doit les lire par cycles (le cycle des sorcières, le cycles des mages, le cycle de la Mort, etc.) et lire seulement ceux qui sont susceptibles de nous plaire. Et même si la qualité est inégale (je me suis bidonnée du début à la fin pour le tome 1 et le deuxième m’a seulement fait sourire), je pense que c’est une saga qui mérite d’être applaudie. Je pense que certains tomes vont me tomber des mains (le foot par exemple) mais j’y trouverai mon compte à la fin.

    Mention spéciale à la collection sortie chez l’Atalante, qui a sorti la saga avec de magnifiques illustrations de couverture.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170278
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    je viens de me rendre compte que je commentais toujours la couverture 😉

    Déformation professionnelle sans doute !

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170279
    Nymphadora
    • Vervoyant
    • Posts : 6217

    je viens de me rendre compte que je commentais toujours la couverture Déformation professionnelle sans doute !

    Ahaha perso je suis loin d’être professionnelle, mais je suis hyper sensible aux couvertures xD Il y a un proverbe chez nos amis anglophones « don’t judge a book by its cover »… perso j’en suis loin xD Un truc moche, j’ai pas envie de le lire !

    ~~ Always ~~

    #170283
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    Ahaha perso je suis loin d’être professionnelle, mais je suis hyper sensible aux couvertures xD Il y a un proverbe chez nos amis anglophones « don’t judge a book by its cover »… perso j’en suis loin xD Un truc moche, j’ai pas envie de le lire !

    Pour avoir travaillé dans l’édition je sais pertinemment que les couvertures sont loin de refléter la qualité d’un roman, mais je peux pas m’empêcher de juger l’objet avant le contenu. A contrario, j’ai aussi acheté des livres que je savais que je n’allais pas aimer juste parce qu’ils étaient des chefs-d’œuvre de fabrication. Donc bon… Don’t judge me

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 3 jours par MELT527.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 3 jours par MELT527.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170298
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3569

    @FeyGirl J’ai reçu le livre Blackwater hier. Rien que pour l’objet, il vaut le coup ! Il est vraiment magnifique et je trouve le concept du sériel avec une sortie tous les 15 jours original.

    Oui, les éditions Monsieur Toussaint Louverture ont fait un travail remarquable, pour un livre format poche.

    Quant au Disque-Monde, ça fait partie des sagas quelque part dans ma PAL

    #170319
    Liloo75
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2532

    @FeyGirl J’ai reçu le livre Blackwater hier. Rien que pour l’objet, il vaut le coup ! Il est vraiment magnifique et je trouve le concept du sériel avec une sortie tous les 15 jours original. Je pensais valider avec celui-ci Les Terres de l’Orage : un livre où un personnage affronte le mauvais temps (la pluie, les orages, la crue). Merci pour ton post, je pense qu’il vient de monter dans ma PAL 🙂

    J’ai voulu l’acheter hier, mais ils sont en rupture de stock à ma librairie. Victime de son succès 😉

    - De quels diables de dieux parlez-vous, lady Catelyn ? (…) S’il existe vraiment des dieux, pourquoi donc ce monde est-il saturé de douleur et d’iniquité ?
    - Grâce aux êtres de votre espèce.
    - Il n’y a pas d’êtres de mon espèce. Je suis unique.

    #170327
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    @Liloo75 J’ai triché et je l’ai acheté directement sur le site de Monsieur Toussaint Louverture. J’ai lutté pour ne pas acheté 5 ou 6 livres supplémentaires, ils font de magnifiques ouvrages ! Mention spéciale à la collection Anne de Green Gables.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 2 jours par MELT527.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170362
    Quintus Cularo
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 120

    Je valide Le feu qui flambe contre le froid (Menu Garde de Nuit) avec L’arpenteuse de Rêves, d’Estelle Faye.

    Dans la cité de Claren, où la barrière sociale est fortement (et physiquement) marquée, Myri, habitante de la ville basse est une Arpenteuse, un individu capable de pénétrer les rêves des autres. Ce don lui vaut rapidement d’être mêlée à toute sorte de complots (magiques autant que politiques), sur fond d’inégalités sociales et de crise environnementale.

    Un peu déçu par cette lecture, je dois l’admettre. Mes précédentes expériences avec Estelle Faye avaient été plutôt bonne (La voie de l’oracle a fait grincer les dents le spécialiste du monde romain en moi mais restait très plaisant, et Widjigo a été un vrai gros coup de cœur), autant ici, le fond comme la forme me semble plus laborieux.

    Niveau histoire la trame scénaristique est dans son déroulé plutôt classique. L’originalité vient par petites touches, qui apportent ce qu’il faut d’intérêt aux évènements. Deux écueils viennent toutefois gêner la lecture. Déjà les retournements de situation sont régulièrement téléphonés, à la limite du Deus Ex Machina à plusieurs reprises. Ensuite les enjeux sont malheureusement assez dématérialisés, en grande partie je pense à cause du rythme effréné de l’histoire.

    Niveau personnage rien de particulier à reprocher. Sans atteindre des sommets dans ce domaine, ils sont solides et bien campés, même s’ils manquent souvent de surprise ou d’une profondeur supplémentaire (les gentils sont gentils, les gens antipathiques sont antipathiques, dans l’ensemble on a une vision complète de leur personnalités dès leur première apparition). Le personnage de Myri tient le livre sur ses épaules, et honnêtement, c’est aussi un point négatif. Sans être mauvaise, son détachement concernant l’intrigue pendant la majorité du roman nous empêche d’être pleinement prit dans son développement. A cela s’ajoute une certaine inconstance. Sans divulgacher, la narration peut dans un même paragraphe ensevelir un personnage sous les reproches pour un demi-mensonge (par omission principalement) tout en se félicitant de lui avoir caché des informations importante.

    Enfin le roman baigne dans une relative simplicité concernant ses enjeux. Ainsi les problématiques principales de l’histoire (discrimination sociale, crise environnementale, racisme…) sont toutes présentés d’une façon très basique, et les solutions très simples et faciles à mettre en place. Je caricature volontairement un peu mais la fin a un petit coté « mais en fait il suffi que tout le monde soit gentil pour que la situation aille mieux ».

    Je pense que dans l’ensemble le coté fable onirique plus littérature jeunesse ne m’a pas accroché du tout. Dommage car venant de cette auteure, avec ce registre et ces thématiques il y avait moyen que ce soit pour moi un vrai coup de cœur.

    Aurait également pu rentrer dans les catégories Khaleesi, Mhysa, Les Îles de Fer, Les terres de l’Ouest, Les Terres de la Couronne, Tully, Greyjoy, Famille, Devoir, Honneur, Nous ne semons pas et Nôtre est la fureur.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 2 jours par Quintus Cularo.

    N'est pas mort ce qui à jamais dort, mais en d'étranges ères peut mourir même la mort.

    #170369
    Aerolys
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2829

    Les chroniques lunaires, tome 2 Scarlet de Marissa Meyer. C’est une saga young adult où chaque tome (4 en tout + 1 prequel) suit les aventures d’une jeune fille différente, où leurs histoires sont interconnectées et ont toutes pour base un conte de fée. Le tome 1, Cinder, reprend le conte de Cendrillon. Ici, Cendrillon est une cyborg, reléguée de par sa nature au rang d’esclave de sa belle-mère/propriétaire. Ajoutez au mélange une pandémie et un jeune prince qui porte le poids de la paix sur ses épaules et vous aurez un aperçu de ce roman young adult qui se laisse agréablement suivre. Pas de retournement OUAOUH quand on est un petit peu habitué à la littérature de l’imaginaire, mais cela reste une expérience plaisante sans prétention. Et même si après les 5 premiers chapitres, je ne pensais pas aller plus loin, j’ai refermé le livre en voulant en connaître la suite. Chroniques lunaires, tome 2 : Scarlet par MeyerDans le deuxième tome, Scarlet, c’est le conte du Petit chaperon rouge qui est à l’honneur. Sa grand-mère disparait, un jeune homme mystérieux nommé Loup semble être impliqué mais lui propose son aide pour la retrouver. Dans ce tome, nous suivons non seulement ce nouveau couple, mais aussi Cinder et Kai, les héros du premier tome, dans une chasse à l’homme et aux réponses qui semblent s’intensifier au fil des chapitres. C’est divertissant, sans être une vraie originalité. Mais les livres sont faciles à lire, faciles à suivre et plutôt agréables. Je les conseille à quelqu’un d’indulgent pour les romans young adult et intéressé par la réécriture des contes de fées à la sauce dystopie fantasy. Le tome 3, Cress, reprend le conte de Raiponce et le tome 4, Winter, celui de Blanche-Neige. Le prequel raconte la jeunesse de la méchante reine, Levanna, la grande méchante de la saga. Je serai très intéressée de discuter avec des gens qui ont terminé la saga, je commencerai sans

    Ça m’intrigue. Je le rajoute à ma PAL. ^^

    Toutes les plus belles histoires commencent par une brique sur le pied.

    Si Theon ouvre un bar, c'est le Baratheon.

    Spoiler:
    #170437
    Yoda Bor
    • Pas Trouillard
    • Posts : 629

    Je valide Les Terres de l’Orage, le personnage affronte le mauvais temps avec le premier tome de Le Monstre d’Einstein de Ryu Miyanaga.
    Un manga au thème un peu bateau dans lequel on parle beaucoup d’acceptation de soi et des différences mais qui est surtout marquant par son très très beau graphisme et le fait que tout passe par une intrigue un peu surnaturelle.
    Le personnage principal qui est un pêcheur, traverse une grosse tempête qui le laisse mort et il sera sauvé par un garçon sorcière qui va le transformer et lui donner une part de lui-même, ce qui fait qu’ils ne peuvent plus se séparer.

    Série terminée en 3 tomes.

    #170478
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    Bonsoir à tous ! Je valide un autre livre. Greyjoy : un livre avec un traître. Le livre est Le train du diable de Mark Sumner.

    Le train du diable par SumnerIl s’agit d’un tome 2 d’une duologie fantasy / steampunk / western.

    Le résumé : Peu après la guerre de Sécession, pour des raisons inconnues, certaines personnes se sont découvertes un talent. Un pouvoir surnaturel qui pouvait invoquer des démons, créer des flammes, ou tout autre manifestation magique qu’ils pouvaient imaginer. Dans ce pays qui peine à se relever des horreurs de la guerre, certains ont commencé à utiliser leur don pour faire le mal, d’autres pour protéger leur ville. Ces personnes sont devenues les shérifs de leur ville, se battant en duel avec tout challenger qui voudrait prendre sa place. Les shérifs forts attirent les convoitises et si tous ne sont pas des saints, utilisant leur fonction pour soutirer de l’argent ou faire ce qui leur chante, d’autres veulent vraiment le bien de leurs concitoyens.

    C’est dans cette nouvelle réalité que nous suivons Jake Bird, qui est devenu le shérif de Medecine Rock dans le tome 1, après avoir combattu le terrifiant Custer qui avait tué son père, le shérif. Il est aujourd’hui le shérif très apprécié de sa ville, avec une femme magnifique et la réputation d’être l’un des plus fort avec un talent. Mais le monde continue de changer et le projet de chemin de fer, qui avait été abandonné, refait surface. Quel est cet étrange matériau utilisé pour les rails et pourquoi rend-il les gens avec un talent aussi malades ? Jake Bird devra à nouveau mettre se vie en jeu pour découvrir et arrêter ce projet avant qu’il ne sonne la fin de tous.

    C’est un livre de mon mari à la base, et la thématique western ne me disait rien. Mais après avoir essayé de jouer au jeu de rôle sur table appelé Deadlands, j’ai tout de suite fait le parallèle avec ces deux livres. Ce monde est dur, sale, les gens peuvent vivre des choses atroces, mais ils s’accrochent, s’entraident, se regroupent et font tout pour défendre leur vie. Je ne sais pas si cela pourrait plaire, le style de l’auteur est un peu vieillot et les personnages sont très basiques (comme dans tout bon western, les caractères sont très marqués). Mais les deux livres se lisent vite et sont très divertissants. Je recommande pour quelqu’un qui connait Deadlands, ou qui aime les livres de fantasy classiques avec une touche de cowboy.

    Il aurait pu convenir aux menus suivants : Nous ne semons pas / Famille, Devoir, Honneur / Targaryen / Les Terres de l’Orage

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170504
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2408

    Bonsoir à tous ! Je valide un autre livre. Greyjoy : un livre avec un traître. Le livre est Le train du diable de Mark Sumner. Le train du diable par SumnerIl s’agit d’un tome 2 d’une duologie fantasy / steampunk / western. Le résumé : Peu après la guerre de Sécession, pour des raisons inconnues, certaines personnes se sont découvertes un talent. Un pouvoir surnaturel qui pouvait invoquer des démons, créer des flammes, ou tout autre manifestation magique qu’ils pouvaient imaginer. Dans ce pays qui peine à se relever des horreurs de la guerre, certains ont commencé à utiliser leur don pour faire le mal, d’autres pour protéger leur ville. Ces personnes sont devenues les shérifs de leur ville, se battant en duel avec tout challenger qui voudrait prendre sa place. Les shérifs forts attirent les convoitises et si tous ne sont pas des saints, utilisant leur fonction pour soutirer de l’argent ou faire ce qui leur chante, d’autres veulent vraiment le bien de leurs concitoyens. C’est dans cette nouvelle réalité que nous suivons Jake Bird, qui est devenu le shérif de Medecine Rock dans le tome 1, après avoir combattu le terrifiant Custer qui avait tué son père, le shérif. Il est aujourd’hui le shérif très apprécié de sa ville, avec une femme magnifique et la réputation d’être l’un des plus fort avec un talent. Mais le monde continue de changer et le projet de chemin de fer, qui avait été abandonné, refait surface. Quel est cet étrange matériau utilisé pour les rails et pourquoi rend-il les gens avec un talent aussi malades ? Jake Bird devra à nouveau mettre se vie en jeu pour découvrir et arrêter ce projet avant qu’il ne sonne la fin de tous. C’est un livre de mon mari à la base, et la thématique western ne me disait rien. Mais après avoir essayé de jouer au jeu de rôle sur table appelé Deadlands, j’ai tout de suite fait le parallèle avec ces deux livres. Ce monde est dur, sale, les gens peuvent vivre des choses atroces, mais ils s’accrochent, s’entraident, se regroupent et font tout pour défendre leur vie. Je ne sais pas si cela pourrait plaire, le style de l’auteur est un peu vieillot et les personnages sont très basiques (comme dans tout bon western, les caractères sont très marqués). Mais les deux livres se lisent vite et sont très divertissants. Je recommande pour quelqu’un qui connait Deadlands, ou qui aime les livres de fantasy classiques avec une touche de cowboy. Il aurait pu convenir aux menus suivants : Nous ne semons pas / Famille, Devoir, Honneur / Targaryen / Les Terres de l’Orage

    Marrant, j’avais lu le tome 1 en 2020, et j’ai l’impression qu’on a un peu le même ressenti (mais j’étais plus méchant, sur l le tome 1). Et j’avais moi aussi fait le parallèle avec les jeu de rôle.

    -> https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/vos-dernieres-lectures/page/10/#post-137481

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #170507
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    @dndm dans un sens, j’ai préféré le tome 2 parce que je n’avais pas les attentes que j’ai eu pour le premier. A la fin du deux, j’avais juste une frustration de pas assez. Pas assez d’explications, pas assez de temps, tout est rapide et plein de choses restent sans réponses. Je déteste ça. J’aime terminer un livre en me disant que j’ai tout compris et par extension les héros aussi. Peut-être que Sumner avait l’intention de faire un tome 3 mais ça ne s’est jamais concrétisé.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170508
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2408

    Marrant, c’est aussi plus ou moins ce que je disais pour le T1. ^^

     Tout fait au final à la fois classique et forcé, sans réel but (peut-être parce qu’il y a un Tome 2 des aventures du même héros, Le train du diable, qui amène certaines réponses ou développements qui manquent ici?)

    Bref, une lecture plus frustrante qu’autre chose, où l’on renvoie toujours les infos importantes à un hypothétique tome suivant…

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #170545
    Crys
    • Pisteur de Géants
    • Posts : 1256

    Allez, je valide l’entrée « Greyjoy » de mon challenge Grandes Maisons, avec un personnage de sale traître. En l’occurrence, dans l’énorme roman graphique Monstres de barry Windsor-Smih. J’en dis un peu plus sur le topic « Lectures graphiques » , mais grosso-modo, on a dans ce livre un certain allemand tourne-casaque dans un programme nazi qui me semble tout à fait approprié. La narration en plusieurs points de vue de cette énorme BD (362 pages quand même !) et l’écriture des personnes est vraiment très fine et superbement menée, même si je ne recommanderai pas à tout le monde. Mieux vaut avoir le cœur bien accroché !

    #170547
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    Nouvelle validation !

    Lady Mechanika, tome 2 : Révélations par BenitezAussi haute qu’Honneur : un livre qui se déroule en hauteur (montagne, tour d’immeuble, espace, etc) avec le tome 2 de la saga de comics Lady Mechanika.

    Résumé (Babelio) : Les gazettes l’ont surnommée « Lady Mechanika », unique survivante des horribles expérimentations d’un savant fou, à qui elle doit ses bras et ses jambes mécaniques. Sans le moindre souvenir de son existence précédant ces tristes événements, Lady Mechanika à su se bâtir une nouvelle vie, en tant qu’aventurière et détective privé. Ainsi ses capacités surhumaines lui permettent-elles de résoudre des affaires que les autorités ne sauraient ou ne voudraient prendre en charge. Et sans cesse, elle tente de percer le voile épais de ses origines.

    J’adore le steampunk, les vêtements, l’architecture, ce mélange d’ancien et de

    Lady Mechanika, tome 1 – Le Mystère du corps mécanique

    moderne, la plupart des histoires situées dans cette période ont 30 % de chance en plus de me plaire.

    Ici Lady Mechanika est une femme au passé incertain mais qui a su se relever et faire de sa potentielle faiblesse une force. Son caractère fort ne la rend pas moins sensible aux malheurs des autres et surtout des laissés-pour-compte et des « monstres ». Mais ce monde est dur, et elle doit l’être encore plus si elle veut en apprendre plus sur son passé qui semble refaire surface. Il valide « Aussi haute qu’Honneur » car tout le tome 2 se passe dans un zeppelin pendant un bal costumé.

    C’est une saga en sept tomes que je recommande aux amateurs steampunk et de dessins de femmes bien faites 😉

    Le dessin est TRES sensuel, on peut s’en rendre compte directement sur les couvertures ou les pages artbook à la fin de chaque tome. J’espère juste que le dernier tome est une vraie fin et que nous saurons enfin qui est Lady Mechanika.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170566
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    Nouvelle entrée poche (j’ai toujours deux lectures en cours, un poche que j’emmène au boulot pour les pauses et un grand format qui reste à la maison). Cette fois-ci c’est Targaryen : un livre avec des luttes de pouvoir avec le roman Mascarade de Ray Célestin.

    Mascarade par CelestinC’est aussi un tome 2, j’avais entendu parlé de la saga de R. Célestin par la chaîne Youtube Les mots de l’imaginaire (qui m’a fourni 80% de ma PAL en fait).

    C’est une saga en 4 tomes, 4 saisons, 4 décennies, 4 thèmes, 4 conditions météorologiques et 4 morceaux de musique jazz.

    Le premier tome se déroulait à la Nouvelle-Orléans, berceau du jazz et du vaudou. Roman polyphonique très bien travaillé, nous suivions plusieurs protagonistes qui tentent de démêler chacun de leur côté les fils entourant le mystérieux tueur à la hache. Un policier, une secrétaire de l’agence Pinkerton, un ancien taulard et un journaliste se démènent pour nous livrer une enquête haletante au rythme envoûtant du jazz et de la vie nocturne des années 20.

    Le second tome se déroule 9 ans plus tard, à Chicago pendant la prohibition et la guerre des gangs d’Al Capone et Bugs Moran. Nous suivons toujours plusieurs protagonistes, engagés chacun pour des raisons différentes dans une enquête qui les mènera aussi bien dans les quartiers noirs défavorisés que les manoirs riches de Chicago.

    J’avais beaucoup aimé le premier tome, l’ambiance, les secrets et les drames se dévoilent au fur et à mesure de la lecture sur fond de musique jazz, de faits historiques réels et d’inondations. Mais à la fin, j’étais un peu frustrée de constater que si chaque personnage avait découvert ce qu’il cherchait si ardemment, aucun n’avait compris que ce n’était qu’un élément qui s’emboîtait dans un mystère plus grand.

    Frustration que je n’ai pas du tout ressenti dans le tome 2 où l’auteur fait converger naturellement les personnages les uns vers les autres pour qu’ensemble ils réunissent les pièces du puzzle. Et si le thème de la mafia ne me disait pas vraiment (je n’ai jamais vu les films Le Parrain, ne me jetez pas de navets !), le fait de retrouver certains personnages du tome 1 et savoir ce qu’ils sont devenus, était très plaisant.

    Nous en apprenons beaucoup sur la vie et les figures emblématiques de cette époque, comment étaient vu les gens de couleurs, l’alcool, à quel point la drogue, le meurtre et la corruption étaient monnaie courante dans les années 30.

    Je recommande les deux tomes, le troisième (Mafioso qui se situe à New-York à l’automne dans les années 40) est évidemment dans ma PAL, et j’espère que 10/18 publiera le dernier tome bientôt !

    Les deux tomes pourraient convenir pour :
    – Arryn : un livre avec un personnage faible ou qui n’a pas toute sa tête
    – Greyjoy : un livre avec un traître
    – Nous ne semons pas : un livre avec des délinquants ou des criminels
    – Feu et Sang : un livre ou un personnage est brûlé ou ensanglanté

    Le premier tome pourrait convenir pour :
    – Les Terres de l’Orage : un livre où un personnage affronte le mauvais temps
    – Dorne : un livre où on a chaud
    – Tully : un livre qui se déroule près d’une rivière, un fleuve ou un lac

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170620
    Quintus Cularo
    • Patrouilleur du Dimanche
    • Posts : 120

    Je valide le thème Famille, Devoir, Honneur (Menu Devises) avec Un bébé pour Rosemary de Ira Levin.

    Rosemary Woodhouse et son mari Guy viennent d’obtenir l’appartement de leurs rêves dans un immeuble prestigieux en plein cœur de New York. Malgré quelques sombres rumeurs sur le passé du lieux, l’emménagement se passe à merveille, notamment grâce à un voisinage accueillant et sympathique. Toutefois tandis que la situation professionnelle de Guy s’améliore, son comportement évolue de façon surprenante. Et lorsque Rosemary tombe enceinte, les évènements deviennent progressivement de plus en plus inquiétants.

    Je le place dans cette catégorie puisque bien que Rosemary soit en froid avec ses parents et sa fratrie, elle est profondément attaché à son mari, puis fera tout pour protéger son enfant à naître.

    Roman horrifique très bien mené narrativement et en terme de mythologie, nous plongeant progressivement dans un quotidien de plus en plus oppressant et menaçant. Cette approche souffre toutefois d’une volonté de l’auteur de brouiller au maximum les pistes et de maintenir la menace secrète, ce qui provoque un manque globale de péripéties et une ambiance certes oppressante, mais qui reste dramatique à l’état quotidien. Heureusement le style d’Ira Levin nous porte malgré ça, et même si parfois les réactions des personnages sont curieuses, certaines évolutions sont particulièrement prenantes, surtout concernant la fin, que j’ai personnellement beaucoup aimé. Sur le reste le roman avance efficacement bien qu’un peu plus de péripéties (notamment sur l’aspect horrifique) aurait rendu la lecture plus riche prenante.

    Je valide ensuite le thème Meereen (Menu Essos) avec le Puy du Faux, livre collectif de Florian Besson, Pauline Ducret, Guillaume Lancereau et Mathilde Larrère.

    L’ouvrage est une enquête sur le parc d’attraction le Puy du Fou, à travers sa représentation de l’histoire, les idéologies qu’il véhicule et la volonté politique de ses responsables.

    Travaillant dans la médiation culturelle, la perception de l’histoire par le grand public, et surtout les manipulations (volontaire ou non) qui peuvent en découler me touchent particulièrement. Et cet ouvrage est une démarche salutaire et utile, sur deux tableaux différents. Premièrement, il s’agit très frontalement de dénoncer l’attitude du Puy du Fou et surtout ses inexactitudes historiques, trop nombreuses et systématiquement orientées pour être purement involontaires. Toutefois cela est fait avec mesure et honnêteté intellectuelle. La démarche du parc d’attraction est remise dans un contexte plus large, et où tout ne relève pas de la simple manipulation historique à dessin. Toutefois en parallèle, les aspects les plus systématiquement problématiques sont également mis en avant.

    A coté de cette analyse purement factuelle, les auteurs reconnaisses la légitimité d’une démarche de médiation à travers le spectacle vivant. A ce sujet, la fin de l’ouvrage est particulièrement intéressante, chaque auteur y décrivant, pour sa période de prédilection, une idée d’attraction faisant coïncider pertinence historique et grand spectacle dans l’idée de ce que propose actuellement le Puy du Fou.

    N'est pas mort ce qui à jamais dort, mais en d'étranges ères peut mourir même la mort.

    #170621
    DNDM
    • Fléau des Autres
    • Posts : 2408

    Je valide:

    « Famille devoir Honneur: un livre où un personnage est attaché à sa famille » avec Le long des ruines (dans lequel une femme fait tout pour sauver sa sœur)

    et

    « Feu et Sang: un livre où un personnage est brulé ou ensanglanté » avec Karmen (le personnage principal s’est taillé les veines avant même le début du livre, et comme c’est un genre de fantôme elle passe tout le livre ainsi).

    Détails sur ces deux BD à lire ici.

    Nouvelle validation ! Lady Mechanika, tome 2 : Révélations par BenitezAussi haute qu’Honneur : un livre qui se déroule en hauteur (montagne, tour d’immeuble, espace, etc) avec le tome 2 de la saga de comics Lady Mechanika. Résumé (Babelio) : Les gazettes l’ont surnommée « Lady Mechanika », unique survivante des horribles expérimentations d’un savant fou, à qui elle doit ses bras et ses jambes mécaniques. Sans le moindre souvenir de son existence précédant ces tristes événements, Lady Mechanika à su se bâtir une nouvelle vie, en tant qu’aventurière et détective privé. Ainsi ses capacités surhumaines lui permettent-elles de résoudre des affaires que les autorités ne sauraient ou ne voudraient prendre en charge. Et sans cesse, elle tente de percer le voile épais de ses origines. J’adore le steampunk, les vêtements, l’architecture, ce mélange d’ancien et de Lady Mechanika, tome 1 – Le Mystère du corps mécanique moderne, la plupart des histoires situées dans cette période ont 30 % de chance en plus de me plaire. Ici Lady Mechanika est une femme au passé incertain mais qui a su se relever et faire de sa potentielle faiblesse une force. Son caractère fort ne la rend pas moins sensible aux malheurs des autres et surtout des laissés-pour-compte et des « monstres ». Mais ce monde est dur, et elle doit l’être encore plus si elle veut en apprendre plus sur son passé qui semble refaire surface. Il valide « Aussi haute qu’Honneur » car tout le tome 2 se passe dans un zeppelin pendant un bal costumé. C’est une saga en sept tomes que je recommande aux amateurs steampunk et de dessins de femmes bien faites 😉 Le dessin est TRES sensuel, on peut s’en rendre compte directement sur les couvertures ou les pages artbook à la fin de chaque tome. J’espère juste que le dernier tome est une vraie fin et que nous saurons enfin qui est Lady Mechanika.

     

    Ha j’avais lu les 2 tomes y’a pas longtemps, mais je n’avais franchement pas été emballé (mon avis ici, vers la fin du post).

    Auteur de "Les mystères du Trône de Fer", tome I, co-auteur du tome 2: https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-les-mots-sont-du-vent/ & https://www.lagardedenuit.com/forums/sujets/les-mysteres-du-trone-de-fer-2/
    Présentation & autres pub(lications) : www.lagardedenuit.com/forums/sujets/presentation-dndm/

    #170622
    MELT527
    • Éplucheur avec un Économe
    • Posts : 26

    Ha j’avais lu les 2 tomes y’a pas longtemps, mais je n’avais franchement pas été emballé

    Je n’ai pas senti que ça n’avançait pas, plutôt que le scénar nous ballotait de gauche à droite volontairement pour qu’on y comprenne rien. je dois lire le tome 3 dans peu de temps, je ferais peut-être un petit post dessus. Mais je pense que je vais essayer d’aller jusqu’au bout des 7 tomes en fin de compte, j’aime le style.

    MELT527
    La lecture est une invitation à l'oisiveté ; l'oisiveté, la mère de tous les vices. Donc, la lecture est un vice. J'étais très vicieux. Robert Brisebois

    #170629
    FeyGirl
    • Fléau des Autres
    • Posts : 3569

    Je valide :

    • Tyrell : un livre avec un mariage
    • avec La Marche du Levant, de Léafar Izen

    Une planète où le jour dure 300 ans : la population est contrainte de se déplacer au rythme du soleil pour survivre, en cherchant les couloirs à travers les montagnes ou les mers. Ceux du Levant assistent à la fonte des glaces et au réveil de la nature tandis que ceux du Couchant fuient la nuit glacée… Et Odessa, la capitale de la Marche du Levant (lire aujourd’hui un livre qui imagine une capitale de tout un peuple en la baptisant Odessa — le roman a été publié en 2020 — provoque un pincement au cœur), poursuit sa longue route avec ses chariots tirés par des buffles, ses palais portés par des aérostats, ses guerriers et ses marchands qui vivent dans des tentes ou des baraquements. Un monde prétechnologique entouré par divers peuples, comme les Nördtzins du Nord (oui oui) qui rappellent les Vikings, les Guetteurs qui survivent dans les déserts, sans compter des hordes dangereuses. Le lecteur comprend assez vite qu’il s’agit de notre Terre, le nom des territoires traversés étant très proches de ceux que nous connaissons. Dans ce monde, les fidèles de la religion des Versets attendent la réalisation de la Prophétie, qui annonce la naissance d’une enfant qui mènera son peuple vers l’Arche du Destin.

    Celerya est une jeune assassine qui, après avoir fait ses preuves, est acceptée dans la Guilde des assassins. Mais cette organisation est achetée par le pouvoir d’Odessa pour manipuler ses ennemis, que ce soit à l’intérieur du Palais ou dans des contrées lointaines. Car Odessa est gouvernée par un Archiprêtre qui se vautre dans le luxe et la luxure alors que les Guetteurs survivent à peine et doivent payer un lourd tribut pour bénéficier de la protection de la capitale, qui pourtant ne manque pas de mépriser ce peuple du désert. Or les Versets affirment que l’enfant tant attendu naîtra chez eux.

    Pendant ce temps, chez ces Guetteurs, une enfant est détectée puis désignée comme étant Akeyra, l’héroïne de la Prophétie censée apporter un immense espoir.

    On retrouve quelques tropes de la fantasy dans ce roman : une prophétie, une société divisée en castes et en peuples très distincts, des guerriers farouches et quasi invincibles, et j’en passe. Heureusement, l’auteur a l’intelligence de présenter une prophétie « forcée », dans le sens où des personnages s’arrangent pour que la réalité corresponde à cette prophétie, dans leur propre intérêt. C’est dommage qu’il ne soit pas allé plus loin avec cette idée : j’attendais les conséquences de ce mensonge.

    La plume de l’auteur et surtout son talent pour rendre vivant son univers sont notables : citons la longue pérégrination d’Odessa, le Nord et le désert, la nature qui s’éveille quand le soleil arrive, ou encore l’Armada sur les mers. C’est un grand point fort du roman. La ville d’Odessa est vivante, elle bouge — littéralement — et elle grouille. La nature évolue au rythme de ce long jour, en sortant lentement des glaces de la nuit, et des graines doivent être plantées pour devenir des arbres, bien des années plus tard, lors de l’arrivée d’Odessa. Chaque peuple a construit un mode de vie intimement lié à son environnement : ceux de la capitale, lieu de pouvoir et de commerce qui subit un nomadisme contraint, ceux du Nord glacé, ceux du désert, et ceux des mers qu’on découvre en même temps que les protagonistes.

    Cette histoire était au départ prévue pour être une trilogie, remaniée pour devenir un seul roman. Peut-être est-ce l’explication de certaines actions trop rapidement brossées, voire résumées : j’ai parfois été frustrée lors de passages qui auraient mérité plus de descriptions et auraient pu animer le récit. J’ai aussi regretté que maints personnages secondaires ou tertiaires ne soient jamais nommés mais seulement désignés par leur fonction, les transformant en personnages de papier.

    Pour ce qui est de la construction du récit, les trois tomes d’origine ont été changés en trois « chants », et autant le premier et le deuxième sont appréciables, autant le dernier manque singulièrement de tension dramatique — sauf lors d’un grand affrontement dans sa conclusion — alors même qu’il narre l’épopée finale de tout un peuple. Certes, pendant de ce troisième « Chant » on nous parle à tout-va de la Prophétie que tous les personnages attendent, mais ce n’est pas suffisant pour être palpitant.

    Quant à l’épilogue, il est surprenant et renverse la perspective. Bien vu. Il conduit à classer ce roman en science-fiction, car si le reste du roman se place dans un monde imaginaire, ce dernier n’est pas surnaturel, sauf à considérer un long jour de 300 ans comme magique.

    En conclusion : un univers imaginaire extrêmement bien décrit dans lequel on plonge avec bonheur, mais quelques défauts dans la narration. Néanmoins, j’ai passé un bon moment en compagnie de ce livre : le dépaysement est au rendez-vous.

    Ce livre peut entrer dans les items suivants : Khaleesi : un livre où l’on croise une reine / Au-delà du mur : un livre où on a froid / Le Nord : un livre avec un animal à fourrure sur la couverture / Le Conflans : un livre avec des batailles / Les Iles de Fer : un livre où on navigue / Les Terres de la Couronne : un livre qui se déroule dans une capitale / Dorne : un livre où on a chaud / Stark : un livre où au moins un personnage important est un enfant / Targaryen : un livre avec des luttes de pouvoir / Tyrell : un livre avec un mariage / Martell : un livre où les femmes tiennent une place importante dans la société / L’hiver vient : un livre qui se déroule sur au moins deux saisons / Croître avec vigueur : un livre où la nature ou l’agriculture a un rôle important / Insoumis, invaincus, intacts : un livre où un personnage est un valeureux combattant.

30 sujets de 121 à 150 (sur un total de 153)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.