Épisode 38 - La Montagne et la Vipère

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
La Montagne et la Vipère
Informations
V.O. The mountain and the viper
Réalisation Alex Graves
Scénario David Benioff et D. B. Weiss
Date de diffusion initiale Miniusa.png 1er juin 2014
Audiences 7,17 millions de téléspectateurs lors de la première diffusion sur HBO
Saison 4
L'oiseau moqueur Les Veilleurs au rempart

La Montagne et la Vipère est le huitième épisode de la quatrième saison de la série télévisée Game of Thrones. Il s'agit du trente-huitième épisode de la série télévisée.

Synopsis[modifier]

Les sauvageons menés par Tormund et Styr attaquent La Mole et massacrent ses habitants. Vère se cache avec son bébé, mais elle est découverte par Ygrid. Celle-ci leur recommande de rester silencieux et ne trahit par leur présence, sauvant ainsi leurs vies[D 1].

À Châteaunoir, Sam s'inquiète pour Vère et son enfant tandis que Pyp et Edd-la-Douleur tentent de le rassurer. Jon s'inquiète de l'attaque prochaine des sauvageons, largement supérieurs en nombre à la maigre garnison en poste dans le château. Edd lui rappelle que, même s'ils survivent à la bataille, de pires ennemis peuvent tous les achever. Il demande à ce que le dernier survivant brûle les corps de ses compagnons car il ne veut pas devenir un spectre après sa mort.

Près de Meereen, Ver Gris se baigne avec d'autres Immaculés dans un cours d'eau, et observe Missandei qui se lave un peu plus loin[D 2]. Plus tard, dans la pyramide, il s'excuse auprès d'elle, mais celle-ci lui répond qu'il n'a pas à le faire. Elle exprime sa compassion envers lui, pour avoir été enlevé et castré par les maîtres d'Astapor, mais il répond qu'il ne le regrette pas, puisque cela lui a permis de servir Daenerys et de rencontrer Missandei[D 2].

Devant Moat Cailin, Ramsay Snow envoie Schlingue parlementer avec la garnison fer-née. Arrivant dans la place, il constate que la garnison est décimée par les maladies et le harcèlement d'adversaires indéterminés. Il transmet à Ralf Kenning, commandant de la garnison, une lettre de Ramsay dans laquelle celui-ci offre à ses hommes de pouvoir se rendre jusqu'aux Roches en échange de leur reddition. Kenning refuse de se rendre, mais ses hommes l'assassinent et acceptent l'offre[D 3]. Une fois les portes ouvertes, Ramsay les fait écorcher.

Aux Eyrié, Littlefinger doit expliquer la mort de lady Lysa Arryn aux grands seigneurs du Val d'Arryn, lord Yohn Royce, ser Vance Corbray et lady Anya Vanbois. Il tente de les convaincre qu'elle s'est suicidée, mais ses interlocuteurs exigent d'entendre la seule autre témoin de la scène, la « nièce » de Littlefinger. Sansa leur révèle sa véritable identité, et raconte de manière convaincante le suicide de sa tante. Littlefinger profite de ce témoignage pour annoncer aux seigneurs du Val qu'il compte prendre en main l'éducation de Robin Arryn et lui faire visiter ses domaines[D 4].

Ser Barristan Selmy reçoit un courrier portant l'insigne de la Main du Roi. La lettre est un pardon royal pour Jorah Mormont, signé par Robert Baratheon. Comprenant que ser Jorah a été un espion à la solde du roi, il lui demande des explications. Informée, Daenerys fait traduire ser Jorah devant elle. Ce dernier lui avoue que ce pardon récompense des informations livrées à Varys, et demande sa miséricorde, mais Daenerys, furieuse, l'exile[D 5].

Ramsay Snow livre Moat Cailin à son père Roose Bolton, qui lui remet alors une lettre le légitimant. Reconnaissant, Ramsay s'agenouille à ses pieds[D 6].

Après le départ des seigneurs du Val, Littlefinger demande à Sansa pourquoi elle a menti en sa faveur, et elle lui répond qu'elle sait ce qu'il veut faire d'elle, alors qu'elle ignore les intentions des seigneurs du Val.

Arya et le Limier, qui compte toujours livrer contre rançon la jeune Stark à sa tante, arrivent à la Porte Sanglante. Les soldats leur apprennent la mort de Lysa Arryn trois jours auparavant, et Arya éclate de rire[D 7].

Aux Eyrié, Littlefinger rassure Robin Arryn qui craint de quitter le château pour visiter le Val d'Arryn. Sansa les accompagne[D 8].

Dans sa cellule, Tyrion devise avec Jaime avant le duel judiciaire qui doit opposer son champion, Oberyn Martell, à celui de la reine Cersei, ser Gregor Clegane. Les deux frères évoquent un cousin attardé qui passait son temps à écraser des scarabées[D 2]. Arrive le duel. Oberyn Martell l'aborde avec son habituelle nonchalance, vêtu d'une armure légère. Alors que le combat commence, il révèle ses véritables intentions : obtenir de la Montagne qu'il confesse le meurtre de sa sœur Elia et de ses enfants. Le combat tourne à l'avantage de la Vipère rouge, plus rapide que son adversaire. Alors que Gregor Clegane, blessé, est à terre après avoir reçu un coup de lance dans le ventre, Oberyn ne l'achève pas et tente toujours d'obtenir sa confession et de lui extorquer le nom du commanditaire de ces crimes[D 9]. Mais le Dornien s'approche trop, et la Montagne peut le déséquilibrer puis lui écraser le crâne tout en hurlant sa culpabilité. Tywin condamne ensuite Tyrion à mort, sous l’œil satisfait de Cersei.

Audiences[modifier]

  • 7,17 millions de téléspectateurs lors de la première diffusion sur HBO.

Notes et références[modifier]

Différences entre la série et les romans[modifier]

Icone loupe.png Voir article détaillé : Différences entre la série télévisée (saison 4) et les romans.
  1. Dans les livres, les habitants de La Mole, alertés à temps par Jon, se sont réfugiés à Châteaunoir avant l'arrivée des sauvageons. Vère et son bébé ne figurent pas parmi eux, car Sam, elle et l'enfant n'arrivent à Châteaunoir qu'après la bataille.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Cette scène est absente des romans.
  3. Dans les romans, Ralf Kenning agonise à l'arrivée de Theon, à cause de la fièvre causée par ses blessures infectées, et Theon lui donne le coup de grâce. Il s'adresse ensuite au reste de la garnison ; Dagon Morru refuse ses offres de reddition, mais il est tué par Adrack Humble, qui accepte de se rendre avec ses compagnons.
  4. Dans les livres, c'est lord Nestor Royce (le cousin de lord Yohn Royce) et son fils Albar qui montent aux Eyrié s'enquérir des circonstances exactes de la mort de Lysa Arryn, et qui sont convaincus notamment par le témoignage d'« Alayne » (qui ne leur dévoile pas sa véritable identité). Littlefinger ne prétend pas que Lysa Arryn s'est suicidée, mais qu'elle a été assassinée par le chanteur Marillion, qui avoue sous la torture. Plus tard, lorsque Littlefinger se proclame lord Protecteur du Val d'Arryn et tuteur du petit Robert Arryn (renommé Robin dans la série), il doit affronter l'opposition des six Seigneurs Déclarants, dont lord Yohn Royce et lady Anya Vanbois. Aucun Corbray ne figure parmi eux, même si ser Lyn Corbray les accompagne. C'est d'ailleurs le comportement de ce dernier, complice de lord Baelish, qui permet à Littlefinger d'arracher aux Seigneurs Déclarants un sursis d'un an.
  5. Dans les romans, Barristan Selmy connaît depuis le début le rôle d'espion de ser Jorah, car il a entendu Varys en parler lors des des séances du conseil restreint du roi Robert Baratheon. Dissimulant lui-même son identité à Daenerys, il ne peut d'abord lui révéler cette information. Finalement reconnu par ser Jorah au début du siège de Meereen, il avoue sa véritable identité à la reine, et lui révèle le rôle de ser Jorah. Furieuse, la reine les envoie dans le groupe chargé d'ouvrir les portes de Meereen de l'intérieur en passant par les égouts. Après la prise de la ville, elle pardonne à ser Barristan, mais exile ser Jorah.
  6. Cette scène est absente des romans, dans lesquels Ramsay a été légitimé peu après les Noces Pourpres.
  7. Cette scène est absente des romans, dans lesquels Sandor et Arya sont empêchés de traverser les montagnes de la Lune par les mauvais temps et la menace des clans. Ils prennent alors la route de Salins pour rejoindre les Eyrié par la mer. Ils ignorent la mort de Lysa Arryn.
  8. Dans les romans, Petyr Baelish, Robert Arryn et Sansa Stark quittent les Eyrié d'abord à cause de l'approche de l'hiver.
  9. Dans les romans, Oberyn ne cherche pas à faire avouer à Gregor le nom du commanditaire de ses actes.