Religion de R'hllor

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher

V.O. : R'hllor

La religion de R'hllor est un culte dualiste et millénariste rendu au dieu R'hllor, surnommé le Maître de la Lumière, Cœur du feu et le dieu de la Flamme et de l'Ombre. Originaire d'Asshaï-lès-l'Ombre[1], c'est une divinité ancienne[2], importante de l'autre côté du détroit, mais qui ne compte que très peu d'adeptes dans les Sept Couronnes[3]. L'élément le symbolisant est le feu qui incarne la vie, la lumière, l'amour, la chaleur et la douceur opposés à la mort, aux ténèbres, à la haine, au froid et à l'amertume. Il semblerait que son pendant soit un dieu sans nom des ténèbres aux desseins maléfiques[4].

Dogme

La religion de R'hllor se fonde sur une conception dualiste[N 1] du monde : celui-ci est gouverné par deux principes opposés, l'un étant bénéfique et l'autre maléfique. Au principe bénéfique sont associés la lumière, le jour, le blanc, le feu, l'amour, le doux, le féminin, le plaisir, l'été, le bien, la vie. Le principe maléfique se manifeste par l'obscurité, la nuit, la couleur noire, la glace, la haine, l'amer, le masculin, la peine, l'hiver, le mal, la mort. Ces deux principes sont en guerre depuis l'origine des temps, et ce, jusqu'à leur terme. Du côté du bien se trouve R'hllor, Maître de la Lumière, Cœur du feu et dieu de la Flamme et de l'Ombre, qui a créé le soleil, les étoiles[5] et l'humanité[6] ; du côté du mal, là est l'Autre. Chaque homme est appelé à choisir son camp dans cette guerre[4]. Les divinités des autres religions ne sont que de faux dieux, ou des manifestations de l'un des deux seuls véritables êtres divins[7].

Les croyances millénaristes[N 2] propres à cette religion évoquent l'ancien champion de R'hllor, Azor Ahai, dont l'épée enflammée Illumination est censée repousser les ténèbres[8]. Azor Ahai doit ressusciter lorsque les ténèbres menaceront à nouveau le monde afin de mener le combat ultime[4].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Azor Ahai.

Pour les prêtres rouges, le Fléau de Valyria fut une manifestation du courroux divin[9].

Clergé

Organisation

Les prêtres rouges (des deux sexes) sont les membres du clergé du culte de R'hllor. Ils sont très répandus et puissants en Essos, où on trouve leurs temples (dits « temples rouges ») notamment à Asshaï-lès-l'Ombre[1] et dans les cités libres (un temple de R'hllor existe ainsi à Myr[10], à Lys[8], à Pentos[11], à Volantis[12], à Selhorys[5] et à Braavos[13], ainsi que peut-être à Qohor[14]), et très peu dans les Sept Couronnes[3] (on trouve un petit temple à Villevieille[15] et les prêtres rouges semblent posséder au moins un temple à Dorne[16]).

Dans les cités où le culte est influent, le plus jeune enfant des fratries nombreuses est parfois confié aux soins d'un temple de R'hllor afin qu'il devienne prêtre[10]. Il est également courant que les temples fassent l'acquisition de jeunes esclaves pour en faire des prêtres ou des prostituées sacrées[12]. Dans ces mêmes cités, les prêtres rouges peuvent consacrer des mariages[17].

Le clergé de R'hllor est hiérarchisé :

  • au sommet semble se trouver le grand prêtre du temple de Volantis (qui porte le titre de « Premier Servant du Seigneur de Lumière », actuellement porté par Benerro) ;
  • les prêtres, qui se distinguent par leurs robes rouges ;
  • les acolytes, vêtus de jaune pâle et d'orange vif[12].

Volantis semble en effet constituer le principal établissement du culte. Outre le titre porté par son grand prêtre, le temple y a une taille colossale (le triple du Grand Septuaire de Baelor), et il est protégé par un ordre guerrier spécifique, la Main Ardente (également constitué d'esclaves achetés enfants à cet effet)[12].

Connaissances et pouvoirs

Le premier art que les futurs prêtres de R'hllor apprennent à maîtriser est la lecture des flammes[18][8][19][4][10], et la première chose qu'ils apprennent à y lire sont les dangers qui les menacent eux-mêmes. Mais les prêtres rouges connaissent également des techniques d'alchimie et de pyromancie : ils utilisent des poudres pour manipuler les flammes, les faire grandir, gronder, ou chanter, ou changer de couleurs. D'autres poudres jetées dans le feu peuvent répandre le désir ou la peur, rendre tout mensonge impossible, voire tuer. Les prêtres savent fabriquer ces poudres, à partir d'ingrédients dont certains sont fort rares. Ils les dissimulent dans des poches discrètes de leurs robes rouges[20].

Les rubis jouent un rôle important dans plusieurs sortilèges des prêtres rouges, notamment dans celui qui permet à un prêtre de dominer l'esprit d'autrui, en lui faisant porter un rubis lié à celui que le prêtre porte lui-même[21]. Le même truchement permet à un homme de prendre l'apparence d'un autre ; en portant sur lui ce rubis, une personne est vue sous l'apparence d'une autre. Cette illusion sera renforcée si en outre la personne en question porte des habits et des objets appartenant à celle dont elle prend la ressemblance. Ce sortilège est une simple suggestion visuelle, et la personne n'acquiert aucune des connaissances ni des caractéristiques de celle qu'elle remplace[20].

Certains prêtres rouges (peut-être uniquement des femmes) peuvent engendrer des ombres[19], vues comme des manifestations de la lumière de R'hllor[6].

Les prêtres rouges peuvent en outre résister au poison[18], faire fondre la neige sous leurs pieds[20] discerner le mensonge de la vérité en touchant du doigt la poitrine de leur interlocuteur[4], et chanter des incantations de guérison en haut valyrien[22].

Rituels

Les rites des prêtres rouges incluent des immolations par le feu en sacrifice à leur dieu ainsi que des chants marquant le lever et le coucher du soleil, identifié à R'hllor. Les prières implorent la protection de ce dernier et sont ponctuées de la maxime « car la nuit est sombre et pleine de terreurs »[8]. Les temples des prêtres rouges possèdent généralement un grand brasier constamment entretenu sur leurs toits (les prêtres se trouvant loin d'un temple veillent d'ailleurs dans la mesure du possible à entretenir un feu constant dans leur demeure[20]).

Prières à R'hllor :

Guide-nous à l'écart des ténèbres, ô mon Maître, emplis nos cœurs de feu, que nous nous retrouvions à même de fouler ton sentier lumineux.
R'hllor, tu es la lumière dans nos yeux, le feu dans nos cœurs, l'ardeur dans nos reins. A toi appartient le soleil qui réchauffe nos jours, à toi les étoiles qui veillent sur nous dans la poix des nuits.

— Sois notre défenseur, ô Maître de la Lumière, car la nuit est sombre et pleine de terreurs
Sois notre protecteur, ô Maître de la Lumière.
(répons)
— Sois remercié, R'hllor, pour nous avoir donné le souffle. Sois remercié, R'hllor, pour nous avoir donné le jour.
— Sois remercié pour le soleil qui nous réchauffe. Sois remercié pour les étoiles qui veillent sur nous. Sois remercié pour les âtres et les torches qui nous permettent de tenir en respect la férocité des ténèbres. » (répons)
[…][23].

« Le Seigneur de Lumière a créé le soleil et les étoiles pour éclairer notre chemin.
Et nous a donné le feu pour tenir la nuit en respect
Nul ne peut soutenir ses flammes.

— Nul ne peut soutenir ses flammes. » (répons)[24].

« Oh, Maître de la Lumière, nous t’implorons, jette ton œil ardent sur nous et garde-nous saufs et chauds, car la nuit est sombre et pleine de terreurs. »[25]

Des prêtres rouges connaissent également des rituels de guérison, nécessitant un feu et une lame, de préférence en argent, mais le fer peut aussi convenir. Ces rituels durent plusieurs heures, au cours desquelles on peut entendre des rires de déments, et des chants en haut valyrien (la voix de l'officiant semblant changer, de grave pour les rires à aiguë pour les chants). Le patient endure une grande souffrance et perd beaucoup de sang, et la partie soignée est noircie par le feu et fumante, mais guérie[22].

Le rituel du mariage est proche de celui que suivent les adeptes de la religion des Sept, avec quelques adaptations[26] :

Icone loupe.png Voir article détaillé : Mariage.

Un grand nombre de missives en provenance des cités libres portent la mention : « Fait en la lumière du Maître »[27]. À Volantis, les adeptes du culte arborent un morceau de tissu écarlate agrafé à leur manche ou noué sur le front[12].

La religion de R'hllor dans la saga

Dans AGOT

La religion de R'hllor est peu présente dans les Sept Couronnes[3], son seul représentant connu étant le prêtre rouge Thoros de Myr, résidant à la cour de Port-Réal[28], et dont le prosélytisme semble avoir disparu depuis son échec à convertir le roi Aerys II Targaryen[10].

Un autre membre du clergé de R'hllor est plus discret : il s'agit de Mélisandre d'Asshaï entrée au service de lady Selyse Florent, épouse de lord Stannis Baratheon depuis un certain temps, et qu'elle a convertie au Maître de Lumière[27].

Dans ACOK

Mélisandre a converti plusieurs personnes de l'entourage du roi Stannis, à commencer par son épouse, la reine Selyse (ces convertis sont désignés de ce fait comme les « hommes de la reine »). Elle déclare voir dans le roi Stannis la réincarnation d'Azor Ahai[8]. Grâce à ses prédictions[18], à sa conjuration de l'épée Illumination[8] et à ses pouvoirs d'invocation des ombres[19], son emprise sur le roi ne cesse de croître : ce dernier termine ses missives par l'expression « Fait dans la lumière du maître »[8] et modifie ses armes pour y inclure le cœur brûlant[3], dont l'emblème flotte sur toute son armée[29]. Partout où son pouvoir s'étend, détruits sont septuaires et bois sacré[N 3][8][29]. Cependant, cédant à ses vassaux, le roi Stannis consent à l'éloigner de lui lors de la bataille de la Néra[30], où il connaît une cuisante défaite.

De son côté, le prêtre rouge Thoros de Myr a vu sa foi en R'hllor ranimée par les événements qu'il a vécus auprès de lord Béric Dondarrion. Il ressuscite lord Beric à plusieurs reprises grâce à l'ultime baiser[31]. Autour d'eux, les membres de la Fraternité sans Bannière sont nombreux à embrasser le culte du Maître de la Lumière, qui fait ainsi de nombreux adeptes parmi le petit peuple du Conflans[32].

Dans ASOS

L'absence de Mélisandre lors de la bataille de la Néra fournit au roi Stannis la démonstration éclatante de l'importance pour sa cause du soutien de R'hllor[4].

Dans AFFC

Dans la cité libre de Qohor, les prêtres rouges et les adorateurs de R'hllor provoquent des émeutes et tentent d'incendier la Chèvre Noire[14].

Dans le Conflans, le culte a gagné de nombreux adeptes chez les gens du commun durement éprouvés par la guerre des Cinq Rois, et des feux nocturnes sont allumés sur les collines et dans les villages[2].

Dans ADWD

Alors que Volantis est sur le point d'entrer en guerre contre la reine Daenerys Targaryen, cédant en cela aux avances des ambassadeurs de Yunkaï, le grand prêtre rouge Benerro fait prêcher et prêche lui-même qu'elle est la réincarnation d'Azor Ahai, car née de la fumée et du sel, qu'elle et ses dragons sont venus accomplir les anciennes prophéties, et que ceux qui mourront à ses côtés seront ressuscités. Les prêtres critiquent violemment les dirigeants[5] et invitent leurs nombreux auditeurs (surtout des esclaves, qui se distinguent par un bout de tissu rouge au bras ou au front) à combattre pour le Seigneur de Lumière. Inquiet, le triarque Malaquo Maegyr essaie en vain de recruter la Compagnie Dorée pour éliminer le culte de Volantis[12]. Pendant ce temps, Benerro fait envoyer un des prêtres rouges, Moqorro, pour trouver et aider Daenerys[9].

À Westeros, la prêtresse rouge Mélisandre implante à Châteaunoir un petit noyau de fidèles de R'hllor : outre les hommes de la reine, elle convertit une cinquantaine de sauvageons et une douzaine de frères jurés de la Garde de Nuit[6].

Dans l'armée du roi Stannis, qui affronte des conditions climatiques de plus en plus épouvantables dans sa progression vers Winterfell, les tensions sont croissantes entre les adeptes de R'hllor et les Nordiens qui croient aux anciens dieux, les deux groupes s'imputant réciproquement la responsabilité de la situation du fait de leur impiété[25][33].

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Le dualisme religieux est caractérisé par la coexistence de deux principes éternels en opposition, le bien et le mal (cf. Dualisme (religion) sur fr.wikipedia.org). Ainsi, la religion de R'hllor semble trouver en partie son inspiration dans le zoroastrisme, une religion monothéiste dualiste issue du mazdéisme au cours du premier millénaire avant J.-C. dans l'actuel Kurdistan iranien. Dans cette religion, on retrouve le feu comme attribut divin ainsi que la guerre éternelle entre le Bien et le Mal, la Lumière et les Ténèbres (cf. zoroastrisme sur fr.wikipedia.fr).
  2. Le millénarisme est un courant religieux, propre au judaïsme et à la religion chrétienne, mais aussi à d'autre religions par extension de sens, soutenant l'idée de l'arrivée d'un messie instaurant un nouveau règne terrestre, généralement après un certain nombre d'événements merveilleux et de calamités (cf. millénarisme sur fr.wikipedia.org).
  3. Sont notamment brûlés le septuaire de Peyredragon (cf. A Clash of Kings, Chapitre 11, Davos) et le bois sacré d'Accalmie, le roi ayant peut-être même promis la destruction du Grand Septuaire de Baelor s'il parvenait à prendre Port-Réal (cf. A Clash of Kings, Chapitre 53, Sansa).

Références

  1. 1,0 et 1,1 So Spake Martin, "Gods of Westeros", entrée du 18 novembre 1998 sur www.westeros.org.
  2. 2,0 et 2,1 A Feast for Crows, Chapitre 34, Jaime.
  3. 3,0, 3,1, 3,2 et 3,3 A Clash of Kings, Chapitre 32, Catelyn.
  4. 4,0, 4,1, 4,2, 4,3, 4,4 et 4,5 A Storm of Swords, Chapitre 26, Davos.
  5. 5,0, 5,1 et 5,2 A Dance with Dragons, Chapitre 23, Tyrion.
  6. 6,0, 6,1 et 6,2 A Dance with Dragons, Chapitre 29, Jon.
  7. A Dance with Dragons, Chapitre 64, Victarion.
  8. 8,0, 8,1, 8,2, 8,3, 8,4, 8,5, 8,6 et 8,7 A Clash of Kings, Chapitre 11, Davos.
  9. 9,0 et 9,1 A Dance with Dragons, Chapitre 34, Tyrion.
  10. 10,0, 10,1, 10,2 et 10,3 A Storm of Swords, Chapitre 44, Arya.
  11. A Game of Thrones, Chapitre 04, Daenerys.
  12. 12,0, 12,1, 12,2, 12,3, 12,4 et 12,5 A Dance with Dragons, Chapitre 28, Tyrion.
  13. A Feast for Crows, Chapitre 07, Arya.
  14. 14,0 et 14,1 A Feast for Crows, Chapitre 22, Le Faiseur de Reines.
  15. A Feast for Crows, Chapitre 01, Prélude.
  16. A Feast for Crows, Chapitre 03, Le Capitaine des Gardes.
  17. A Feast for Crows, Chapitre 35, Cat des canaux.
  18. 18,0, 18,1 et 18,2 A Clash of Kings, Chapitre 01, Prélude.
  19. 19,0, 19,1 et 19,2 A Clash of Kings, Chapitre 43, Davos.
  20. 20,0, 20,1, 20,2 et 20,3 A Dance with Dragons, Chapitre 32, Mélisandre.
  21. A Dance with Dragons, Chapitre 18, Jon.
  22. 22,0 et 22,1 A Dance with Dragons, Chapitre 57, Le prétendant de fer.
  23. A Storm of Swords, Chapitre 64, Davos.
  24. A Dance with Dragons, Chapitre 11, Jon.
  25. 25,0 et 25,1 A Dance with Dragons, Chapitre 43, La prise du roi.
  26. A Dance with Dragons, Chapitre 50, Jon.
  27. 27,0 et 27,1 A Clash of Kings, Chapitre 16, Tyrion.
  28. A Game of Thrones, Chapitre 30, Sansa.
  29. 29,0 et 29,1 A Clash of Kings, Chapitre 53, Sansa.
  30. A Clash of Kings, Chapitre 59, Davos.
  31. A Storm of Swords, Chapitre 40, Arya.
  32. A Storm of Swords, Chapitre 35, Arya.
  33. A Dance with Dragons, Chapitre 63, Le sacrifice.