Norvos

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Norvos
Informations
V.O. Norvos
Nature ville
Localisation
Mm norvos.jpg

Norvos est l'une des plus petites des neuf cités libres, bien qu'elle soit également nommée Norvos la Grande[1] ou encore Grand Norvos[2], notamment par ses habitants[3]. Elle est située à l'intérieur des terres du continent oriental, dans une région de collines à qui elle a donné son nom, au nord-est de Pentos et au sud de Lorath[4], sur la rive gauche de la Noyne, l'un des plus importants affluents de la Rhoyne[3][5]. Par ailleurs, Norvos se trouve sur le tracé de l'ancienne route valyrienne qui relie Pentos à Qohor[6].

Histoire[modifier]

Comme les autres cités libres à l'exception de Braavos, Norvos fut d'abord une colonie des Possessions de Valyria[7] mais le site de Norvos fut occupé bien avant par des peuples aujourd'hui disparus. Les plus anciens vestiges sont attribués parfois aux Labyrinthiers, parfois aux Andals, puis ce fut au tour des Hommes Velus de s'installer dans les collines et enfin, le prince rhoynar de Ny Sar, Garris le Gris s'y installa un temps avant de s'en retourner au sud, à la confluence des deux Rhoyne[3].

Norvos fut finalement fondée par une secte valyrienne dissidente, les prêtres à barbe[N 1] qui ne tolérait plus la liberté religieuse en vigueur dans les Possessions[3].

Environ mille quatre cents ans avant le Fléau et près d'un siècle avant la fondation de Lorath, le roi andal Qarlon le Grand étendit son royaume jusqu'aux sources de la Noyne et entra bientôt en conflit avec la jeune cité libre de Norvos. Après avoir été défaite à deux reprises dans les collines, Norvos se retrouva vite assiégée et demanda alors l'aide de Valyria qui, selon Galendro dans Feux des Possessions, dépêcha cent dragons pour secourir sa « fille » attaquée par les Andals. Cette bataille est connue comme la Purge de Lorath[8].

Bien longtemps après, au cours du Siècle de Sang, Norvos participa à la grande alliance contre Volantis, et mit fin, avec Qohor, à l'influence volantaine sur le cours supérieur de la Rhoyne, lors de la bataille du lac de la Dague[5][9].

Par la suite, Norvos et Qohor ont été régulièrement alliées malgré l'animosité qu'ont les prêtres à barbe envers les adorateurs de la Chèvre Noire de Qohor[10] et, comme sa voisine et de nombreuses autres cités, les Norvoshis préfèrent payer un tribut aux Dothrakis que subir leur courroux[11].

Description[modifier]

La cité se partage entre la ville haute bâtie sur une falaise et une ville basse située trois cents pieds[N 2] en contrebas, sur la rive est de la Noyne, les deux parties étant reliées par un immense escalier de pierre appelé « les marches de la Pécheresse ». Les trois cloches aux sons distincts qui rythment la vie de la cité, la grondante Noom, la puissante Narrah et l'argentine Nyel, sont classées parmi les neuf Merveilles de l'homme de Lomas Grandpas[3][12].

Le haut Norvos abrite le temple-forteresse des prêtres à barbe et la vieille noblesse de la cité. Le climat y est extrême avec ses vents violents et la très grande amplitude de température entre des hivers très froids et des étés caniculaires tandis que la vie semble rythmée essentiellement par d'incessantes prières. Les pauvres s'entassent, eux, dans la ville basse, le long de la Noyne, à l'abri des regards du clergé et de la noblesse, où pullulent bordels, tavernes et spectacles d'ours danseurs[2][3].

La cité est cernée de collines calcaires et de forêts riches en gibier et bois de construction[3]. Les chênes de Norvos sont d'ailleurs réputés en matière de construction navale[1].

Société[modifier]

Norvos est une théocratie dominée par le culte des prêtres à barbe. En effet, les magistrats composant le conseil dirigeant la cité sont choisis par les prêtres qui reçoivent leurs ordres du dieu lui-même depuis les profondeurs de leur temple-forteresse. Ces prêtres disposent de redoutables gardes du corps au poitrail marqué d'une francisque scarifiée[12].

Norvos est une cité marchande dont les caravanes parcourent l'Orient[13]. Il semble que la coutume d'envoyer les enfants de noble naissance comme pupilles dans d'autres maisons aristocratiques soit inconnue de la notabilité locale[14].

La cuisine de la cité est connue pour ses gâteaux d'hiver qui comprennent du gingembre, des cerises confites et des pignons. Ces friandises sont accompagnées de nasha, du lait de chèvre fermenté mélangé à du miel, servi dans des gobelets de fer[12].

Ses tapisseries sont réputées et certaines d'entre elles ornent même la salle du Conseil du Donjon Rouge[15].

Norvos dans la saga[modifier]

Avant AGOT[modifier]

Vers l'an 270, le prince Doran Martell se rend à Norvos pour y épouser Mellario. Depuis, le prince est toujours accompagné d'un garde du corps formé par les prêtres à barbe, Areo Hotah[12].

Personnages originaires de Norvos[modifier]

Voir aussi[modifier]

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. Le nom de la divinité qu'ils vénèrent n'est connu que par les initiés (cf. Les origines de la saga, Norvos).
  2. Environ quatre-vingt-dix mètres.

Références[modifier]