Harren Chenu

De La Garde de Nuit
(Redirigé depuis Harren le Noir)
Aller à : navigation, rechercher
Harren Chenu
Identité
V.O. Harren Hoare
Harren the Black
Black Harren
Surnom le Noir
Statut
Rang roi
Titres roi des Îles et du Conflans
seigneur de la maison Chenu
sire de Harrenhal
Décès -2 (Harrenhal)
Famille
Père Halleck Chenu
Enfants au moins quatre fils
Blasons
Harren dirigeait la maison Chenu
Roi des îles de Fer
Halleck Chenu Balon IX Greyjoy
Roi du Conflans
Halleck Chenu Harren le Rouge

Harren Chenu, dit Harren le Noir, fut le troisième et dernier roi des îles de Fer et du Conflans de la maison Chenu. Petit-fils d'Harwyn Chenu, il succéda à son père Halleck[1] et passa l'essentiel de son règne à bâtir la forteresse d'Harrenhal. Alors que cette construction titanesque s’achevait, les Targaryen débutèrent leur Conquête des Sept Couronnes. Harren et toute sa maison périrent brûlés[2].

Harren le Noir était réputé être un souverain belliqueux et redouté. Sa cruauté était légendaire à travers les Sept Couronnes. A l'époque de la Conquête, il était devenu un vieil homme gris, mais toujours féroce[2]. Il reste dans les mémoires comme un tyran violent et vaniteux[3], ayant la folie des grandeurs[4].

Histoire[modifier]

Règne[modifier]

Harren Chenu passe la majeure partie de sa vie dans le Conflans, ne rentrant que très rarement dans les îles de Fer. Il succède à son père, Halleck, comme roi des Îles et du Conflans[5]. Depuis l'invasion du Conflans par les Fer-nés, ses prédécesseurs n'avaient jamais édifié de château royal, régnant depuis leur tente en temps de guerre ou depuis un modeste manoir en temps de paix[1]. Harren Chenu se consacre donc dès le début de son règne à la construction d'une forteresse prodigieuse qui portera son nom : Harrenhal[5].

La construction s'étale sur les quelques quarante ans de règne d'Harren Chenu. Le Conflans subit la disette et les exigences démesurées de son cruel souverain[6]. Harren pille les ressources du Conflans, réduisant ses vassaux et son peuple à la misère[2]. Plusieurs milliers d'hommes meurent pour construire le rêve d'Harren, ce qui le rend très impopulaire auprès de ses sujets. Alors que son grand-père Harwyn avait l'habitude d'entretenir les querelles entre ses vassaux, Harren les punit sévèrement, notamment quand leurs disputes retardent la construction de sa forteresse : dix ans avant la Conquête, les Nerbosc et les Bracken se livrent une nouvelle guerre privée et sont durement châtiés par leur souverain[6]. Les contes les plus morbides prétendent qu'Harren le Noir aurait mélangé du sang au mortier qui joint les pierres d'Harrenhal[7].

Au cours de son règne, il repousse les Orageois au sud de la Néra. Aux alentours de l'an -2, la construction d'Harrenhal s'achève, ce qui inquiète particulièrement les autres royaumes des Sept Couronnes, qui redoute qu'Harren ne cherche à se lancer dans de nouvelles conquêtes. En voulant se protéger d'Harren, le roi de l'Orage Argilac Durrandon attire l'attention des Targaryen de Peyredragon et provoque indirectement la Conquête des Sept Couronnes. Le jour même où Harrenhal est achevé et où les Chenu prennent leurs quartiers à l'intérieur, Aegon le Conquérant et ses sœurs-épouses débarquent à Westeros, où ils fondent Fort-Aegon[2].

La Conquête des Targaryen[modifier]

Bien que l'estuaire de la Néra soit tenu par des vassaux d'Harren, peu d'entre eux tentent de s'opposer aux Targaryen, n'ayant ni force militaire suffisante, ni amour pour leur souverain. Rosby, Castelfoyer, Sombreval et Viergétang rejoignent rapidement les rangs des Targaryen. Harren Chenu convoque son ban à Harrenhal pour résister à l'envahisseur. Il envoie ses troupes attaquer l'ost Targaryen qui marche contre lui. Au sud de l'Œildieu, la bataille des Roseaux est une défaite pour les troupes d'Harren, mais celui-ci envoie deux de ses fils sur des boutres ; ils traversent le fleuve discrètement et attaquent les arrières de l'armée Targaryen à la bataille des Saules Éplorés. Cette victoire est de courte durée : monté sur son dragon Balerion, Aegon le Conquérant rattrape les vainqueurs et les brule.

Détesté par ses vassaux, Harren subit plusieurs défections dans ses rangs : lord Edmyn Tully de Vivesaigues se déclare pour Aegon, bientôt rejoint par les Nerbosc, les Bracken, les Vance, les Mallister, les Piper, les Frey et les Fort. En infériorité numérique, Harren se retranche dans sa forteresse, bien décidé à soutenir un siège.

Arrivé à Harrenhal, Aegon le Conquérant rencontre Harren le Noir, chacun accompagné de son porte-étendard et de son mestre. Aegon ordonne à Harren de se rendre, promettant de lui laisser la vie sauve, ainsi qu'aux membres de la famille et de lui laisser disposer des îles de Fer. Confiant en ses remparts, Harren repousse l'offre d'Aegon, et lorsque celui-ci lui remarque que les dragons volent plus haut que les remparts, Harren réplique qu'il a construit en pierre, et que la pierre ne brûle pas. Aegon lui ayant promis qu'au coucher du soleil, sa lignée serait exterminé, Harren crache et retourne se réfugier dans son château, promettant à ses hommes que celui qui abattra Balerion pourra avoir n'importe laquelle des filles des seigneurs qui l'ont trahi. Harren se retire dans sa tour le reste de la journée, avec sa garnison et ses fils restants. Le soir venu, Balerion incendie le château : tout ce qui n'est pas de pierre dans le château brûle, dont les hommes et la famille d'Harren[2].

Icone loupe.png Voir article détaillé : chute d'Harrenhal.

Mort et conséquences[modifier]

La maison Chenu s'éteint officiellement au cours de la chute d'Harrenhal. La triste fin d'Harren et des siens sert par la suite d'avertissement à tous ceux qui tentent de résister à la Conquête des Targaryen. Au lendemain de sa victoire, Aegon nomme les Tully de Vivesaigues nouveaux suzerains du Conflans[2], et les ruines du château d'Harren sont confiées à Quenton Qoherys, un proche du Conquérant. Les îles de Fer sombrent dans une courte et sanglante guerre de succession. Deux ans après la fin de la Conquête, Aegon pacifie l'archipel et laisse les Fer-nés désigner leur nouveau suzerain. Ceux-ci choisissent lord Vickon Greyjoy de Pyk[8].

La perte d'Harren met fin à l'Antique Voie des Fer-nés, qui doivent abandonner leur mode de vie de pillages et respecter la paix du roi[9]. Malgré sa réputation de cruauté dans les Sept Couronnes, Harren le Noir semble toujours jouir d'un grand respect dans les îles de Fer : ceux qui ont un lien de famille même éloigné avec lui sont estimés et son nom est encore fréquemment donné à des enfants[10].

Harrenhal a depuis acquis la réputation d'être un lieu maudit : d'après les légendes, les fantômes embrasés d'Harren et ses fils hanteraient toujours les salles d'Harrenhal à la nuit tombée. Ceux qui les verraient s'enflammeraient aussitôt[11]. Certains contes prétendent que des hommes ont été retrouvé mort dans leurs lits entièrement brûlé[12][13].

Notes et références[modifier]