Peyredragon

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Peyredragon
Informations
V.O. Dragonstone
Nature forteresse
Localisation
Mm peyredragon.jpg

Blasons
Peyredragon était le fief de la maison Targaryen Peyredragon est sous l'autorité de Stannis Baratheon

Peyredragon[N 1] désigne à la fois une île située entre la baie de la Néra et le détroit, et la forteresse qui y est édifiée. L'île est probablement d'origine volcanique, et Montdragon, la montagne qui la constitue, fume encore par moments[1]. Quant à la forteresse, c'est une des plus isolées et lugubres des Sept Couronnes[2].

A l'époque de la saga, L'île et les seigneurs qui en dépendent sont placés sous la suzeraineté de lord Stannis Baratheon[3], qui n'y fait cependant que des séjours épisodiques, même si sa famille y réside[2]. En son absence, la forteresse est gouvernée par ser Axell Florent[4].

Description

Extérieur de la forteresse

Peyredragon est construite au flanc de la montagne nommée Montdragon, ancien volcan qui surplombe l’île. Des rumeurs font état de passages secrets et d’escaliers dérobés conduisant directement au cœur de la montagne[1]. La citadelle est entièrement composée de basalte, une pierre noire volcanique. Trois enceintes la cernent. Les antiques murailles extérieures, percées de deux vantaux cloutés de fer, dominent la petite ville et le port[1], qui peut accueillir jusqu’à cent navires sur ses quais. Une enceinte médiane ferme la lice de ses portes de fer noir, tandis que l’enceinte intérieure enferme le donjon central. Adossées à ces murs, mille gargouilles aux traits de cerbères, vouivres, griffons, manticores, cocatrix, basilics, minotaures et autres démons ornent les créneaux, toutes plus effrayantes les unes que les autres.

Toute la citadelle est un hommage aux dragons. Les tours d’angle de l’enceinte extérieure figurent des dragons tantôt au repos, tantôt en posture d’essor, donnant à la forteresse un aspect redoutable. L’une d’elles, Ventvoeur, donne l’impression de crier un défi tandis qu’une autre, Ondin, pose un regard paisible sur la ville environnante. On entre dans la grande salle par des portes rouges engoncées dans la gueule d’un dragon et la salle elle-même prend la forme d’un dragon vautré à plat ventre. Les cuisines ont l’aspect d’un dragon roulé en boule par les narines duquel s’échappent les fumées des fourneaux. D’immenses ailes de pierre enveloppent la forge et l’armurerie. Les portes sont encadrées de dragons et les torchères affectent la forme de griffes jaillissant des murs tandis que des queues de pierre se déforment en arcades, ponts et marches extérieures.

Intérieur de la forteresse

L’intérieur de Peyredragon regroupe toutes les constructions habituelles des citadelles de Westeros, de la cour où s’entraîne la soldatesque jusqu’à la tour Mervouivre qui abrite le mestre du lieu, en passant par un septuaire. C’est dans celui-ci qu’Aegon le Conquérant s’abîma en prières la nuit précédant son appareillage pour la conquête des Sept Couronnes. Les sept statues furent sculptées dans les mâts des navires à bord desquels étaient venus les Targaryen. Au cours des siècles, elles furent peintes et repeintes, dorées, argentées et serties de joyaux. Ainsi l’Aïeule acquit des yeux de perle et le Père une barbe d’or[4].

On accède au jardin d’Aegon depuis l'entrée par un passage voûté appelé Queue-Dragon. Y croissent de hauts arbres sombres, des églantiers, des haies d’épineux, des massifs de fougères et des canneberges parsèment une partie marécageuse. Une forte odeur de résine embaume le jardin[1].

Les cellules sont enterrées sous la forteresse, dans les entrailles de Montdragon. Un long escalier en colimaçon donne accès à de petites pièces aux murs aveugles fermées par de lourdes grilles de fer massives. Il y règne une atmosphère chaude et humide où pullulent les rats. Les murs des cellules comme ceux des couloirs sont noirs et polis[5]. Cet escalier en colimaçon donne accès à différents étages de Peyredragon, notamment au donjon central via un pont de pierre couvert en forme d’arche.

Le donjon central de Peyredragon est aussi appelé tour Tambour. En effet, il possède une étonnante capacité de résonance lors des orages et tempêtes qui cernent régulièrement l’île. On y accède notamment par un étroit pont de pierre bordé d'un parapet montant à mi-corps. En haut de cette tour, la salle de la table peinte domine la citadelle. C’est un vaste pièce ronde aux murs de pierre noire et nue à l’instar du reste de la forteresse. Seules quatre hautes meurtrières en ogive, orientées vers les quatre points cardinaux, en percent les parois. Au centre se dresse la table peinte : une énorme bille de bois sculptée sur ordre d’Aegon Targaryen avant la Conquête. Longue de cinquante pieds (quinze mètres), large de vingt-cinq (sept mètres) dans sa plus grande largeur et quatre (un mètre vingt) au point le plus étroit, elle fut façonnée à l’image de Westeros : chaque golfe, chaque péninsule et baie s'y découpe. Le plateau noirci par des siècles de vernis représente les Sept Couronnes d’avant la conquête avec les fleuves, les montagnes, les villes, les châteaux, les lacs et forêts, mais aucune frontière. La pièce ne comporte hormis la table qu’une cheminée et un siège. Ce seul siège est érigé à l’emplacement exact de Peyredragon, surélevé pour avoir une vue d’ensemble de Westeros[2][6].

Les vassaux de Peyredragon

Le lord de Peyredragon est également le suzerain des seigneurs du détroit[5], un sous-ensemble de maisons des terres de la Couronne :

La maison Rambton est sans doute également vassale de Peyredragon[4].

Histoire

Avant AGOT

Le berceau des Targaryen…

La forteresse fut édifiée par les Valyriens, qui eurent recours à un art depuis lors oublié pour y modeler la pierre et donner à leurs ouvrages l'apparence de dragons, salamandres et autres bêtes fantastiques[2]. La magie de Valyria est toujours présente dans ses murs[10].

Ancien avant-poste occidental des Possessions de Valyria, c’est là que débarquèrent quelques temps avant le Fléau de Valyria Aenar Targaryen et sa famille, dont Daenys. Celle ci avait des dons de voyance et avait vu le Fléau de Valyria qui se déclencha douze ans après la fuite des Targaryen, ce qui leur a permis d'y échapper. Les Targaryen prirent possession des lieux et y résidèrent pendant le Siècle de Sang. Sur les cinq dragons emportés par Aenar lors de l'exil, quatre sont morts sur l'île, ne laissant que Balerion ; cependant, Vhagar et Meraxès y sont nés durant cette période. C'est depuis Peyredragon qu'Aegon se lança à la conquête des Sept Couronnes[11]. Après cette conquête, plus précisément à partir du règne d'Aenys Targaryen[12], Peyredragon devint traditionnellement le fief du prince héritier de la dynastie Targaryen, qui portait donc le titre de « prince de Peyredragon »[13][14].

Pendant la Danse des Dragons

Icone loupe.png Voir article détaillé : Danse des Dragons.

C'est à Peyredragon que résidait la princesse Rhaenyra Targaryen lors de la mort de son père, le roi Viserys, en l'an 129. La forteresse compte alors une garnison de trente chevaliers, cent arbalétriers et trois cents hommes d'armes[15].

Après la chute de Port-Réal, le roi Aegon II Targaryen se réfugie à Peyredragon, où il est caché par des partisans Verts. Feux-du-Soleyl le rejoint sur l'île. Grâce à des traîtrises au sein de la garnison, les Verts s'emparent de la place sans coup férir, mais Aegon et Feux-du-Soleyl doivent vaincre la jeune princesse Baela Targaryen et son dragon Danselune[15].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Chute de Peyredragon.

Traquée, Rhaenyra croit pouvoir trouver refuge à Peyredragon, mais c'est la mort qu'elle y trouve, dévorée par Feux-du-Soleyl[15].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Fuite à Peyredragon.

Après la Danse des Dragons

C'est là également que naquirent les deux derniers dragons targaryens[16]. La légende raconte que l'île abriterait encore une cache d’œufs de dragon[17].

La rébellion de Robert Baratheon

Icone loupe.png Voir article détaillé : rébellion de Robert Baratheon.

Peyredragon fut le dernier refuge à Westeros de la maison Targaryen lors de la fin de la rébellion de Robert Baratheon. À l'annonce de la défaite du Trident et de la mort du prince Rhaegar, le roi Aerys y envoya son épouse Rhaella, enceinte, et son fils Viserys en sécurité. C'est là que naquit Daenerys, provoquant la mort en couches de sa mère, lors d'une des plus violentes tempêtes jamais connues. Daenerys y gagna son surnom « du Typhon », mais la flotte targaryenne fut détruite, et même les murs de Peyredragon furent endommagés[18].

Après le sac de Port-Réal et la mort d'Aerys, Robert Baratheon poursuit la chasse des derniers héritiers Targaryen en envoyant son frère Stannis prendre Peyredragon avec sa flotte reconstituée. Le dernier fidèle des Targaryens, ser Willem Darry, parvient à faire échapper Viserys et Daenerys et part avec eux à Braavos.

La forteresse fut ensuite remise à lord Stannis Baratheon, frère cadet du nouveau roi, qui s'y installa avec sa maisonnée.

Peyredragon dans la saga

Avant AGOT

Lord Stannis Baratheon interdit la prostitution sur l'île de Peyredragon[4].

Dans AGOT

Après la mort de lord Jon Arryn, lord Stannis se retire à Peyredragon et y amasse les troupes de ses vassaux[19], environ trois mille hommes. Tous les navires entrant au port ou croisant à proximité sont retenus dans la rade, qui ne tarde pas à être remplie[2].

Dans ACOK

Le septuaire est vandalisé par les hommes de la reine Selyse, malgré les protestations de septon Barre et de lord Guncer Solverre. Ser Hubard Rambton et ses fils tentent de s'y opposer par les armes, mais ils sont vaincus après avoir tué quatre des assaillants. Les antiques statues des Sept sont alors brûlées devant les portes du château sur l'ordre de Mélisandre, en offrande à R’hllor. Dans les flammes du bûcher apparaît Illumination, l'épée rouge des héros, que Mélisandre offre au roi Stannis, proclamant qu'il est Azor Ahai réincarné[4]. Le roi, sa suite et sa flotte partent ensuite assiéger Accalmie[20] Après la prise de la forteresse, le roi Stannis, cédant à ses vassaux, renvoie à Peyredragon Mélisandre avec Edric Storm, le bâtard de son frère Robert[21].

Dans ASOS

Après sa terrible défaite dans l'estuaire de la Néra, ce qui reste de la flotte du roi Stannis s'en retourne se réfugier à Peyredragon, où lord Tywin Lannister ne peut la poursuivre tant que les navires Redwyne ne sont pas arrivés à Port-Réal[22]. La petite ville est à présent d'un calme mortel, de nombreuses maisons arborant les emblèmes du deuil[1].

Après le départ du roi pour le Mur, les espions de lord Varys révèlent à lord Tywin que l'île n'est plus défendue que par une garnison symbolique[23].

Dans AFFC

Après le départ du roi Stannis et de son armée pour le Nord, la forteresse ne conserve qu'une garnison symbolique sous les ordres de ser Rolland Storm. Elle est assiégée par la flotte de la maison Redwyne. Ser Loras Tyrell s'empare finalement de la place, au prix de lourdes pertes[24][25].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Prise de Peyredragon.

Dans ADWD

Après la prise de Peyredragon, les troupes Tyrell fouillent la place, mais n'y trouvent nulle richesse, pas plus que la légendaire cache d’œufs de dragon[17].

Voir aussi : les approfondissements de La Garde de Nuit

Icone star.png Peyredragon : Et dans les livres, alors ?, article de blog écrit par Eridan.

Notes et références

Notes

  1. Parfois orthographié Peyre-dragon dans la traduction française d'A Feast for Crows.

Références