Hommages et références dans la saga : Différence entre versions

De La Garde de Nuit
Aller à : navigation, rechercher
(Hommages à d'autres écrivains et œuvres littéraires)
(Hommage et clins d’œil liés à la vie de GRRM)
 
Ligne 152 : Ligne 152 :
  
 
* Certains blasons qui se trouvent à la fin du comic-book ''[[The Hedge Knight (comics)|The Hedge Knight]]'' sont des hommages à différentes personnes ayant pris part à la création, et notamment à [[Elio M. García]].
 
* Certains blasons qui se trouvent à la fin du comic-book ''[[The Hedge Knight (comics)|The Hedge Knight]]'' sont des hommages à différentes personnes ayant pris part à la création, et notamment à [[Elio M. García]].
 +
 +
* Le personnage de [[Mully]] est nommé en référence à l'un des chats de George R.R. Martin, Mulligan (surnommé Mully). Le chat est roux, comme le personnage du Trône de Fer<ref>[http://www.georgerrmartin.com/about-george/life-and-times/parris/ ''Parris''](en), sur [http://georgerrmartin.com/ le site de l'auteur].</ref>.
  
 
== Liens avec les autres œuvres de GRRM ==
 
== Liens avec les autres œuvres de GRRM ==

Version actuelle datée du 17 août 2019 à 10:06

Cet article vise à recenser les hommages et clins d’œils disséminés par George R. R. Martin dans la saga du Trône de Fer, allusions à d'autres auteurs de fantasy qu'il apprécie, à des super-héros connus de comics, ou encore à ses autres oeuvres. On distinguera ces clins d'œils des inspirations de la saga, qui sont des sources historiques et littéraires revendiquées par George R. R. Martin.

Hommages à d'autres écrivains et œuvres littéraires[modifier]

Fantasy, science-fiction, horreur[modifier]

Phyllis Eisenstein

  • Le tome A Storm of Swords (3ème tome de la saga) est dédié à Phyllis Eisenstein, auteure et amie de GRRM qui l'a convaincu d'inclure des dragons dans le Trône de Fer.
  • Le chanteur et troubadour Alaric d'Eysen est un hommage au personnage principal des romans de Phyllis Eisenstein (Tales of Alaric the Minstrel), un ménestrel nommé Alaric[1].

J. R.R. Tolkien

De son propre aveu, George R. R. Martin a semé de nombreux hommages à l'œuvre de Tolkien dans la saga A Song of Ice and Fire[2] :

  • Samwell Tarly est, par exemple, une référence plus ou moins explicite à Sam Gamegie dans le Seigneur des Anneaux. Il entretient avec Jon la même relation que Sam avec Frodon dans le roman de Tolkien, de plus certains dialogues entre les deux personnages sont des copies directes de dialogues entre Sam et Frodon : « You're a sweet fool, Sam »[3][4] ;
  • la scène où Hodor fait tomber un caillou au fond du puits dans Fort Nox est directement inspirée de celle ou Pippin réveille le Balrog dans la Moria ;
  • l'expression « Valar morghulis », qui veut dire en haut valyrien « Tout homme [Valar] doit mourir [Morghulis] », reprend des mots inventés par J.R.R. Tolkien : en effet, « Valar » veut dire en quenya (ou haut elfique) « Puissances », et désigne les divinités majeures de l'univers de Tolkien. « Morghulis » peut venir du mot sindarin (ou gris-elfique) « Morgul », qui se traduit par « Sorcellerie ». Le sindarin et le quenya ayant la même racine linguistique dans l'univers de Tolkien, « Valar Morghulis » pourrait se traduire en elfique « Les puissances de la sorcellerie » ;
  • les zomans (Wargs en version originale) peuvent s'introduire dans l'esprit et le corps de plusieurs animaux, mais surtout des loups. Or, les Wargs sont, dans l'univers de Tolkien, décrits comme des sortes de loups plus grands que la moyenne au service de Sauron ;
  • le Khal Drogo est parfois appelé « Drogo, fils de Bhargo ». « Drogo Bhargo » pourrait être un clin d’œil à Drogo Baggins (en français Drogon Sacquet), le père de Frodon Sacquet ;
  • Chêne Égide (Oakenshield en anglais), un des châteaux du Mur, est possiblement un clin d’œil à Thorin Écu-de-chêne (Oakenshield en anglais), personnage du Hobbit.

H. P. Lovecraft

H.P. Lovecraft a été plusieurs fois cité par George R. R. Martin comme un auteur de fantastique qu'il affectionnait dans sa jeunesse[5][6].

  • Lord Dagon Greyjoy est sans doute une référence au dieu Dagon de la mythologie lovecraftienne, divinité maléfique des océans.
  • L'esquicheur présente une ressemblance avec certaines créatures du Mythe de Cthulhu, notamment les Profonds.
  • les Profonds sont probablement une référence à « ceux des Profondeurs » (ou « Profonds ») présents notamment dans la nouvelle Le cauchemar d'Innsmouth.
  • Les mains palmées des membres de la maison Borrell rappellent les habitants d'Innsmouth, de la nouvelle Le cauchemar d'Innsmouth.
  • La Chèvre Noire vénérée à Qohor est probablement une référence à Shub-Niggurath, « la chèvre noire [ou le bouc noir] des bois aux mille chevreaux », une divinité du Mythe de Cthulhu.
  • K'Dath, ville à l'extrême orient d'Essos, rappelle la ville de la nouvelle La quête onirique de Kadath l'inconnue.
  • La cité de Carcosa est une référence à différentes œuvres littéraires anglo-saxonnes. Le terme apparait pour la première fois dans la nouvelle Un Habitant de Carcosa (1887) de Ambrose G. Pierce qui narre le réveil d'une ancienne cité endormie. Il est repris par Robert W. Chambers dans son recueil Le Roi en jaune en 1895 où la cité de Carcosa est le siège du Roi en jaune. Les nouvelles de Chambers inspirent énormément H.P. Lovecraft qui reprend les noms de Carcosa et de « Roi en jaune » dans sa nouvelle Celui qui chuchotait dans les ténèbres. Ses continuateurs font de Carcosa un élément essentiel du mythe de Cthulhu en la liant au Grand Ancien Hastur.

Jack Vance

George R. R. Martin apprécie de nombreux romans de Jack Vance (La Terre mourante, La Geste des Princes-Démons, Les Aventuriers de la planète géante)[7][8], et de nombreux hommages à cet auteur peuvent être trouvés dans la saga A Song of Ice and Fire[N 1]:

  • La maison Vance est un hommage à l'auteur en lui-même ;
  • les fiefs des deux branches de la maison Vance sont Wayfarer's Rest (nom en version originale pour Bel Accueil) qui fait référence à Liane the Wayfarer (Liane le voyageur), une des nouvelles d'Un Monde magique (du cycle La Terre mourante), et Atranta qui fait référence au monde du personnage principal de Bad Ronald ;
  • les enfants de lord Norbert Vance sont Ronald le Mauvais qui fait référence au roman Bad Ronald, Kirth qui fait référence au cycle des Princes démons, Hugo qui fait référence au prix Hugo gagné par Vance, et enfin Ellery qui fait référence au roman The Ellery Queen mysteries ;
  • les enfants de ser Karyl Vance se nomment Emphyria qui fait référence à Emphyrio, Rhialta qui fait référence au roman Rhialto le merveilleux (également du cycle de La Terre mourante), et enfin Liane qui fait de nouveau référence à Liane le voyageur.

Roger Zelzany

  • La maison Rogers est un hommage à Robert Zelzany (Cycle des Princes d'Ambre, Cycle de Francis Sandow), écrivain et ami de GRRM, qui a notamment écrit plusieurs nouvelles pour la série Wild Cards dont GRRM est l'éditeur ;
  • la demeure de la maison Rogers se nomme Amberly, évoquant le monde d'Ambre ;
  • ser Corwin Rogers tire son nom du héros de l'œuvre de Zelazny, le prince Corwyn d'Ambre, tout comme ser Qarl Correy alias Carl Corey dans Les Neuf Princes d'Ambre ;
  • le blason de la maison Rogers représente la marelle entourée de licornes, l'emblème de la dynastie d'Ambre. Ces licornes sont au nombre de neuf, représentant les neuf princes d'Ambre.


Blason de la maison Rogers

Robert Jordan

Robert Jordan, l'auteur de La Roue du Temps a droit à plusieurs hommages :

  • La maison Jordayne est l'une des maisons nobles des Sept Couronnes. Le nom « Jordayne » évoque celui de l'auteur. De plus, le seigneur de la maison est lord Trebor Jordayne, « Trebor » lu de droite à gauche donne « Robert », prénom de l'auteur. Le fief de la maison Jordayne est Le Tor, Tor étant la maison d'édition de Robert Jordan. De même, le blason de la maison comporte une plume, symbolisant la profession d'écrivain de Robert Jordan. Enfin, la devise de la maison Jordayne est « Let It Be Written ».
  • Dans A Feast for Crows, lord Rodrik Harloi dit à sa nièce Asha qu'archimestre Rigney a écrit que le temps était une roue, se répétant sans cesse[9]. C'est encore une référence à La Roue du Temps, d'autant plus que le vrai nom de Robert Jordan est James Rigney.
  • Le blason de la maison Toland est un dragon vert se mordant la queue et qui, selon la princesse Arianne Martell, symbolise le temps qui n'a ni début, ni fin, et où tout se répète sans cesse[10], évoquant La Roue du Temps.
Blason de la maison Jordayne
Blason de la maison Toland

Tad Williams

Gardner Dozois

J. K. Rowling

David Eddings

  • La maison Desdaings‎, House Deddings en version originale, est une référence à l'écrivain de fantasy David Eddings, Davos Desdaings étant sans doute un hommage direct à cet auteur.

Mervyn Peake

Alan Garner

  • La maison Garner est une référence à l'écrivain Alan Garner ;
  • le blason de la maison, trois chouettes blanches, fait référence à son livre le plus connu : The Owl Service paru en 1967 ;
  • dans le comics tiré de la nouvelle Le Chevalier Errant, un membre de la maison Garner est nommé ser Alyn Garner, référence directe au prénom Alan.
Blason de la maison Garner

Robert E. Howard

  • Les racines de lotus noir qui entrent dans la composition du vin de bravoure qui rend les Immaculés d'Astapor insensibles à la douleur[12] est une référence discrète à Conan le Barbare de Robert E. Howard. Le lotus noir est en effet une plante fictive aux propriétés magiques qui est apparue pour la première fois dans les aventures du barbare cimmérien.

Terry Pratchett


Littérature classique[modifier]

Thomas B. Costain

  • La maison Costayne est une référence à Thomas B. Costain, écrivain de fictions historiques, que George R. R. Martin apprécie ;
  • un membre de cette maison se nomme d'ailleurs Tom Costayne ;
  • le blason de la maison représente en particulier un calice d'argent et une rose noire, en référence aux œuvres de Costain "The Silver Chalice" et "The Black Rose".


Blason de la maison Costayne

Comics[modifier]

Certaines descriptions de blasons dans la saga sont l'occasion pour George R.R. Martin de glisser des références à certains super-héros qu'il apprécie particulièrement.

  • Les armes de la maison Sarschamp (une flèche verte) évoquent le héros Green Arrow (en).
  • Les armes de la maison Fléaufort (un homme encapuchonné, noir sur gris) évoquent le héros Black Hood (en).
  • Les armes de la maison Bettley (trois scarabées bleus sur fond jaune) évoquent le héros Blue Beetle (en).
  • Les armes de la maison Bonleu (trois éclairs noirs sur fond orange), qui sont évoquées par Brienne en même temps que le scarabée bleu et la flèche verte»[13], peuvent évoquer le héros Flash (en).


Black Hood

Blason de la maison Fléaufort
Green Arrow

Blason de la maison Sarschamp
Blue Beetle

Blason de la maison Bettley
Flash

Blason de la maison Bonleu

Hommage à des films/séries[modifier]

  • Le prénom d'Elmo Tully, ainsi que ceux de son grand-père Grover et de son fils Kermit sont des références aux personnages éponymes du Muppet Show.
  • Le surnom de ser Gerold Dayne n'est pas sans évoquer le premier film de John Carpenter, "Dark Star" (1974), dont GRRM est un grand fan[15], et qui fait partie de la programmation de la semaine d'ouverture de la salle de cinéma qu'il a rachetée à Santa Fe, le Jean Cocteau (autre cinéaste apprécié par GRRM)[16].
  • George R. R. Martin a confirmé dans une interview que l'emblème de la maison Wyl, une vipère noire entourant une jambe, était bien une référence à la série médiévale humoristique La Vipère Noire dans laquelle jouait Rowan Atkinson.


Blason de la maison Wyl

Hommage et clins d’œil liés à la vie de GRRM[modifier]

  • Belicho, un triarque de Volantis, est très probablement une référence à Bill Belichick, devenu en l'an 2000 l'entraîneur en chef de l'équipe de football américain des Patriots (le triarque Belicho est présenté comme un patriote) de Nouvelle-Angleterre et connu comme le seul à avoir remporté trois Super Bowl en quatre ans (de 2001 à 2004). Ses Patriots ont par ailleurs connu deux défaites face aux Giants de New York (l'équipe dont George R. R. Martin est un fervent supporter), en 2007 et 2011 (cf. Bill Belichick sur wikipédia).
  • Le personnage de Patrek du Mont-Réal est un hommage à Patrick St. Denis, du blog Fantasy Hotlist, suite à un pari entre lui et GRRM concernant les résultats sportifs des Giants de New York (supportés par GRRM) et des Cowboys de Dallas (supportés par Patrick). Les armes de ser Patrek sont aux couleurs de son équipe de football américain préférée (étoile bleue sur fond blanc), son nom de famille King's Mountain (traduit par "Mont-Réal") est une référence à la ville de Montréal où vit Patrick, et sa fin (tué par le géant Wun Weg Wun Dar Wun) est un clin d’œil de plus à la rivalité entre les deux équipes[17].
  • George R. R. Martin est un collectionneur acharné de figurines de chevaliers. Le nom en V.O. du personnage de Courtenay Vermont (Courtenay Greenhill) est un hommage à Richard Courtenay and Peter Greenhill, célèbres créateurs de figurines[18].
  • Certains blasons qui se trouvent à la fin du comic-book The Hedge Knight sont des hommages à différentes personnes ayant pris part à la création, et notamment à Elio M. García.
  • Le personnage de Mully est nommé en référence à l'un des chats de George R.R. Martin, Mulligan (surnommé Mully). Le chat est roux, comme le personnage du Trône de Fer[19].

Liens avec les autres œuvres de GRRM[modifier]

Riverdream[modifier]

  • L'un des fleuves du Neck se nomme la Fièvre, (Fever en version originale), référence au fleuve du même nom dans le roman Riverdream ainsi qu'au titre original de ce dernier, Fever Dream.
  • Il est possible que le personnage de Yohn Royce le Bronzé soit une référence à "Bronze John" (John de Bronze), un des noms désignant la fièvre jaune dans les villes du cours du Mississippi (cf. article "Mississippi" (en anglais) et "History of yellow fever" sur wikipédia) que George R. R. Martin mentionne dans le roman.

Wildcards[modifier]

Le Voyage de Haviland Tuf[modifier]

Autres nouvelles et romans[modifier]

Voir aussi[modifier]

Notes et références[modifier]

Notes[modifier]

  1. George R.R. Martin a également co-édité avec Gardner Dozois une anthologie en l'honneur de Jack Vance, intitulée Chansons de la Terre Mourante.
  2. Il ne s'agit cependant pas du même dieu, George R.R. Martin ayant démenti le fait que sa saga du Trône de Fer se déroulait dans le même univers que les Mille Mondes auquel appartient la nouvelle (cf. la réponse de GRRM à un commentaire sur son blog personnel du 02 janvier 2016).

Références[modifier]