Qohor

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
Qohor
Informations
V.O. Qohor
Nature ville
Localisation
Mm qohor.jpg

Qohor est la plus orientale des neuf cités libres, située bien à l'intérieur des terres, à l'est de Norvos et au nord de Volantis, à l'orée d'une immense forêt qui porte son nom[1]. Elle est traversée par la rivière Qhoyne[2], dont elle contrôle le cours jusqu'aux ruines d'Ar Noy[3] et se trouve au carrefour des anciennes routes valyriennes qui la relient à Pentos via Norvos à l'ouest, à Ar Noy au sud-ouest et à l'ancienne capitale du royaume de Sarnor, Sarnath, via l'ancienne Essaria à l'est[4][5].

Qohor est considérée comme la « porte de l'Orient », passage obligé des caravanes au départ ou en provenance de Vaes Dothrak et qui en fait l'une des plus riches cités libres. Elle est également connue, notamment à Westeros, comme la « ville des Sorciers », du fait de sa soi-disant pratique des arts obscurs et de la sinistre réputation dont jouit la Chèvre Noire, divinité qui y est vénérée[5].

Ses habitants sont appelés les Qohoriens[6][N 1] et leur langue le qohorien.

Histoire

Comme les autres cités libres, exceptée Braavos, Qohor est une ancienne colonie de Valyria, qui devint indépendante après le Fléau[7]. Et, comme Lorath et Norvos, elle fut fondée par une secte valyrienne dissidente, adoratrice de la Chèvre Noire, qui ne tolérait plus la liberté religieuse en vigueur dans les Possessions[8]. Cependant, les premiers colons furent des bûcherons attirés par la richesse sylvestre de cette région[5].

Selon les chroniques qohoriennes, Aurion, un Seigneur Dragon de Valyria, était en visite à Qohor lorsque le Fléau s'abattit sur Valyria. Il se proclama aussitôt premier empereur de Valyria et leva une armée de trente mille Qohoriens afin de s'approprier les ruines des Possessions. Nul ne sait ce qu'il est advenu de lui et de son armée[9].

Il y a quatre cents ans, au début du Siècle de Sang qui s'ensuivit, Qohor, grâce à ses Immaculés, réussit à repousser une importante invasion de Dothrakis lors de la bataille des Trois Mille[5][10].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Bataille des Trois Mille.

Au cours de cette même période, la cité participa à la grande alliance contre Volantis, et mit fin, avec Norvos, à l'influence volantaine sur le cours supérieur de la Rhoyne, lors de la bataille du lac de la Dague[9][3].

Par la suite, Qohor et Norvos ont été régulièrement alliées malgré l'animosité qu'ont les prêtres à barbe de Norvos envers les adorateurs de la Chèvre Noire[5].

Société

Qohor tire principalement sa richesse de la forêt qui l'environne : argent, ambre étain, mais aussi fourrures en tout genres et surtout, bois de construction (essentiellement des pins) utilisé dans les chantiers navals[11] et vendu sur les marchés volantains[5].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Forêt de Qohor.

Qohor est également renommée pour ses forges qui parviennent à créer des armes particulièrement belles et fines, et dans lesquelles on sait encore travailler l'acier valyrien[5][12].

Les habitants de Qohor vénèrent la Chèvre Noire, culte qui semble jouir ailleurs d'une mauvaise réputation[N 2][13]. Les prêtres encapuchonnés usent régulièrement de sacrifices sanglants d'animaux mais également, les jours sacrés, de sacrifices humains, esclaves ou condamnés. En temps de crise, on prétend que les familles nobles de la cité donnent leurs propres enfants[5].

Icone loupe.png Voir article détaillé : Chèvre Noire.

Sa garde urbaine est exclusivement composée d'Immaculés, équipés d'une longue pique à laquelle est pendue une natte de cheveux humains, en souvenir de la bataille des Trois Mille[10], mais, comme de nombreuses autres cités, les Qohoriens n'hésitent pas à engager des compagnies mercenaires face aux khalasars dothrakis ou simplement leur payer un tribut plutôt que subir leur courroux[5].

Qohor dans la saga

Avant AGOT

Tobho Mott apprend dès son plus jeune âge à travailler l’acier valyrien dans les forges de Qohor[12].

Dans AFFC

Les prêtres rouges, adorateurs de R'hllor, provoquent des émeutes et tentent d'incendier la Chèvre Noire[14].

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. On trouve cependant les termes Qohori, Qohorite et Qohorik dans les premiers volumes, le terme ayant subi un certain nombre de variations de traduction avant d'être fixé.
  2. Varys s'exclame « Plutôt épouser la chèvre noire de Qohor ! » quand Eddard Stark lui demande s'il travaille avec Littlefinger (cf. A Game of Thrones, Chapitre 59, Eddard).

Références