Vivesaigues

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Vivesaigues
Informations
V.O. Riverrun
Nature forteresse
Localisation
Mm vivesaigues.jpg

Blasons
Vivesaigues est le fief de la maison Tully

La forteresse de Vivesaigues[N 1], demeure ancestrale de la maison Tully, est située dans le Conflans, au confluent de la Ruffurque et de la Culbute. Elle fut construite par lord Axel Tully sur des terres données par lord Armistead Vance[1]. Ses murs tombent à pic sur l’eau, et les vigies bénéficient depuis les hauts remparts de grès d’une vue imprenable sur des lieues à la ronde. D'une taille modeste, le château n'est même pas le plus grand du Conflans ; les ruines d'Harrenhal peuvent contenir dix Vivesaigues[2].

Description[modifier]

Architecture[modifier]

De forme triangulaire, le château fut édifié de façon classique avec une tour à chaque angle. Parmi celles-ci figure la tour d'Abée[N 2], d’une masse impressionnante et recouverte sur ses flancs de lierres noueux. Un autre édifice remarquable est la tour d'Aigues, au bas de laquelle s’ouvre une grande arche évasée de grès rouge, appelée la porte d'Eau, par laquelle les embarcations peuvent pénétrer dans Vivesaigues, à la condition toutefois de franchir la pesante herse qui barre l’entrée. L’escalier d’eau permet alors de rejoindre la courtine inférieure[N 3][3].

La porte de la Rivière donne, via un pont-levis, sur la courtine supérieure. On accède ainsi aux jardins du bois sacré, aux airs riants, où de grands rubecs et de vastes ormes centenaires dispensent une ombre diaprée et se courbent devant l’arbre-cœur à face mélancolique[4]. Ce havre de paix respire la menthe, qui y pousse à foison, et le parfum épicé des fleurs[5]. Le septuaire abrite sept sculptures de grès polychrome surmontées de marbre peint représentant les Sept. Non loin de celui-ci, la forteresse abrite également une brasserie[6].

Le donjon de la forteresse, lui aussi triangulaire, forme le sommet du triangle au confluent des deux rivières. Il abrite la grande salle aux fenêtres ornées de vitraux et pourvues de vantaux en rubec massif[6], une salle d’audiences privée se trouvant au-dessus[7], et les appartements du seigneur de la maison Tully. Au niveau inférieur de ces appartements, la loggia donne accès à la terrasse, grand balcon triangulaire de grès qui saillit à l’est au-dessus des flots du confluent[4]. Au niveau supérieur se trouve la chambre seigneuriale. Y trône un immense lit à baldaquin et à colonnes sculptées en forme de truites au bond[8].

Particularité[modifier]

La particularité de Vivesaigues réside en sa position. La Ruffurque et la Culbute dessinent les côtés d’un triangle et une vanne en amont peut transformer, une fois ouverte, le troisième côté en une large douve et la forteresse en île. Beaucoup de forteresses possèdent des douves, mais peu sont pourvues d'un système de vannes aussi complexes, créant des fosses d'une profondeur et d'une largeur peu communes. Tout assaillant qui voudrait alors faire le siège du château se voit contraint de scinder ses forces en trois camps afin de contrôler les communications et l’approvisionnement. Il affaiblit de fait sa position d’assiégeant, car aucun pont ne permet à l’un des camps de soutenir l’autre en cas d’attaque extérieure. Assiégé de nombreuses fois au cours des siècles, le château a rarement été pris, et jamais d'assaut[N 4][9][2][9].

Histoire[modifier]

Pendant son règne, le roi Aegon Ier Targaryen visite le château à plusieurs reprises lors de ses pérégrinations royales[10].

En l'an 28, un grand tournoi royal est organisé à Vivesaigues. Le prince Maegor Targaryen y défait trois chevaliers de la Garde Royale, avant de tomber devant le futur champion. Il semble qu'il remporte également la mêlée. Son père l'adoube avec Feunoyr. Maegor, alors âgé de seize ans, devient le plus jeune chevalier des Sept Couronnes[11].

En l'an 37, Vivesaigues reçoit la visite du roi Aenys Ier et de sa suite, de retour de son couronnement à Villevieille. C'est alors que le roi apprend qu'Harrenhal est tombé aux mains d'Harren le Rouge. Refusant de se battre avec son dragon Vif-Argent, Aenys Ier demande à lord Tully de rassembler ses troupes. Il attend alors à Vivesaigues d'avoir un millier d'hommes avant de se mettre en marche[12].

En l'an 53, le roi Jaehaerys Ier visite Vivesaigues dans le cadre d'une de ses pérégrinations royales[13].

Vivesaigues dans la saga[modifier]

Dans AGOT[modifier]

Après avoir capturé ser Edmure Tully et défait son armée devant la forteresse lors de la bataille de Vivesaigues[14], ser Jaime Lannister assiège Vivesaigues, dans laquelle lord Tytos Nerbosc s'est retranché. La configuration du site l'oblige à séparer son armée en trois camps pour mener ce siège. Après la bataille du Bois-aux-Murmures et la capture de ser Jaime par Robb Stark, le siège est levé grâce à une attaque-surprise de ce dernier, lors de la bataille des Camps[9].

C'est dans la grande salle de Vivesaigues que Robb Stark, seigneur de Winterfell, est proclamé roi du Nord par les seigneurs du Nord et du Conflans[4].

Vivesaigues accueille plusieurs prisonniers capturés au Bois-aux-Murmures : ser Jaime et ses cousins ser Cleos Frey, Willem Lannister et Tion Frey[15].

Dans ASOS[modifier]

À l'issue de la campagne des terres de l'Ouest, le roi Robb s'en revient à Vivesaigues avec son armée et sa nouvelle reine, lady Jeyne Ouestrelin[7]. Après l'assassinat de Willem Lannister et Tion Frey dans leurs cellules, le roi Robb fait pendre les assassins, sauf lord Rickard Karstark, qu'il décapite lui-même dans le bois sacré[16]. Il quitte Vivesaigues avec sa mère, ses bannerets et son oncle, lord Edmure Tully, pour se rendre aux Jumeaux, où lord Tully va épouser Roslin Frey. Il laisse dans la forteresse son épouse, la reine Jeyne, avec la mère de celle-ci et ses deux jeunes frère et sœur, sous la garde de ser Brynden Tully, nommé gouverneur des Marches du Midi[17].

Après les Noces Pourpres, Vivesaigues, est à nouveau assiégée par les forces des maisons Frey et Lannister sous le commandement de ser Daven Lannister.

Dans AFFC[modifier]

Après s'être éternisé du fait des dissensions entre les assiégeants et de l'incompétence de ser Ryman Frey, le siège est levé par l'intervention de ser Jaime Lannister qui libère Edmure Tully contre la reddition de la forteresse. Cette dernière devient alors le siège de Emmon Frey[18].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Prise de Vivesaigues.

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. Dans les premiers volumes en version française, ce nom n'est pas toujours traduit et est présent sous la forme Riverrun.
  2. The Wheel Tower en version originale, l'abée désignant l'ouverture d'un moulin qui conduit l'eau à la roue à aube (cf. abée sur fr.wikipedia.org).
  3. C’est sur ces marches que s’acheva le duel entre Brandon Stark et Petyr Baelish pour l’amour de Catelyn Tully (A Game of Thrones, Chapitre 41, Catelyn).
  4. Voir la bataille des Camps pour une application concrète (cf. A Game of Thrones, Chapitre 70, Tyrion).

Références[modifier]