Prostitution

De La Garde de Nuit
(Redirigé depuis Prostitué)
Aller à : navigation, rechercher

La prostitution qualifie le fait d'échanger des faveurs sexuelles contre rémunération. Cette activité est majoritairement pratiquée par les femmes, mais parfois aussi par de jeunes hommes[1]. La prostitution est une activité qui semble couramment exercée dans l'ensemble du monde connu, mais qui n'est pas considérée de la même manière selon les cultures.

Généralités

Les raisons qui poussent à exercer une telle profession sont très diverses : misère sociale[2], transmission de mère en fille[3][4], voire même activité culturellement encouragée dans les îles d'Été[5]. De même, les conditions de vie des prostituées varient énormément selon le lieu. Les courtisanes de Braavos sont des notables ayant pignon sur rue, mais les canaux de Braavos sont aussi peuplés de prostituées miséreuses[6]. Dans les Sept Couronnes, certains établissements de luxe offrent une certaine aisance à leurs pensionnaires[7], mais ces conditions privilégiées demeurent rares.

A Westeros

Dans les Sept Couronnes

La prostitution est très répandue dans les Sept Couronnes (à l'exception notable de l'île de Peyredragon où elle est interdite par lord Stannis Baratheon[8]). Elle est le plus souvent exercée dans des bordels qui sont communs dans les grandes agglomérations, mais parfois aussi dans des auberges plus isolées afin d'attirer la clientèle[9]. La ville de Port-Réal possède une rue dédiée à la prostitution, la rue de la Soie, même si cette activité déborde largement de cette enceinte. Toutefois, les bordels sont reconnaissables à la lanterne à huile dotée d'un globe de verre rouge ouvragé qui pend devant au montant de la porte[10]. Par les taxes, les bordels et les prostituées constituent des sources de revenus non négligeables pour la Couronne[11][12]. Outre cette forme organisée de prostitution, les armées en marche sont toujours suivies de « filles à soldats » ou « femmes de camp », qui vendent leurs charmes dans les campements[13][14][15][16]. Elles peuvent se mettre en ménage plus ou moins stable avec un soldat, devenant des « épouses de camp », en accomplissant pour lui des tâches ménagères et en ayant des enfants, et cette union peut être scellée dans un simulacre de mariage par des promesses échangées devant un dieu, mais ces unions ne durent pas plus longtemps que les opérations militaires[17].

La fréquentation des prostituées n'est pas socialement condamnée au sein de la noblesse, même si une certaine discrétion semble appréciée (du moins en dehors de Dorne, les mœurs étant plus libres dans la principauté). Par ailleurs, les prix pratiqués par certains établissements de luxe ne semblent abordables que pour les fortunes les plus importantes[5]. Des notables occupant des fonctions prestigieuses comme lord Petyr Baelish peuvent d'ailleurs devenir les propriétaires de ce type de commerce sans que cela suscite autre chose qu'une vague réprobation. Les pensionnaires de ces maisons arborent des vêtements bien plus luxueux que ceux des prostituées officiant dans les bordels populaires et sont généralement vêtues de chemises de lin vaporeuses et de déshabillés de soie[10]. De nombreuses personnes ayant fait vœu d'abstinence sont connues pour leur fréquentation des prostituées (de nombreux frères de la Garde de Nuit à Châteaunoir fréquentent le bordel de La Mole[18], plusieurs frères de la Garde Royale ont fréquenté et fréquentent les bordels de la rue de la Soie[19], de même pour certaines de Leurs Saintetés[12]) sans encourir de réel opprobre. Cependant, la prostitution est officiellement honnie par la religion des Sept pour laquelle faire le commerce de son corps est un péché très grave vis-à-vis des Sept qui ont façonné les hommes[12]. Si la prostitution n'est pas considérée comme un crime au regard de la justice dans les Sept Couronnes, les prostituées jugées responsables de la transmission de maladies sexuellement transmissibles (comme la vérole[20]) sont susceptibles d'encourir des peines importantes[21]. Les prostitués mâles sont particulièrement méprisés[22].

Au-delà du Mur

Si la prostitution ne bénéficie pas d'un caractère officiel comme dans les Sept Couronnes, les sauvageons ne semblent toutefois pas considérer comme choquant le fait d'échanger des faveurs sexuelles contre une rémunération[23].

En Orient

Dans les cités libres

Dans la majorité des cités libres, la prostitution jouit d'une meilleure réputation que dans les Sept Couronnes. Les mœurs sexuelles y sont généralement plus libres et les femmes y ont la réputation d'être des catins pour les Ouestriens[24]. Certaines cités autorisent le commerce d'esclaves sexuels, et de nombreux marchands fortunés entretiennent de véritables harems[25]. La cité libre de Lys est ainsi particulièrement réputée pour ses maisons de plaisir[26] et ses esclaves-concubins ou esclaves-de-lit, positions sociales qui n'ont rien de dégradantes dans cette ville où l'érotisme est considéré comme un art[26] et où la déesse de l'amour est vénérée plus que toute autre. Une maison de plaisir de Lys doit sa célébrité à ses magnifiques esclaves naathies vêtues de robes en soie diaphanes ornées d'ailes de papillon de couleurs vives[27]. Certains magistrats pentoshis comme Illyrio Mopatis peuvent même être amenés à épouser d'anciennes esclaves lysiennes[28]. Tyrosh abrite également des maisons de plaisir mais elles n'ont pas le prestige de celles de Lys[29]. A Braavos, les prostituées les plus raffinées (et les plus chères) sont appelées des courtisanes, et leurs services, qui vont bien au-delà du seul plaisir sexuel, en font quasiment des dames de compagnie[6].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Courtisane.

À Volantis, les prostituées esclaves ont une larme tatouée au coin de l'œil[30]. Certains notables volantains font l'acquisition d'esclaves de lit de Yunkaï et il arrive exceptionnellement que l'un d'entre eux en épouse une comme le fit Vogarro.

Le culte de R'hllor pratique la prostitution sacrée[31].

Au Pays de Ghis

Comme le culte de R'hllor, la religion ghiscarie a recours à la prostitution sacrée (on ignore si les Grâces Rouges, qui en sont l'instrument, sont des esclaves achetées par le clergé, ou des jeunes filles nobles, comme les Grâces Blanches). Elles sont offertes chaque nuit au Temple des Grâces durant un an aux hommes qui voudront bien les choisir[32]. Yunkaï s'est fait une spécialité de la traite d'esclaves concubins, formés à la « méthode des sept soupirs » et aux « seize postures d'extase »[33][34]. Les esclaves ainsi entraînés deviennent parfois des danseurs érotiques pouvant s'accoupler publiquement lors des banquets[35].

Dans les îles d'Été

Dans les îles d'Été, la religion met en avant les plaisirs charnels, et la prostitution est une activité reconnue et exaltée car elle permet de rendre hommage au corps dont les dieux ont doté les hommes. Ainsi, les îles d'Été connaissent une forme de « prostitution sacrée » qui est exercée de manière temporaire et encouragée pour les jeunes[5].

Histoire

Le roi Baelor I Targaryen (qui règne de l'an 161 à l'an 171) fait bannir toutes les prostituées de Port-Réal, priant pour elles alors qu'elles sont conduites aux portes de la ville, mais refusant de leur accorder un regard[36][37].

La prostitution dans la saga

Avant AGOT

Lord Stannis Baratheon interdit la prostitution sur l'île de Peyredragon[8]. Il propose au conseil restreint d'étendre cette mesure au reste du royaume, ce qui lui vaut les moqueries du roi son frère[38].

Dans ASOS

Afin de financer les noces royales et de renflouer les caisses du royaume qui ont souffert de la guerre, lord Tywin Lannister décide d'imposer par le truchement de son fils Tyrion (qui est alors le Grand Argentier du royaume) un impôt sur la prostitution à Port-Réal. Chaque passe est alors taxée de la somme d'un liard[N 1], impôt impopulaire mais dont les gargotes se font les gorges chaudes sous le nom du « liard du nain »[39].

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Un penny en version originale, traduit en l'occurrence par liard, même si ce terme semble généralement avoir été privilégié pour les groats (cf. l'article sur les monnaies).

Références

  1. A Storm of Swords, Chapitre 56, Jon.
  2. A Clash of Kings, Chapitre 45, Tyrion.
  3. A Storm of Swords, Chapitre 30, Arya.
  4. A Feast for Crows, Chapitre 01, Prélude.
  5. 5,0, 5,1 et 5,2 A Clash of Kings, Chapitre 16, Tyrion.
  6. 6,0 et 6,1 A Feast for Crows, Chapitre 35, Cat des canaux.
  7. A Clash of Kings, Chapitre 30, Tyrion.
  8. 8,0 et 8,1 A Clash of Kings, Chapitre 11, Davos.
  9. A Feast for Crows, Chapitre 38, Brienne.
  10. 10,0 et 10,1 A Game of Thrones, Chapitre 21, Eddard.
  11. A Game of Thrones, Chapitre 28, Eddard.
  12. 12,0, 12,1 et 12,2 A Feast for Crows, Chapitre 37, Cersei.
  13. A Game of Thrones, Chapitre 63, Tyrion.
  14. A Storm of Swords, Chapitre 46, Catelyn.
  15. A Feast for Crows, Chapitre 34, Jaime.
  16. A Feast for Crows, Chapitre 39, Jaime.
  17. A Dance with Dragons, Chapitre 38, Le prince de Winterfell.
  18. A Game of Thrones, Chapitre 71, Jon.
  19. A Feast for Crows, Chapitre 14, Le Chevalier souillé.
  20. A Storm of Swords, Chapitre 82, Épilogue.
  21. A Feast for Crows, Chapitre 15, Brienne.
  22. A Dance with Dragons, Chapitre 40, Jon.
  23. A Game of Thrones, Chapitre 54, Bran.
  24. A Feast for Crows, Chapitre 18, Cersei.
  25. A Clash of Kings, Chapitre 13, Daenerys.
  26. 26,0 et 26,1 A Dance with Dragons, Chapitre 02, Tyrion.
  27. Les origines de la saga, Naath.
  28. A Dance with Dragons, Chapitre 06, Tyrion.
  29. A Dance with Dragons, Chapitre 34, Tyrion.
  30. A Dance with Dragons, Chapitre 23, Tyrion.
  31. A Dance with Dragons, Chapitre 28, Tyrion.
  32. A Dance with Dragons, Chapitre 69, Le dompteur de dragons.
  33. A Storm of Swords, Chapitre 43, Daenerys.
  34. A Dance with Dragons, Chapitre 03, Daenerys.
  35. A Dance with Dragons, Chapitre 17, Daenerys.
  36. A Dance with Dragons, Chapitre 66, Cersei.
  37. Les origines de la saga, Baelor Ier.
  38. A Clash of Kings, Chapitre 01, Prélude.
  39. A Storm of Swords, Chapitre 39, Tyrion.