Reine des Sept Couronnes

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher

Reine des Sept Couronnes est le titre porté par l'épouse légitime du roi des Sept Couronnes ou par une femme qui prétend régner sur les Sept Couronnes. Elles prennent alors le titre de reine des Andals, des Rhoynar et des Premiers Hommes.

Rôles et Fonctions[modifier]

En tant que membre de la famille royale, la reine a le droit à la protection de la Garde Royale. C'est d'ailleurs traditionnellement un frère juré de la garde qui sert de champion lors des duels judiciaires où l'honneur de la reine est en jeu[1].

Le titre de reine n'est généralement porté que de manière honorifique, par l'épouse du roi des Sept Couronnes, sans que la titulaire ne puisse exercer de pouvoir officiel sur la politique des Sept Couronnes. Toutefois, officieusement, les reines ont souvent un lien privilégié avec le roi et peuvent ainsi influencer sa politique.

Les reines épouses[modifier]

A l'époque d'Aegon le Conquérant, le roi souvent en voyage, déléguait les affaires courantes du royaume à ses sœurs-épouses, Visenya et Rhaenys. La reine Rhaenys travailla énormément à unir les royaumes conquis par son frère, en organisant des mariages entre les maisons des différentes contrées. Elle patronnait également les chanteurs et les baladins. Elle instaura également la règle des six. Visenya eut pour charge de superviser la construction du Donjon Rouge[2].

Maegor I Targaryen, qui avait pris plusieurs femmes, les considérait toutes comme reines, et créa même pour l'une d'elle, Tyanna de la Tour, la charge de maître des chuchoteurs[3].

La reine Alysanne Targaryen exerça également une influence considérable sur son époux, le roi des Sept Couronnes Jaehaerys I Targaryen. Sur son impulsion, Jaehaerys interdit le droit de première nuit dont disposaient les lords. Elle soutint également la Garde de Nuit lorsqu'elle constata son état de déclin[4].

La reine Alicent Hightower parvint avec le soutien de son père, Otto Hightower, la Main du Roi, a avoir une influence considérable sur l'histoire des Sept Couronnes, puisqu'elle est en partie responsable du conflit de succession appelé Danse des Dragons. A partir de la naissance de son premier fils, les Hightower n'eurent de cesse de remettre en cause le choix du roi Viserys I Targaryen de voir sa première-née, Rhaenyra Targaryen, lui succéder. A la mort du roi, Alicent fit couronner Aegon II Targaryen par le conseil restreint de son défunt époux[5].

La reine Betha Nerbosc aurait aidé son mari à conclure des alliances matrimoniales avantageuses entre leurs enfants et d'importantes maisons[6].

Les reines régentes[modifier]

Il arrive que la reine exerce un pouvoir officiel, lorsqu'elle exerce la régence.

Icone loupe.png Voir article détaillé : régent.

Dans la pratique, ces régences sont assez rares. La reine Alyssa Velaryon exerca la régence pendant trois ans pour son fils, Jaehaerys I Targaryen, mais elle dut confier la charge de Main du Roi et le titre de Protecteur du Royaume à lord Rogar Baratheon, qui devint quelques mois plus tard son second époux[4].

Les reines régnantes[modifier]

Aucune reine n'a jamais régné sur les Sept Couronnes de manière incontestable. Dans beaucoup d'esprits, cela vient du fait que le Grand Conseil de 101 a établi une jurisprudence qui disqualifie les femmes du droit d'hériter de la couronne royale ou de la transmettre à ses descendants[4]. Toutefois, le roi Viserys I Targaryen tenta de passer outre cette décision, en nommant sa fille aînée Rhaenyra princesse de Peyredragon et héritière du trône de Fer, au détriment de son fils cadet, Aegon[7].

En l'an 129, à la mort de Viserys, le royaume se fractura en deux : les Verts, qui soutenaient le parti d'Aegon II, et les Noirs, qui défendaient les droits de Rhaenyra I. Celle-ci prit le titre de Reine des Andals, de Rhoynar et des Premiers Hommes. Après deux ans d'une terrible guerre civile connue sous le nom de Danse des Dragons, Rhaenyra fut mise à mort pour trahison et Aegon II reconnu comme le roi légitime[8].

Historique des reines des Sept Couronnes[modifier]

Les dates indiquées entre parenthèses sont celles pendant lesquelles ces femmes ont porté le titre de reine. Même après la mort de leur époux, elles continuent à être reine douairière ou reine mère, le titre ne disparaissant qu'à leur mort.

Après la rébellion de Robert Baratheon, la maison Targaryen est renversée. Le nouveau roi des Sept Couronnes, Robert Baratheon, épouse Cersei Lannister, qui devient la nouvelle reine.

La reine des Sept Couronnes dans la saga[modifier]

Dans AGOT[modifier]

Joffrey I Baratheon succède à Robert Baratheon sur le trône de Fer[9]. Lors de l'audience inaugurale du roi Joffrey, sa mère, la reine Cersei Lannister, est nommée régente. Elle tient dès lors un rôle officiel important, siégeant de plein droit au conseil restreint[10][N 1].

Renly Baratheon prétend au titre de roi des Sept Couronnes, ce qui fait de sa nouvelle épouse, Margaery Tyrell, la reine[11].

Dans ACOK[modifier]

Stannis Baratheon prétendant lui aussi être roi des Sept Couronnes, sa femme Selyse Florent prend automatiquement le titre de reine[12].

Dans ASOS[modifier]

Lady Margaery Tyrell conserve son titre de reine, en épousant le roi Joffrey Baratheon, mais la mort brutale de celui-ci contrecarre les projets d'alliances entre les Lannister et les Tyrell[13]. Afin de maintenir l'alliance, Margaery est promise à l'héritier de Joffrey, Tommen Baratheon[14].

Dans AFFC[modifier]

Margaery Tyrell se marie avec le roi des Sept Couronnes Tommen Baratheon, fils de la reine régente Cersei Lannister[15]. Les manigances de Cersei Lannister la conduisent à perdre la régence de son fils, elle conserve toutefois son titre indiscutable de reine[1].

Dans ADWD[modifier]

Bien qu'elle se soit installée à Meereen en Essos, Daenerys Targaryen revendique désormais le titre de reine des Andals, des Rhoynar et des Premiers Hommes[16][17][18].

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. Cersei avait déjà la main-mise sur le conseil restreint avant cette proclamation royale (cf. A Game of Thrones, Chapitre 52, Sansa)

Références[modifier]