Yunkaï

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Yunkaï
Informations
V.O. Yunkai
Nature ville
Localisation
Mm yunkai.jpg

Blasons
Emblème de la ville

Yunkaï (parfois désignée comme la « Cité Jaune », en référence à la couleur des briques dont elle est bâtie) est une ville portuaire située à l'est de la baie des Serfs. Comme Astapor située plus au sud, elle appartient au Pays de Ghis. Ses habitants sont les Yunkaïis[1].

Description

L'architecture de Yunkaï est dominée par des pyramides à degrés construites en briques jaunes. Son emblème est une harpie tenant dans ses serres un collier de fer et un fouet, figurée au-dessus de ses portes. Ses murailles, également de briques jaunes, sont peu entretenues et délabrées[1].

Société

Avec Meereen et Astapor, Yunkaï est l'un des pivots du commerce des esclaves (notamment du fait de l'absence de richesses naturelles) : les khals dothrakis et les corsaires des îles du Basilic viennent y vendre leurs captifs, que le reste du monde vient y acheter[2]. La ville s'est spécialisée dans les esclaves concubins, formés à la « méthode des sept soupirs » et aux « seize postures d'extase ». Les esclavagistes qui dirigent la ville se font appeler « les Judicieux »[1].

Les riches Yunkaïis portent le tokar traditionnel[3].

L'armée de Yunkaï est principalement composée d'esclaves de faible valeur militaire, encadrés par des officiers issus des classes aisées de la ville. Ces officiers sont vêtus de tuniques et de jupettes jaune vif, et leurs manteaux sont recouverts de disques de cuivre rouge. Leurs heaumes font le double de leur tête en hauteur, afin de protéger leurs coiffures sophistiquées. Ils montent des chevaux noirs, ou, pour les officiers supérieurs, des chameaux blancs[1]. Extrêmement fiers de leurs prérogatives et conscients de leur rang, les commandants nobles yunkaïis méprisent les compagnies de mercenaires et ont coutume d'être très pointilleux sur le protocole[4].

Yunkaï dans la saga

Dans ASOS

Apprenant la prise et le sac d'Astapor par Daenerys Targaryen, les dirigeants de Yunkaï engagent deux compagnies de mercenaires, les Corbeaux Tornade et les Puînés. Ayant ainsi ajouté un milliers de cavaliers à leurs quatre mille fantassins, ils déploient cette armée sur la route menant à Astapor, les mercenaires sur les ailes. Par la ruse, Daenerys parvient à neutraliser les mercenaires, et l'armée d'esclaves de Yunkaï est écrasée par ses Immaculés et ses Dothrakis. La cité négrière est alors contrainte de libérer ses esclaves et d'ouvrir ses portes à la Mère des Dragons[1].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Bataille de Yunkaï.

Après le départ de la briseuse des fers pour Meereen, les Judicieux entrent en contact avec la Nouvelle-Ghis et Volantis afin de proposer une alliance militaire et de recruter des mercenaires[5].

Dans ADWD

Yunkaï renoue avec ses pratiques esclavagistes et lance des incursions armées vers Meereen, obligeant la reine-dragon à envoyer ses Puînés y faire face. Le roi d'Astapor (Cleon le Grand) envisage également de faire marcher ses nouveaux Immaculés contre Yunkaï[6]. Afin de reconstituer rapidement une armée pour reprendre la guerre, la Cité Jaune envoie des émissaires à Lys et Volantis pour y recruter de nouvelles compagnies mercenaires[5] : les Longues Lances sont les premiers à accepter, suivies par la Compagnie du Chat et les Erre-au-Vent. Enfin, Yunkaï noue une alliance avec Tolos, Mantarys[2] et la Nouvelle-Ghis[7]: cette dernière lui envoie deux de ses légions. Ces forces coalisées vainquent aisément l'armée du roi Cleon à la bataille des Cornes d'Hazzat[2].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Bataille des Cornes d'Hazzat.

Yunkaï, avec une armée constituée de mercenaires, attaque Astapor alors que celle-ci est en proie à la guerre civile[8]. Les troupes mettent à sac et incendient la ville. Les notables sont exécutés et les portes de la ville consolidées afin que nul ne puisse fuir Astapor dévastée.

Icone loupe.png Voir article détaillé : Siège d'Astapor.

Renforcée par sa victoire et ses alliances, Yunkai n'a plus qu'un ennemi: la nouvelle souveraine de Meereen. Évaluant le risque élevé de combattre l'armée la plus disciplinée et trois dragons, elle déploie plusieurs stratégies simultanément pour s'assurer la victoire: diplomatie, pressions politiques, encerclement, intimidation (nombre et rumeurs) et découragement de l'ennemi.

Dans le but de la discréditer, les Yunkaïis propagent des rumeurs calomnieuses à son propos. Selon eux, elle nourrirait ses dragons de chair humaine et se baignerait dans le sang de vierges[4].

Yunkaï reçoit l'appui d'Elyria[9], ainsi que Qarth et Volantis (qui subissent des contrecoups commerciaux)[10]. L'alliance esclavagiste dépêche un émissaire qarthien qui offre des présents à la reine afin de l'inciter à partir. Après refus, la flotte offerte sert de blocus de la baie autour du port[2]. Demeurant ouvert, on a tout le loisir d'entrer dans la ville pour chercher des alliés[11] - tels les Fils de la Harpie étant déjà à l'oeuvre[6] - afin de coordonner les efforts. Les Grands Maîtres de Meereen, ayant beaucoup perdu depuis l'arrivée de la Briseuse des fers, sont des alliés potentiels naturels[6][11].

Deux compagnies poussent les réfugiés malades d'Astapor vers Meereen dans l'espoir d'une contagion[4]. Les forces victorieuses d'Astapor sont mobilisées. On prépare le siège: deuxième blocus en amont de la Skahazadhan[8]; renforcement du premier blocus par des navires meereeniens[11]; le contingent des forces coalisées s'installe aux quatre points cardinaux; construction d'engins de siège, mais pas pour prendre les murailles par un assaut frontal[12].

On négocie un traité de paix annulant les interférences de Meereen avec le commerce des esclaves, ainsi que le mariage de la reine avec un Grand Maître favorable à l'esclavage[12]. Le roi ayant ordonné d'attaquer Drogon lors de son incursion dans l'arène de Daznak[13], on fait pression sur lui pour qu'il élimine lui-même les fils de son épouse disparue avant l'arrivée de la puissante flotte volantaine[14].

Icone loupe.png Voir article détaillé : siège de Meereen.

Voir aussi

Notes et références