Stannis Baratheon

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Stannis Baratheon
Image by Amok©

Identité
V.O. Stannis Baratheon
Apparence
Yeux bleu clair
Cheveux noirs
Taille 6 pieds et demi[N 1]
Statut
Rang Lord
Roi
Titres sire de Peyredragon
maître des navires
roi des Sept Couronnes (ACOK)
Naissance 263 (Accalmie)
Famille
Père Steffon Baratheon
Mère Cassana Estremont
Épouse Selyse Florent
Enfant Shôren Baratheon
Blasons
Stannis fait partie de la maison Baratheon Blason personnel du roi Stannis Baratheon
Maître des navires
◄ inconnu Mace Tyrell

Né en l'an 263, Stannis Baratheon[N 2] est l'actuel seigneur de Peyredragon et siège au Conseil restreint de son frère aîné, le roi Robert, en tant que maître des navires[N 3][1][2]. Il est le deuxième des trois fils de lord Steffon Baratheon et de lady Cassana Estremont. Stannis est aussi grand que son frère Robert (près de six pieds et demi[N 1]) mais est caractérisé par son physique nerveux ainsi que par sa calvitie. En effet, à l'opposé de l'abondante chevelure de ses deux frères, il ne lui reste qu'un mince pourtour de cheveux et il porte des favoris très courts, ce qui lui fait comme une ombre à son visage crispé. Sa mâchoire est lourde et ses yeux sont profondément enfoncés dans leurs cavités[3][4]. En l'an 286, il a épousé lady Selyse Florent avec laquelle il a eu une unique fille, Shôren.

Stannis s'est forgé une réputation d'excellent stratège militaire[5] (en partie acquise en observant et en s'inspirant des tactiques de son frère aîné, mais avec moins d'audace et plus de prudence[6][7]), tout d'abord lors de la rébellion de son frère contre les Targaryen, puis pendant la rébellion des Greyjoy. Cette réputation est renforcée par la ténacité qu'il a montrée en soutenant le siège d'Accalmie pendant près d'un an, ce qui lui vaut en partie l'image d'un homme dur et inexorable. Il préfère commander ses troupes depuis l'arrière que charger à leur tête[8]. Il est en outre un fin connaisseur de la force militaire de chaque maison des Sept Couronnes[3].

Il est également connu et réputé pour son sens rigoureux de la justice, doublé d'une grande rigidité morale, qui s'explique en partie par la disparition tragique de ses parents pendant son enfance. Il méprise, à ce titre, le mensonge et la flagornerie des courtisans[9]. En outre, Stannis est d'une franchise brutale et sacrifie peu aux usages, n'hésitant pas à dire ce qu'il pense des uns et des autres sans considération pour les conséquences. Il est soupçonneux et se montre extrêmement regardant quant à son honneur et sa réputation[10]. Il est d'ailleurs rancunier et n'oublie jamais un affront. Stannis fait cependant preuve d'une grande perspicacité concernant son entourage et la perception que l'on a de lui[11]. Enfin, il est de mœurs austères, notamment dans son habillement[11][12], ne supportant pas de ripailles bruyantes à sa table, et ayant accompli son devoir conjugal consciencieusement, mais sans zèle ni enthousiasme. Il est de notoriété publique qu'il a cessé de le faire depuis des années[13]. Les femmes le mettent d'ailleurs très mal à l'aise[3][7].

Si Stannis admire son frère aîné, ce sentiment n'est pas réciproque. Stannis estime cependant avoir été traité injustement par Robert après sa rébellion notamment lorsqu'il a désigné Renly comme seigneur d'Accalmie alors qu'il était son aîné et donc celui ayant les droits les plus légitimes sur l'antique forteresse de la maison Baratheon[14]. Stannis est beaucoup plus critique envers Renly, dont il jalouse la faveur auprès de Robert, et dont il estime qu'il ne lui témoigne pas le respect qui lui est dû de par son plus grand âge. Ce tempérament jaloux se manifeste également à l'encontre de lord Eddard Stark, que Robert traite en frère plus que lui[3]. Donal Noye, qui connaît bien les trois frères Baratheon, compare Stannis au fer noir, dur et rigide, qui rompt plutôt que de plier[15]. Il a pour manie de grincer des dents lorsqu'il est contrarié[11].

Avant AGOT

Enfance

L'enfance de Stannis est marquée par la mort de ses parents, dont le navire La Fière-à-Vent sombre sous ses yeux et ceux de son frère aîné[3]. Il ressent cette perte comme une injustice et refuse dès lors de croire en des dieux aussi cruels[9]. Il grandit ensuite dans l’ombre de son frère aîné Robert, plus doué, plus vif et plus charmeur, pour lequel il éprouve une grande admiration. Il possède un autour, Fière-aile qu'il a soigné lui-même et qui le suit partout. Ce dernier est un piètre chasseur et ne dépasse guère la cime des arbres. Son frère Robert le surnomme d'ailleurs Bat-de-l'aile et possède, quant à lui, un gerfaut nommé Foudre qui ne rate jamais sa cible. Leur grand-oncle, ser Harbert Baratheon conseille alors à Stannis de se munir d'un autre oiseau de proie au risque de se rendre ridicule[9].

La rébellion de Robert Baratheon

Icone loupe.png Voir article détaillé : rébellion de Robert Baratheon.

Il semblerait que Stannis se soit trouvé à Accalmie au tout début de la rébellion de Robert Baratheon. Lorsque son frère aîné se révolte contre le roi Aerys II Targaryen le Fol, Stannis hésite longtemps entre la loi (qui aurait dû lui faire choisir Aerys, le roi légitime) et la solidarité familiale[16]. Finalement, il rejoint le camp de Robert, et tient pour lui la citadelle d’Accalmie durant la guerre.

Icone loupe.png Voir article détaillé : siège d'Accalmie.

Il y est assiégé presqu'un an par les forces de lord Mace Tyrell et de lord Paxter Redwyne. Alors que les assiégés en sont réduits à manger des rats, des racines et jusqu’au cuir de leur bottes, ser Gawen Wylde et trois de ses chevaliers tentent de fuir se rendre via une poterne. Stannis envisage d'abord d'exaucer leur souhait, mais plutôt par l'intermédiaire d'une catapulte, avant que mestre Cressen ne l'en dissuade, la famine grandissante chez les assiégés interdisant de gaspiller de la viande…[17] Finalement, ils sont ravitaillés par un contrebandier célèbre, Davos, qui apporte une cargaison d’oignons et de poisson salé. Pour son aide, Stannis le fait chevalier, mais, pour ses années de contrebande, il lui tranche la dernière phalange de quatre doigts de la main gauche. Ser Davos Mervault devient, dès lors, son plus fidèle conseiller, bien que mortifié par l'équité sans faille de Stannis. Lorsque lord Eddard Stark réussit à faire lever le siège, Stannis reçoit pour mission de s’emparer de Peyredragon, ce qu’il parvient à faire. Mais Robert lui reproche alors d'avoir laissé s'échapper les deux héritiers d'Aerys, Viserys et Daenerys, sauvés par le dévouement de ser Willem Darry[3].

Sous le règne de Robert

Après la guerre, le roi Robert veut confier l’ancien fief des Targaryen à un homme de confiance. Il nomme alors Stannis sire de Peyredragon, suzerain des seigneurs du détroit, et confie le fief ancestral des Baratheon, Accalmie et les terres de l'Orage, à leur jeune frère Renly. En dépit du fait que le fief de Peyredragon le désigne comme héritier présomptif de la couronne, Stannis prend cette mesure comme un affront, ce qui est plausible, Robert n’aimant guère ce frère rigide et puritain, et lui reprochant la fuite des héritiers targaryens de Peyredragon[3].

Robert lui confie également la charge de maître des navires, et donc un siège au Conseil restreint[18][19]. En charge de la marine royale, il tente notamment de mettre fin aux pratiques de naufrageurs des Sœurois en envoyant une flotte à Sortonne[20]. Parmi ses actes en tant que membre du conseil, on peut noter sa proposition d’interdire la prostitution (interdiction qu'il a mise en œuvre à Peyredragon[9]), ce qui lui vaut des moqueries de son aîné. Cependant, il se montre un membre très actif du Conseil, secondant lord Jon Arryn alors que ce dernier gouverne le royaume pour le roi Robert qui se révèle être un souverain peu soucieux de ses devoirs[3].

Vers l'an 286[N 4], il épouse lady Selyse Florent, femme laide, acariâtre et bigote, nièce de lord Alester Florent, seigneur de l'une des plus importantes maisons du Bief. Il n'a avec elle qu’une seule fille : Shôren, une malheureuse enfant qui a hérité de la laideur de ses parents, et qui est, de surcroît, défigurée par la léprose dans son enfance. Peu intéressé par les femmes, et frustré dans son attente d'avoir un fils, lord Stannis laisse son épouse et sa fille à Peyredragon alors qu'il siège au Conseil restreint, ne se rendant que deux fois par an dans son fief[3].

La rébellion des Greyjoy

Lord Stannis, en tant que maître des navires et amiral de la flotte royale, s'illustre lors de l'écrasement de la rébellion des Greyjoy, en piégeant la flotte de Fer des Fer-nés au large de Belle Île. La destruction de cette flotte permet l'assaut sur les îles de Fer et lord Stannis commande l'assaut contre Grand Wyk qu'il soumet[21]. La prise de la forteresse de Pyk par le roi Robert et lord Eddard Stark met ensuite fin à la rébellion.

Icone loupe.png Voir article détaillé : rébellion des Greyjoy.

Dans AGOT

Quand lord Stannis comprend, ou apprend[10], les secrets autour de l'ascendance des enfants de la reine Cersei Lannister, il tente de rassembler des preuves avec l’aide de lord Jon Arryn. En effet, il craint de présenter lui-même l'accusation à son frère, le roi Robert Baratheon, de peur que ce dernier n'y voit une tentative de se rapprocher de la ligne successorale[4]. C'est sans doute à cette période que lord Jon lui demande de prendre son fils Robert comme pupille à Peyredragon. Mais ce projet est abandonné à la mort de lord Arryn. Lord Stannis pense alors qu'il a été empoisonné par la reine Cersei. Il sollicite le poste de Main du Roi à son frère, qui le lui refuse[3]. Peu de temps après le départ du roi pour Winterfell[19], Stannis part alors attendre la suite des évènements et rassembler ses forces à Peyredragon.

Lord Eddard Stark, tout juste nommé Main, songe à lui comme gouverneur de l'Est, Robert refusant de laisser cette charge à la maison Arryn puisque lord Robert Arryn est trop jeune. Mais Robert ayant déjà nommé Jaime Lannister, lord Eddard doit se résigner[22].

Après la mort de Robert et l'accession au trône de Joffrey Baratheon, lord Stannis reste d'abord silencieux. Varys prétend qu'il continue à rassembler une flotte à Peyredragon et qu'il a fait venir une magicienne de l'Orient, Mélisandre d'Asshaï, mais sans autre initiative, ce qui plonge lord Tywin Lannister, informé par l'eunuque et qui affronte alors les Stark unis aux Tully, dans l'incertitude[23].

Dans ACOK

Le roi de Peyredragon

Après la mort de son frère, Stannis, s'estimant l'héritier légitime des Sept Couronnes, fait d'abord sonder les seigneurs de l'Orage en leur envoyant ser Davos Mervault. Mais ce dernier revient avec de mauvaises nouvelles : les plus prudents (lord Selwyn Torth, lord Gulian Swann, le vieux lord Penrose) attendent de voir de quel coté le vent va tourner, et les plus hardis (dont lord Bryce Caron) se sont rangés sous la bannière de son cadet Renly, qui a proclamé également ses prétentions au Trône de Fer. Ser Davos, soutenu par mestre Cressen, conseille alors de rechercher des alliances auprès des autres grandes familles opposées aux Lannister, comme les Stark ou les Arryn, en proposant de fiancer Shôren à Robert Arryn. Mestre Cressen va même jusqu'à suggérer une réconciliation provisoire avec Renly, ce que Stannis rejette avec violence. Il semble plus intéressé par l'idée de s'appuyer sur les Arryn, mais son épouse, lady Selyse lui fait valoir qu'il n'a besoin de personne s'il obtient l'aide du dieu R'hllor, grâce à la prêtresse rouge, Mélisandre d'Asshaï. D'abord sceptique, Stannis se laisse convaincre lorsqu'il apprend que Mélisandre a vu la mort de Renly dans les flammes[3].

Stannis autorise donc celle-ci à faire saccager le septuaire de Peyredragon et à en brûler les statues divines devant les portes du château. Des flammes de ce brasier, Mélisandre lui apporte Illumination, une épée magique rougeoyante, auréolée de flammes sans chaleur. Elle prétend que cette épée fait de lui la réincarnation d’Azor Ahai, le héros de R'hllor. Mais plusieurs des vassaux de Stannis rejettent cette nouvelle religion : ser Hubard Rambton et ses trois fils, morts les armes à la main ou jetés en prison pour avoir tenté de défendre le septuaire de Peyredragon, lord Guncer Solverre, également en prison pour trahison pour avoir refusé de soutenir un roi qui brûlait les statues des Sept[9].

Lord Stannis envoie à tous les seigneurs des Sept Couronnes des corbeaux par lesquels il annonce que Joffrey, Myrcella et Tommen ne sont que les bâtards incestueux de la reine Cersei et de son frère, ser Jaime Lannister. Il revendique donc le Trône de Fer en tant qu'héritier légitime de Robert. Cette lettre est paraphée par l’expression « Fait dans la lumière du maître », expression qui implique que Stannis s'est officiellement converti au culte de R’hllor. Il ordonne également à ser Davos Mervault et à ses fils de la diffuser sur les côtes des Sept Couronnes et dans les cités libres. Ser Davos lui fait remarquer que ce ralliement pourrait sembler inopportun aux yeux du peuple, mais Stannis lui explique quil ne croit plus aux Sept depuis la mort de ses parents, et qu'il est prêt à croire en n'importe quel dieu s'il lui apporte la puissance nécessaire pour gagner le Trône de Fer, ce que lui promet la prêtresse rouge, Mélisandre, avec l'appui de sa sorcellerie[9].

En attendant le retour de ser Davos, lord Stannis continue d'attendre et d'accroître sa flotte en recrutant des capitaines mercenaires de Lys (dont Sladhor Saan) et de Myr[N 5][24], probablement sous le commandement de Morosh de Myr[3]. Il parvient à masquer ses agissements en neutralisant tous les espions envoyés depuis Port-Réal par Tyrion Lannister[25].

Premiers mouvements

Avant de quitter Peyredragon et d'entrer en campagne, lord Stannis se fait couronner roi. Sa couronne est d'or rouge, aux fleurons en forme de flamme. Il modifie également son emblème, qui inclut désormais le cerf couronné des Baratheon dans l'image d'un cœur sanglant environné de flammes oranges, le tout sur fond jaune soleil. Enfin, il porte à sa ceinture Illumination[4].

Alors que les Lannister s'attendent à le voir appareiller d'un moment à l'autre pour Port-Réal (ce à quoi le poussent lord Monford Velaryon et Sladhor Saan), lord Stannis décide d'affronter Renly en allant assiéger Accalmie[26][11]. Il suit en cela les conseils de Mélisandre, qui a vu dans ses flammes que s'il assiège directement Port-Réal, il y sera défait par son frère, alors qu'en se portant sur Accalmie, il pourra lui ravir ses troupes[11]. De plus, il sait que le seul bâtard reconnu de Robert, le jeune Edric Storm, réside à Accalmie sous la tutelle distante de Renly. Enfin, sa vieille revendication sur le siège de la maison Baratheon a aussi probablement influencé cette décision[14].

Stannis débute donc le siège d'Accalmie avec de maigres forces (d'après Renly, cinq mille hommes, dont quatre cents cavaliers), son atout principal résidant dans la puissante flotte des seigneurs du détroit et des mercenaires lysiens (de Sladhor Saan) et myriens (soit près de deux cents navires au total[24]). Comme prévu, Renly accourt avec sa cavalerie pour rompre le siège, mais Stannis accepte de le rencontrer à la demande de lady Catelyn Stark (et aussi sur les conseils de Mélisandre[16]), qui tente de réconcilier les deux frères contre les Lannister. Au cours de cette entrevue, Stannis invoque son droit d'aînesse et propose à Renly de se soumettre en échange du fief d'Accalmie, d’un siège au Conseil restreint et de sa reconnaissance comme héritier au Trône. Mais Renly refuse et se moque de lui, arguant de sa légitimité issue de sa puissance militaire et mettant en doute les allégations de Stannis sur l'inceste dont se serait rendue coupable la reine Cersei[4]. Le lendemain, juste avant que n'éclate la bataille, et alors que Stannis dort d'un sommeil agité, son ombre, invoquée par Mélisandre, tue Renly dans sa tente[N 6][27]. Stannis restera toujours hanté pas sa dernière rencontre avec son frère et par sa mort. Il est épuisé physiquement, ses nuits sont parcourues d'effroyables cauchemars, et seule la présence de Mélisandre lui permet d'atteindre le repos[11].

Les quatre-cinquièmes de l'armée de Renly se rallient à lui, portant ses forces à vingt mille hommes[11]. Mais ser Loras Tyrell et ses principaux vassaux partent rejoindre les hommes de pied laissés à Pont-l'Amer. Quant au gouverneur d'Accalmie (ser Cortnay Penrose) il refuse de rendre la place sans avoir vu le cadavre de son roi, qui a mystérieusement disparu[28].

A la demande du roi, ser Davos mène alors discrètement Mélisandre sous les murs de la forteresse. Là, elle accouche d'une nouvelle ombre de Stannis[11] qui jette ser Cortnay par la fenêtre de sa chambre[29]. La garnison et son nouveau gouverneur (lord Elbois de la Nouë) lui jurent fidélité, et le roi leur épargne toute représaille[30]. Stannis a désormais les mains libres pour lancer son offensive contre Port-Réal avec l'ensemble de ses forces.

Vers le Trône de Fer

Le roi Stannis doit d'abord affronter la contestation par ses vassaux de la présence de Mélisandre au cœur des combats. D'abord réticent à se séparer d'elle, il est convaincu par lord Bryce Caron et renvoie la Prêtresse rouge à Peyredragon avec Edric Storm. Il confie ensuite le commandement de sa flotte à ser Imry Florent et l'envoie vers Port-Réal par le bec de Massey et le Gosier[31]. Laissant deux cents hommes à Accalmie sous les ordres de ser Gilbert Farring[16], il entreprend de gagner la rive sud de la Néra à la tête de ses troupes. Lors de sa traversée du Bois-du-Roi, son avant-garde, commandée par ser Guyard Morrigen, est harcelée par les hommes des clans des montagnes de la Lune envoyés par Tyrion Lannister. Ces échauffourées se soldent par de grands incendies, allumés par les deux parties, qui tentent de se déloger mutuellement[31]. Arrivé à la Néra, le roi Stannis doit ronger son frein en attendant la venue de sa flotte, qui doit lui permettre de traverser le fleuve. Mais il voit ses navires anéantis par les ruses de Tyrion Lannister et son armée prise à revers par lord Tywin Lannister et ses alliés Tyrell de Hautjardin, lors de la bataille de la Néra. Ses bannerets se rendent en masse, sauf quelques fidèles dont la maison Florent. Sur les instances de ser Justin Massey et ser Richard Horpe[32], il se résigne à embarquer ses dernières troupes sur les galères de Sladhor Saan, rescapées de la bataille navale, et à mettre la voile vers Peyredragon[33].

Icone loupe.png Voir article détaillé : bataille de la Néra.

Dans ASOS

Le roi brisé

Après son échec devant Port-Réal, le roi Stannis, réfugié dans sa forteresse de Peyredragon, a presque tout perdu. Sa flotte est détruite, à l'exception des galères mercenaires de Sladhor Saan, et la plupart de ses bannerets ont ployé le genou devant le roi Joffrey Baratheon. Il ne lui reste plus que quelques fidèles dont Mélisandre, les maisons Florent et Bar Emmon[34], lord Lester Morrigen, ser Rolland Storm, lord Lucos Chyttering et ser Andrew Estremont. Il tombe dans un profond découragement, dont Mélisandre le sort en lui faisant voir dans les flammes une bataille dans la neige, où des hommes en noir affrontent les forces de celui dont le nom ne doit pas être prononcé : la bataille suprême est engagée, et les hommes doivent s'unir autour d'un seul roi pour la mener[16].

Arrive alors la nouvelle de la survie de ser Davos Mervault, passé pour mort lors de la bataille de la Néra, mais retrouvé sur un îlot de la baie de la Néra. Mélisandre ayant lu dans les flammes la résolution du Chevalier Oignon de la tuer, le roi ordonne l'emprisonnement de son fidèle vassal[33]. La Main de Stannis, lord Alester Florent tentant de négocier en secret la paix avec lord Tywin Lannister, le roi Stannis le fait à son tour arrêter et enfermer dans le même cachot que ser Davos[34]. Ser Axell Florent, le frère de lord Alester, tente de prendre sa place de Main en prônant l'attaque et le pillage de Pince-Isle en représailles du ralliement de lord Ardrian Celtigar au roi Joffrey. Mais le roi Stannis n'est convaincu ni par ce plan, ni par les compétences de son auteur[16].

Sacrifices

Mélisandre affirme que du sang royal lui permettrait de réveiller les « dragons de pierre » pour les mettre au service de Stannis. Pour cela, elle veut sacrifier et brûler le jeune Edric Storm, bâtard de Robert Baratheon. Mais Stannis refuse car l'enfant est de son sang et que le sacrifice d'un innocent s'oppose à son sens aigu de la justice. Il fait alors libérer ser Davos et lui décerne le titre de lord en le nommant sa nouvelle Main du Roi. Malgré les protestations de ce dernier, Stannis veut ainsi le remercier de sa fidélité et de ses bons conseils, agissant aussi selon l'avis de Mélisandre qui a vu que Davos avait un rôle à jouer dans la bataille divine qui oppose la lumière aux ténèbres[16].

Stannis finit par céder en partie à Mélisandre et lui accorde de gorger trois sangsues du sang du jeune Edric. Il les jette alors dans un brasero en prononçant le nom des trois usurpateurs de son trône : Joffrey Baratheon, Balon Greyjoy et (non sans une hésitation) Robb Stark[16].

Le roi Stannis, comme les autres rois se disputant les Sept Couronnes, est destinataire d'un corbeau envoyé depuis Châteaunoir par mestre Aemon pour réclamer de l'aide afin de faire face à l'assaut imminent de sauvageons infiltrés au sud du Mur[35].

Après les morts de Robb Stark et de Balon Greyjoy, Mélisandre, ser Axell Florent et la reine Selyse arrivent à arracher une promesse à Stannis : si Joffrey meurt à son tour, Edric Storm sera livré au bûcher. Dès que la nouvelle de la mort de Joffrey arrive, Davos fait s’enfuir le jeune garçon pour qu’il soit à l’abri, puis retourne affronter la colère du roi. Il arrive à le convaincre que le rôle d’un roi est de protéger le peuple et non de brûler des adolescents innocents. Continuant son argumentation, il lit à Stannis une lettre où la Garde de Nuit exprime sa détresse et son besoin d’aide.

Sauver le royaume

Stannis rassemble ce qu'il lui reste d'armée (soit mille cinq cent hommes[36]) et s'embarque pour Fort-Levant et le Mur, où il parvient sans encombre grâce à un vent favorable que Mélisandre prétend avoir invoqué grâce au bûcher de lord Alester Florent, brûlé à Peyredragon[20]. Laissant à Fort-Levant son épouse et sa fille, il emmène son armée au-delà du Mur. Guidé par les patrouilleurs de Cotter Pyke, il tombe sur les arrières de l'armée des sauvageons de Mance Rayder, qu'il écrase lors de la bataille du Mur[37]. Après avoir capturé Mance, il exige de la Garde de Nuit qu'elle lui cède les terres du Don, pour qu'il puisse les repeupler avec les sauvageons qui lui feront allégeance. Il propose aussi à Jon Snow de le légitimer pour faire de lui l'héritier de Winterfell, espérant ainsi se rallier les seigneurs du Nord[12]. Mais contre toute attente, Jon devient le nouveau lord Commandant de la Garde[38].

Dans AFFC

Lord Jon Snow, maintenant lord Commandant de la Garde de Nuit, a refusé l'offre de Stannis, et ce dernier se voit forcé de demander le soutien des seigneurs du Nord sans avoir un seigneur suzerain de sang Stark pour les rallier. La seule réponse favorable lui vient de la maison Karstark de Karhold, lord Wyman Manderly tentant de temporiser. Afin de gagner à sa cause Blancport, il envoie lord Davos Mervault, sa Main, en émissaire auprès du seigneur de la riche et puissante maison Manderly.

Dans ADWD

À Châteaunoir

Installé à Châteaunoir dans l'espoir qu'une nouvelle attaque des sauvageons lui permettra de les écraser définitivement[6], le roi Stannis prend ses quartiers dans la tour du Roi avec lady Mélisandre et sa suite. Il ne tient pas en place : il inspecte la Route Royale, La Mole et Porte Reine et Chêne Égide, les deux forts abandonnés du Mur les plus proches, il sélectionne les prisonniers sauvageons à faire interroger par la prêtresse rouge, il fait écrire aux bannerets du Nord pour exiger leur allégeance (sans guère de succès, seul Arnolf Karstark acceptant sur la quarantaine de maisons concernées ; les autres restent silencieuses, répondent évasivement, comme lord Wyman Manderly, voire refusent explicitement, comme Lyanna Mormont), il envoie ser Justin Massey et ser Richard Horpe[39] en émissaires notamment auprès de Mors Omble, et il arpente toutes les nuits le sommet du Mur. Il exige de lord Jon Snow la cession des forts abandonnés du Mur pour ses chevaliers, mais le nouveau lord Commandant refuse de céder plus que Fort Nox, tout en demandant des hommes pour occuper certains de ces forts, sous la direction d'officiers de la Garde (ce à quoi le roi finit par consentir, mais en se débarrassant ainsi de combattants trop vieux, trop jeunes ou blessés[39]). Le roi fait installer des sauvageons dans le Don, et envisage également de fieffer certains de leurs chefs (comme Clinquefrac ou Sigorn, le nouveau Magnar de Thenn) de domaines du Nord. Sous l'influence de Mélisandre, il exige également la tête de Mance Rayder, ancien roi d'au-delà du Mur, en punition de sa désertion de la Garde et pour faire répondre Mance de ses actions contre le royaume, mais aussi en raison du soi-disant pouvoir du sang royal[40]. L'intervention auprès de lui de Val ne le fait pas changer d'avis[39].

Le roi Stannis assiste à la décapitation de Janos Slynt par lord Jon Snow pour insubordination, qu'il approuve silencieusement. Il semble d'ailleurs apprécier de plus en plus ce dernier, malgré leurs divergences. Peu après, Mance Rayder est brûlé vif comme le souhaitait Mélisandre, et Stannis lance un appel aux sauvageons survivants : soit ils rejoignent son armée, soit ils doivent repartir au-delà du Mur, où la menace des Autres se fait de plus en plus précise. La majorité des sauvageons rejoint alors Stannis[41], qui admet même certains de leur chefs (Sigorn et Clinquefrac) dans son entourage[6].

Au retour de ser Justin Massey et ser Richard Horpe, il annonce à lord Snow qu'il a obtenu le soutien d'une partie des Omble menée par Mors Omble, l’aîné des oncles du Lard-Jon. Comprenant que les sauvageons n'attaqueront plus Châteaunoir, que son autorité sur le Nord a besoin d'être concrétisée par une action militaire, et sur les conseils de son allié Arnolf Karstark, il compte marcher sur Fort-Terreur avec son armée (qu'il veut renforcer de trois cents sauvageons) pour prendre le fief des Bolton pendant que Ramsay est occupé à attaquer Moat Cailin. Jon parvient à le dissuader de se lancer dans cette entreprise risquée, qui plus est avec des sauvageons, et l'oriente plutôt vers les clans des montagnes, qui seraient susceptibles de s'allier à lui pour l'aider à reprendre le Nord en commençant par Motte-la-Forêt, occupée par les Fer-nés[6].

La conquête du Nord

Le roi Stannis suit les conseils du lord Commandant de la Garde de Nuit et parvient à s'allier aux Clans des montagnes du Nord. Appuyée en outre par le renfort inattendu de la maison Mormont, son armée reprend Motte-la-Forêt et y capture Asha Greyjoy[21].

Icone loupe.png Voir article détaillé : bataille de Motte-la-Forêt.

Grâce à cette victoire, outre celui des Mormont et des Glover, il recueille le ralliement de survivants de la bataille de Winterfell, de Corbois, de Cerwyn et de Tallhart. Désormais à la tête de cinq milles hommes, il hésite entre hiverner à Motte-la-Forêt (ce que préconisent ser Justin Massey et lord Robin Cossepois) et marcher contre les Bolton à Winterfell, pour joindre à ses forces celles d'Arnolf Karstark et de Mors Omble, et tenter de prendre la place et libérer Arya Stark, qui doit y épouser Ramsay Bolton (parti appuyé à la fois par les hommes de la reine, qui y voient la poursuite du triomphe de R'hllor dans le Nord, et par les clans des montagnes du Nord, qui ne supportent pas de laisser sans secours la fille d'Eddard Stark)[7]. Le roi se rallie finalement aux seconds, mais il a perdu toute chance d'arriver à Winterfell avant ses ennemis[42].

L'armée ainsi renforcée marche donc sur Winterfell. Mais des chutes de neige débutent dès le quatrième jour de marche, pour se transformer rapidement en tempête, qui ralentit de plus en plus sa progression. Les Sudiers, peu préparés à de telles conditions climatiques, supplient le roi de dresser le camp pour laisser la tempête se calmer. Quant aux hommes de la reine, ils voient dans ces chutes de neige l'action des anciens dieux, et suggèrent de sacrifier des victimes à R'hllor. Mais Stannis n'écoute ni les uns, ni les autres, et reste inexorable dans sa volonté de progresser vers Winterfell, coûte que coûte. Après trente-trois jours de marche, l'armée doit finalement faire halte dans un village abandonné à trois jours de marche de Winterfell, et n'en repart pas[7]. De nombreux conflits éclatent entre les hommes minés par l'attente, et beaucoup perdent la foi, se résignant à trouver la mort, soit en restant sur place, soit en marchant sur Winterfell. Les crémations au nom de R'hllor se multiplient, notamment car plusieurs hommes sont accusés de cannibalisme.

Dans TWOW

Icone book.pngCette section concerne un volume de la saga qui n'est pas encore paru en français. Elle est masquée afin d'éviter les spoilers.
Cliquez sur "Développer" si vous souhaitez en savoir plus.

Le roi Stannis et son armée durement éprouvée sont toujours bloqués par la neige dans un village abandonné. Il rencontre un représentant de la banque de Fer de Braavos, avec qui il signe un contrat pour obtenir le soutien de la banque et pouvoir ainsi engager des reîtres. Il envoie aussi ser Justin Massey libérer Arya Stark, pour remercier Jon Snow, sans savoir qu'elle est en fait l'amie d'enfance de Sansa, Jeyne Poole. Il précise aussi à ser Justin que, s'il devait mourir au combat, sa fille Shôren devra lui succéder[32].

Dans la série télévisée

Icone serieTV.png Stannis Baratheon est interprété par l'acteur Stephen Dillane dans la série télévisée adaptée du Trône de fer.

Notes et références

Notes

  1. 1,0 et 1,1 Soit près de 1 mètre 98.
  2. Le personnage de Stannis Baratheon est en partie inspiré par l'empereur romain Tibère tel qu'interprété par George Baker, dans la série I, Claudius (cf. commentaire de GRRM sur son blog personnel, du 25 janvier 2013).
  3. Traduction de master of ships en version originale (cf. A Feast for Crows, Chapitre 17, Jaime).
  4. Edric Storm, conçu lors de la nuit de noces de lord Stannis et lady Selyse, est né en 287.
  5. Déduit de la présence d'un important contingent de galères myriennes lors de la bataille de la Néra (cf. A Clash of Kings, Chapitre 59, Davos).
  6. Cette mort fera l'objet d'un rêve du Fantôme de Noblecœur (cf. A Storm of Swords, Chapitre 23, Arya).

Références

  1. Appendices AGOT.
  2. A Feast for Crows, Chapitre 17, Jaime.
  3. 3,00, 3,01, 3,02, 3,03, 3,04, 3,05, 3,06, 3,07, 3,08, 3,09, 3,10 et 3,11 A Clash of Kings, Chapitre 01, Prélude.
  4. 4,0, 4,1, 4,2 et 4,3 A Clash of Kings, Chapitre 32, Catelyn.
  5. A Game of Thrones, Chapitre 59, Eddard.
  6. 6,0, 6,1, 6,2 et 6,3 A Dance with Dragons, Chapitre 18, Jon.
  7. 7,0, 7,1, 7,2 et 7,3 A Dance with Dragons, Chapitre 43, La prise du roi.
  8. A Clash of Kings, Chapitre 60, Tyrion.
  9. 9,0, 9,1, 9,2, 9,3, 9,4 et 9,5 A Clash of Kings, Chapitre 11, Davos.
  10. 10,0 et 10,1 A Clash of Kings, Chapitre 16, Tyrion.
  11. 11,0, 11,1, 11,2, 11,3, 11,4, 11,5, 11,6 et 11,7 A Clash of Kings, Chapitre 43, Davos.
  12. 12,0 et 12,1 A Storm of Swords, Chapitre 77, Jon.
  13. A Dance with Dragons, Chapitre 50, Jon.
  14. 14,0 et 14,1 A Clash of Kings, Chapitre 26, Tyrion.
  15. A Clash of Kings, Chapitre 07, Jon.
  16. 16,0, 16,1, 16,2, 16,3, 16,4, 16,5 et 16,6 A Storm of Swords, Chapitre 37, Davos.
  17. A Clash of Kings, Chapitre 34, Catelyn.
  18. Appendices AGOT.
  19. 19,0 et 19,1 A Game of Thrones, Chapitre 21, Eddard.
  20. 20,0 et 20,1 A Dance with Dragons, Chapitre 10, Davos.
  21. 21,0 et 21,1 A Dance with Dragons, Chapitre 27, L'épouse rebelle.
  22. A Game of Thrones, Chapitre 13, Eddard.
  23. A Game of Thrones, Chapitre 70, Tyrion.
  24. 24,0 et 24,1 A Clash of Kings, Chapitre 59, Davos.
  25. A Clash of Kings, Chapitre 18, Tyrion.
  26. A Clash of Kings, Chapitre 23, Catelyn.
  27. A Storm of Swords, Chapitre 23, Arya.
  28. A Clash of Kings, Chapitre 37, Tyrion.
  29. A Clash of Kings, Chapitre 45, Tyrion.
  30. A Clash of Kings, Chapitre 46, Catelyn.
  31. 31,0 et 31,1 A Clash of Kings, Chapitre 53, Sansa.
  32. 32,0 et 32,1 The Winds of Winter, Chapitre provisoire, Theon 1.
  33. 33,0 et 33,1 A Storm of Swords, Chapitre 11, Davos.
  34. 34,0 et 34,1 A Storm of Swords, Chapitre 26, Davos.
  35. A Storm of Swords, Chapitre 56, Jon.
  36. A Dance with Dragons, Chapitre 20, Davos.
  37. A Storm of Swords, Chapitre 74, Jon.
  38. A Storm of Swords, Chapitre 80, Jon.
  39. 39,0, 39,1 et 39,2 A Dance with Dragons, Chapitre 08, Jon.
  40. A Dance with Dragons, Chapitre 04, Jon.
  41. A Dance with Dragons, Chapitre 11, Jon.
  42. A Dance with Dragons, Chapitre 36, Jon.