Maegor I Targaryen

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Maegor I Targaryen
©Amok http://en.amokanet.ru

Identité
V.O. Maegor I Targaryen
"the Cruel"
Surnom Maegor le Cruel
Dragon Balerion
Statut
Rang prince
roi
Titres Prince de Peyredragon
Main du Roi
Roi des Sept Couronnes
Épée Feunoyr
Naissance 12 [N 1]
Règne de 42 à 48
Décès 48
Famille
Père Aegon I Targaryen
Mère Visenya Targaryen
Épouses Ceryse Hightower (25)
Alys Herpivoie(39)
Tyanna de la Tour(42)
Elinor Costayne (47)
Jeyne Ouestrelin(47)
Rhaena Targaryen (47)
Blasons
Megor I faisait partie de la maison Targaryen
Main du Roi
Alyn Castelfoyer septon Murmison
Roi des Sept Couronnes
Aenys I Jaehaerys I

Icone homonymie.pngPour les articles homonymes, voir cette page d'homonymie.


Né en l'an 12[1], le roi Maegor I Targaryen, surnommé Maegor le Cruel, est le fils d'Aegon I Targaryen et de sa sœur Visenya. C'est un homme brutal, dur et imposant, doté d'un physique de combattant. Il porte la couronne de son père en acier valyrien plutôt que celle en or de son demi-frère et prédécesseur Aenys. Au décès de son père, il devient le maître de son dragon Balerion, la Terreur noire[2].

La jeunesse

Au contraire de son demi-frère Aenys qui était un combattant tout juste correct, Maegor est un combattant-né. Il est notamment entraîné par Gawen Corbray, son premier maître d'arme[1]. Dès treize ans, il bat en joute des chevaliers confirmés. En l'an 28, âgé de seize ans, il défait lors du tournoi royal[3] de Vivesaigues[4] trois chevaliers de la Garde Royale, avant de tomber devant le futur champion[N 2]. Il remporte la mêlée de ce tournoi. C'est alors qu'il est adoubé par son père, devenant ainsi le plus jeune chevalier de l'époque[3][1]. En 25, d'abord fiancé à la fille aînée d'Aenys, Rhaena, sa nièce, ce qui scandalisa le Grand Septon, il épouse alors la nièce de ce dernier, Ceryse Hightower, fille du sire de Villevieille[5][3], de dix ans son aînée.

Gouvernement, exil et accession au trône

En 37, le roi Aegon I Targaryen meurt à Peyredragon. Son fils aîné, Aenys, est proclamé roi, et la noblesse se rend à Peyredragon pour prêter hommage à leur nouveau souverain. Maegor en fait partie, mais alors que tous s'agenouillent devant Aenys, Maegor est relevé par son demi-frère qui lui confie l'épée en acier valyrien de leur père, Feunoyr[1].

A la mort de la Main du Roi, lord Alyn Castelfoyer, Aenys I Targaryen confie cette charge à son demi-frère, Maegor, dont la dureté se prête probablement mieux au gouvernement d'un royaume récemment unifié[6][5]. Toujours sans héritier et s'éloignant dans la ligne de succession à chaque naissance d'un enfant de son frère, il prend en secret lors d'une cérémonie valyrienne (et donc non consacrée par la Foi) comme seconde épouse, lady Alys Herpivoie. Le scandale est tel que le roi le renvoie et il part en exil à Pentos[5].

En l'an 42, dès l'annonce de la mort du roi Aenys par la reine douairière Visenya, Maegor quitte son exil, traverse le détroit sur Balerion et se fait couronner à Peyredragon, bafouant ainsi les droits du fils aîné de son demi-frère, Aegon. Les opposants, tel le Grand Mestre Gawen, sont sommairement exécutés. Il devient ainsi le troisième roi de la dynastie Targaryen[3].

Règne

De retour à Port-Réal, le roi Maegor accepte de participer à un jugement des Sept contre les Fils du Guerrier qui contestent la légitimité du roi. À l'issue du combat, il est le seul survivant et s'écroule peu après, sans connaissance. Il reste trente jours entre la vie et la mort. Seule Tyanna de la Tour, sa maîtresse pentoshie, parvient à le ranimer et le guérir. À son réveil, il s'envole sur Balerion vers la colline de Rhaenys et le Septuaire du Souvenir où les Fils du Guerrier se sont réunis pour la prière. Par le fer et le feu, pas un n'en réchappa[3].

Icone loupe.png Voir article détaillé : jugement des Sept de Maegor.

Le roi Maegor poursuit la guerre de la Foi : afin de brider le pouvoir du Grand Septon, il fait interdire les Pauvres Compagnons et les Fils du Guerrier, les deux ordres combattants de la Foi Militante[7]. Face aux difficultés pour faire disparaître les deux ordres, il met à prix la tête de leurs membres, un dragon d'or pour celle d'un Fils du Guerrier et un cerf d'argent pour celle d'un Pauvre Compagnon. Ce faisant, il plonge le royaume au bord de la guerre civile[8].

Ralliant une partie de la noblesse, les évènements semblèrent alors tourner à son avantage: victoires écrasantes contre la Foi Militante dans les batailles de Pont-de-Pierre et de la Fourche de la Néra, mort d'Aegon, le fils aîné d'Aenys à la bataille sous l'Œildieu en l'an 43, mort opportune du Grand Septon en l'an 44 et nomination d'un nouveau plus accommodant prêt à dissoudre les ordres de la Foi Militante. Cependant cette année 44 marque un tournant, avec la mort de sa mère, la reine Visenya, son principal soutien. Dans la confusion, la veuve de son demi-frère, la reine Alyssa Velaryon, s'enfuit avec Noire Sœur mais son fils Viserys, écuyer du roi, fait les frais de cette évasion: il est emprisonné et meurt sous les tortures de Tyanna de la Tour. Espérant faire fléchir sa mère, le roi fait exposer son corps dans la cour du château, mais sans succès[3].

En l'an 45, Maegor achève la construction du Donjon Rouge entreprise lors du règne de son père. À sa demande, un vaste réseau de passages secrets est aménagé dans les murs de la forteresse, permettant des déplacements discrets ainsi que l'espionnage de la plupart des bâtiments de l'édifice. Il fait ensuite construire dans l'enceinte une deuxième forteresse qui sera appelée plus tard la «Citadelle de Maegor»[9]. Celle-ci n'est pas connectée au reste du réseau de passages secrets, mais dispose en revanche d'une issue cachée permettant la fuite en dehors des murs du Donjon Rouge[10]. Enfin, quatre niveaux de geôles sont creusés sous la forteresse, le plus profond étant censé servir de salles de torture[11]. L'ensemble des ouvriers et artisans ayant œuvré à la construction du Donjon rouge sont ensuite exécutés sur son ordre, afin que seuls les Targaryen puissent jouir des secrets de la forteresse[9]. Il entame ensuite la construction de Fossedragon sur les ruines du Septuaire du Souvenir[3].

Son règne est aussi marqué par sa quête obsessionnelle d'un héritier. Il a de nombreuses maîtresses et six épouses, dont les trois dernières en une seule cérémonie (des femmes nobles, veuves par la grâce du roi et notoirement fertiles qu'on appellera les «Épouses Noires») et si ces unions donnèrent - difficilement - quelques fruits, ce ne fut que des monstres difformes et mort-nés. Le plus souvent, les mères le payèrent de leur vie et pour certaines de la main même de Maegor. En 47, il nomme comme héritière, sa belle-fille et petite-nièce, Aerea Targaryen, fille de son neveu Aegon et de sa nièce Rhaena qu'il avait capturée et épousée[3].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Épouses Noires.

De jour en jour, le royaume se détourne un peu plus du roi. En 48, la tyrannie de Maegor devenue insupportable, les Tully, Baratheon, l'amiral de la flotte royale, Daemon Velaryon, et même des membres de la Garde Royale finissent par l'abandonner et se joignent à la Foi Militante pour se tourner vers le dernier fils survivant d'Aenys, Jaehaerys. La reine Rhaena s'enfuit à son tour avec Feunoyr sur son dragon Songefeu pour rejoindre son frère[3].

Maegor, qui jusqu'alors avait toujours agi promptement, est lent à réagir devant autant de trahisons ; il réunit en un Conseil ses fidèles, qui sont bien peu nombreux à se présenter. Il meurt enfin après six années de règne, sans descendance malgré ses nombreuses épouses, dans de mystérieuses circonstances : un matin, il est retrouvé mort, baignant dans son sang, les veines tailladées par les lames du Trône de Fer. Certains affirmèrent que le trône lui-même serait responsable de la mort du roi, voire un membre de la Garde Royale, mais il est aussi possible qu'il se soit suicidé pour ne pas subir une défaite[3].

Icone loupe.png Voir article détaillé : mort mystérieuse de Maegor I Targaryen.

C'est donc son neveu qui lui succède sous le nom de Jaehaerys I Targaryen.

Conseillers royaux

Le règne de Maegor est marqué par une grande violence, ses conseillers royaux[N 3] ne jouant qu'un rôle mineur auprès de ce roi implacable.

Icone loupe.png Voir article détaillé : Conseil restreint.

Maegor fait exécuter trois de ses Grands Mestres pour trahison[10]. En l'an 42, Maegor s'arroge la couronne. Le Grand Mestre Gawen est le seul à s'y opposer, faisant valoir la plus grande légitimité de son neveu Aegon, mais Maegor l'exécute. Le Grand Mestre Myres est exécuté dans le courant de la même année, pour avoir osé rappeler roi que son épouse légitime était lady Ceryse Hightower, et qu'il ne pouvait pas épouser une troisième femme. Grand Mestre Desmond tient sa charge de 42 à 44, où il est exécuté suite à l'accouchement d'un monstre par la reine Alys Herpivoie. Enfin, Grand Mestre Benifer préfère s'enfuir pour Pentos en l'an 48, lorsque le parti de Maegor est définitivement perdu[1].

Lucas Herpivoie, père de la reine Alys, devint Main du Roi au début de son règne, jusqu'à la disgrâce de sa fille et de toute sa maison en 44[12][3][1]. Il est remplacé par lord Edwell Celtigar, qui demeure sa Main, jusqu'en l'an 48 où il démissionne pour ne pas être entraîné par la chute de Maegor[1].

C'est sous le règne de Maegor qu'est créé l'office de maîtresse des chuchoteurs, car la reine Tyanna de la Tour, réputée être une sorcière, était surtout une maîtresse espionne, avec un large réseau à travers Westeros. Elle est cruellement exécutée en l'an 48 pour trahison[1].

Le titre de maître des navires est toujours porté, comme le veut la tradition, par le seigneur de la maison Velaryon, qui commande la flotte royale. Toutefois, en 48, il fait partie des premiers lords à rejoindre le parti de Jaehaerys I Targaryen, contre son oncle Maegor[1].

Main du Roi Grand Mestre Grand Argentier Lord Commandant
de la Garde Royale
Maître des lois Maître des navires Maîtresse des chuchoteurs
Lucas Herpivoie (42-44)
Edwell Celtigar (44-48)
Gawen (42)
Myres (42)
Desmond (42-44)
Benifer (44-48)
Alton Beurpuits lord Velaryon (42-48) Tyanna de la Tour (42-48)

Voir aussi : les approfondissements de La Garde de Nuit

Icone star.png « The Sons of the Dragons » : et après ?, article de blog écrit par Babar des Bois.

Notes et références

Notes

  1. Ces informations sont issues de l'application George R. R. Martin’s A World of Ice and Fire – A Game of Thrones Guide pour iPhone, iPad et Android et créée en partie par Ran et Linda, administrateurs de Westeros.org et co-auteurs avec George R.R. Martin de l'encyclopédie Les origines de la saga.
  2. Son nom n'est pas connu.
  3. Le terme "Conseil restreint" pour désigner l'institution politique n'est en réalité utilisé qu'à partir du règne de Jaehaerys I Targaryen (cf. Les origines de la saga, Aegon I).

Références