Royaume de Sarnor

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher

V.O. : Kingdom of Sarnor

Le royaume de Sarnor est un ancien royaume d'Essos (ou plutôt une « confédération » de cités), qui fut envahi par les Dothrakis durant le Siècle de Sang qui suivit la chute de Valyria. Constitué autour du bassin de la Sarne et des trois grands lacs vestiges de l'antique mer d'Argent[N 1], il s'étendait sur une grande moitié ouest de l'actuelle mer Dothrak[1]. Aujourd'hui, n'en subsiste que Saath, petite cité portuaire de la mer Grelotte[2].

L'histoire du royaume de Sarnor et de sa chute est traitée dans plusieurs ouvrages[2] :

Origines

Sarnor fut le premier royaume à être né dans les prairies de l'Ouest, au sortir de la Longue Nuit, et l'une des premières grandes civilisations humaines avec l'Empire Doré de Yi Ti et l'Empire ghiscari. Il fut fondé par le roi légendaire Huzhor Amai, dit l'Étonnant, qui unifia les peuples de l'antique mer d'Argent. Fils de la dernière des Reines Pêcheuses, il avait pris pour épouses les filles de trois grands rois des Gipps, des Cymméris et des Zoqoras, intégrant ainsi ces peuples à son royaume naissant, puis força ensuite à l'exil les Hommes Velus et les Qaathis[2].

Apogée

Le royaume de Sarnor était constitué de plusieurs cités-États, chacune dirigée par un roi, et le tout dirigé par un Haut Roi qui siégeait à Sarnath, mais qui n'avait, en réalité, que très peu d'autorité. Les Sarnores ont prospéré durant plus de deux mille ans, commerçant avec Qohor[3] et Ibben, mais aussi avec Yi Ti ou Asshaï, et explorant les confins de la mer Grelotte jusqu'aux Mille-Îles et Mossovy.

Ils participèrent aux guerres ghiscaries aux côtés de l'un ou l'autre des belligérants selon les époques, mais ne furent que très peu inquiétés par Valyria après la chute de l'Empire ghiscari[4].

Les cités sarnores étaient réputées dans tout le monde connu, telles Sarnath, sa capitale, pour son Palais aux Mille Salles, siège du Haut Roi et classé par Lomas Grandpas parmi Les Merveilles de l'homme, Sallosh pour sa fameuse bibliothèque et ses Murs Peints, Gornath pour ses canaux ou encore Sathar, considérée comme la plus belle ville du royaume, et les Tagaez Fen, comme se désignaient les Sarnores, se comptaient alors par millions[2].

Chute

À une période indéterminée, mais sans doute peu de temps avant sa chute, Sarnor perdit sa dernière grande flotte de guerre dans les eaux de la baie d'Alguamère, à l'est de la Hache, où elle fut envoyée par le fond par les navires du Seigneur de la Mer de Braavos[5].

Dans les années qui suivirent le Fléau, les marches orientales du royaume furent d'abord attaquées par le grand Khal Mengo, qui avait auparavant unifié l'ensemble du peuple dothraki sous son autorité. À l'instar des cités libres, les rois sarnores choisirent d'offrir des cadeaux au khal plutôt que de le combattre, et Mengo, qui accepta les cadeaux, incendia également villes et villages. Les Sarnores prirent conscience du danger lorsque le grand Khal Moro, fils de Mengo, se présenta aux portes de Sathar, mais ils préférèrent alors se servir des Dothrakis contre leurs voisins plutôt que de s'allier contre leur ennemi commun. Sathar fut incendiée, sa population emmenée vers les marchés d'esclaves d'Hazdahn Mo et, tandis que la ville brûlait, les deux cités voisines de Kasath et Gornath se disputèrent ses ruines au lieu de venir à son secours. Sathar fut donc la première des grandes villes sarnores à tomber.

Kasath suivit six ans plus tard. En effet, le roi de Gornath, qui pensait alors échapper à la chute des royaumes sarnores, s'allia au grand Khal Moro et prit pour femme une de ses filles. Les deux alliés se partagèrent le butin et Kasath fut rasée à son tour. Mais le répit de Gornath ne dura qu'une douzaine d'années. Son roi fut tué par sa propre épouse dothraki, sa dépouille mangée par les rats, tandis que le successeur de Moro, Khal Horro prenait la ville.

Trois ans après la prise de Gornath, à la mort d'Horro, l'union dothrakie vola en éclats ; une douzaine de khalasars se disputèrent alors les territoires sarnores, et la chute du royaume s'accéléra inexorablement. Les cités-états tombèrent les unes après les autres. Sallosh et sa bibliothèque furent incendiées, ainsi que Kyth, puis Hornoth et Rathylar[N 2].

Mardosh, dite « l'Invincible », résista plus longtemps que ses voisines. Il fallut en effet près de six ans aux khalasars qui l'assiégeaient pour prendre enfin la ville. Affamés et contraints de manger leurs morts, les derniers habitants sacrifièrent femmes et enfants, avant d'ouvrir les portes de la cité et de se lancer dans une charge héroïque et suicidaire, préférant ainsi la mort à l'esclavage.

Les Hommes Grands se décidèrent enfin à s'allier. Sous le commandement du Haut Roi Mazor Alexi, une grande armée de plus de cent vingt mille soldats (dont nombre de cavalières) se réunit sous les Hautes Tours de Sarnath, la capitale d'un royaume alors réduit à sa portion congrue, et partit ensuite vers l'est à la rencontre des Dothrakis. Entre Sarnath et les ruines de Kasath, eut lieu la terrible bataille du Champ des corneilles qui vit la défaite de l'armée sarnore et la mort du Haut Roi. Privée de défenseurs, Sarnath tomba une quinzaine de jours plus tard face aux assauts de Khal Loso, dit « le Boiteux » qui incendia la ville et son fameux palais. La chute de Sarnath précipita la disparition du royaume et Sarys fut la dernière grande cité du royaume à tomber à la fin Siècle de Sang, mais elle était déjà en grande partie abandonnée quand Khal Zeggo la prit.

En moins d'un siècle, toutes les cités-états furent pillées et détruites, à l'exception de Saath, petite ville portuaire du delta de la Sarne, qui fut curieusement épargnée, et qui ne survit aujourd'hui que grâce à ses échanges commerciaux avec Ibben ou Morosh. Il n'y reste aujourd'hui que vingt mille « survivants » du peuple sarnore[2].

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Il semble que Les cartes du monde connu soient erronées. Elles représentent seulement deux lacs (en plus du Nombril du Monde) alors que les écrits de mestre Yandel en citent trois (cf. Les cartes du monde connu, Essos).
  2. Rathylar n'est pas citée dans les écrits de mestre Yandel, mais elle a sans nul doute subi le même sort que ses voisines.

Références

  1. Les cartes du monde connu, Essos.
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3 et 2,4 Les origines de la saga, Les prairies.
  3. Les origines de la saga, Qohor.
  4. Les origines de la saga, Les colonies de Valyria.
  5. Les origines de la saga, La mer Grelotte.