Guilde des Alchimistes

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher

La Guilde des Alchimistes était jadis une corporation puissante de Port-Réal, mais le savoir des mestres de la Citadelle leur est, depuis des siècles, supérieur dans à peu près tous les domaines[1]. Leur ordre n’est à présent constitué que d’une poignée de membres. Ceux-ci ne prétendent même plus à la transmutation des métaux mais continuent de procéder à la fabrication du feu grégeois dont ils détiennent secrètement la recette. Lorsqu’un alchimiste cite le nom d’un autre alchimiste, il le précède du titre « sagesse ».

Hiérarchie

Les membres de la guilde semblent être divisés en trois catégories hiérarchiques :

  • les apprentis ;
  • les acolytes ;
  • les alchimistes à proprement parler, qui seuls peut-être ont droit au titre de « sagesse ».

Le nom de « pyromant » semble désigner les alchimistes, voire les acolytes.

L'hôtel de la Guilde

L'hôtel de la Guilde se trouve à Port-Réal, dans la rue des Sœurs, pratiquement au pied de la colline de Visenya. Au bas du large escalier d'entrée, s'étend la galerie des Torches-de-fer, une longue pièce aux murs et au sol de marbre, et pourvue de hautes colonnes métalliques. Le feu grégeois est conçu dans les sous-sols constitués de plusieurs galeries aménagées en cellules de pierre nue. Chaque pièce est équipée d’un faux plafond contenant du sable. Selon les alchimistes, si un incendie survenait, le plafond s’écroulerait grâce à une formule magique[N 1], et le sable étoufferait les flammes. Sous les cellules se situent des caves glaciales où sont stockés les pots de feu grégeois et qui s’étendent jusque sous la colline de Rhaenys. Les pots plus anciens (et plus dangereux) sont stockés à un étage encore inférieur[1].

Membres de la Guilde

Membres au début de la saga

Anciens membres

La Guilde dans la saga

Avant AGOT

À la fin du règne d'Aerys II Targaryen, la Guilde renoue avec son glorieux passé lorsque l'un de ses membres, sagesse Rossart, devient le favori du roi, puis sa Main. Les plus hauts dignitaires de la Guilde participent activement au projet secret du roi de détruire Port-Réal par le feu grégeois en cas de défaite face à Robert Baratheon[2]. Mais lors du sac de Port-Réal, la Guilde est pratiquement anéantie et seuls quelques acolytes survivent, et avec eux l'ordre des pyromants. La fin de la dynastie Targaryen met fin à cette brève période faste[1].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Rébellion de Robert Baratheon.

Dans ACOK

Craignant l'arrivée des armées Baratheon à Port-Réal, la Guilde promet dix mille pots de feu grégeois à la reine Cersei. Craignant une maladresse durant la bataille, Tyrion Lannister lui commande en outre des pots remplis de peinture verte afin d'entraîner les boutefeux de ser Jacelyn Prédeaux[1].

Lors de l'émeute qui suit le départ de la princesse Myrcella pour Dorne, un incendie ravage Culpucier, et Tyrion ordonne que tout soit fait pour protéger l'hôtel des Alchimistes, qui est ainsi épargné par les flammes[3].

La Guilde parvient finalement à fabriquer treize mille pots car les sorts de ses membres, qui avaient perdu de leur puissance depuis la disparition des dragons, semblent avoir trouvé une nouvelle efficacité[4]. Le feu grégeois joue un rôle important lors de la bataille de la Néra, et la Guilde reçoit les remerciements du roi Joffrey lors de la cérémonie qui en célèbre l'issue[5] (la reine Cersei s'étant attribué le mérite d'avoir ordonné la fabrication des pots[6]).

Dans ASOS

Quatre maîtres pyromants officient durant le somptueux banquet des noces du roi Joffrey Baratheon et de Margaery Tyrell. Ils y suscitent des fauves de feu qui s'entre-déchirent[7].

Dans AFFC

La Guilde fabrique cinquante pots de feu grégeois afin de détruire la tour de la Main du Donjon Rouge sur ordre de la reine régente Cersei Lannister[8].

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Plus vraisemblablement grâce à un astucieux système anti-feu

Références